La Littorale V45 – un tour de Bretagne à vélo le long du littoral

par | Mis à jour le 27/02/2024 | La Bretagne à vélo | 4 commentaires

La Littorale ou la véloroute V45 est l’un des parcours parmi les plus beaux et les plus scéniques de France. Un savoureux mélange de panoramas à couper le souffle le long de paysages changeants, où l’on prend plaisir à déguster les spécialités locales. 

La côte bretonne a la particularité de pouvoir s’observer dans un dédale de nombreuses petites routes de campagne. On se laisse facilement prendre au jeu, détour après détour, le long de son littoral accidenté et façonné par l’océan et les rivières. 

La Littorale suit les traces du célèbre GR34® – le Sentier des Douaniers, une randonnée pédestre de 2000 km parcourue par des milliers de randonneurs chaque année ! À vélo, ce sera moins long mais comptez tout de même pas moins de 1600 km !

L’itinéraire de La Littorale – V45 – Ancienne Voie 5

1001 km

En moyenne 3 semaines

En majorité sur voies partagées

VTC, vélo de voyage ou gravel

Pas entièrement balisé

6500 m de D+

Niveau avancé

La Littorale est un itinéraire qui est encore en cours de développement mais vous êtes déjà nombreuses et nombreux à l’arpenter ! Cet article tente donc de vous donner toutes les informations disponibles à ce jour. Il ne manque aujourd’hui plus grand chose pour que la V45 soit finalisée au niveau du tracé. De Roscoff à Daoulas (à une trentaine de kilomètres au sud de Brest), l’itinéraire est réalisé et bien balisé

Entre Daoulas et la pointe du Raz, l’itinéraire est encore en projet.

Si je vous ai fait une proposition d’itinéraire avec la Presqu’île de Crozon (cf. ma carte Komoot), la V45 officielle n’y mènera pas mais il est possible d’y faire un détour par la V6. L’itinéraire est encore en projet pour ce bout du monde exceptionnel. Pour y accéder, le pont de Térénez dispose d’une belle voie pour les cyclistes et les piétons. Toutefois, les portions de route avant et après le pont peuvent être assez fréquentées en période de pointe. 

La Littorale reprend ensuite au niveau de la Pointe du Raz. Elle longe alors la côte presque sans discontinuer jusqu’à Lorient avant d’alterner entre portions développées et portions non aménagées jusqu’à Vannes et ses maisons à colombages. 

Une fois l’estuaire de la Vilaine enjambé, on rejoint la Vélocéan qui est la portion de La Littorale en Loire-Atlantique. Elle est balisée.

Le tracé proposé suit les traces officielles de la V45 pour les portions réalisées. Pour les portions non réalisées, j’ai créé le parcours en suivant des petites routes côtières et en évitant les départementales au maximum. Il s’agit ici d’une proposition, je n’ai pas pu tester certaines parties par moi-même !

La Littorale V45 pour faire le tour de la Bretagne à vélo

Envie de réaliser un beau tour à vélo de la Bretagne ? Ce sera possible d’ici peu grâce à un savoureux mélange de trois véloroutes :

  • La Vélomaritime qui vous permet de longer les côtes bretonnes de la baie du Mont-Saint-Michel à Roscoff
  • La Littorale qui prend le relais de Roscoff à Nantes en suivant la côte du Finistère, du Morbihan, puis du nord de l’estuaire de la Loire en Loire-Atlantique. 
  • La nouvelle véloroute baptisée La Régalante qui devrait être inaugurée au printemps 2024. Elle relie Nantes et le Mont-Saint-Michel !

Une version plus courte du tour de Bretagne à vélo vous permet de rejoindre le Mont-Saint-Michel en empruntant la V42 à Arzal. Comptez tout de même environ 1600 km pour ce joli tour de Bretagne !

Un parcours connecté à d’autres véloroutes

La V45 est un itinéraire bien connecté pour faire le tour de Bretagne à vélo. Mais ce n’est pas tout !

  • À Roscoff, La Littorale est connectée à L’EuroVelo 1 (cf. le réseau EuroVelo) qui part vers l’Angleterre, à La Vélodyssée (EuroVelo 1 en France) qui part vers Nantes puis Hendaye, et à La Vélomaritime (EuroVelo 4) qui part vers la Belgique le long des côtes de la Manche. 
  • Si la Vélodyssée rejoint le Canal de Nantes à Brest, on peut également la retrouver un peu plus au sud de l’itinéraire de la V45.
  • À Saint-Nazaire, des navettes acceptant les vélos peuvent vous permettre de rejoindre La Vélodyssée ou La Loire à Vélo à Saint-Brévin-les-Pins.
icône-vélo-couple

Les grandes étapes de La Littorale

  • Roscoff – Brest : 227 km, 1600m de D+, 5 jours

  • Brest – Douarnenez : 121 km par la presqu’île, 1480m de D+, 3 jours
  • Douarnenez – Concarneau : 197 km – 1250 m de D+,  4 jours
  • Concarneau – Vannes : 203 km – 1040 m de D+, 3 à 4 jours
  • Vannes – Nantes : 234 km – 950 m de D+, 4 jours

1. De Roscoff à Brest, un patrimoine naturel exceptionnel

Cette partie de l’itinéraire évolue de port en port à travers des paysages naturels façonnés par une mer indomptable. Au départ de Roscoff, la côte des sables est plaisante à sillonner à vélo avec ses dunes sauvages et ses plages aux rochers étonnants. 

À Brignogan, un léger détour mène au phare de Pontusval. On rejoint ensuite le site époustouflant de Ménéham réputé pour sa maison des douaniers encastrée entre des rochers. 

On évolue désormais sur la Route des Phares avec ses monuments emblématiques, à commencer par l’imposant phare de l’Île Vierge à Plouguerneau. Connue pour ses côtes sauvages, ses petits ports authentiques et ses abers, la Route des Phares nous mène aussi vers les phares de Trézien, Kermorvan, Saint-Mathieu et du Minou .

La rade de Brest, aux paysages très différents, est la dernière portion de cette première grande étape sur la V45. En face, la presqu’île de Crozon referme presque le goulet offrant une protection naturelle au port de Brest, place forte stratégique renforcée par les constructions de Vauban. Ville riche en histoire militaire, elle a été détruite à 95% durant la seconde guerre mondiale. 

Pour conclure ce premier volet sur La Littorale, on vous conseille de prendre du temps pour visiter Océanopolis, le Centre National de Culture Scientifique dédié à l’Océan.

Envie d’en savoir plus sur La Littorale de Roscoff à Brest ?

Il y a tant à dire que cette portion de l’itinéraire a fait l’objet de trois articles. Nous avons parcouru la V45 à plusieurs reprises et connaissons très bien le territoire que nous vous invitons à découvrir aujourd’hui !

2. De Brest à Douarnenez, Par la Presqu’île

Le tracé est réalisé jusqu’à Daoulas, à une trentaine de kilomètres de Brest. Ensuite, j’ai suivi les grandes lignes théoriques de l’AF3V pour créer mon tracé mais cette partie n’est pas encore réalisée.

Au départ de Brest, on emprunte le pont Albert-Louppe qui offre une magnifique vue sur la rade de Brest et le pont de l’Iroise. L’itinéraire nous mène ensuite en presqu’île de Plougastel sur un parcours très vallonné. Daoulas et son abbaye méritent la visite avant de reprendre la route vers le paisible port de l’Hôpital-Camfrout. 

L’entrée dans la presqu’île de Crozon se fait en beauté par le majestueux pont de Térénez où cyclistes et piétons se partagent une passerelle sécurisée indépendante. Ici vous avez le choix : continuer directement vers Douarnenez ou opter pour le détour vers Crozon et Camaret en empruntant la V6. Je vous recommande la seconde option sans hésiter ! La V6 commence même à côté de l’embarcadère du Fret où la liaison maritime avec Brest se fait. De là, vous pouvez opter pour de magnifiques petits détours comme la pointe des Espagnols, de Pen-Hir ou même le cimetière de bateaux de Rostellec.

Les paysages sont à couper le souffle avec un enchaînement de falaises, de criques à l’eau turquoise et de longues plages de sable fin. L’eau, un peu moins fraîche qu’en Finistère nord, invite à la baignade. À Morgat, les grottes marines se visitent en canoë et permettent de visiter des plages inaccessibles autrement. L’étape se termine avec l’ambiance vivante et dynamique du port de pêche de Douarnenez.

Je recommande le détour vers la presqu’île de Crozon, c’est l’un des endroits où j’aime passer beaucoup de temps dans le Finistère. Attention toutefois, la Presqu’île est très fréquentée en été, particulièrement entre le 15 juillet et le 15 août. Prévoyez donc vos hébergements bien à l’avance !

3. De Douarnenez à Concarneau, au fil des ports de pêche

Au départ de Douarnenez, on évolue le long d’une côte toujours aussi sauvage et préservée. La Pointe du Raz, véritable chef d’œuvre de la nature sculpté par les vents et les vagues, est une étape marquante de notre déambulation. 

Après la Pointe du Raz, nous retrouvons l’itinéraire de La Littorale avec une signalisation le long de la côte sud du Finistère. La nature sauvage nous accompagne encore durant de longs kilomètres entre les ports d’Audierne et de Penmarc’h. On y trouve des plages réputées pour le surf, notamment la plage de Penhors ou de la Torche. Penmarc’h, symbolisé par son phare de 65m de haut, est un port de pêche connu pour sa conserverie de sardines. 

On peut observer le balai des bateaux de pêche en arrivant en fin de journée au port du Guilvinec, port pittoresque du Finistère Sud. La Littorale mène ensuite dans la capitale du pays Bigouden, Pont-l’Abbé, où l’on peut découvrir davantage sur l’histoire locale dans un musée situé dans le château.  

Une dernière étape dans la jolie station balnéaire de Bénodet puis la ville de Concarneau apparaît. Avec sa ville close et fortifiée construite sur un îlot, le charme opère au cœur de cette cité historique. Construit en 1906, le célèbre beffroi accueille les visiteurs à l’entrée de la vieille ville. 

4. De Concarneau à Vannes par la presqu’île de Quiberon

Au départ de Concarneau, un petit passage par Pont-Aven et ses célèbres biscuits au beurre nous redonne de l’énergie avant de nous diriger vers Clohars-Carnoët. Le port pittoresque du Doëlan lové au cœur d’une ria avec ses maisons nichées en terrasse est d’un charme fou et constitue l’une des étapes marquantes de notre voyage de 2017. Non loin, la roche percée est un site naturel à voir avant de reprendre la route vers Lorient. 

Dernière étape majeure du Finistère, la traversée de la Laïta obligera les cyclistes présents hors saison à faire un long détour. En saison, une liaison se fait entre Le Pouldu et Guidel. Le Morbihan annonce des étapes au dénivelé plus modéré ! Ses longues plages de sable fin que l’on observe depuis la véloroute sont prisées pour la pêche à pied !

A Lorient, ville où il fait bon vivre, La Base est un incontournable où il est possible de visiter l’ancien bunker abritant les sous-marins allemands, le musée de la voile et de profiter de ses restaurants. 

Pour ceux qui le souhaite, on s’élance ensuite en presqu’île de Quiberon où le ferry mène à Belle-île-en-mer. L’étape entre deux mers est exceptionnelle avec des paysages à couper le souffle et de nombreux spots de kitesurf. 

Zone naturelle exceptionnelle, nous évoluons ensuite dans la réserve naturelle du golfe du Morbihan avant de découvrir les magnifiques maisons à colombages de Vannes et son port de plaisance animé de nombreux restaurants. 

5. De Vannes à Nantes, au coeur des marais salants

Entre Vannes et Nantes, l’itinéraire est en grande partie réalisé et signalé, notamment en Loire-Atlantique où La Littorale laisse place à La Vélocéan. Au départ de Vannes, nous délaissons un peu le littoral pour évoluer davantage dans les terres. Les passionnés d’ornithologie entameront un petit détour pour visiter la réserve naturelle des marais de Sené. 

On rejoint ensuite assez rapidement l’estuaire de la Vilaine avec ses paysages sauvages et ses marais. Le barrage d’Arzal, ouvrage unique en son genre, sert à fournir l’eau potable entre Rennes, Nantes et Auray.  Il nous permet aussi de traverser la Vilaine, nous évitant un long détour jusqu’à la Roche-Bernard.

Avec moins de dénivelé, nous retrouvons un itinéraire le long de la côte et des paysages sauvages. Les longues plages de sable fin alternent avec les marais salants au caractère unique. L’itinéraire de la V45 traverse les marais de Mès mais pas ceux de Guérande, plus fréquentés, pour lesquels il faudra faire un détour. 

Après une visite de la cité historique et fortifiée de Guérande, nous longeons la longue baie de la Baule, cité balnéaire très courue. L’entrée à Saint-Nazaire est bucolique, elle se fait par l’étang du Bois Joalland.  Le long du port, des cabanes de pêcheurs sur pilotis que l’on appelle des carrelets, s’enchaînent et offrent une promenade très sympa. Il ne reste ensuite plus que quelques étapes le long de l’estuaire de la Loire pour rejoindre Nantes et sa belle dynamique cyclable. Un détour par les Machines de l’île de Nantes raviront petits et grands. 

icône-vélo-couple

Préparer son voyage sur La Littorale

Nous connaissons parfaitement la partie nord de La Littorale. Nous l’avons parcourue à plusieurs reprises car je suis originaire de Ploudalmézeau (Portsall), une petite commune qui se trouve sur la V45. 

En 2017, nous avons parcouru une grande partie du littoral sud breton jusqu’à Nantes. Il n’existait alors pas ou peu d’aménagements mais je me souviens emprunter de petites routes de campagne tranquilles et avec peu de trafic. Si vous imaginez réaliser ce parcours hors saison, je pense que ce n’est pas nécessaire d’attendre que l’itinéraire soit entièrement terminé pour apprécier l’ambiance de La Littorale.

Combien de temps pour parcourir La Littorale V45 ?

  • 2 à 3 semaines pour un cycliste entraîné ou en VAE.
  • Comptez à minima un mois pour le Tour de Bretagne en suivant les côtes !

Quelques points de vigilance pour planifier votre itinéraire et notamment le nombre de kilomètres que vous comptez faire par jour :

  • Il faut se méfier du dénivelé sur La Littorale. Sur le papier, 6500 m de D+ pour 1000 km peuvent paraître assez abordables mais les montées sur le parcours sont courtes et parfois abruptes. Cela vaut aussi pour La Vélomaritime entre le Mont-Saint-Michel et Roscoff.
  • Il est également important de prendre en compte la météo et surtout le vent ! On ne sait jamais vraiment dans quel sens il va souffler, mais une chose est certaine, il va souffler à un moment ou un autre ! Une journée avec un vent de face réduit la distance que l’on peut parcourir.

C’est pourquoi, je vous recommande, selon votre niveau, d’opter pour des étapes de 50 à 60 km par jour.

Dans quel sens suivre La Littorale V45 ?

  • Si vous êtes débutant, privilégiez le sens Nantes-Roscoff. Les débuts sont plus plats, moins venteux et moins physiques, ce qui vous permettra d’arriver échauffé pour les étapes qui commenceront à se corser après Lorient. 
  • Le sens Roscoff – Nantes si vous êtes entraîné ou en VAE et que vous avez envie de commencer par la portion la plus sauvage de l’itinéraire.

Quelles difficultés sur la V45 ?

Les plus beaux parcours sont rarement les plus faciles. Toute proportion gardée, La Littorale ne déroge pas à cette règle même si nous sommes loin d’une traversée des Alpes ! Notez tout de même quelques points importants :

  • Le dénivelé. Il est important de commencer à vous entraîner un peu avant de partir. Le niveau n’est pas très difficile, mais il vaut mieux avoir l’habitude et sortir du préjugé selon lequel “la Bretagne est toute plate”. 
  • Le vent, la pluie, le brouillard peuvent faire partie du décor. Bien entendu, vous pouvez avoir de très belles semaines de beau temps et profiter de bains de mer tous les jours. Mais la pluie peut aussi s’inviter alors qu’elle n’était pas au programme !
  • L’hébergement en saison. Il est fortement recommandé de réserver vos hébergements en dur. 
  • Une forte fréquentation de campings-cars sur les petites routes en haute saison. 

Si la V45 est votre premier voyage à vélo et que vous rencontrez des difficultés, sachez qu’il existe désormais plusieurs voies vertes qui peuvent vous permettre d’opter pour des alternatives plus abordables. Le voyage sera différent, mais il sera plaisant ! Nous sommes nous-mêmes partis sans entraînement en 2017. Nous avons pris beaucoup de plaisir à parcourir ces paysages, mais nous avons dû dévier par le Canal de Nantes à Brest pour soulager des genoux douloureux peu habitués à l’effort.

Comment accéder à La Littorale ?

Il y a plusieurs points d’arrivée pour La Littorale :

  • Roscoff est accessible depuis la gare de Morlaix par une ligne de bus avec porte-vélos. La ligne TGV Paris – Morlaix accepte les vélos avec un supplément. 
  • La gare de Brest se trouve sur la même ligne TGV. Au départ de Paris, il est donc possible de réserver une place vélo. Les TER à destination de Brest et de la Bretagne en général disposent également d’emplacements vélo à réserver entre le 1er mai et le 1er septembre.
  • Des cars TER circulent entre Quimper et Douarnenez. Ils acceptent les vélos sur réservation. 
  • Le TGV Paris – Quimper dispose d’emplacements vélo à réserver en avance. Il marque un arrêt à Lorient et à Vannes. 
  • La gare de Saint-Nazaire est accessible en TER avec un vélo. Des TGV au départ de Paris avec espace vélos desservent la gare. 
  • La gare de Nantes est desservie par de nombreuses lignes acceptant les vélos. En été, le train de La Loire à Vélo circule entre Angers et Le Croisic

Quel vélo pour La Littorale ?

Même si La Littorale est en grande partie asphaltée, je recommanderais un gravel, un VTC ou un vélo de randonnée. Le VTT est possible bien entendu, juste plus lourd pour voyager ! En vélo de route, il faudra parfois opter pour la route sur quelques petites et rares portions.

La Littorale est un bon itinéraire pour évoluer en bikepacking. Si vous avez une randonneuse ou un VTC et êtes bien chargé, veillez à avoir une bonne transmission avec un petit développement intéressant (je vous conseille de lire notre article sur la transmission si vous ne maîtrisez pas le sujet) !

Pour ceux qui ne sont pas suffisamment entraînés, je conseille le VAE.

Si vous découvrez l’univers du voyage à vélo, notre dossier sur le vélo de voyage vous aidera à y voir plus clair !

Quel équipement spécifique pour la V45 ?

  • Une veste coupe-vent, même en été. L’air peut être frais même s’il fait beau.
  • Une petite laine et un pantalon pour les soirées.
  • Une bonne tenue de pluie qui comprend la totale : poncho (de préférence), pantalon de pluie, couvre-chaussures. 
  • Idéalement, des chaussures de trail qui sèchent vite et des sandales. 
  • Lunettes de soleil et crème solaire. Attention, on ne se sent pas brûler en Bretagne !
  • Du matériel de camping, surtout si vous partez sans réserver à l’avance. Les campings simples et pas chers restent nombreux sur la côte et gardent un côté authentique que j’apprécie particulièrement.

Si vous avez besoin davantage d’informations, consultez notre article pour s’équiper avant de voyager à vélo,

 

La V45 possible en famille ?

Je ne recommanderais pas la V45 aux familles avec de jeunes enfants peu expérimentés. Si vous transportez les enfants en remorque, c’est déjà un peu plus sécurisé. 

La V45 est quasiment uniquement sur voies partagées. Ce sont de petites routes de campagne qui ne sont pas très larges et peuvent être assez fréquentées en haute saison (15 juillet – 15 août). Certains petits passages traversent des routes départementales limitées à 80km/h. Quelques petites portions empruntent des voies plutôt passantes. Je n’ai eu aucun souci à parcourir quelques portions enceinte de 5 mois (notamment toute la rade de Brest jusqu’à Daoulas), mais je pense que des itinéraires peuvent être plus adaptés aux familles comme La Vélodyssée ou toutes les voies intérieures de Bretagne.

Les Batobus / navettes / passeurs sur le parcours

Pour éviter des détours parfois très longs dans les estuaires, il existe quelques services de navettes fluviales sur La Littorale. 

  • Entre Lanildut et Lampaul-Plouarzel, embarquez à bord de Phine la Passeuse pour économiser 13 km de véloroute le long de l’Aber-Ildut. 3€ / cycliste.

  • Entre Brest et la Presqu’île de Crozon, des navettes (en été uniquement) font la liaison et acceptent les vélos à bord. Il est conseillé de réserver cependant ! Comptez 21€ par personne avec le vélo.
  • Entre Loctudy et l’Ile-Tudy, un passeur en saison embarque les vélos et évite un détour de 16km. 4€ / personne et vélo

  • Entre Sainte-Marie et Bénodet, le P’tit bac vous évite d’emprunter le pont de Cornouailles. 4€ / personne et vélo. 

  • De mai à septembre, on peut traverser la Laïta entre le Pouldu et Guidel pour 3€. Attention, la navette n’embarque que 5 vélos, il est préférable d’éviter de miser sur la dernière traversée !

Mila - rédactrice Un Monde à Vélo

À propos de l’autrice

Mila

En 2017, à l’occasion de son premier tour d’Europe à vélo, Mila commence à partager ses expériences de baroudeuse. Passionnée de photographie et engagée, elle lance le média Un Monde à Vélo. Son objectif : rassurer dans un discours ambiant du dépassement de soi et rendre la thématique du cyclotourisme accessible à tous et surtout à toutes. 

[instagram-feed feed=2]
4 Commentaires
  1. gobois64

    Coucou Mila,
    je pars une semaine en Espagne. Et vous quand et ou comptez-vous vous rendre en Vendée car oui peut-être on pourrait se croiser. Cela serait avec plaisir, en attendant je te souhaite un agréable dimanche !

    Réponse
    • Mila

      Coucou Gérard,

      Je t’envoie un petit mail pour t’en dire davantage !
      Excellente journée à toi,

      Mila

      Réponse
  2. gobois64

    Bonjour Mila,
    encore un très joli article de ta part et de ta région de naissance n’est-ce pas ?.
    Comme tu as raison la Bretagne est vraiment jolie à parcourir.
    Grâce à certaines de tes photos j’ai pu reconnaitre des sites que j’avais visité l’été dernier, en particulier la presqu’île de Quiberon avec l’insolite château Turpault, vraiment splendide avec sa “côte sauvage” qui longe la mer, Penthièvre, la ria d’Etel, Carnac et ses dolmens, et aussi Saint-Goustan petit port vraiment sympathique. Si cet été je ne pars pas en Espagne peut-être je retournerai à Quiberon.
    J’étais monté jusqu’à Pornic qui mérite elle aussi une visite et concernant la Vendée tout le littoral avec ses nombreuses plages et ses marais salants sans oublier les îles (d’Yeu, de Huat et de Hoedic qui sont très accessibles en bateau depuis Saint Gilles croix de Vie, d’ailleurs je m’étais rendu à l’île d’Yeu en catamaran à voile, c’était super !
    Merci à toi pour tous ces partages, c’est un régal de te lire et de découvrir grâce à toi ces belles régions françaises à faire en vélo (bien sûr).
    Bien cordialement, prends bien soin de toi et de Léa et Denni !

    Réponse
    • Mila

      Salut Gérard,

      Ah oui c’est vrai que tu es venu dans la région il y a peu ! En effet, c’est ma région de naissance mais comme je suis du nord Finistère, c’est trop chouette que tu me donnes les noms pour le Morbihan car j’ai un peu oublié tout ça depuis 2017… Il a déjà fallu faire un très gros exercice de recherche et de tri dans ma mémoire pour la rédaction de l’article, je ne suis pas entrée dans les détails des lieux, sinon, je l’aurai sorti dans 3 mois 😉 ! Il y a TELLEMENT de choses à voir, la liste est infinie.

      En effet, la Vendée est belle aussi. Et pas seulement la côte, si je m’en souviens bien (2018 cette fois, avec tous les voyages que l’on fait, parfois ça se mélange) ! D’ailleurs, on vient en avril si tu es dans le coin. On n’aura pas beaucoup de temps, mais sait-on jamais 😉

      Très bonne journée à toi,

      Mila

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *