Il y a quelques années de ça, je lançais une plateforme de crowdfunding (financement participatif) avec mon associé, Yoann. Ça m’a fendu le coeur, mais elle n’est aujourd’hui plus en ligne. En effet, nous avons rejoint Ulule en 2013 pour rassembler nos forces. Si je voyage à vélo depuis 2017, c’est grâce aux nombreux porteurs de projets que j’ai pu aider dans mon métier et qui ont été une véritable source d’inspiration pour moi (cf. Volunt’our).

Je me suis lancée très tôt dans le crowdfunding (en 2010 quand ce n’était encore pas connu). J’imaginais donc qu’avec tout le travail de sensibilisation que nous avions pu faire à l’époque, les porteurs de projet avaient bien compris comment cela fonctionnait aujourd’hui !

Eh bien, force est de constater qu’il y a encore de l’incompréhension en ce qui concerne le crowdfunding. C’est un travail de pédagogie constant finalement 🙂 ! Je vais donc vous faire un petit topo afin que vous réussissiez votre collecte pour votre projet de voyage à vélo.

Comment fonctionne une plateforme de financement participatif ?

C’est évidemment la première question qu’il faut se poser si on veut réussir sa collecte. Parfois, on les prend un peu pour des organismes qui vont collecter des fonds pour autrui. Or, c’est là la première confusion : une plateforme de crowdfunding est un outil qui vous permet de collecter des fonds.

Globalement, une plateforme va vous permettre de :

  • Fixer un objectif et une durée de collecte
  • Selon la plateforme, offrir des contreparties à vos soutiens
  • Bénéficier de la validation de votre projet (selon la plateforme également). La mise en ligne permet donc d’avoir un peu plus de crédibilité.
  • Récolter des fonds auprès d’inconnus si votre projet fonctionne bien.

En bref, les plateformes de crowdfunding ont développé tous les outils qui vous permettront de réussir votre collecte. Maintenant, ce sera à vous et à vous seul.e de vous en servir !

Quel projet pour un crowdfunding?

Comme vous le savez, nous sommes de plus en plus à voyager à vélo. Les projets sont si nombreux qu’il est difficile de sortir du lot. Tout comme ce sera le cas si vous voulez faire appel à des sponsors, il va falloir se démarquer des autres notamment par un projet concret.

1. Un projet concret

Dans le financement participatif, un projet concret est un projet palpable ou presque. Quelque chose qui sera clair dans la tête d’un internaute. Par exemple, un film, un livre, un livre-audio, un livre photos, une exposition photos, un jeu de société, etc. C’est quelque chose qui, dans la tête de l’internaute donnera : « je finance le film du voyage et en contrepartie, je vais l’avoir en DVD chez moi » !

2. Un projet au-delà du voyage

En général, les projets qui marchent en crowdfunding se réalisent après le voyage à vélo et ont un objectif autre qu’un simple partage d’expérience. Ils sont plus poussés, il y a un but, un projet bien travaillé derrière.

Aujourd’hui, voyager pour une cause ne suffit plus vraiment. Les internautes se méfient de ce type de projets de voyage car il y a eu des abus. Dans leurs têtes, ça donne un peu « Certes, il va tenter de rallier la Chine à vélo pour la lutte contre les inégalités, mais c’est quand même un projet individuel et on n’est pas sûr que ce sera accompli… »

Un crowdfunding sur un tel projet est donc plus compliqué à financer qu’un projet avec un objet plus concret (même si ça peut arriver que ça marche en ayant bien travaillé tout le reste des points que l’on va voir).

Note : les blogs, les apps et tout ce qui est immatériel ne sont pas des choses concrètes à financer dans la tête des internautes. Il est donc rare de réussir une campagne sur ce genre de projets. 

Les pré-requis pour une collecte

Je vous disais qu’il vous fallait un projet concret et au-delà du simple voyage plus haut. Néanmoins, ça ne suffit pas si vous n’avez pas déjà énormément travaillé dessus. Il faudra donc créer un dossier de présentation, étudier votre itinéraire, exposer concrètement vos besoins en financement, réaliser un budget. En bref, vous posez toutes les questions auxquelles vous devrez répondre.

Une communauté

Sans communauté, votre projet ne se financera pas. C’est simple, c’est comme ça.

Avant de lancer un crowdfunding, parlez de votre projet pendant plusieurs mois autour de vous. Créez des pages sur les réseaux sociaux pour que les gens vous découvrent. Attendez d’avoir quelques centaines de fans ou centaines d’abonnés à votre newsletter par exemple. Éventuellement, quelques articles dans les journaux peuvent montrer que votre projet est sérieux avant de vous lancer.

Un budget défini et clair

Qu’est-ce-que les gens vont financer concrètement ? C’est une partie qui va être importante dans la présentation de votre projet et pour laquelle vous allez devoir donner des réponses concrètes.

Pour ce que vous allez présenter, évitez de faire financer :

– vos billets d’avion
– vos frais de nourriture et d’hébergements
– tous vos frais liés à la vie de tous les jours.

Selon moi, cela doit être pris en charge par vous. C’est le but après tout, vous allez d’abord en voyage pour vous, ne l’oubliez pas.

Ce qui va être intéressant à faire financer, ça va encore une fois être sur les frais concrets liés à votre projet : matériel audiovisuel, frais d’édition, etc.

Et pourquoi pas une cagnotte en ligne ?

Votre projet est plutôt perso ? La cagnotte sera sans doute plus adaptée.

Si vous partez pour un voyage à vélo sur quelques mois, que vous faites quelques petites choses sur les réseaux, pourquoi ne pas faire appel directement à vos proches en ouvrant une cagnotte en ligne ?

Vous récolterez probablement moins de fonds qu’avec un crowdfunding et n’aurez peut-être pas la même visibilité, mais vous n’aurez pas à vous prendre la tête non plus avec les contreparties ! C’est tout bénéf’ si vous avez une toute petite communauté 🙂

Collecte de fonds, projet de voyage à vélo

Quand lancer une collecte de fonds pour son voyage à vélo ?

Un voyage à vélo est une initiative personnelle qui a un objectif individuel avant tout. Vous pouvez y ajouter des actions, des luttes, des buts qui sont tout à fait louables, la base restera la même.

Contrairement aux projets d’entrepreneuriat social ou associatifs, il faudra alors garder en tête que les gens n’ont pas besoin de votre voyage. La seule chose que vous leur vendez, c’est du rêve. Mais dans leur tête, vous partez aussi « en vacances… »

C’est là que le temps intervient, le fameux « quand lancer une collecte ». L’idéal, même si ce n’est pas toujours possible, est de lancer un crowdfunding en rentrant de votre voyage ou après avoir déjà réalisé une belle partie du parcours.

Alors, je sais que ça n’aide pas forcément et qu’il faut parfois acheter le matériel avant. Mais, il est important aussi que les gens puissent vous faire confiance et voir comment vous « travaillez » sur la route pour avoir vraiment envie de vous soutenir.Concernant la période pour lancer sa collecte, il n’y en a pas forcément en réalité. Il vaut mieux éviter les mois de juillet et août où Internet se déserte, ainsi que la période de Noël.

Comment définir ses contreparties ?

crowdfunding - contreparties

Pensez aux gens qui vous soutiennent, tout simplement !

Les contreparties sont des éléments majeurs du crowdfunding. Elles seront déterminantes pour la réussite !

Pour faire simple, pensez à ce qui vous ferait plaisir à la place d’un soutien financier si vous étiez à la place de l’internaute. Et soyez équitable. Vous aurez peu de chances de réussir une collecte avec des contreparties dont le montant est trop élevé pour ce que vous offrez. Par exemple, 20€ pour une lettre de remerciements ou une carte postale ne risque pas de convaincre grand monde.

Deux contreparties sont importantes :

Celle qui sera autour de 20-25 € : ici le mieux c’est globalement que vous offriez quelque chose de concret. Le livre, le film, une photo encadrée, etc.
Aux alentours de 50€ : mettez le paquet aussi sur celle-là avec un petit truc exclusif, qui fera la différence (autographe, t-shirt, photo signée, etc.)

Définir l’objectif à atteindre

Comme je vous le disais plus haut, l’important, c’est d’avoir déjà créé une communauté avant de se lancer. Parce que c’est elle qui va lancer votre collecte.

Pour réussir une collecte, il faut atteindre plusieurs cercles de financement. Si le premier n’est pas atteint, les autres ne le seront jamais (déroulez pour plus d’infos).

1. La famille, les amis, le réseau proche

Ce sont eux qui vous connaissent, vous font confiance, vous soutiennent. Ce seront les premiers à vous soutenir car ils sont proches de vous et qu’ils ont envie que vous réussissiez. Mais si vous n’arrivez pas à les convaincre, comment voulez-vous convaincre un inconnu ? Alors, il va d’abord falloir travailler auprès d’eux.

2. Les amis des amis – le bouche-à-oreilles

Que votre réseau direct soit derrière vous est important car c’est eux qui vont vous aider à atteindre le second cercle, les « amis des amis ». Ils vont eux-aussi parler de votre projet à leurs proches et il se peut que vous touchiez donc des personnes que vous ne connaissez pas directement, mais qui font partie de votre entourage.

3. Les inconnus (éventuellement)

Les inconnus ne vont pas obligatoirement financer votre projet (surtout sur le voyage…). Il faudra vous y attendre d’office. C’est normal, comme je le disais, le voyage est une initiative individuelle et avant tout personnelle. Même si on la partage avec les autres, même si on travaille.

Je sais que votre ressenti peut-être différent et que vous n’avez peut-être pas l’impression que c’est individuel, mais ça l’est. Je sais de quoi je parle, avec ce blog, j’ai même parfois l’impression d’oublier de voyager pour moi. Mais n’oublions pas : on a choisi notre mode de vie, on ne change pas le monde avec, on fait rêver surtout !

Bref, tout ça pour dire que pour un projet voyage même très sympa, on ne relevait souvent qu’un ou deux soutiens véritablement inconnus du porteur de projet. Ne comptez donc pas trop dessus et travaillez davantage avec votre communauté.

 

Votre objectif doit être cohérent avec votre communauté

Imaginons que vous ayez besoin de 2 000€. D’après mes connaissances, un internaute met en moyenne 45€ dans un projet. Pour atteindre les 2000€, il faudra donc compter sur le soutien de 45 personnes. Honnêtement, entre un like sur votre page Facebook et un soutien financier, le pas est géant !

Comptez maximum sur 10% des gens qui vous suivent pour définir votre objectif et imaginer qu’ils doivent financer au moins 60% de votre objectif très rapidement. Si vous avez 1000 fans actifs et engagés, par exemple, vous pouvez peut-être miser sur 1000 – 1500€ en travaillant fort pendant votre collecte.

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

ASTUCE

Créez des paliers. Votre objectif défini sur la plateforme sera votre premier palier à atteindre. Si vous avez bien préparé votre collecte, vous pouvez déjà avoir prévu un second palier à atteindre, sur lequel vous allez pouvoir communiquer. Par exemple : à 1000€ on fait un film de 15 minutes, à 2000€, on ajoute un son de dingue et on vous fait un film de 30 minutes !

Présenter votre projet

1. Soignez, soignez, soignez !

Une présentation se travaille beaucoup. Essayez d’avoir une petite charte graphique, des petits plus, des images surtout pour que votre page soit attrayante, jolie et montre que vous y avez passé du temps. On ne gagne rien sans rien n’est-ce-pas ?

2. Si possible, faites une petite vidéo de présentation

Parler de votre projet en vidéo, ça aide pas mal à convaincre les internautes de vous soutenir. De plus, ça donne un côté plus humain à votre projet. N’hésitez pas à vous adresser à eux directement.

Communiquer sur son projet une fois en ligne

Avant d’aller contacter la presse (ce que font souvent les porteurs de projet souvent bien trop tôt), il vaut mieux respecter quelques étapes bien définies :

  • Avant de lancer votre collecte, parlez-en un peu partout. Faites un compte à rebours s’il le faut, mais surtout prévenez !
  • Les premiers instants de la mise en ligne de votre collecte, contactez en privé les personnes les plus proches de vous pour leur parler de votre campagne (parents, famille, amis très proches). Attendez d’avoir quelques soutiens pour aller plus loin.
  • Une fois que vous avez obtenu au moins 5 soutiens, lancez l’information publiquement. Le fait qu’il y ait déjà du monde qui ait suivi va vous aider à lancer la collecte.
  • Attendez d’atteindre au moins 40-50% de votre premier objectif pour commencer à contacter la presse, les médias et tenter d’aller plus loin.
  • Partagez et rappelez régulièrement que votre collecte est en ligne et qu’il reste X de jours avant la fin. Donnez des nouvelles pendant la collecte. Les derniers jours sont très importants pour atteindre votre objectif ou les paliers supérieurs.
~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Note : la presse ne vous apportera que très rarement (voire jamais) des soutiens financiers supplémentaires. En revanche, elle vous apportera de la crédibilité pour faire parler de vous et du sérieux de votre projet 🙂

Comment je sais tout ça ?

Depuis des années, vous êtes très nombreux.ses à me demander des conseils sur le crowdfunding. J’ai quitté cet univers à contre-coeur, j’étais passionnée et animée par mon métier. Ma plateforme (Octopousse, lancée en 2011) a quand même réussi à collecter 400 000€ en 1 an et demi. Après avoir rejoint Ulule, j’ai encore accompagné de nombreux porteurs de projets.

Aller plus loin