Voyager à vélo avec son chien – le guide complet 

par | Mis à jour le 03/12/2023 | Préparer son voyage | 1 commentaire

Voyager à vélo avec son chien demande un peu (beaucoup) d’adaptation. C’est à la fois une belle aventure mais c’est aussi une aventure physique et possiblement épuisante, il faut le dire. La personnalité de votre chien va forcément jouer sur votre voyage, mais sa taille et son poids aussi. 

En général, on tente d’économiser les grammes pour voyager à vélo. Avec son chien, l’histoire s’inverse. À partir d’une certaine taille, pas le choix : votre chien doit être transporté dans une remorque vélo, notamment parce qu’il ne pourra pas trotter à vos côtés sur la distance que vous allez parcourir tous les jours.

Alors, on s’alourdit. Beaucoup ! Comptez le poids du chien, de la remorque et les compléments inhérents : les croquettes, les jouets, la couchette, etc. Pour notre part, c’est simple : voyager à vélo avec notre chien nous impose d’ajouter une grosse soixantaine de kilos au bataillon. Heureusement, les remorques vélo sont de plus en plus performantes et nous ne les sentons pas autant qu’on se l’imagine à première vue. Nous y reviendrons plus loin dans l’article !

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas notre histoire : nous avons adopté Ringo pendant un voyage à vélo en direction de l’Asie. Nous avons voyagé 4 mois et demi avec lui avant de rentrer ! Entre temps, il est passé de 5,3 kg à 40,1 kg… Et ce n’était pas prévu qu’il devienne si massif !

INFORMATIONS DE TRANSPARENCE SUR CET ARTICLE

  • Article rédigé suite à un partenariat rémunéré : non
  • Lien(s) d’affiliation* : oui
  • Produit(s) cité(s) ayant fait l’objet d’une dotation : oui, la remorque Croozer

Pourquoi voyager à vélo avec son chien ? 

Le retour à la nature, à l’air libre et aux grands espaces est ce qui définit le voyage à vélo. Il n’y a rien de plaisant à évoluer en ville pour un cyclonomade. Entre les nuits dehors à la belle étoile, les routes de campagne et les petits chemins en terre, plus l’on s’éloigne de la civilisation, plus on est heureux.  

Cet environnement correspond à votre compagnon ! Nos chiens ne sont jamais aussi heureux qu’en voyage à vélo. Ils découvrent de nouvelles odeurs tous les jours, font des rencontres au quotidien, passent leur vie avec nous. C’est une belle expérience qui renforce la relation entre lui et vous et c’est super. 

En itinérance, nous roulons globalement au rythme naturel d’un chien de taille moyenne. Chargés, la vitesse moyenne est de 15 km/h, mais nous pouvons aussi très bien nous adapter au rythme du chien lorsqu’il souhaite trotter à nos côtés. C’est un bonheur pour lui car d’habitude, c’est plutôt lui qui s’adapte au rythme de son humain (et pour lui, c’est un peu comme s’il se promenait constamment avec une personne âgée).

Les étapes pour voyager à vélo avec son chien

  • S’informer sur les démarches administratives 
  • Habituer son chien au déplacement à vélo 
  • S’équiper pour voyager à vélo avec son chien
  • Adapter son voyage à son compagnon

Avant de voyager à vélo avec son chien, le mieux est de le préparer le plus tôt possible. Nous n’avons pas eu cette chance car nous l’avons adopté sur la route, à l’occasion d’un voyage à vélo. Mais étant encore petit et flexible, l’apprentissage avec Ringo s’est fait naturellement. Toutefois, vous le verrez dans cet article, cette non-préparation a encore des impacts aujourd’hui et nous ne savons pas si un jour, nous pourrons voyager à vélo à nouveau avec lui.

Les démarches administratives pour voyager à vélo avec son chien

Pour pouvoir voyager à vélo avec votre chien, il vous faudra vous y prendre quelques mois à l’avance (surtout pour sortir de l’UE). Les règles évoluent d’un pays à un autre.

Ces démarches se font chez le vétérinaire. Je vous recommande vivement de les faire avant le départ car les papiers sont bien plus simples à obtenir à domicile qu’à l’étranger. 

Le nécessaire pour un voyage à vélo dans l’Union Européenne et assimilés :

  • Un passeport
  • Les vaccins à jour, surtout concernant la rage
  • Un traitement anti-parasites
  • Une identification par puce électronique
  • Un certificat sanitaire de bonne santé

Le nécessaire pour un voyage à vélo hors de l’Union Européenne : 

  • Un passeport
  • Les vaccins à jour, surtout concernant la rage
  • Le traitement anti-parasites (cela a été vérifié aux frontières 2 fois)
  • Une identification par puce électronique
  • Le titrage antirabique
  • Un certificat sanitaire de bonne santé

Dans l’Union Européenne, nous avons été très peu contrôlés avec Ringo. Seule la Bulgarie a demandé à jeter un œil sur le passeport. En Géorgie, les documents de Ringo ont été vérifiés à plusieurs reprises avant que l’on puisse entrer dans le pays. On ne nous a jamais demandé le certificat de bonne santé (et heureusement, car ça, on l’a appris après et c’est toute une histoire pour l’avoir).

Fun fact : on a appris, en Italie, que Ringo était bien pucé mais sans appartenir à qui que ce soit. Les fichiers ne sont pas partagés entre les États. Ringo n’était à notre nom qu’en Grèce et il a fallu faire de nouveau des démarches pour qu’il soit à notre nom en Italie !

Le titrage sérique, pourquoi c’est important ?

Le titrage sérique des anticorps antirabiques est un document dont les délais d’obtention sont super longs. Et si vous avez le malheur de devoir le réaliser à l’étranger, c’est un problème concret (délai des visas par rapport à la lenteur de l’examen, analyse obligatoire par des laboratoires agréés, etc.). 

Qu’est-ce-que ce document ? Dans certains pays, la rage, maladie toujours mortelle, est encore présente. S’il n’y a plus du tout de cas de rage en France, il arrive encore que des animaux importés soient infectés. 

Pour limiter ce risque, il faut un titrage sérique des anticorps antirabiques pour entrer en Union Européenne. C’est-à-dire, une prise de sang qui confirme que votre chien est immunisé contre la rage. Seulement, le titrage révèle surtout la présence des anticorps… Et on ne sait pas si c’est lié à une contamination ou au vaccin. C’est pourquoi, il y a un délai d’attente de 3 mois entre le moment où la prise de sang a été effectuée et la possibilité de passer les frontières. 

C’est ce titrage sérique qui fait qu’il est compliqué d’adopter un chien hors UE . Avec toute la bonne volonté du monde, il nous aurait été difficile d’adopter Loup, le chien qui nous a suivi en Géorgie pendant plus de 100 km ! Le temps de faire les vaccins, les rappels et d’attendre les 4 mois, le VISA a expiré… Heureusement, des associations comme celle avec laquelle nous avons travaillé ont accueilli Loup pendant plusieurs mois avant de le faire transiter en France où il profite désormais d’une belle et heureuse nouvelle vie !

Pour plus d’informations, retrouvez les indications officielles de la douane pour voyager à vélo avec votre chien !

Transporter son chien en voyage à vélo 

Hormis l’équipement traditionnel pour le cyclotourisme, l’équipement principal à ajouter pour votre chien sera probablement une remorque vélo. Si le cyclovoyageur est en mesure de rouler en moyenne 60 km par jour, ce n’est pas le cas pour un chien, il faudra donc qu’il puisse se reposer. 

Il existe plusieurs solutions pour voyager à vélo avec son chien. On peut opter pour le panier ou la remorque vélo, selon la taille de votre loulou. 

Le panier pour voyager à vélo

Si votre chien est tout petit, les paniers que l’on peut installer sur le porte-bagage arrière (pour les chiens aux environs de 10kg) ou sur le guidon (pour les tout petits chiens, moins de 7kg généralement) sont plus pratiques. Ils vous évitent un long attelage et vous laissent plus de liberté de mouvement.  On a commencé comme ça avec Ringo, même s’il s’agissait d’un panier de fortune réalisé avec des caisses trouvées au bord de la route. Une chose est sûre, c’est beaucoup plus pratique d’une remorque (à condition que le chien soit petit).

La remorque vélo pour chien

Pour les chiens un peu plus imposants (ou parce que vous trouvez la solution plus confortable), la remorque vélo sera nécessaire. Si vous partez au long cours, optez pour une remorque vélo de qualité qui peut se plier et se déplier. L’idéal est qu’elle bénéficie également de rangements, de deux ouvertures, et qu’elle soit résistante à l’eau (ou dispose de housses de protection). Elle doit aussi supporter un poids maximal supérieur à celui de votre chien pour que vous puissiez y ranger ses croquettes et quelques jouets en complément. 

Les marques réputées sont Burley, Croozer ou Doggo.bike (Canada). 

Pour notre premier voyage à vélo avec Ringo, nous avions une Burley tail wagon. Seulement, cette dernière était limitée aux chiens de moins de 34kg… Ringo en fait désormais 40 et plus de 70 cm au garrot (ouais, c’est un sacré grand loulou) ! Nous sommes donc passés à la Croozer Dog Tammo pour nos sorties à vélo et nos prochaines escapades, si possible 😉 

À savoir : 

  • Je vous conseille, surtout pour la Burley, d’équiper la carriole de bons pneus type Schwalbe Marathon pour éviter les crevaisons à répétition lors de votre voyage.
  • Dans votre chargement, n’oubliez pas d’ajouter une à deux chambres à air à la taille des roues (généralement 16″) de votre remorque
  • Point de vigilance : surtout si vous optez pour des itinéraires avec du dénivelé, les freins vont s’user à vitesse grand V sur vos vélos. Les freins hydrauliques ont été plus efficaces de notre côté (les freins mécaniques du RT900 de Denni ont toujours eu une usure anormale malgré nos révisions), mais il a fallu faire purger les freins de mon vélo (le RT520) au bout de 3000 km à peine !

Nous n’avons plus du tout la même taille de remorque désormais. À gauche, la Burley Tail Wagon. À droite, la Croozer dog Tammo.

Atteler sa remorque vélo  

Selon votre vélo, il faudra sans doute attacher votre remorque à votre axe de roue. Certaines remorques s’attèlent au niveau de la tige de selle, mais je pense qu’avec le poids du chien + remorque, ce n’est peut-être pas la meilleure solution. 

À savoir, selon le modèle de votre vélo de voyage, il faudra probablement changer l’axe de roue comme c’était le cas pour nos vélos Riverside Touring 520 et le RT900 . Les adaptateurs universels qui se fixent sur la roue sont souvent fournis avec. Si vous optez pour une Croozer, je vous conseille d’acheter directement l’axe traversant Croozer avec adaptateur intégré plutôt que l’adaptateur Click and Crooz® , ça m’a l’air d’être plus solide.

Les meilleures remorques vélo pour chien

1. LES remorques vélo Croozer DOG

LES PLUS

    • la finition
    • l’espace +++ pour votre chien
    • les rangements et accessoires (en option)
    • les ouvertures à l’avant, l’arrière, au sommet de la remorque
    • les amortisseurs
    • l’attelage de qualité

    LES MOINS

      • encombrante, même repliée
      • le prix
      • le poids 

      Nous avons depuis tout récemment une remorque vélo Croozer Dog Tammo pour voyager à vélo avec Ringo. C’est un modèle XXL adapté aux chiens de moins de 45kg et avec un habitacle d’une hauteur de 100cm ! Nous l’avons encore peu testée par rapport à la remorque précédente, mais déjà suffisamment pour en avoir un premier bon aperçu !

      On sent vraiment le modèle haut de gamme avec sa qualité de fabrication, praticité. Croozer, c’est le top du top pour voyager avec son chien. Comme c’est un investissement conséquent, je vous conseille tout de même de tester l’expérience avec votre compagnon avant de foncer tête baissée !

      Ringo est à l’aise dans cette carriole car elle est hyper stable. Malgré le fait qu’il reste debout quasiment tout le temps dernièrement et qu’il s’installe parfois sur le côté, la remorque ne bascule pas. Il ne pleure pas sur les terrains abîmés grâce aux suspensions (ce qu’il faisait avant).

      Par ailleurs, le frein est hyper efficace et l’attelage installé sur l’axe traversant proposé par Croozer semble hyper fiable. Pour l’instant, on teste la remorque avec le vélo électrique Himiway que nous avons reçu en test (et sur lequel nous avons mis le Click & Crooz®). Ça nous permet de reprendre doucement l’itinérance avec Ringo. Toutefois, en test avec le Riverside Touring 900 de Denni, ça suivait vraiment bien. À vide, c’est comme s’il n’y avait pas de remorque vélo. Le poids ne fait pas tout, le suivi est excellent !

      Nous n’hésiterons pas à écrire un article test dès que nous aurons davantage de recul à ce sujet !

      Découvrez la gamme Croozer Dog

      Les remorques vélo pour chien Croozer avec suspension offrent plusieurs options selon le gabarit de votre chien. La nôtre est le modèle le plus grand, la Croozer Dog Tammo.

      Remorque vélo pour chien Croozer Dog Enna

      CROOZER DOG ENNA

      Habitacle 75 x 40

      Jusqu’à 35 kg

      Petit chien

      999 €

      Remorque vélo pour chien Croozer Dog Mikke

      CROOZER DOG MIKKE

      Habitacle 90 x 54

      Jusqu’à 45 kg

      Chien taille moyenne

      1199 €

      Remorque vélo pour chien Croozer Dog Tammo

      CROOZER DOG TAMMO

      Habitacle 100 x 54

      Jusqu’à 45 kg

      Grand chien

      1299 €

      2. LA remorque vélo pour chien Burley Tail

      LES PLUS

        • le rapport qualité / prix
        • son poids
        • la fiabilité
        • les rangements déjà intégrés à la remorque
        • le kit poussette, pour s’entraider en voyage
        • l’attelage de qualité

        LES MOINS

          • un habitacle assez petit
          • pour les chiens de moins de 34 kg
          • les pneus d’origine hyper fragiles
          • Système de mise en place des roues fragile

          Nous n’avons été tendres avec la Burley Tail Wagon. Je dirais même qu’elle en a vu de toutes les couleurs… Terrains non asphaltés, dénivelés, boue… Et diarrhée d’un Ringo malade une fois ! Selon moi, c’est l’une des meilleures remorques vélo qualité / prix du marché. Et de loin la plus légère – 9,4kg pour le nouveau modèle. Désormais verte et avec un système de fixation des roues revisité (ce n’est pas plus mal car on perdait l’une d’entre elles très souvent), je ne peux que conseiller cette remorque si vous avez un chien assez petit et léger. Prévoyez juste un budget complémentaire pour changer les pneus, ceux de la Burley n’ont pas tenu 40 km !

          Les gammes de remorques vélo pour chien Burley

          Tout récemment, Burley a revu ses modèles. Notamment en corrigeant quelques défauts de la Burley Tail Wagon, mais aussi en ajoutant un modèle pour les grands chiens !

          Burley Tail Wagon - remorque vélo pour voyager à vélo avec son chien

          BURLEY TAIL WAGON

          Habitacle 82,5 x 44

          Jusqu’à 34 kg

          Poids : 9,4 kg 

          Chien taille moyenne

          550 €

          Remorque Burley Bark Ranger

          BURLEY BARK RANGER

          Habitacle 92 x 42,5

          Jusqu’à 34 kg

          Poids : 12,4 kg

          Chien taille moyenne

          600 €

          Bark Ranger XL - voyager à vélo avec son chien

          BARK RANGER XL

          Habitacle 92 x 57

          Jusqu’à 45 kg

          Poids : 13,2 kg

          Grand chien

          700 €

          Les remorques vélo pour enfants étant produites à plus grande échelle, il est aussi tout à fait possible de bricoler une remorque vélo pour son chien avec ces dernières. Il faudra alors renforcer le plancher et enlever le ou les sièges. À voir également selon le poids de votre chien, bien entendu !

          L’équipement pour voyager à vélo avec son chien

          Voici, en bref, l’équipement que nous embarquons pour voyager à vélo avec notre chien :

          • 1 couchette : point de repère pour votre chien
          • 2 gamelles
          • 1 harnais / collier
          • 1 laisse
          • 1 laisse pour le vélo (si besoin)
          • Jouets, mastication
          • Des récompenses
          • Une pharmacie avec : produit anti puces, tire-tiques, vermifuges et baume pour les coussinets (on y reviendra plus loin).

          La couchette

          Avoir une petite couchette / coussin est un véritable atout en itinérance. Cela crée un lieu de repère pour votre chien dans un monde où il est toujours en mouvement et lui permet de définir sa place dans un lieu même si les hôtels ou les bivouacs varient tous les jours. Les fabricants de remorques comme Croozer en proposent d’ailleurs en accessoire. Pour que Ringo sache où il devait se positionner dans une nouvelle chambre, c’était hyper pratique. Il suffisait de poser sa couchette quelque part et il comprenait tout de suite que c’était son coin pour la nuit.

          La laisse spéciale pour le vélo 

          Pour les voies vertes, lorsque votre chien peut être légèrement inattentif, ou voire même pour l’éduquer à la balade à vélo avec vous, il existe des laisses spéciales pour promener votre chien à vélo. 

          C’est un système que nous n’avons pas testé (nous avons voyagé loin des voies vertes et Ringo a peur des voitures, ce qui nous arrange bien), mais ça peut être un équipement hyper utile pour voyager à vélo avec votre chien.

          Jouets et récompenses

          Pendant les longues heures où il ne se défoule pas, le chien est enfermé dans sa carriole dans laquelle il peut à peine se retourner. Il perçoit plein de nouvelles odeurs, il observe plein de paysages, il dort, mais il s’ennuie un peu ! 

          Dès que nous en avions l’occasion, on s’arrêtait prendre des jouets qui demandent de la réflexion ou de la patience, comme le Kong par exemple, ou encore des bois de cerfs, des os aussi (c’est déconseillé pour les chiots, mais ça, on l’a appris en Italie…).

          En complément, on prenait aussi des récompenses pour Ringo parce que l’éducation ne s’arrête jamais vraiment sur les routes. Cela dépend de son point faible, pour lui c’étaient des petites friandises, tout simplement !

          Le jeu orange demande réflexion. On l’utilisait pour les repas de Ringo (pour qu’il mange moins vite).

          Apprendre à son chien à monter dans la remorque vélo

          Pour que le chien apprécie sa remorque vélo, il faut lui donner un peu de temps et l’habituer progressivement. Plus il sera habitué jeune, mieux ça se passera. 

          Pour habituer notre chien, nous avons posé des récompenses (pour la Croozer, des oreilles de porc, il adore) à l’intérieur de la remorque sans les roues pour qu’il y monte de son plein gré. Une fois la remorque devenue sa “niche” (ça a pris une demi-journée seulement), nous avons continué à l’appâter avec des os pour qu’il soit occupé par autre chose que les premiers mouvements de la remorque. 

          Ainsi, s’il a pleuré un tout petit peu au début, l’expérience s’est vite transformée en quelque chose de positif pour lui. Depuis, il est toujours heureux de monter dans sa remorque car elle signifie que l’on va partir à l’aventure. Il la considère également comme son refuge lorsque nous sommes en itinérance. 

          Santé du chien en voyage à vélo

          Les risques encourus par votre chien en voyage à vélo :

          • Les coussinets abîmés par le bitume, les kilomètres répétés, les bouts de verre sur les plages
          • Les puces, notamment dans les pays où la présence des chiens errants est importante
          • Les tiques… Et ça peut aller très loin ! 
          • La chaleur

          Les puces et tiques, fléau du chien en voyage à vélo

          Il faut savoir une chose importante avant de partir en voyage à vélo : il n’y a que dans les pays riches que nous sommes si “pet friendly”. Une fois dans les Balkans ou en Europe de l’est, les animaleries sont peu fournies, à part dans les très grandes villes (et encore…). 

          Finis les cachets anti-parasites, c’est le retour, au mieux, des pipettes ! Et il faut aller chez le vétérinaire pour en trouver. En animalerie, au mieux ils ont de la poudre… Mais la plupart du temps, ils n’ont juste rien pour traiter (oui, ça m’a étonnée aussi…). Nous avons été confrontés à ce problème en Bulgarie, Géorgie et Turquie. J’imagine que ça ne va pas en s’améliorant en allant vers l’est ! 

          Entre-temps, plus l’on s’enfonce dans ces pays, plus nous sommes confrontés aux chiens errants avec leur dose de parasites.

          Les traitements par pipette sont un peu limités. Quelques jours à peine après avoir administré un de ces traitements chez le vétérinaire à Ringo, nous avons acheté en catastrophe un produit anti-parasites en poudre (comme on n’en trouve plus dans le commerce en Europe). Il s’agissait de traiter puces et tiques. Au petit matin, nous avons été effarés de compter pas moins de 70 tiques mortes dans son panier !

          Mon conseil : partez avec à minima de quoi traiter votre chien de manière médicamenteuse tout le long de votre voyage à vélo, surtout si vous quittez les pays riches. Des colliers anti-parasites – vraiment efficaces – en complément peuvent être bien utiles car vous allez être confrontés à ces problèmes de manière bien plus forte qu’à l’accoutumée. 

          Traiter les coussinets ou mettre des chaussons

          Il existe une multitude de solutions pour protéger les coussinets de votre chien en voyage à vélo. Notamment les chaussons ou les baumes que l’on applique sur les coussinets.

          Nous n’en avions pas pour Ringo car les animaleries étaient peu fournies, qu’il courait peu et que nous étions souvent sur des terrains non asphaltés. Pour un chien qui court beaucoup, sur le bitume et en été, c’est essentiel de le protéger. Pour une solution simple, le beurre de karité ou l’huile de coco font l’affaire. Le mieux reste les chaussons… si vous réussissez à l’habituer, bien entendu (avec Ringo, on oublie).

          Encore une fois, cet équipement est à prévoir tant que l’on est en Europe de l’ouest car vous n’en trouverez pas ensuite !

          Voyager à vélo avec son chien par temps chaud

          Nous avons trouvé notre chien par temps caniculaire. Ringo est particulièrement sensible à la chaleur avec son poil chaud, il en souffre beaucoup… Il a donc fallu nous adapter :

          • En le mouillant le plus possible surtout sous les coussinets (on avait acheté un petit spray pour l’asperger d’eau régulièrement)
          • En l’hydratant le plus possible (on s’arrêtait minimum toutes les 30 min lui donner à boire)
          • En le protégeant du soleil (nous avions mis un tissu sur la remorque à travers lequel l’air passait pour faire plus d’ombre à Ringo)
          • En s’arrêtant pour les heures chaudes (on partait à 6-7h du matin pour stopper de 11h à 16-17h à l’ombre, dans un village et à proximité d’une source d’eau)
          • En adaptant le parcours (nous avons fui en altitude vers la Bulgarie et la Géorgie)

          Comment nourrir son chien en voyage à vélo ?

          • L’alimentation principale : les croquettes
          • Garder la même marque : mission impossible ?

          Les croquettes sont plus simples à transporter et à conserver. Mais il faut se ravitailler très souvent (une à deux fois par semaine pour notre part) car nous n’avons pas toujours la place ni la capacité d’ajouter de grosses réserves à notre chargement !

          En Europe, il est assez aisé d’anticiper les arrêts en fonction des animaleries ou des supermarchés. On retrouve quelques marques similaires d’un pays à l’autre. Mais dans l’est, les croquettes sont difficiles à trouver dans certains endroits. C’est pourquoi il faut anticiper les approvisionnements. 

          Nous avons dû changer sans cesse de marque de croquettes. Mais Ringo a été solide, ça n’a pas eu beaucoup d’effets sur son système (rappelez-vous, il était en train de mourir de faim à la base). À noter que nous avons eu quelques loupés… Ces fois-là, on a dû l’alimenter aux pâtes, pâté, tout ce que l’on trouvait. Nous étions parfois obligés d’improviser !

          Pause repas - voyager à vélo avec son chien

          Combien de kilomètres par jour à vélo avec son chien ?

          Je n’arrive déjà pas à définir combien de kilomètres par jour conseiller en voyage à vélo… Alors en cyclotourisme avec son chien, c’est encore plus difficile à déterminer. 

          Le nombre de kilomètres par jour va être délimité par : 

          • votre fatigue : un chien à tirer, ça a forcément un impact sur vous
          • la fatigue de votre chien : selon la race, votre chien va pouvoir courir 20 km par jour quand d’autres se limiteront à 10km… Forcément, moins il est dans sa carriole, plus vous serez en mesure d’avancer 😉

          De notre côté, on faisait des journées entre 45 et 60km, toujours avec du dénivelé. Notre maximum est 96 km avec le loulou. On ne pouvait pas laisser Ringo beaucoup courir car il était encore trop petit et donc fragile. Nous avions donc tout le temps à le tirer dans sa remorque vélo ou presque, mais nous nous partagions la tâche !

          Où dormir pendant un voyage à vélo avec son chien ?

          Le point qui pose le plus problème avec un chien en voyage à vélo, c’est le logement car le choix est vite limité. Et comme la liberté de mouvement est moindre (avec un gros chien, les étapes de 50 km sont déjà belles), dans certains pays et dans les zones désertiques, il n’est parfois pas possible de trouver d’hébergement pendant plusieurs jours. 

          Le bivouac

          Le bivouac est la solution la plus adéquate. Dans certains pays, le mieux est de favoriser les terrains de foot pour avoir un espace clos et éviter ainsi la visite des chiens errants. Ou les espaces les plus loins possibles de la civilisation pour que l’environnement soit calme.

          Pour la nuit, il y a plusieurs solutions pour faire dormir votre chien :

          • avoir une tente plus grande et le laisser dormir avec soi 
          • lui proposer l’abside de la tente 
          • le laisser dormir dans sa remorque. 

          Pour la dernière option, il conviendra alors d’installer une béquille en complément sur la remorque (Burley en vend comme accessoire) afin qu’elle reste stable ou de retirer les roues chaque soir. Dernière option : laisser la remorque attelée au vélo avec le frein actionné (si le chien est léger, ça fonctionne) !

          Bivouac - Turquie - voyager à vélo avec son chien

          Les hébergements payants

          Encore une fois, il y a une différence flagrante entre l’Europe de l’Ouest et les pays moins “dogfriendly”.

          En France et pays “dog-friendly”

          Les hébergements qui accueillent les animaux sont facilement répertoriés sur Booking ou Airbnb en filtrant votre recherche. Par sécurité, je vérifie quand même toujours auprès de l’établissement… Parce que mon chien fait 40kg et que certains mettent des limites de taille.

          Pour info, l’Italie est bien plus dog-friendly que la France ! Nous avons dû annuler quelques séjours juste parce que nous ne trouvions pas d’hébergements avec Ringo en France.

          Dans les pays moins dog-friendly

          En Géorgie et en Turquie particulièrement, les logements qui acceptent les chiens sont très rares… Et les indications sont souvent fausses. Alors, nous ne réservions plus, nous faisions la recherche sur Booking et allions voir directement auprès de l’hébergement.

          En Géorgie, en apparence, il y a beaucoup de logements acceptant les chiens… Mais, c’est souvent une erreur (beaucoup d’annonces de petites structures qui n’ont pas bien rempli les cases). Vérifiez bien avant, parce que ça nous a causé pas mal d’ennuis ! Et si vous débarquez avec un chien… Et qu’en plus il dort dedans… C’est l’embrouille assurée (ce n’est pas du tout dans la culture). Le must pour voyager à vélo avec son chien partout ? Ce serait de lui apprendre à dormir tout seul dehors dans sa remorque vélo !

          Prendre les transports avec son chien et son vélo 

          Les vélos ne sont pas acceptés dans tous les transports en commun et les chiens non plus. C’est la double peine !

              • En avion : de nombreuses compagnies refusent les animaux de compagnie. Nous aurions voulu rentrer plus tôt de notre voyage, mais n’avons trouvé aucun vol de ce fait ! 
              • En train : les vélos non démontés ne sont pas toujours autorisés. Les règles varient d’un pays à l’autre, selon la culture et la politique. 
              • En bateau : cela ne pose pas de problème en général, mais pour être à l’aise, la condition est de prendre une cabine ou de dormir sur le pont avec son chien… Pour la cabine, ça coûte un bras (je pense que l’on en a eu pour 450€ pour notre retour de Patras à Ancône), mais on dort bien!
              • En bus : c’est souvent interdit en Europe de l’ouest. En Turquie toutefois, c’est le seul mode de transport que l’on a pu prendre… Avec Ringo en soute !

          Une fois lancés, il faudra donc davantage compter sur vous-même si vous souhaitez voyager à vélo avec votre chien ! Et beaucoup négocier si vous avez besoin de prendre un transport en commun (dans les pays où c’est négociable).

          Où voyager à vélo avec son chien ?

          Si vous souhaitez voyager à vélo avec votre chien sereinement, je vous conseille d’opter pour les pays riches où le chien est bien ancré dans la culture. Certes, vous pouvez voyager n’importe où, mais ce n’est pas toujours aussi simple qu’en Europe de l’Ouest ou dans le nord américain.

          Je vous recommande aussi d’éviter certains pays avec votre animal. Prévoyez le voyage à vélo en conséquence ou faites garder votre chien, cela se passera mieux pour tout le monde au final. 

          Eviter les pays où les chiens errants sont nombreux et maltraités

          Comment tout a basculé avec les chiens errants...

          Nous ne savions pas que tout allait changer brusquement… En Bulgarie, en Géorgie, tout se passait bien. Les chiens errants nous accompagnaient sur la route et faisaient de bons compagnons pour Ringo. À chaque sortie de sa remorque, il avait un copain avec qui jouer. L’éclate totale, sa sociabilisation était parfaite !

          Puis ça a changé. L’été s’est envolé, la chaleur avec. Nous avons passé la frontière de la Turquie où le chien n’est pas bien vu. Les chiens des rues sont plus défensifs, plus agressifs car moins bien nourris et traités (c’est le cas aussi en Roumanie pour info). 

          Ringo s’est fait mordre, une fois. Puis attaquer (par un chien visiblement dressé au combat) dans la même semaine. Puis mordre… Il se faisait encercler tous les jours par les dizaines de chiens errants que nous croisions. Nous nous enfermions le plus possible dans les stades de foot clôturés pour bivouaquer et nous allions à l’hôtel – quand on en trouvait un – pour avoir une nuit en paix de temps en temps. Si le vélo attire les chiens, Ringo en attirait encore davantage et ils étaient trop nombreux pour que l’on puisse y faire face.

          Toute sa sociabilisation a été démolie entre la Turquie et la Grèce (où les chiens avaient retrouvé de la vigueur avec la fraîcheur de l’automne). Nous étions désemparés car nous n’avions aucun moyen de transport pour rentrer plus vite. Nous n’avons pas pu combler ces expériences négatives par des expériences positives… Aujourd’hui encore Ringo, reste réactif à ses congénères, ce, malgré tout notre travail et les progrès de dingue qu’il a fait. Il ne réagit plus que face à certains chiens, mais je pense qu’on ne rattrapera jamais parfaitement les dégâts.  

          Le Chien dans la culture musulmane

          Chaque peuple a ses coutumes et ses croyances. Nous ne le savions pas, mais les pays à forte culture musulmane ne regardent pas nos compagnons à 4 pattes d’un très bon œil, un vrai problème pour voyager à vélo avec son chien !

          Lorsque nous avons traversé la Turquie, malgré une grande ouverture vers l’Occident d’une belle partie de la population et un accueil des plus chaleureux de la part des locaux, Ringo a posé problème. Le chien y inspire la peur, le rejet. Dans les rues, les gens montaient des marches pour l’éviter, changeaient de trottoir quand ils nous voyaient… Il n’avait alors que 5 à 6 mois.

          Le chien est considéré comme un outil de travail. Impur, il ne doit pas entrer à l’intérieur des habitations, il est là pour protéger les troupeaux, garder des périmètres, monter la garde. Ce qui explique les rares hôtels prêts à les accueillir…

          J’ai été très mal à l’aise lors de cette traversée de la Turquie car j’ai senti que la peur irrationnelle qu’induisait Ringo gênait vraiment les gens. C’est pourtant un pays où les habitants ont le cœur sur la main. Ça a mis une sacrée barrière dans notre expérience, nos échanges avec les locaux.

          À noter tout de même : pour la Turquie, ce problème a été moins fort dans l’ouest du pays et dans les zones touristiques. Mais nous avons appris que si nous avions franchi la frontière de l’Iran, ça aurait été vraiment problématique. Si vous souhaitez en savoir plus, cet article de France24 est éclairant.

          Ringo en Turquie - voyager à vélo avec son chien

           Voyager à vélo avec son chien : une constante adaptation 

          Avec Ringo, la situation est aujourd’hui assez peu compatible avec le voyage à vélo. Le problème n’est pas celui du manque de courage de tirer 60kg de notre côté (même si ça freine pas mal), mais les traumatismes que Ringo a vécus. 

          Comme vous le savez, notre métier, c’est le voyage à vélo et l’on doit s’absenter souvent en été. Alors, on s’est ajusté, on a fait en sorte qu’il vive bien notre absence. On l’emmène très souvent chez mes beaux-parents, même pour 1 ou 2 h, c’est devenu un second chez lui. Puis, au lieu de partir 2-3 mois, nous partons quelques jours et rentrons le plus vite possible !

          J’ai longtemps pensé pouvoir l’amener avec nous partout. Mais, malgré les heures d’éducation avec des spécialistes, nos lectures, nos exercices quotidiens avec lui et une éducation toujours bienveillante, ce n’est toujours pas certain. Peut-être qu’on pourra l’amener à nouveau un jour. Peut-être pas. Dans tous les cas, nous nous adapterons.

          Si vous voulez voyager à vélo avec votre chien, j’ai donc un dernier conseil à vous donner : comme indiqué dans notre article sur le voyage à vélo avec un chiot, ne voyagez pas avec lui dans des pays difficiles alors qu’il est trop jeune. Attendez que ce soit un chien bien éduqué et bien dans sa tête !

          D’autres ressources pour voyager à vélo avec son chien

          • Amandine Lambert nous a donné de précieux conseils à notre retour de voyage. Éducatrice canine et voyageuse à vélo, elle a amené son chien bien plus loin que nous ! Je vous recommande son livre : Voyage sous la constellation du chien et d’aller découvrir sa page Facebook !
          • Retrouvez de nombreux conseils pratiques chez Syklopattes après un tour d’Europe à vélo avec un chien et un chat !
          Mila - rédactrice Un Monde à Vélo

          À propos de l’autrice

          Mila

          En 2017, à l’occasion de son premier tour d’Europe à vélo, Mila commence à partager ses expériences de baroudeuse. Passionnée de photographie et engagée, elle lance le média Un Monde à Vélo. Son objectif : rassurer dans un discours ambiant du dépassement de soi et rendre la thématique du cyclotourisme accessible à tous et surtout à toutes. 

          [instagram-feed feed=2]
          1 Commentaire
          1. FRANCOISE SAPHORES

            Merci pour votre article que je découvre en cherchant une remorque pour emmener notre bergère allemande de 2 ans avec nous pour de simples ballades. Je confirme qu’il n’est pas aisé de rattraper des peurs chez un jeune chien. Nous avons eu la notre fin aout 2020 donc période le covid donc pas bcp de visiteurs à la maison et malgré une approche de sociabilisation positive nous avons rencontré des réactions agressives envers ses congénères et des visiteurs alors qu’elle avait 10 mois .C’ est avec l’aide d’une spécialiste du BA que nous avons pu corriger le tir avec quelques séances de dressage au mordant qu’elle a repris confiance et nous aussi ! Le but n’était pas de viser les concours . Nous avons aussi évité les chiens douteux et agressifs et les personnes qui ont peur des chiens qui reculent devant le chien et ça c’est pas bon . Aujourd’hui elle a deux ans et tout va bien mais il est vrai aussi qu’un dressage que l’on croit acquis peut régresser facilement mais ne perdez pas espoir que votre chien puisse pas à pas reprendre confiance avec friandises et bcp de patience. Ce sont des chiens très intelligents donc l’intellect ne demande qu’à être sollicité d’une manière ou d’une autre .Bon courage

            Réponse

          Soumettre un commentaire

          Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *