You Might Also Like

Comments ( 7 )

  • Daloze Michel

    Bonjour Mila, bonjour Denni,
    Je découvre votre site, il y a de quoi lire, de quoi faire, de quoi prendre et apprendre 😉
    J’aimerais passer plus de temps sur les routes mais actuellement je n’ai que deux semaines à y consacrer. Le voyage je planifie l’itinéraire et la première nuit, le reste se fera au petit bonheur la chance, en fonction des kms, fatigue, visites, rencontres, bivouacs, habitants, gîtes, etc. Comme vous dites ce n’est pas la course mais pour un séjour court je dois m’assurer d’être de retour à temps, d’avoir une alternative bus, train… pour un retour rapide au cas où je serais “mort” ou un souci technique ou ou ou…
    Et parfois en quelques heures tout change, vous montrez l’itinéraire à un habitant qui est aussi cycliste et qui vous chamboule tout par ses conseils avisés.
    Je prépare un deuxième voyage en Norvège et dans ce pays-là, en plus de la pluie, il y a des tunnels qui, en fonction de certains paramètres j’imagine trafic/longueur sont interdits aux piétons/cyclistes.
    Je dégrossi avec Google map qui ne permet pas le tracé vélo si le trajet rencontre un tunnel, petit ou grand, ce que BikeMap ne semble pas se soucier.
    Par exemple le Frudalstunnelen 6750mts, en venant de Svidalen direction Fjaerland, panneau d’interdiction.
    Parfois il y a un arrêt d’autocar pour y mettre le vélo, ou une ancienne route, ou rien ou bien avant, faut juste le savoir.
    Sur le site https://www.cycletourer.co.uk/maps/tunnelmap.shtml, pour ce tunnel il indique “take the bus”, reste plus qu’à s’informer sur le bus, par ex. avec moovit.com.

    Encore une fois, merci pour ces partages d’expériences, d’Aventures, de conseils.

    Michel

  • Silvanov

    Perso, pour prévoir et calculer ses itinéraires, je trouve que rien ne vaut la bonne vieille carte papier.
    Elle donne beaucoup plus libre cours à l’imagination, l’envie de faire des détours, d’aller se paumer ou d’envisager des itinéraires bis.
    On peut aussi écrire dessus, y faire des annotations, y marquer son trajet.
    Elle facilite aussi le contact et la communication avec les gens quand il s’agit de demander sa route, obtenir une information ou que ceux-ci vous demandent votre parcours et où vous allez…
    Il y a beaucoup plus de poésie et de sentiment de liberté dans un voyage avec carte papier que si l’itinéraire est défini par des programmes ou logiciels.
    Et puis elle ne tombe jamais en panne de batterie ou de réseau.
    (La dernière photo, ne serait-ce pas le pont près de Dunaföldvar en Hongrie ?)

    • En effet, ça donne envie de partir avec une carte ! Mais vu notre sens de l’orientation, je ne suis pas persuadée que l’on s’en sortirait si bien ! On s’y mettra un de ces 4, c’est sûr. Notamment pour notre prochain gros projet en vue !

      La dernière photo est bien en Hongrie (bien joué), mais entre Esztergom et la Slovaquie 🙂

  • Vincent

    > Mon conseil serait donc de bien préparer le parcours que vous avez envie de faire via une application comme Bikemap ou Maps.me.

    Plus simple : préparer le parcours sur l’ordi avec des routeurs adaptés aux cylistes, comme http://www.cycle.travel. Zoomer pour être sûr de ne pas passer par des grosses routes (si ça existe sans faire de gros détour).

    • Mila

      Oui, cycle travel a l’air pas mal aussi. Bikemap et Maps.me sont bel et bien adaptés aux cyclistes également. On a fait avec toute la route et c’était chouette.

  • Pascal

    Bonjour,je voyage depuis quelques années et vos astuces et expériences sont très intéressantes,il y à de bonne idées,
    merci.

    • Mila

      Top, merci pour ce retour Pascal ! Ça me fait super plaisir 🙂

Enter Your Comments Here..

Rejoignez notre aventure sur les réseaux sociaux !

Envie d'échanger autour du voyage à vélo ?

Nous sommes + de 2000 à partager sur Facebook !

© Un Monde à Vélo 2018 . Tous droits réservés.