S’équiper pour un voyage à vélo : la liste de matériel

par | Mis à jour le 31/08/2021 | Publié le 23/05/2018 | Choisir son matériel | 14 commentaires

Quel équipement pour un voyage à vélo ? La liste de matériel varie entre les cyclo-randonneurs, selon le budget alloué à l’équipement, la durée du voyage, sa difficulté aussi. Inutile, avant de partir pour 2 semaines sur la Vélodyssée, d’investir dans le vélo de voyage dernier cri ou d’aller chercher un équipement de bivouac au top du top.

Pour notre premier tour d’Europe, nous n’avions pas investi beaucoup. Alors certes, le poids n’était probablement pas optimisé au maximum et les sacoches étaient surchargées par de l’équipement moins compact. Mais, ça ne nous a pas empêchés de faire un bon voyage et d’en garder de merveilleux souvenirs. Au contraire ! Nous avons même été surpris de la durabilité de certains produits, comme notre tente qui nous a suivi pendant 4 après le GR20.

Cet article a pour objectif de vous aider à vous équiper. Mais prenez toujours du recul : ce qui convient à l’un ne vous conviendra pas forcément. Si j’ai un seul conseil à vous donner : ne prenez pas forcément à la lettre tous les articles qui vous diront que vous avez absolument besoin de tel ou tel produit pour survivre en cyclo-camping. Certains produits peuvent améliorer le confort, mais nous avons largement survécu sans 😉 !

Réaliser sa liste de matériel

Quels sont vos indispensables pour réaliser votre liste de matériel ? C’est une question intéressante car elle va évoluer constamment, au fil des ans et de l’évolution de votre approche de l’aventure à vélo. Pour l’Europe par exemple, un filtre à eau ne sera sans doute pas nécessaire, à moins que vous recherchiez à rouler hors sentiers battus. Pour l’Asie en revanche, il faudra probablement filtrer l’eau et même avoir une moustiquaire.

Mais soyez rassurés, on peut largement lâcher prise avec le matériel. Pendant longtemps, nous avons sillonné les listes d’autres voyageurs avec angoisse. Nous nous disions que nous étions mal équipés, on se demandait parfois comment ils faisaient pour investir dans tout ça. En réalité, c’est la peur de manquer, de quitter son confort qui parle. Difficile d’être minimaliste lorsque l’on vit dans un monde où le mot acheter semble avoir la même importance que le mot manger. Tout comme nous vous le conseillons pour le choix de votre vélo de voyage : apprenez à vous connaître déjà, vous investirez en temps voulu !


L’équipement essentiel en voyage à vélo !


Avant toute chose, il est important de préciser que nous réfléchissons comme des voyageurs au long cours qui partent sur plusieurs mois. C’est-à-dire que certains de nos conseils ne s’adaptent pas toujours pour une semaine de vacances à vélo. Concernant notre équipement pour voyager à vélo, la liste est plus longue, car nous sommes confrontés à des températures très variées.

Notre liste de matériel n’est pas forcément bonne car elle contient énormément de matériel informatique et vidéo, non essentiel à la plupart d’entre nous !

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

À CHACUN SON ÉQUIPEMENT !

S’il y a bien une règle dans le cyclotourisme, c’est qu’il n’y a pas de règles. Chacun s’adapte à ses besoins et à ses finances. Les essentiels des uns ne sont pas ceux des autres. Ce qui nous paraît important ne le sera peut-être pas pour vous ! 

Nous, nous sommes chargés, très chargés. Il y a une bonne raison à cela : nous avons beaucoup de matériel informatique. Notre liste de matériel est quelque chose qui a évolué assez peu depuis que nous voyageons à vélo. Ce qui a beaucoup changé en revanche, c’est la technique. Nous avons investi dans des produits plus légers au fur et à mesure afin de réduire le poids de nos vélos. 


Le vélo


Récemment, nous avons écrit un article pour vous aider à choisir votre vélo de voyage ! De notre côté, nous sommes équipés de deux prototypes : les RT520 et RT900 de chez Riverside, Décathlon, dont nous sommes satisfaits. Choisir son vélo est un moment assez difficile, car ça demande souvent beaucoup de recherche, de patience et de réflexion. Après tout ça va devenir notre meilleur compagnon !

Mais le vélo seul ne suffit pas, il faut aussi bien souvent l’équiper. Nous avons largement abordé ce sujet dans l’article dédié, notamment en reprenant les composants essentiels comme les portes-bagages, la selle, le guidon, etc. Donc pour en savoir plus, nous vous recommandons de vous référer à cet article !

La selle

Lors de notre premier tour d’Europe, nous avions gardé les selles d’origine sur nos vélos. Une belle erreur je crois, nous avons passé des mois à nous tortiller sur nos selles ! Alors, pour notre second voyage au long, nous sommes passés à la selle SMP qui a déjà apporté son bon lot de confort. Puis, nous avons désormais deux selles Brooks B17, très efficaces. À tel point que nous ne prenons plus de cuissards rembourrés pour voyager !

Les pneus

S’il n’y avait qu’une chose à changer sur un vélo, ce serait les pneus. Pour éviter la crevaison, mieux vaut être bien équipé. Crever tous les 100 km, c’est quand même très contraignant ! Afin de limiter les ennuis, nous avons investi dans de très bons pneus. Preuve en est : nous avons depuis parcouru 24 000 km et l’on dénombre 3 crevaisons au total.

Transmission - vélo Riverside - Décathlon

Les pneus les plus réputés dans le monde du voyage à vélo sont les Schawlbe Marathon Plus ou les Marathon Mondial Evo. Nous les avons tout de même maltraités : nous sommes passés sur de nombreuses petites routes, dans des endroits compliqués, rocailleux, etc.

En plus des pneus, il vaut mieux prévoir de quoi changer les chambres à air en cas de crevaison. Nous avons, de notre côté, une chambre à air de rechange chacun, ainsi que des rustines et une pompe !

Accessoires importants pour le vélo

  • Des éclairages pour la nuit (et pour les grands axes). Sachez une chose : vous aurez beau être visible, les automobilistes sont parfois concentrés ailleurs !
  • Un bon guidon : ça dépend vraiment beaucoup de votre manière de voyager, mais ce guidon permet de changer régulièrement de position. Alors, c’est un peu plus confortable sur les longs trajets !
  • La béquille : difficile de trouver une béquille qui tienne le choc pendant plus de 3 mois avec un vélo de 50kg. La béquille prévue pour les VAE Décathlon fait l’affaire pour nous. Aussi, un voyageur américain a lancé le click-stand pour contrer ce problème.

Le kit réparation du vélo

  • Un multi-outils : qui permet de revisser le vélo régulièrement.
  • Une clef pour réparer les rayons et quelques rayons de rechange
  • Une patte de dérailleur à choisir selon le vélo
  • Une clef à rayons
  • Une pompe
  • Des rustines
  • Des câbles de rechange pour les freins et les vitesses !

À lire comme ça, ça paraît beaucoup, mais l’ensemble tient dans un tout petit sac (ou presque car nous avons les chambres à air à part) !


Le transport du matériel


La manière dont vous allez transporter votre équipement va influer sur votre voyage. Elle induira généralement quelques changements et une période d’équilibrage afin de réussir à être à l’aise et à connaître vos sacoches par coeur.

3 manières de transporter son matériel en voyage à vélo

  • La remorque (qui peut aussi transporter enfants et animaux)
  • Les sacoches « traditionnelles » qui s’installent sur des porte-bagages
  • Les sacoches de Bikepacking qui ne nécessitent pas de porte-bagages

La remorque

Un vélo + remorque

Généralement utilisée par celles et ceux qui n’ont pas de porte-bagages, qui sont très chargés, qui manquent de place sur le vélo (en tandem par exemple) ou qui ont des enfants ou animaux, la remorque reste l’option la moins sympa en voyage à vélo. Si elle a l’avantage de bien suivre et de ne pas faire sentir le poids sur le plat, elle tire vers l’arrière en montée et a plus de prise au vent (surtout pour les remorques enfant et animaux). Elle use aussi davantage les freins en les sollicitant beaucoup en descente.

Les sacoches

Sacoche Vaude Aqua Back - porte-bagages

Les sacoches sont l’une des options les plus communes pour la randonnée à vélo. Selon nous, il est essentiel qu’elles soient étanches pour plus de confort de voyage. Nous avons commencé avec des sacoches non imperméables et ce n’est vraiment pas l’idéal. Bien sûr, si votre voyage à vélo dure une semaine, vous pouvez prendre les modèles de chez Décathlon (qui ont fait leur preuve) ou des modèles d’occasion. Mais si vous partez sur une longue durée, des sacoches Ortileb ou Vaude, de préférence étanches, seront bien plus efficaces.

De notre côté, nous avons choisi la marque Vaude. Les 4 sacoches étanches nous suivent depuis 2017 sans avoir bougé. Nous avons également investi dans des Ortlieb en 2019 ainsi que les top-case des deux marques afin de réaliser un comparatif des sacoches.

Les sacoches type bikepacking

Aujourd’hui, une nouvelle forme de sacoches a vu le jour. Elles s’installent directement sur le vélo, ce qui évite le poids du porte-bagages. Elles ont aussi moins de prise au vent et sont plus maniables sur les terrains cabossés. En revanche, elles présentent l’inconvénient d’avoir moins de volume. Elles s’adressent donc à un public plus minimaliste, souvent plus sportif aussi avec une recherche de performance (mais ce n’est pas obligatoirement le cas).

Mixte sacoches traditionnelles + bikepacking
Combinaison sacoches traditionnelles et sacoches bikepacking à l’avant.

On peut aussi tout à fait combiner sacoches de bikepacking et sacoches traditionnelles comme c’est le cas sur mon vélo. On peut également ne mettre des sacoches qu’à l’avant ou seulement à l’arrière. À chacun son format !

Équipement de nos sacoches en 2018 – beaucoup d’évolution depuis !

L’habillement en voyage à vélo

La base

Nous prenons très peu de vêtements avec nous pour éviter d’accumuler beaucoup de poids. Notamment, parce qu’à vélo, nous avons des vêtements techniques et des vêtements de tous les jours.

Pour éviter les douleurs aux fesses les longues journées et si vous n’avez pas la chance de trouver une selle qui vous évite les douleurs, il est préférable d’avoir des cyclistes. Enfin, tout dépend de votre sensibilité au polyester. De notre côté, nous n’aimons pas beaucoup ça, ni l’un, ni l’autre. Notre solution est donc de les porter de temps à autre. L’autre inconvénient, c’est que le cuissard ne se porte pas en toute circonstance et que c’est donc un élément en plus qu’il faut prendre. Le must est de réussir à le rincer / laver tous les soirs en ce cas !

Pour le reste nous avons deux t-shirt techniques chacun, deux t-shirt de la vie de tous les jours, deux t-shirt à manches longues en laine mérinos. À cela, s’ajoutent trois shorts et deux leggings de sport pour moi, un pantalon, un short et un pantalon qui se transforme en short pour Denni. Une tenue de pluie : un pantalon (pour en savoir plus, vous pouvez lire le comparatif de nos pantalons de pluie) et une veste de pluie. Enfin, une veste chaude (efficace jusqu’à moins 5°C) pour les températures fraîches et une veste polaire pour moi !

Les petits plus vêtements

Pour ma part, j’ai aussi une veste coupe-vent toute légère. Aussi, nous avons des tours de cou, pour éviter le froid ou le soleil quand il fait chaud. S’ajoutent aussi dans notre équipement une paire de chaussures de trail ou de randonnée selon les années qui passent un peu partout et une paire de sandales pour les jours chauds, ainsi que 2 paires de chaussettes de sport chacun, plus une paire de chaussettes de ski pour moi (je suis frileuse hihi) !

Alors, ce n’est pas beaucoup, mais nous les lavons régulièrement à la main (ça sèche très vite, c’est l’avantage) ! En complément, nous transportons quelques habits avec lesquels nous roulons. Notamment trois shorts et deux leggings de sport pour moi. Deux shorts et un jogging pour Denni. Et évidemment, n’oublions pas le casque ! Cette année nous avons opté pour un casque Cairn, une marque française, c’est vraiment top !

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Pour approfondir le sujet, nous avons aussi écrit un article complet sur l’habillement pour voyager à vélo ! Vous y retrouverez tous les vêtements que l’on emporte dans nos sacoches avec des retours précis.

Casque Cairn

L’équipement santé et la toilette

La trousse de survie est un élément qui ne vous servira pas ou peu, je l’espère. Il n’empêche qu’il est essentiel d’en avoir une en cas de bobo, ou même d’accident. Avec une couverture de survie, de quoi désinfecter, voire faire quelques points et de faire un bandage à minima. Nous y avons ajouté quelques médicaments pour les petits désagréments du voyage : maux de tête, vomissements et autres joyeusetés !

Concernant notre nettoyage du quotidien, nous avons deux serviettes microfibres pour nous doucher, une plus petite pour essuyer la vaisselle. Elles ne sont pas confortables, mais elles font le travail.

Nous avons également une trousse de toilette dans laquelle se trouvent nos brosses à dents, un savon de Marseille, un shampooing solide et du dentifrice. On garde avec nous le strict minimum. D’ailleurs, pour ce faire, le savon de Marseille est un vrai plus. Il lave parfaitement les habits à la main. Il permet même d’enlever les tâches difficiles (sang, graisse, traces de maquillage, etc.)

L’équipement de camping

La tente

Conseil : une bonne tente pour voyager au long cours est une tente auto-portée. C’est d’une grande aide lorsque le sol ne permet pas d’accrocher les piquets correctement.

Nous avons commencé avec une tente Quechua Quickhiker que l’on regrette aujourd’hui tant elle était simple et rapide à monter. Néanmoins, elle présentait deux problèmes : son poids, 2,7 kg (ça va encore, mais bon…) et son habitabilité. En gros, les sacoches devaient dormir dehors et toutes nos sacoches n’étaient pas imperméables au début.

voyage à vélo - camping
tente Quickhicker

Nous avons aujourd’hui une tente Vaude Hogan 2UL (dotation sponsor) qui a un peu plus d’espace par rapport à la première mais reste serrée. Si nous voulions une tente 3 places, les stocks ne nous l’ont pas permis. La Vaude Hogan 2UL pèse toutefois moins lourde et a le bénéfice d’avoir un double toit, ce qui nous permet de l’enlever lors de fortes chaleurs.

En complément, Nous disposons également d’une bâche qui nous permet de couvrir soit la tente ou le sol en cas de besoin, soit les vélos selon les circonstances du bivouac.

Matelas et sacs de couchage

Matelas - tente - sacs de couchage - équipement voyage à vélo

Nous avons commencé avec deux sacs de couchage 10°C classiques de chez Décathlon. Un modèle qui n’est plus vendu mais qui permettait d’attacher les deux sacs ensemble. Nous jamais utiliser cette option…

Nous avons changé le tout pour des sacs de couchage Cumulus. Le Panyam 450 et le Lite Line 400 aux températures confort de 0°C et +2°C. On doit dire que niveau qualité, ça change tout ! On est vraiment monté une belle gamme au-dessus tout en nous allégeant et en gagnant de la place dans nos sacoches.

Enfin, nous avons deux matelas. Denni a souhaité rester sur un modèle d’entrée de gamme de Décathlon, avec des boudins (actuellement, il n’est plus commercialisé, mais le nouveau produit de chez Forclaz reste dans le même type). J’avais pris un matelas Sea To Summit, autogonflant mais qui n’a jamais autogonflé et qui a explosé de l’intérieur au bout de 3 ans d’utilisation !

Nous avons désormais deux matelas Vaude Performance en taille L. Croyez-moi, si vous faites moins d’1m80, partez sur la taille M car le L est très long et large. On s’est dits que ce serait plus confortable, mais ils sont si large que les deux matelas rentrent tout juste dans notre tente et prennent toute la place 😉 !

Note : nous avons complété cet article par une review de notre équipement après 13 000 km !

Notre équipement informatique

Comme je vous le précisais au début de cet article, nous avons beaucoup de poids. J’imagine tout de suite vos réactions en lisant notre stock de matos informatique.

Notre matériel informatique pour voyager à vélo :

  • 2 reflex pro et semi pro (Sony A7iii et Canon 80d) + 3 batteries
  • 3 objectifs (Sony 24-105mm F4, Sony 85mm F2,8, 17-50mm F2,8 Sigma)
  • 1 Osmo Pocket
  • 2 Mac 13″
  • 2 disques durs externes
  • 1 gorillapod
  • 1 trépied
  • 1 drone Mavic Pro + 2 batteries

Nous transportons en fait, à peu près 10 kg de matériel informatique. Eh oui ! Il faut bien pouvoir tenir le blog, monter les vidéos, sauvegarder nos données, recharger nos batteries, prendre de belles photos !

Certes, on peut faire tout ça avec moins de poids mais on n’obtient pas la même qualité, le même confort de travail, etc. En bref, cela nous correspond bien de faire ainsi !

Le poids sur le vélo, en partie un choix

Alors, lorsque vous vous préparerez pour votre premier voyage à vélo, pensez bien au poids. Ce n’est pas grave si vous prenez trop ou pas assez. Encore aujourd’hui, nous nous envoyons des colis avec du matériel en trop sur nos vélos ou nous nous faisons envoyer du matériel qui nous manque. Car oui, le poids a son importance. Le corps se fait à l’augmentation de la charge, mais avec ses limites et parfois, c’est bon de se délester de 5kg et ça se fait très bien d’ailleurs.

Aussi, il faut penser au poids « psychologique ». Comme vous l’avez vu dans la partie précédente, nous avons 10 kg de matos photo et vidéo, mais surtout un investissement de plusieurs milliers d’euros. Et c’est un sacré poids car nous ne pouvons pas lâcher prise avec nos vélos. Il nous faut absolument sécuriser notre matériel, surveiller nos sacoches, faire attention au vol, etc. Il n’y a donc pas que le poids réel, prendre des objets de moins grande valeur peut aussi vous faire vivre un voyage différent !

Un meilleur équipement, un prix plus élevé

Sachez que même si nous avons gagné en confort au fil des années, nous avons toujours voyagé à vélo et pris du plaisir à le faire. Cette année encore, nous avons perdu du poids d’un côté mais pris du poids de l’autre (puisque nous sommes désormais propriétaire d’un chiot). Les envies, la vie, les aventures évoluent et la liste de matériel avec !

C’est pour cette raison que nous avons mis 4 ans à nous équiper sérieusement pour nos aventures cyclistes. Et encore aujourd’hui, il y a probablement des choses que nous allons faire évoluer.

Vous avez aimé l’article ? Épinglez-le !

14 Commentaires

  1. Alain et Régine

    Bonjour, nous sommes un couple de retraité, et nous avons découvert votre blog, très instructif, nous allons puiser des idées et des conseils bienvenus de votre part.
    Notre but va être de profiter et de voyager même sur de courtes distances, mais avec du plaisir et c’est ce que nous ressentons en vous lisant.
    En tout les cas merci pour vos conseils et bonne route
    Al et Reg

    Réponse
    • Mila

      Bonjour Al et Reg,

      Merci pour ce joli message, nous vous souhaitons de très belles aventures cyclistes alors ! En espérant que nos conseils puissent être utiles.

      Très bonne journée,
      Mila

      Réponse
  2. Guillaume Lelarge

    J’arrive bien après tout le monde mais j’ai beaucoup aimé votre article. Surtout la partie vêtements. Merci.

    Réponse
  3. PAYEN

    Merci pour tous vos conseils qui nous serons très très précieux. Jusqu’à présent nous avions des randonneuses ( XT 400 ) mais cette année nous jambes peinent un peu et nous avons acheté 2 VAE . Pensez vous qu’il soit possible d’effectuer ce beau voyage en trouvant régulièrement des endroitsoù nous pourrions les recharger ? Encore merci pour tout votre article. Bon vélo. Sportivement Jacques et Christine

    Réponse
    • Mila

      Bonjour,

      Super, les TX400, vous en êtes satisfaits malgré tout ?
      Concernant votre question, j’imagine qu’il s’agit de l’Eurovélo 6? Honnêtement, je dirais que si vous avez une batterie de rechange et que vous favorisez hôtels et campings avec électricité il ne devrait pas y avoir de problèmes jusqu’en Hongrie. Après Budapest, c’est un peu spécial j’ai trouvé, alors c’est peut-être possible que ce soit moins facile de trouver de quoi brancher les vélos. Je n’ai pas vu grand monde à vélo électrique non plus, donc je ne suis pas renseignée sur la question :/

      Je vous souhaite un très beau voyage en tout cas 🙂

      Réponse
  4. Brenda

    Merci pour cet article tellement complet. Vous semblez super bien préparé en fait ! J’imagine que depuis le temps, vous êtes rodés. Il faut un sérieux budget pour se lancer là-dedans (j’ai lu l’article sur le choix du vélo). Quoi qu’il en soit, si c’est une passion, il faut la nourrir. Perso, j’envisagerais un prêt perso.Enfin, bref ! Il y a déjà là une excellente liste pour débuter – surtout en matière de confort, puisque c’est impossible de continuer le voyage sans être en mesure de reprendre des forces.

    Réponse
    • Mila - Entreprendre le Monde

      Merci Brenda pour ce commentaire ! 🙂

      Un sacré budget ? Oui et non. Si on compte que l’on passe des mois en route et l’économie réalisée rapidement, grâce au camping, en réalité, ce n’est pas un si gros budget. Je pense que le voyage en avion + hôtel nous aurait coûté bien plus cher qu’à vélo, tout en nous laissant moins de liberté. En fait, c’est un budget qui nous permet de beaucoup moins dépenser une fois en chemin. Le voyage à vélo reste aujourd’hui le moyen le plus économique de voyager (avec la marche à pied sans doute, quoi qu’il faut souvent prendre les transports en commun…) ! J’avais lu une étude qui montrait que même l’autostop finissait par coûter plus cher !

      Au maximum, notre voyage nous a coûté 1400€ par mois, à 2 (en France ou Allemagne par exemple) ! Certains mois, on tournait même autour de 750€ à 2, notamment en Europe de l’est et tout en gardant un confort de vie en prenant régulièrement des chambres d’hôtes, etc. La vie d’avant nous coûtait bien plus cher !

      Pour le coup, nous ne nous mettrions jamais un crédit sur le dos pour voyager. C’est trop compliqué et risque de poser souci. Nous avons économisé pendant 2 ans et demi pour ce voyage, fait des petits jobs à côté de nos boulots respectifs. Nous avons vendu toutes nos affaires et sommes partis, l’esprit libre. Nous avons réussi à garder nos économies grâce à mon job de Freelance, ce qui nous permet de continuer jusqu’à nouvel ordre 😉

      Réponse
  5. Thierry P

    Bonjour,
    Super votre blog…..suis ravi d’apprendre que la Quickhicker est top. Je viens de la commander pour mon périple cyclo de cet été – Strasbourg – St Brevin par l’eurovelo 15 d’abord puis la 6 forcément. 🙂
    Bonnes virées vélo à vous 🙂

    Réponse
    • Mila - Entreprendre le Monde

      Merci beaucoup Thierry ! J’espère que la Quickhicker était bien alors ! 🙂 Le modèle que l’on a nous a suivi sur toute notre aventure, et nous suit encore, elle est quand même solide, même si un peu lourde.

      Réponse
      • Mangot

        Bonjour super le blog je vous envie .,je me posais une question technique nous sommes dans une région à fort relief ,col et montée assez fréquent comment ça se passe avec ces vélos faut il pousser ? Vu le poid embarquė?
        Cdlt

        Réponse
        • Mila

          Tout dépend de votre entraînement finalement. Nous on a passé des cols sans problème et à notre grand étonnement. Nous avons pris le temps tout simplement (même si depuis cet article, on a réduit le poids à bord des vélos, nous préparons une nouvelle version 😉 )

          Réponse
  6. Gérald.G

    Bonjour,

    Blog très intéressant, j’ai très envie de me lancer dans un tour d’Europe !
    Qu’est ce que vous utilisez pour recharger les diverses batteries ? Solaire ?

    Réponse
    • Mila - Entreprendre le Monde

      Bonjour,

      Merci beaucoup pour votre commentaire. 🙂

      Nous avons deux chargeurs externes, dont un solaire mais qui n’a jamais fonctionné avec le soleil. Par conséquent, nous le rechargeons comme une batterie externe normale. Nous chargeons minimum 3 fois nos portables par batterie, c’est plutôt efficace.
      Il est aussi possible d’installer des systèmes sur la dynamo du vélo si ça vous chante (et que votre roue est équipée d’une dynamo).
      Sinon, notre tablette et notre mac tiennent plutôt la barre. Nous n’avons pas besoin de les recharger tous les jours.

      Bon voyage !!!

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »