Guide du voyage à vélo & Cyclotourisme
Août 17, 2018
Posted by: Mila

Le voyage à vélo de A à Z : se préparer, s’équiper, destinations…

Voyage à vélo : notre guide pour partir à vélo

Le voyage à vélo, également appelé cyclotourisme, est un formidable moyen de découvrir de nouvelles régions ou pays. Il laisse l’opportunité aux cyclovoyageurs d’être libres. Libres de s’arrêter lorsqu’ils le souhaitent, de prendre le temps de faire des rencontres et de profiter de l’instant présent.

Pendant notre tour d’Europe à vélo, nous avons réalisé une chose : le voyage à vélo, c’est accessible ! Et pourtant, ça semble encore être un véritable défi impressionnant pour beaucoup. Cette envie de partager notre passion pour le cyclotourisme, c’est la raison pour laquelle nous avons créé ce blog.

Ces dernières années, le voyage à vélo a le vent en poupe. Notamment, grâce au développement des routes EuroVelo. Pour autant, il peut être difficile de savoir où donner de la tête lorsque l’on se prépare pour un voyage. À travers cet article, nous souhaitions vous partager toutes les informations qui sont à notre disposition pour vous aider à partir, vous aussi, pour une belle épopée à vélo.

Sommaire

Au fait, cet article est long ! 😉 

Si vous recherchez une information précise sur le cyclotourisme, vous pouvez utiliser le sommaire et cliquer sur les éléments de l’article qui vous intéressent le plus !

Pour remonter en haut de l’article et donc au sommaire, cliquez sur la petite flèche à droite en bas de votre écran.

Afin d’alléger l’article, vous trouverez parfois des informations avec des icônes + à côté. Vous pouvez cliquer dessus pour avoir davantage de détails sur le sujet.

Bonne lecture 🙂

Qu’est-ce qu’un voyage à vélo ?

À première vue, le voyage à vélo semble avoir une définition simple ! Concrètement, il s’agirait de partir pour un voyage au moyen de la bicyclette. En réalité, tout comme dans le gris, il existe 50 nuances de cyclotourisme (ou presque).

En effet, le voyage à vélo peut prendre tellement de formes différentes que ça peut même paraître difficile de trouver ce qui nous conviendra le mieux lors des préparatifs.

Il peut être différent selon :

Le vélo de voyage

Il existe une multitude de possibilités dans le cyclotourisme. Chaque monture vous fera vivre une expérience différente, bien entendu.

Vous pouvez par exemple :

  • Opter pour une beau vélo droit en acier
  • Partir à vélo couché
  • Choisir de voyager en tandem
  • Jeter votre dévolu sur un tricycle
  • Et pourquoi pas tenter l’aventure à trottinette ?

Le poids du vélo

On distingue actuellement deux courants assez répandus dans le voyage à vélo :

 – le “cyclotourisme conventionnel” où l’on part généralement avec des sacoches ou une remorque

le bikepacking qui est un mouvement plus récent qui tend à diminuer au maximum le poids que l’on transporte sur le vélo

Les envies du voyageur

Il y a toutes sortes de voyageurs à vélo, c’est pourquoi il est si difficile de les définir. Qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, ils partent parfois pour deux semaines, parfois pour 5 ans, parfois même ils ne reviennent pas !

Il y a aussi ceux qui partent pour un voyage organisé ou ceux qui tentent de tout faire par eux-même. Ceux qui bivouaquent, ceux qui dorment à l’hôtel et ceux qui alternent !

Pourquoi opter pour le voyage à vélo ?

Récemment, nous vous parlions des bonnes raisons de partir pour un voyage à vélo. Elles sont toujours d’actualité, bien entendu.

En bref, voici les différents points qui peuvent faire pencher la balance :

  • Un voyage économique

Le voyage à vélo est très économique. Entre le bivouac, l’accueil chez l’habitant, le camping, les dépenses sont davantage limitées. Le gros du budget sera en effet la nourriture, le “carburant” du cyclovoyageur ! Certes, le mode de transport est lent, mais le budget s’épuise aussi plus lentement 🙂

  • La rencontre

Le cyclovoyageur attise facilement la curiosité des locaux, ce qui favorise la rencontre. Le fait d’être à hauteur humaine, non enfermé dans un véhicule permet de partager encore plus avec les autochtones. C’est vraiment ce qui va faire la richesse du voyage, car même un voyageur timide pourra échanger !

  • Un voyage éco-responsable

C’est la raison principale pour laquelle nous avons opté pour la Petite Reine. Nous voulions voyager mais ne souhaitions pas consommer l’énergie de la planète en utilisant des véhicules à moteur. Le voyage à vélo offre l’opportunité, si on le souhaite, de partir de chez soi pour revenir chez soi, sans avoir à utiliser d’autres moyens de transport.

  • Une liberté infinie

Le vélo permet généralement de transporter un peu plus de poids qu’un sac à dos. C’est ce qui offre l’opportunité de prendre une tente, un matelas, un bon sac de couchage et de bivouaquer, le cas échéant.

En voyageant de la sorte, c’est le présent qui prend le dessus : on roule, on se nourrit et on cherche un endroit où dormir.

Qui peut partir pour un voyage à vélo ?

À priori, tout le monde !

Mais évidemment, tout dépend du voyage et de son objectif.

Pour les petits voyages, nous aurions tendance à dire que tout le monde peut partir. Sur les routes, nous avons croisé des enfants, des familles, des femmes enceintes, des mamies de plus de 80 ans… Des profils (féminins qui plus est) qui nous ont particulièrement marqués !

Une chose est sûre, l’âge ne semble pas freiner les cyclovoyageurs. Nous rencontrons d’ailleurs bien plus de jeunes retraités sur la route que de jeunes baroudeurs.

Le cyclotourisme permet à chacun d’aller à son rythme, de tenter des défis fous ou non, de se dépasser ou non. Avec le développement des itinéraires cyclables type Eurovélo en Europe, le tourisme à vélo est désormais accessible à tous.

Évidemment, si l’objectif est de partir pour un tour du monde sans avion, gravir les montagnes et dépasser toutes ses limites, un bon mental et une bonne condition physique sont essentiels !

Avec qui voyager à vélo ?

N’attendez personne pour partir à vélo ! Si l’envie est là, foncez. Vous vivrez, dans tous les cas, une très belle expérience 🙂

Le voyage à vélo en solo
Voyager à vélo avec des enfants
Le voyage à vélo en couple
Voyager à vélo avec un chien
Le voyage à vélo avec des amis

Un projet de voyage à vélo ? Par quoi commencer ?

Comment passer du projet de voyage à vélo au voyage ?

Tour d'Europe à vélo - voyage à vélo
Macédoine à vélo - voyage à vélo - cyclotourisme
Bilan de 6 mois à vélo en Europe après un Tour d'Europe - voyage à vélo - cyclotourisme

Maintenant que vous êtes convaincu.e, il va falloir se lancer dans la préparation de votre premier voyage à vélo. Si les suivants seront bien plus faciles à organiser, le premier reste quand même un vrai casse-tête ! Surtout si vous n’êtes pas cycliste au moment où vous vous lancez.

Ne vous en faîtes pas de trop ceci dit, le corps est une merveille. Si vous risquez quelques douleurs aux genoux en partant sans entraînement, il est toujours possible de trouver des solutions.

Tous nos conseils pour préparer un voyage à vélo se trouvent dans cette section. Cependant, le sujet est tellement vaste que nous n’avons pas du tout fini de traiter les points que nous voulions aborder avec vous !

1. Poser le projet sur papier !

Préparer son premier voyage à vélo demande une petite organisation. Comme une petite entreprise que l’on lance, pour mener à bien le projet, il est essentiel de se poser les bonnes questions.

Nous conseillons de coucher tout ça sur papier. Ce n’est évidemment pas obligatoire, mais cela permet de savoir où vous en êtes dans la préparation de votre projet cyclotourisme.

Evidemment, selon la nature de votre voyage à vélo, il y aura plus ou moins de préparation à faire en amont!

En clair, il va falloir se demander quand partir? Avec qui? Sur quel itinéraire cyclable? Pour combien de temps? Quel budget? Quel équipement? Etc.

2. Financer son voyage

Une fois le projet de voyage à vélo posé sur papier, il va donc falloir le financer. Évidemment, cela va concerner ceux qui partent plus longtemps, pour un tour d’Europe à vélo ou un tour du monde par exemple.

Il est possible de financer son voyage de différentes manières :

  • Ses économies : c’est toujours la partie que l’on “maîtrise” le plus !
  • La vente/location de ses biens : quand c’est possible 🙂
  • Le sponsoring : mais c’est devenu de plus en plus compétitif, il faut donc avoir un projet d’enfer pour être soutenu
  • Le crowdfunding : à condition d’avoir un projet solide, des contreparties matérielles à offrir ou encore, que la collecte ait un petit objectif
  • Les bourses de voyage : il en existe encore quelques-unes selon les départements, les structures et surtout, bien souvent votre âge.

Nos articles à ce sujet !

Si nous avons déjà écrit quelques articles pour vous aiguiller à ce sujet, d’autres arriveront très vite. Notamment pour vous parler du sponsoring et du crowdfunding, deux sujets que l’on maîtrise plutôt bien !

3. S’équiper

Parmi les voyageurs, il y aura toujours ceux qui diront qu’il suffit d’un vélo pour pratiquer le cyclotourisme ! Nous, nous ne sommes pas vraiment de cet avis. D’ailleurs, nous sommes bien placés pour en parler car nous sommes partis mal équipés. Ça a évidemment des incidences sur le confort du voyage à vélo et sur l’envie de continuer ou non. Ce n’est pas vrai que tout le monde peut voyager à la dure 🙂

Alors, selon nous, il faudrait trouver un compromis entre le matériel que vous choisirez, votre budget et votre confort.

L’équipement est un sujet vaste. D’ailleurs, vous nous avez posé de nombreuses questions à ce sujet. Nous travaillons sur plusieurs articles qui sortiront les prochains mois. 🙂 

4. Gérer le départ

Pour ceux qui partent plusieurs mois voire plusieurs années, il va falloir penser à la période où vous serez absent.

Il y a évidemment pas mal de choses à prendre en considération, comme par exemple que faire de son logement ? De ses meubles ? Comment gérer l’assurance maladie ? Faut-il prendre une assurance pour son voyage à vélo ? Et la banque ?

De notre côté, nous avons fait simple : nous avons tout vendu et avons rendu notre appartement à Paris. Libérés de nos engagements, mais désormais à nouveau dans un logement, nous commençons à écrire des articles pour vous aider à partir serein !

Nos (premiers) articles à ce sujet…

L’administratif, ce n’est pas notre point fort, on l’admet. Alors, nos articles sont encore en cours de construction pour la plupart. 

5. S’entraîner

Lorsque l’on part pour un long voyage à vélo, le corps s’habitue au fur et à mesure des kilomètres que l’on parcourt. Mais, même s’ils sont nombreux à partir sans entraînement spécifique, pratiquer le cyclotourisme de la sorte, ce n’est pas pour tout le monde !

Le mieux, pour vous connaître, savoir quoi prendre avec vous avant le départ, c’est déjà de partir pour un petit voyage à vélo : un ou deux jours vous donnent déjà une idée.

Et puis, roulez avant le départ ! Le poids des bagages aura un impact sur votre rythme et risquent de vous causer des douleurs aux genoux au début si vous n’êtes pas entraîné.e. Si vous partez pour une ou deux semaines de vacances, ce n’est pas génial d’avoir mal.

Entrainement - voyage à vélo et cyclotourisme

Quelles destinations cyclotourisme choisir ?

Voyager à vélo en France

État des lieux du cyclotourisme en France

Ces dernières années, la France a fait de nombreux efforts pour développer de nombreux itinéraires cyclables. Aujourd’hui, 22 800 km de véloroutes et voies vertes ont été développés, dont 8 300km d’itinéraires européens (routes Eurovélo).

La France à vélo est une destination attractive. Parmi les parcours les plus connus, on peut noter la Vélodyssée, le Canal des Deux Mers à vélo, la Loire à vélo, la Vélofrancette ou encore la Véloscenie.

De notre côté, entre notre tour d’Europe et notre semi-tour de France nous avons parcouru environ 4 500 km dans notre beau pays. Ce qui représente un tiers de nos voyages à vélo ! D’ailleurs, en 2019, nous traverserons à nouveau la France à vélo, du nord au sud, par la Scandibérique !

Voies_vertes_et_véloroutes.svg
Voies vertes et véloroutes de France Source : Rudloff - Wikipédia

Quelques exemples de voies vertes & véloroutes en France

Vendée - Vélodyssée
Canal des deux mers à vélo
Le Tour de Manche à vélo
La Vélodyssée
Le Canal des Deux Mers
La Bretagne à Vélo
Chateau de Chambord - La Loire à vélo
La Vélodyssée en Charente-Maritime de Royan à La Rochelle
Arrière-pays Provence
La Loire à vélo
La Vélofrancette
La Méditerranée à vélo
La Camargue à vélo
Echappée Belge - Wallonie
La véloscenie
La Via Rhôna
La Meuse à vélo
Logo Accueil Vélo

Le label Accueil Vélo

En France, il existe un label dédié au cyclotourisme : le Label Accueil Vélo !

Ce dernier concerne les hébergements, les réparateurs et loueurs de vélo, les restaurants et les accueils touristiques. En règle générale, les établissements qui disposent du label proposent un accueil adapté aux cyclistes, comme un endroit pour poser les vélos, de quoi faire une machine à laver, un kit de réparation cyclo, etc.

Lors de nos voyages à vélo, nous étions toujours ravis de trouver un Accueil Vélo sur la route, gage de qualité.

Pour en savoir plus et trouver un établissement labellisé Accueil Vélo : https://www.francevelotourisme.com/accueil-velo

Voyager à vélo en Europe

En théorie, d’ici 2020, il sera possible de voyager un peu partout en Europe par le biais de 15 itinéraires cyclables. On les appelle les routes Eurovélo.

Si certains Eurovélo sont encore en construction, d’autres sont déjà bien développés. Il est donc possible de les emprunter dès à présent !

Pour les plus aventureux d’entre nous, il est aussi largement possible de voyager à vélo en Europe sans emprunter un itinéraire cyclable. Les petites routes sont nombreuses et souvent tout aussi agréables. C’est à vous de voir quelle est la forme que prendra votre voyage à vélo !

État des lieux du réseau Eurovélo 

Le cyclotourisme en Europe a de beaux jours devant lui. À ce jour, 15 itinéraires cyclables européens sont en cours de développement. Ils sont numérotés de 1 à 17.

Pour mieux comprendre le système de numérotation, les itinéraires “nord – sud” ont un numéro impair quand les itinéraires “ouest-est” sont numérotés avec des chiffres pairs. C’est la raison pour laquelle, les Eurovélo 14 et 16 n’existent pas sur le site officiel eurovelo.com alors qu’existent les Eurovélo 15 et 17 !

Il est possible que d’autres itinéraires viennent s’ajouter au réseau. Notamment l’Eurovélo 14, la véloroute qui connectera les points d’eau de l’Europe Centrale et l’Eurovélo 19 qui suivra la Meuse entre les Pays-Bas et la France. Pour l’instant, ces deux itinéraires font l’objet d’une candidature.

Afin d’en savoir plus sur l’état de réalisation des routes EuroVélo, n’hésitez pas à dérouler l’information en cliquant sur les itinéraires qui vous intéressent.

L'Eurovélo 1
L'Eurovélo 2
L'Eurovélo 3
L'Eurovélo 4
L'Eurovélo 5
L'Eurovélo 6
L'Eurovélo 7
L'Eurovélo 8
L'Eurovélo 9
L'Eurovélo 10
L'Eurovélo 11
L'Eurovélo 12
L'Eurovélo 13
L'Eurovélo 15
L'Eurovélo 17
Carte interactive à découvrir sur Eurovelo.com

Notre tour d’Europe à vélo

De notre côté, nous avons à ce jour parcouru près de 12 000 km à vélo un peu partout en Europe. En tout, nous avons passé près de 10 mois sur nos montures à travers 18 pays. Pour ce faire, nous avons alterné entre véloroutes et petites routes partagées.

Nous avons pu découvrir de nombreuses destinations hors des sentiers battus. Les zones trop touristiques sont d’ailleurs souvent plus dangereuses pour les voyageurs à vélo car le trafic est dense. C’est pour cette raison que l’on est souvent resté à l’écart des grandes villes et des lieux trop visités.

Les véloroutes ne font pas toujours l’unanimité. Selon nous, c’est un excellent moyen de partir à vélo en suivant un itinéraire proposé. Pour d’autres, ce sont des autoroutes à cyclistes. Nous sommes entre les deux : il y a des avantages et des inconvénients à suivre une véloroute (nous en avions déjà parlé d’ailleurs) !

En savoir + sur notre tour d’Europe
Les routes eurovélo que nous avons empruntées
  • L’eurovélo 6 de Nantes à Constanta
  • Le parcours théorique de l’eurovélo 8 de l’Albanie à l’Italie
  • L’Eurovélo 15, entre l’Allemagne et la Suisse
  • L’Eurovélo 17, pour une petite portion en Suisse, dans le Canton de Vaud
Nos destinations cyclotourisme hors itinéraires

Nous n’avons pas toujours suivi des itinéraires type Eurovélo lors de nos voyages à vélo. Les expériences sont parfois meilleures, parfois moins bonnes. Néanmoins, elles sont et restent toujours mémorables.

C’est pourquoi, nous vous invitons à découvrir nos destinations en autonomie :

  • la Macédoine : traversée du pays d’est en ouest par les montagnes et les autoroutes (oui, oui, les autoroutes !)
  • l’Albanie : traversée du pays depuis le lac d’Ohrid jusqu’à la côte puis vers le nord. D’ailleurs, nous avons reçu un accueil très chaleureux sur place !
  • le Monténégro : du sud au nord par la côte.
  • la Croatie : du sud au nord en passant par Plitvice.
  • la Bosnie : un petit détour vers Mostar !

Partir pour un tour du monde à vélo

Pour le moment, nos voyages à vélo se sont limités à l’Europe. Nous comptons bien franchir la frontière très prochainement avec une grande épopée. Cette prochaine grande aventure est encore à l’état d’idée, nous vous en dirons plus très prochainement 🙂 !

Ce que l’on note tout de même, c’est qu’un tour du monde à vélo ne se fait pas en un an ou en quelques mois (à moins d’être Mark Beaumont). En tout cas, pas sans l’aide de l’avion. Globalement, les “tourdumondistes” à vélo partent pour plusieurs années (3 ans, 5 ans, parfois même 25 ans !)

D’autres voyageurs ne partent pas forcément pour un tour du monde à vélo, mais pour un grand voyage. Un “itinéraire” souvent emprunté est celui des routes de la Soie, direction la Nouvelle-Zélande ou l’Australie ou un pays de l’est de l’Asie. D’autres itinéraires sont fréquents en Amérique du Sud ou encore sur des traversées nord-sud ou sud-nord du territoire américain. Ces épopées prennent déjà un an ou deux et sont de très beaux voyages à réaliser !

Bien entendu, il est difficile pour nous de vous donner des informations pays par pays. En effet, le ressenti est très varié selon les cyclovoyageurs.

Le quotidien du voyage à vélo

Au-delà d’un voyage, le cyclotourisme est un mode de vie à part entière. Le minimalisme, la lenteur et l’instant présent sont les termes qui le définissent ! Il est donc essentiel de pouvoir s’adapter à ces éléments.

En voyage à vélo, il est difficile de prévoir la suite, de planifier de quoi sera fait le lendemain. C’est ce qui nous pousse à vivre au jour le jour et à se déconnecter !

Où dormir pendant un voyage à vélo ?

L’une des questions primordiales de notre quotidien est de trouver un lieu pour dormir.

Certains réservent tout à l’avance, d’autres, comme nous, préfèrent vivre les choses au jour le jour, tant le cyclotourisme nous réserve toujours quelques surprises.

Partir avec ou sans tente ?
Comment bivouaquer ?
La nuit au camping
Dormir chez l'habitant
Louer une chambre
Comment dormir pas cher ?
voyage à vélo - camping
Camping sauvage Macédoine
Nuit Kupari - Dubrovnik à vélo
Camping de Chaumont-sur-loire - la loire à vélo

Les petits tracas du voyage à vélo

Si le sujet vous intéresse, il y a quelques mois, nous avions déjà dédié un article au sujet des petits inconvénients de notre mode de voyage.

  • Les automobilistes

Les conducteurs de véhicules motorisés sont parfois de vrais dangers pour les cyclistes. C’est pourquoi, il est souvent préférable d’éviter les grands axes routiers.

Malheureusement, ce n’est pas toujours possible et nous sommes parfois confrontés à la circulation dense.

Nous avons toujours des difficultés à rester calmes dans ce genre de situation, mais nous avons trouvé une solution qui fonctionne pas mal : le stick, dont on vous parle dans notre article sur la sécurité à vélo 😉

  • Les vols

À plusieurs reprises, on nous a demandé que faire des bagages lors que l’on est en voyage à vélo et que l’on souhaite visiter un lieu. Malheureusement, il n’y a pas vraiment de solution miracle. C’est d’ailleurs l’élément qui nous a causé le plus de frustrations depuis le début de nos voyages à vélo.

Comment éviter les vols ?


Vous pouvez :

  • Louer une chambre pour profiter de vos visites sans vous soucier de vos affaires.
  • Demander aux Warmshowers ou couchsurfeurs de prendre vos bagages et vélos le temps que vous alliez visiter la ville.
  • Demander à l’accueil du lieu que vous allez visiter si vous pouvez laisser vos sacoches. En France, c’est rarement possible à cause du plan vigipirate.
  • Prendre un sac top case où vous mettez toutes vos affaires précieuses que vous prenez avec vous (ordinateurs, appareils photos, etc.). Ensuite, attacher les sacoches avec des petits cadenas à votre porte-bagages. Puis sécuriser votre vélo avec un cadenas. Il ne reste qu’à espérer que personne ne vienne prendre vos chaussettes sales.
  • Prendre une sacoche avant avec bandoulière (si vous avez peu d’affaires précieuses) peut également servir ! C’est aussi utile si vous voulez avoir le plus important avec vous, mais que vous pouvez garder un oeil sur votre vélo (pendant une pause café par exemple).
  • Les problèmes mécaniques sur le vélo

On conseille souvent de prendre un vélo simple à réparer. La raison c’est pour que vous puissiez faire quelque chose, même si vous êtes au milieu du désert 🙂

Le mieux, c’est quand même de se rapprocher d’une association ou d’un mécanicien vélo avant le départ pour apprendre à réparer votre vélo vous-même. Mais aussi de bien l’équiper (avec du matériel de qualité) pour éviter les casses !

De notre côté, nous avons eu la chance de n’avoir aucun problème technique ou presque sur les 12 000km parcourus.

  • Les blessures et douleurs

Il y a une douleur qui est bien connue des cyclistes : la tendinite du genou. Une douleur aux genoux qui vient pour différentes causes, comme celles de l’augmentation des heures de cyclisme d’un coup (c’est la raison pour laquelle partir sans entraînement peut être compliqué) ou celles d’une selle ou d’une pédale mal réglée.

Ces douleurs finissent généralement par passer avec un ralentissement du rythme et du temps. Tous les voyageurs à vélo ou presque l’ont connue, mais mieux vaut tenter de l’éviter en vous entraînant avant de partir !

Les autres blessures majeures peuvent être les chutes du vélo. Avec les sacoches, le vélo est généralement plus stable et on chute donc plus doucement. Mais on peut aussi se faire très mal. C’est pourquoi, mieux vaut souscrire à une assurance voyage pour éviter les frais excessifs d’hospitalisation en cas de blessure.

  • Les chiens agressifs

Lors d’un long voyage à vélo, il peut arriver d’être confronté à des chiens agressifs. Ces derniers nous courent derrière à vive allure, l’air menaçant, prêts à croquer.

Sachez une chose : les chiens sont des grandes gueules. Ils sont souvent simplement en train de protéger leur territoire et s’assurent que vous vous en alliez :-).  En bref, très rares sont ceux qui iront jusqu’à vous croquer !

Comment réagir face à un chien trop agressif ?


Pour les plus menaçants, voici ce qui est souvent conseillé :

  • Si vous osez, la meilleure solution, semble-t-il est de s’arrêter tranquillement et d’attendre sans jamais regarder le chien dans les yeux. Parfois, ce sont nos roues qui les rendent fous !
  • Prendre une bombe de poivre avec soi et l’utiliser si besoin.
  • Les menacer avec un stick (vraiment, le bâton de marche, c’est essentiel lors d’un voyage). En revanche, cela peut provoquer l’effet inverse et énerver encore davantage l’animal.
  • Perso, j’ai pensé au lancer de croquettes, mais je n’ai jamais eu l’occasion de tester.

Prendre les transports

Parfois, lors d’un voyage à vélo, nous devons prendre un moyen de transport. Que ce soit pour éviter une zone où le trafic est trop dense, avancer un petit peu sur notre itinéraire, etc.

Pour l’instant, dans les transports, le vélo n’est pas franchement favorisé ! Souvent, on doit démonter le vélo pour pouvoir le prendre avec nous, ce qui est pénible. Surtout quand on a 4 sacoches à côté !

Puis, les vélos”hors normes” (tricycles, tandem, avec remorques, etc.) posent parfois encore davantage de problèmes. Nous avons espoir que les choses bougent dans les années à venir avec le développement du cyclotourisme en Europe 😉

De notre côté, nous limitons au maximum les transports. Nous préférons parfois faire deux jours de vélos en plus que de prendre un train. Tout dépend de la philosophie et de l’humeur du moment.

Le bus
Le bateau
L'avion
Le train
Escaliers de la gare

Le passage des frontières

Si vous voyagez à vélo en Europe, il se peut que vous ne voyiez même pas certaines frontières. Nous n’avons jamais su, par exemple, quand nous sommes passés en Allemagne depuis la Suisse !

Évidemment, lorsque l’on quitte l’espace Schengen, le retour à la réalité peut être brutal. Ce fut le cas pour nous en Hongrie où l’on m’a littéralement refusé de sortir du territoire. Quand je dis littéralement, avec fermetures des barrières et des rideaux. Attention, il y avait une attaque potentielle de criminels habillés en jaune fluo sur leurs vélos !

Bref, autant vous dire, les douaniers ne sont pas toujours compréhensifs ou sympas. Mieux vaut éviter ce genre de désagréments, se mettre en règle avant le départ et ne pas faire de blagues au moment du passage de la frontière.

  • Si votre carte d’identité est périmée, elle est périmée (même avec l’extension de validité) !

L’extension de la durée de validité des 5 ans n’est pas reconnue partout. Et même si elle a été officiellement reconnue valide par le pays où vous vous rendez, les douaniers ne sont pas toujours à la page. Alors, il faut qu’ils vérifient (s’ils en ont envie).

Au lieu d’en avoir pour cinq minutes, vous restez une heure à la frontière à vous demander si vous allez passer. Et ça peut arriver que vous ne passiez pas, comme en Hongrie pour moi, même si j’avais 100% tout bon.

Du coup, mon meilleur conseil, ce serait de “perdre” votre carte d’identité pour en refaire une autre avant de partir !

  • Demander les visas

Il est conseillé de faire les visas sur la route lorsque l’on part pour un long voyage à vélo. En réalité, il y a deux raisons à cela. Tout d’abord, la durée de validité du VISA. Le cyclotourisme étant un mode de voyage lent, il se peut que vous n’arriviez pas à temps. Ensuite, les changements de trajectoires qui arrivent souvent lors de longs périples.

Chaque pays est différent ainsi que les délais d’obtention du sésame. Il vaut mieux se renseigner auprès des ambassades avant d’arriver sur place 😉

Si vous le souhaitez, Bertrand du blog Le Braquet de la Liberté, a créé un document très instructif sur les visas !

  • La frontière terrestre

Avant votre passage des frontières, essayez de vérifier quelles sont les frontières environnantes que vous pouvez passer. Certaines peuvent être réservées aux locaux par exemple !

Parfois, les douaniers vous poseront plusieurs questions : que comptez-vous faire dans le pays ? Avez-vous réservé un logement ? Avez-vous un billet de sortie du territoire ? Ou encore, avez-vous une preuve de vos fonds ?

Si la frontière est connue pour être compliquée, préparez des réponses à ces questions. S’il le faut, réservez un billet de bus ou train de sortie annulable et quelques hôtels, annulables également.

Enfin préparez-vous à contrer les manigances des douaniers corrompus à certaines frontières. Notamment, en restant le plus simple possible et en n’exposant pas vos objets de valeurs.

Note : attention si vous avez un drone, il peut parfois être confisqué. Vérifiez bien les autorisations avant d’entrer dans le territoire.

Gérer son itinéraire

En général, l’itinéraire se fait un peu au jour le jour. À moins que vous ne partiez pour un petit voyage à vélo et que vous ayez un objectif défini, prévoir au jour le jour sera même plus facile pour vous !

Planifier son parcours, c’est aussi se laisser de la place pour autre chose si besoin. Dans notre façon de pratiquer le cyclotourisme, nous voyons toujours très large si nous avons une date de retour à respecter. Cela nous permet de nous laisser le temps de faire des détours, de prendre quelques jours de pause en plus, etc.

Sur la route, pour suivre son itinéraire, il y a plus ou moins deux écoles : ceux qui sont contre toute technologie et préfèrent se référer aux cartes et ceux qui utilisent les GPS !

Les cartes

Les cartes ont l’avantage de ne jamais vous laisser tomber. Elles n’ont pas besoin de batterie. En revanche, elles sont plus lourdes à transporter et nécessitent donc souvent un peu de logistique (se les faire envoyer par la poste, s’en séparer sur le chemin, etc.)

Où se procurer les cartes ?


Généralement, et surtout si vous êtes sur un itinéraire Eurovélo par exemple, il est possible de se procurer des cartes à l’Office du Tourisme local.

Sinon, vous pouvez aussi les chercher en librairie ou les commander sur cartovelo.fr, une librairie spécialisée sur le voyage à vélo !

Les GPS

Aujourd’hui, le plus simple, c’est d’utiliser son smartphone, parfois aussi performant qu’un GPS. Avec Maps.me par exemple, il est possible de télécharger un tracé puis de l’insérer sur l’application. Ça permet de toujours pouvoir retrouver son chemin si besoin 🙂

Comment réaliser ou trouver un tracé GPX ?


Pour ma part, j’utilise principalement Bikemap.net, un site qui a déjà une sacrée communauté de cyclistes. En général, je trouve toujours un itinéraire qui me convient et je le suis. Sinon, je le crée. D’ailleurs, ce que j’apprécie, c’est de pouvoir comparer avec l’itinéraire proposé par Maps.me et de choisir celui qui me paraît le plus convenable.

En France, il existe aussi Mountnpass, qui est un peu différent car en plus, il présente les itinéraires.

Sinon, on peut trouver les tracés GPX des routes EuroVélo en cherchant bien. Souvent, lorsqu’ils sont réalisés, les sites touristiques officiels les fournissent.

Aller plus loin !

Manuel du voyage à vélo
  • LE LIVRE !

Cet article n’a pas la prétention de vous donner toutes les informations existantes au sujet du voyage à vélo ! À vrai dire, cela dépasse largement nos compétences 😉 Et puis, il y en a encore tellement à dire qu’il nous faudrait écrire un livre.

Mais à quoi cela servirait car il existe un livre super complet à ce sujet : Le Manuel du Voyage à Vélo ! Véritable bible du cyclovoyageur, on se l’est procuré avant de partir à vélo en 2017 et ça nous a bien aidés.

  • Les assos sur le cyclotourisme

  • Cyclo Camping International 

C’est, selon nous, l’association la plus active concernant le voyage à vélo. Elle est d’ailleurs à l’origine du Manuel du Voyage à vélo.

Mais pas que ! Elle édite aussi une revue qui permet de suivre les aventures d’autres voyageurs à vélo. De plus, elle est derrière le festival du voyage à vélo qui a lieu tous les ans à côté de Paris, en janvier.
Enfin, il est possible d’échanger avec de nombreux membres sur son forum.

En bref, une mine d’or pour tout cyclovoyageur !

www.cyclo-camping.international/fr

  • La Fédération Française de Cyclotourisme

La FFvélo est une autre association dynamique dans le cadre du cyclotourisme. Plus axée sur les courts séjours à vélo et les circuits VTT, la Fédération Française de Cyclotourisme est aussi derrière Cyclotourisme-Mag.

ffvelo.fr

  • Blogs pratiques

  • Le braquet de la liberté

Bertrand n’est plus très actif sur son blog, mais il a réalisé un travail de fonds super impressionnant ! Ses articles sur les vélos de voyage vont beaucoup vous aider.

lebraquetdelaliberte.com

  • En Échappée

Lucie et Max tiennent leur blog depuis plusieurs années déjà et partagent plein d’informations techniques sur le voyage à vélo ! Et en plus, ils sont super sympas.

en-echappee.fr

  • De beaux carnets de voyage

  • Nos interviews de voyageurs

De temps à autre, il nous arrive d’interviewer d’autres voyageurs à vélo. Comme on le dit souvent, il y a autant de voyageurs à vélo que de manières de voyager. Alors, c’est toujours sympa d’avoir leurs retours !

Découvrez donc les interviews de :

  • Échanger avec des voyageurs à vélo

Groupe Facebook Voyageurs à vélo

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à nous contacter directement.

Maintenant, il ne nous reste qu’une seule chose à vous dire : FONCEZ !

Vous avez aimé l’article ? Épinglez-le !

Le guide voyage à vélo d'Un Monde à Vélo
Le guide voyage à vélo d'Un Monde à Vélo

You Might Also Like

Comments ( 4 )

  • Mathilde Poussin

    Super article ! Merci beaucoup !

    • Mila

      Merci 🙂

  • MILLA

    Cet article est vraiment complet, sans compter tous les sous-articles que je n’ai pas encore lu ! (sa va me prendre un certain temps…). Merci pour ce travail !
    Il y a juste une petite chose que je ne trouve pas : vous ne parlez que du vélo “musculaire” et n’abordez pas du tout la possibilité de prendre un vélo électrique, j’imagine car vous n’avez pas d’expérience dans ce sujet, mais ce serait intéressant d’en parler (tout le monde n’est pas forcement sportif ou a envie de suer lol). J’imagine que ce type de vélo annule presque totalement le risque de développer des douleurs aux genoux ? (mais malheureusement ne change rien aux douleurs au fessiers haha !)
    J’ai également lu votre article sur la sécurité e vélo : c’est vraiment hallucinant d’avoir à mettre en place autant de tactique car les conducteurs sont trop c*** pour ralentir suffisamment… mais j’avoue que j’ai les même astuces que vous quand je fais du vélo à Grenoble… (rouler au milieu des petites rues, faire des signes avec les bras, etc)

    • Denni Delfino

      Salut Milla,

      Merci beaucoup pour ton retour, ça nous fait super plaisir !
      En effet, nous n’avons pas du tout entamé la thématique vélo électrique, car c’est un sujet un peu à part, directement lié au choix du vélo, un thème que l’on a à peine effleuré pour le moment. Il merite que l’on s’y penche sérieusement car il y a plein de problématiques directement liées à l’utilisation de la batterie.

      Concernant les genoux, c’est souvent lié au temps que le corps s’habitue (c’est une petite histoire de semaines en règle générale). Je ne sais pas vraiment si le vélo électrique l’évite car le mouvement répétitif reste bien present même s’il demande moins d’effort. En tout cas, une chose est sûre, si douleur il y a, elle doit être moins intense 🙂

      Pour les mesures de sécurité, c’est quand même rare que l’on utilise tout. Souvent le stick est largement suffisant (on montre bien la pointe, les gens ont trop peur de rayer leur voiture…). En fait, toutes nos astuces en même temps, c’est arrivé principalement en Croatie et en Roumanie à vrai dire, deux pays que l’on a moins appréciés à vélo ! Mais c’est vrai qu’en ville c’est indispensable de rester bien au milieu de la route ^^

Comments are closed.