Oct 03, 2018
Posted by: Mila

Foodorama, 40 000km à vélo autour du monde pour l’alimentation durable !

40 000 km, 2 ans de voyage à vélo : l’équipe de Foodorama part pour une belle aventure !

Partis depuis quelques jours seulement, Kalima et Sylvain ont un objectif : partir à la rencontre des initiatives autour de l’alimentation durable. À travers leur projet, Foodorama, ils produiront une série documentaire pour tenter de répondre à la question suivante : comment mangera-t-on demain ?

Nous les avons interviewés il y a quelques semaines, juste avant leur départ, pour qu’ils nous parlent de leur projet. Une chose est sûre, cette aventure ne laissera personne indifférent et promet de belles découvertes, tant au niveau du voyage à vélo que pour notre avenir !

Foodorama – L’interview

Salut Kalima et Sylvain, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

 

Bonjour à tous, nous sommes 2 Montreuillois. Sylvain est photographe indépendant et Kalima est intermittente du spectacle dans la production et la régie audiovisuelle. Nous vivons ensemble depuis 4 ans et nous avions envie de donner un peu plus de sens à notre vie. Aussitôt après avoir emménagé dans notre nouvel appart, nous avons mis sur pied le projet Foodorama.

 

Vous travaillez sur un super projet ! 2 ans, 40 000 km à vélo couché à la recherche de solutions pour les défis alimentaires de notre planète. Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?  

 

Nous préparons notre départ depuis plus d’un an et demi maintenant. L’idée de s’intéresser de près à l’alimentation durable est venue assez naturellement.

Depuis 2, 3 ans, nous avons diminué notre consommation de viande, nous mangeons de plus en plus bio et nous faisons nos courses dans des magasins proposant des produits locaux et de saison. C’était le premier pas pour consommer de façon responsable et durable. Consommer c’est voter !

Nous voulions aller un peu plus loin avec notre projet documentaire en nous intéressant à toutes ces personnes, à travers la planète, qui innovent pour trouver des façons éco-responsables pour se nourrir. De la production au recyclage, nous allons parler d’agriculture urbaine, d’agroécologie, d’alternatives aux protéines animales, de commerce équitable, ou même de freeganisme !

Foodorama - voyage à vélo

L’alimentation durable, c’est quelque chose qui nous parle beaucoup ! Vous avez déjà des contacts de personnes à rencontrer sur place ?

 

Foodorama est un documentaire en deux étapes.

Tout au long du voyage nous allons diffuser une série documentaire de 12 épisodes de 7 à 10 min sur 12 sujets différents. Nous avons déjà identifié les thèmes de chaque épisode et commencé à chercher les lieux que nous allons visiter. Cependant nous contactons les personnes au fur et à mesure ! Et pour cause, il est difficile de donner RDV à quelqu’un dans 15 mois 😉

De retour en France dans 2 ans, nous monterons un documentaire unitaire qui sera complété avec des interviews menées en Europe.

 

Pourquoi avoir choisi le vélo couché comme mode de transport pour votre voyage ?

 

L’idée de partir à vélo est venue dans un second temps. Pour tout dire, nous en faisons très peu en France habituellement. On cherchait juste le moyen de choisir librement son itinéraire, de pouvoir s’arrêter facilement et de rester accessibles aux rencontres sur place tout en transportant 10 kg de matériel audiovisuel.

 

Nous avons fait un premier test avec des vélos droits en descendant la Loire à vélo. Comme tout le monde on a eu mal aux fesses, au dos, aux poignets et on s’est dit que, tant qu’à partir deux ans à vélo, autant que ce soit confortable. Après quelques recherches, Sylvain a découvert le vélo couché et après un essai maladroit de 10 min c’était décidé ! On est quand même parti deux semaines faire un second test à vélo couché cette fois-ci, au Maroc et on a été conquis !

En plus d’être atypique, il est surtout bien plus confortable qu’un vélo droit. Adieu mal au dos, adieu mal aux fesses, bienvenu dans le monde merveilleux des fins de journée où seul des étirements suffisent pour repartir de bon pied le lendemain matin.

On a aussi découvert à quel point il permettait de faciliter les rencontres en créant facilement un sujet de discussion. « Est-ce que c’est confortable ? » « Et dans les montées ? » etc.

PC photos film - Foodorama

Quel sera votre parcours ? Vous l’avez déjà fixé ou vous comptez vous laisser guider au fil de l’eau et des rencontres ?

Nous avons prévu un itinéraire global qui évoluera très certainement au cours du voyage. Vous pouvez le trouver sur notre site : worldfoodorama !

Notre itinéraire précis se fera au jour le jour, en fonction des rencontres et surtout des projets que nous allons filmer.

 

Le départ approche, pas trop stressés ? Il vous reste encore plein de choses à préparer j’imagine ?

 

La liste des choses à régler avant le départ est en effet encore longue mais elle l’a toujours été. Entre l’administratif, la recherche de financements, de sujets, les solutions techniques pour filmer dans des conditions pas toujours faciles, la préparation sportive et la communication, nous avons de quoi nous occuper jusqu’au 21 septembre ! Préparer un projet comme celui-ci demande beaucoup d’investissement et d’organisation. C’est comme une petite entreprise.

 

Question importante : vous avez déjà voyagé à vélo ? Vous êtes entraînés pour les 40 000 km ? Ça vous fait une moyenne de 55km par jour, sans pause, c’est un beau défi !

C’est là où l’on manque probablement de préparation et qu’on essuiera quelques déconvenues les premiers mois. Pour le voyage au Maroc notre sponsor Azub nous avait prêté deux vélos couchés que nous avons rendus depuis. Nous allons recevoir d’ici peu les nôtres mais nous aurons très peu de temps pour nous entrainer convenablement et maîtriser les réparations sur le bout des doigts.

On espère qu’en commençant doucement, on arrive à trouver notre rythme au bout de quelques semaines. La moyenne de 55km est assez arbitraire. En réalité on fera probablement davantage les jours où nous roulerons. Nous avons aussi prévu de faire des étapes en bus ou en train pour s’accorder quelques jours de repos sans vélo.

Le défi que nous nous sommes fixés n’est pas tant sur l’aspect sportif mais concerne surtout la réalisation d’un documentaire qui ait du sens.

foodorama documentaire

J’ai également vu que vous preniez pas mal de matos photo et vidéos. Vous avez réussi à limiter le poids quand même ?

On a dû faire beaucoup de compromis pour trouver la solution qui nous permette de produire du contenu qualitatif et professionnel tout en limitant au maximum le poids. C’était un vrai casse-tête !

Nous partons au final avec 1 appareil GH5, deux optiques, 1 drone, 1 Gopro, 1 stabilisateur, 1 micro HF, 1 enregistreur son, 1 pied photo amateur mais très léger et 1 portable. Plus de 10 kg de matériel ! C’est beaucoup et même temps c’est le minimum pour réaliser un documentaire et faire de belles images.

 

Est-ce que nos lecteurs peuvent vous soutenir d’une manière ou d’une autre dans ce beau projet ? Où est-ce qu’ils peuvent suivre ?

 

Oui ! Ils peuvent nous orienter vers des projets intéressants, nous mettre en contact avec des écoles (car nous avons aussi un programme pédagogique : http://worldfoodorama.com/programmes-pedagogiques/) ou participer à notre crowdfunding.

Pour nous suivre, soit sur le blog Foodorama, en s’inscrivant à la newsletter : www.worldfoodorama.com

Soit sur Facebook, Instagram ou notre chaîne Youtube !



Nous remercions Kalima et Sylvain pour cette interview et leur souhaitons une bonne route, en espérant les croiser un jour !

You Might Also Like

Enter Your Comments Here..