La Loire à Vélo, 900 km entre nature sauvage et châteaux

par | Mis à jour le 08/11/2022 | Publié le 02/10/2022 | France | 0 commentaires

La Loire à Vélo est un itinéraire au succès retentissant. Fort de ses développements cyclables toujours perfectionnés et de ses services importants pour les cyclistes, la véloroute a su se forger une solide réputation. Et pour cause ! À travers les paysages uniques et sauvages de la Loire dont une partie est classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, c’est à la fois une promenade paisible, sécurisée et au plus près de sites touristiques majeurs. 

Au départ de Saint-Brevin-les-Pins, au niveau de l’estuaire de la Loire, on remonte doucement le dernier fleuve sauvage de France vers le Pays des Châteaux dans une ambiance bucolique. Accessible aux familles, en couple, entre amis et en peu de temps au départ de Paris en train, l’itinéraire a de nombreux bons points en sa faveur. 

Notre première expérience sur La Loire à Vélo remonte à 2017, lors de notre premier voyage à vélo. La suite est un peu décousue car nous avons suivi une autre partie du tracé en 2018, puis en 2019, avant de revenir en 2022, toujours avec autant d’enthousiasme.

La Loire à Vélo, partie intégrante de l’EuroVelo 6

La Loire à Vélo est une partie intégrante de l’itinéraire européen de l’EuroVelo 6, la Véloroute des Fleuves. Si vous avez plusieurs mois devant vous, il faut savoir que cet itinéraire vous mène jusqu’à la Mer Noire, en Roumanie, sur pas moins de 4 450 km et à travers une dizaine de pays (selon les variantes) ! Lors de notre première aventure à vélo, en 2017, nous avons suivi quasiment la totalité de l’itinéraire. 

C’est certainement grâce à La Loire à Vélo que nous sommes devenus passionnés de voyage à vélo. Les premiers tours de roue à Ancenis ont été un soulagement après plusieurs jours compliqués sur les routes. Cette expérience, plus tranquille, nous a réconfortés et poussés à continuer plus loin, jusqu’à Mulhouse dans un premier temps, puis jusqu’en Allemagne, avant de se décider à reprendre l’EuroVelo 6 en Autriche et à suivre la véloroute jusqu’au bout. 

Excellent entraînement avant d’affronter des itinéraires plus engagés, l’EuroVelo 6 bénéficie, comme c’est le cas sur sa première portion de La Loire à Vélo, d’un dénivelé plus que modéré. 

L’itinéraire de La Loire à Vélo

La Loire à Vélo est un réseau cyclable d’environ 900 km, avec de nombreuses variantes qui permettent d’aller visiter les châteaux ou de choisir de suivre la Loire au nord ou au sud. L’avantage, c’est que vous pouvez ainsi vous adapter selon vos priorités et vos envies en empruntant les portions les plus sécurisées pour les familles ou en choisissant de vous détourner du fleuve pour aller visiter un château par exemple. 

Si vous avez envie de suivre la totalité du parcours, comptez environ 600 km de Saint-Brevin-les-Pins à Nevers sans faire de détour, davantage avec les détours. Au départ du pont de Saint-Nazaire, le long de la Loire, les villes de Nantes, Angers, Saumur, Tours, Blois et Orléans constituent de belles étapes. Mais entre les villes, c’est au cœur de zones boisées ou rurales, au fil de l’eau, que l’on évolue.

La Loire à Vélo, une véloroute connectée à d’autres itinéraires cyclables

De nombreux itinéraires cyclables sont reliés directement à La Loire à Vélo, ce qui offre une multitude de choix pour continuer votre expérience. 

Parmis les grands itinéraires connectés, on retrouve notamment :

  • La Vélodyssée : cet itinéraire qui relie Roscoff à Hendaye par le Canal de Nantes à Brest, puis le long de la côte Atlantique, est commun entre Saint-Brevin-les-Pins et Nantes. La Vélodyssée est le tronçon français de la véloroute européenne de l’EuroVelo 1.
  • La Vélocéan – Littorale : À Nantes, on peut rejoindre la V45 qui longe la côte de la Loire-Atlantique puis bretonne jusqu’à Roscoff (encore en partie en construction).
  • La Scandibérique : itinéraire qui relie Maubeuge à Saint-Jean-Pied-de-Port et traverse la France sur pas moins de 1700 km ! La Scandibérique est la partie française de l’EuroVelo 3.
  • La Vélobuissonnière : un itinéraire tout récent qui relie Saumur à Alençon (la Véloscénie) en pleine nature et en quelques jours seulement (il y en a pour 250 km environ).
  • La Vélo Francette : itinéraire de 600 km qui relie Ouistreham à La Rochelle et partage le tracé de La Loire à Vélo de Saumur à Tours.  
  • L’Indre à Vélo : ce parcours bis de La Loire à Vélo remonte l’Indre jusqu’à sa source pendant 250 km en passant par des sites d’exceptions comme le château de Chenonceau ou Azay-le-Rideau avant de rejoindre la Creuse.

Sur le site de La Loire à Vélo, vous pouvez retrouver l’ensemble des connexions avec les autres itinéraires et les boucles locales pour bien préparer votre séjour.

Si vous souhaitez également remonter encore davantage le fil du Fleuve, en continuant l’EuroVelo 6 vers Digoin, il est tout à fait possible de suivre la Véloire qui se dirige vers Roanne puis Montrond-les-Bains. 

Infos pratiques sur La Loire à Vélo

Nous avons combiné ici toutes les questions pratiques que nous avons reçues à propos de l’itinéraire de La Loire à Vélo à l’occasion de nos diverses expériences sur l’itinéraire. Si vous en avez davantage, n’hésitez pas à nous le signaler en commentaire, nous mettrons l’article à jour.

Quel vélo pour La Loire à Vélo ?

Nous vous conseillons d’opter pour un VTC, un VTT ou un vélo de voyage pour cet itinéraire. S’il est en majorité asphalté, il existe quelques portions sur sentiers et même quelques petits tronçons un peu sablonneux qui risquent de poser problème aux vélos de route dont les pneus sont fins. 

Si vous n’avez pas de vélo, sachez que de nombreux loueurs de vélos proposent ce service, avec des vélos pour la plupart bien adaptés à l’itinérance (vérifiez bien toutefois qu’il ne s’agisse pas d’un vélo plutôt dédié à la petite balade). 

Si vous souhaitez investir, nous avons également réalisé deux dossiers à ce sujet sur notre blog :

Combien de temps prévoir sur l'itinéraire ?

Environ 10 à 15 jours. Moins pour les bons mollets, plutôt deux semaines pour les passionnés d’Histoire, de patrimoine et de nature (chaque détour vers un château ajoute des kilomètres, les visites prennent souvent à minima 2h). 

Saint-Brévin-les-Pins et Nevers se relient, toutefois nous vous conseillons de prendre votre temps. La Loire à Vélo se savoure vraiment lorsque l’on s’arrête pour visiter les différents sites aux alentours ou se reconnecter tout simplement à la nature entre deux villes.

Quand partir sur La Loire à Vélo ?

Pour avoir parcouru la région à vélo à toutes les saisons en évitant toujours les mois de juillet et août, je dirais que l’on peut y aller toute l’année ou presque. Le seul inconvénient majeur en hiver est que les hébergements risquent d’être fermés, notamment les campings. Lors d’un de mes passages en mars, ce fut plus compliqué qu’à l’habitude ! Cette région peut être pluvieuse, toutefois,elle bénéficie d’un climat assez sec. Même en hiver, il y a de belles journées.

À partir d’avril et jusqu’à fin octobre, La Loire à Vélo se parcourt bien. Hors saison c’est encore mieux car il y a, en théorie, moins de visiteurs sur les différents sites et l’on peut éviter les chaudes journées estivales. Au début du printemps et à partir de septembre, il y a pas mal de passage, mais cela reste intimiste. Au mois de juin, nous étions déjà bien plus nombreux à fouler les pistes et les trains étaient bondés de vélos, surtout le week-end.

Comment rejoindre La Loire à Vélo ?

Les gares des villes principales sont bien connectées avec des trains qui proposent généralement des espaces vélo. Encore une fois, en saison, il vaut mieux s’y prendre à l’avance pour être sûr de ne pas avoir à démonter son vélo. 

L’itinéraire est très bien connecté entre Le Croisic et Orléans par le train La Loire à Vélo qui, de juin à septembre, offre un service exemplaire aux cyclovoyageurs avec 83 emplacements vélos et un service adapté sur les quais. Cela permet d’avoir un filet de sécurité si vous prenez du retard sur votre planning ou si vous avez un coup de mou !

À partir d’avril et jusqu’à fin octobre, La Loire à Vélo se parcourt bien. Hors saison c’est encore mieux car il y a, en théorie, moins de visiteurs sur les différents sites et l’on peut éviter les chaudes journées estivales. Au début du printemps et à partir de septembre, il y a pas mal de passage, mais cela reste intimiste. Au mois de juin, nous étions déjà bien plus nombreux à fouler les pistes et les trains étaient bondés de vélos, surtout le week-end.

Où laisser mon vélo et mes sacoches pendant les visites ?

C’est ici le GROS point fort de La Loire à Vélo, car c’est le seul itinéraire où nous avons expérimenté un tel accueil pour les cyclistes. Chaque lieu touristique majeur est équipé de parkings à vélo et surtout… de casiers pour les sacoches ! Finie la panique pour ceux qui voyagent avec un peu de matos précieux. Pour les villes, il existe également des consignes à bagages et à vélo. Un véritable soulagement pour nous, c’est tout de même plaisant de pouvoir lâcher sa monture sans forcément avoir à prendre un logement en dur !

On en rêve !

Où dormir sur La Loire à Vélo ?

Les campings sont très nombreux au bord de la route, vous en trouverez toujours un sur les étapes principales de La Loire à Vélo. Face au succès de l’itinéraire, de nombreux hébergements se sont adaptés et ont rejoint la marque Accueil Vélo, ce qui vous permet de trouver facilement un logement avec un espace sécurisé pour votre vélo ainsi que des petits plus comme un petit-déjeuner correspondant à la pratique physique et un kit de réparation. 

Quel équipement pour La Loire à Vélo ?

Une bonne paire de lunettes de soleil, une tenue de pluie, une petite veste. Pour le reste, tous les services s’en chargent. En s’y prenant un peu à l’avance en saison, il est même largement possible de ne pas prendre toutes ses affaires de camping et de profiter des nombreux logements proposés et dédiés au cyclotourisme. Les campings proposent notamment facilement des tentes montées, cabanes perchées, tipis et autres hébergements insolites qui vous permettent de profiter d’une nuit à l’extérieur sans avoir à monter la tente.

Toutefois, pour les petits budgets, la combinaison tente-matelas-duvet reste indispensable. Les emplacements de camping sont très souvent abordables, parfois même à proximité de sites touristiques majeurs !

Si vous partez pour une plus longue distance, en autonomie, je vous conseille toutefois de jeter un œil sur notre dossier concernant l’équipement pour voyager à vélo.

La Loire à Vélo en famille ?

Comme je le disais plus haut dans cet article, La Loire à Vélo propose de nombreuses variantes qui peuvent vous permettre d’être complètement en sécurité sur les portions connues pour être un peu plus fréquentées. Encore une fois, l’itinéraire a su s’adresser à tous les types de public, du débutant au cycliste rodé, et est tout à fait adapté aux familles et au voyage en groupe.  

Les guides papiers sur La Loire à Vélo

Vous pouvez trouver de nombreuses informations sur le site officiel de La Loire à Vélo. Notamment sur les variantes et les sites à visiter. Dans les offices de tourisme, vous pouvez également retrouver des cartes touristiques de l’itinéraire. 

Si vous souhaitez approfondir, il existe 3 guides papier récents :

Voyager à vélo clés en main 

Pour vous aider à vous lancer, plusieurs agences vous accompagnent en proposant des séjours sur les plus beaux itinéraires vélo de France et d’Europe. Une solution idéale pour commencer la pratique du voyage à vélo !

Nous vous proposons ici 2 agences sérieuses et spécialisées dans l’itinérance douce :

La Loire à Vélo, le long du fleuve sauvage

Si l’itinéraire de La Loire à Vélo est surtout connu pour les châteaux de la Loire, véritables témoignages de la Renaissance, c’est également une destination en pleine nature le long du dernier fleuve sauvage d’Europe. Caractérisée par ses grands bancs de sable qui la rendent difficilement navigable, elle constitue un habitat naturel rare et préservé pour de nombreuses espèces.

La mascotte des bords de Loire, c’est le castor. Espèce méfiante vis-à-vis de l’homme, il est rare de les observer car ils ne sont visibles qu’à la tombée de la nuit. Toutefois, en gardant l’œil ouvert, il est possible d’apercevoir ses constructions sur les bords du fleuve. Environ tous les kilomètres, les bords du fleuve sont peuplés par une famille de castor !

Autres espèces du paysage, la mouette sterne et la sterne naine, plus faciles à observer. Ou encore le héron, toujours en train de patienter en attendant qu’un poisson pointe le bout de son nez, le cormoran séchant ses plumes au soleil et l’aigrette, gracieux échassier blanc au bec jaune. 

En tant que passionnés de nature, c’est cet aspect de La Loire à Vélo qui nous a marqués. À bicyclette, nous avons tout le temps pour observer ces animaux.

La Loire à Vélo, étape par étape

Pour rédiger cet article, nous avons dû faire appel à 5 ans de souvenirs parmi nos nombreux voyages à vélo ! Mais l’impression qu’il nous reste, c’est la première. Celle de nos premiers campings Accueil Vélo qui, au bord de Loire, nous offraient le café le matin. Celle de nos premières rencontres avec d’autres cyclo-voyageurs et de nos premiers hôtes Warmshowers (le couchsurfing des cyclistes) qui se disaient dépassés par l’afflux de voyageurs en 2017, mais nous accueillaient tout de même. Celles aussi des paysages sublimes et changeants de la Loire et de ses châteaux impressionnants. 

En 2017, nous avions trouvé l’itinéraire bien développé, facile à suivre (nous n’avions pas le tracé ou de carte). Pourtant nous avons bien remarqué, 5 ans plus tard, les nombreuses améliorations. Les campings se sont dotés d’hébergements cyclistes, les services se sont améliorés, notamment les consignes à bagages, l’itinéraire est de plus en plus sécurisé et désormais complété par de multiples variantes. De nombreux services ont d’ailleurs rejoint la marque Accueil Vélo qui garantit un service adapté. Que demander de plus ? 

L’un des plaisirs de La Loire à Vélo est aussi de pouvoir accéder facilement aux activités avec nos vélos : balades en bateau, canoë, châteaux, etc. La Petite Reine est si présente que les services se sont adaptés, pour notre plus grand bonheur ! 

Si les guides papier présentés plus haut partent souvent de Nevers ou Cuffy, nous avons quasiment toujours emprunté La Loire à Vélo dans le sens inverse. L’avantage d’aller d’ouest en est, c’est que le vent est bien souvent de dos.

De Saint-Brevin-les-Pins à Nantes

Saint-Brevin-les-Pins est une station balnéaire très sympa le long de la côte de Jade, toute proche de l’estuaire de la Loire. Connue aussi pour son impressionnante œuvre d’art du Serpent d’eau, elle constitue un beau point de départ pour La Loire à Vélo. 

Sur l’estuaire, l’imposant pont de Saint-Nazaire et son port industriel en arrière-plan contraste avec la balade paisible parsemée de carrelets sur laquelle nous évoluons. Si le cœur vous en dit, il est possible d’emprunter une navette avec votre vélo pour traverser le pont de Saint-Nazaire et emprunter la Vélocéan. En restant côté sud, l’itinéraire mène ensuite au joli port tout coloré de Paimboeuf, suit le canal de la Martinière, traverse plusieurs communes de la périphérie de Nantes et arrive au magnifique village de Trentemoult, un port de pêcheurs aux maisons colorées où il fait bon flâner en terrasse.

Nantes est une étape immanquable de La Loire à Vélo. Ville animée, décalée avec son brin de folie, elle offre des visites étonnantes grâce au voyage à Nantes qui vous permet de découvrir le patrimoine de la ville avec un regard insolite. Pour les petits et grands, nous vous conseillons la visite des Machines de l’Île complétée d’un tour dans le Carrousel des Mondes Marins, l’un des plus beaux manèges au monde.

De Nantes à Angers

Une petite centaine de kilomètres séparent les deux villes. Au départ de Nantes, deux possibilités s’offrent à vous : suivre La Loire à Vélo au nord ou au sud du fleuve. Nous avons choisi le sud ! Après quelques ports de pêcheurs, nous arrivons très vite à Champtoceaux, où l’on peut grimper jusqu’au bourg pour rejoindre un beau point de vue sur la Loire. En face, Oudon est superbe avec son château médiéval et sa tour emblématique. Vient ensuite Ancenis, avec son château fort et son pont “frontière” entre la Bretagne historique et l’Anjou. 

En prenant l’itinéraire sud au départ d’Ancenis, on arrive ensuite à la Petite Cité de Caractère de Saint-Florent-le-Vieil, paisible avec ses bords de Loire et sa majestueuse église abbatiale du Mont-Glonne perchée sur son promontoire rocheux. Rien que pour la vue, la montée pentue à vélo est vite oubliée. 

Par la route de levée qui permet de relier Montjean-sur-Loire, les points de vue sont magiques sur le fleuve sauvage et ses bancs de sable. La petite ville est charmante avec sa belle église, elle aussi perchée. Juste en face, l’île de Chalonnes est une belle escapade, avec sa guinguette et sa vie paisible. Nous arrivons ensuite à la Possonnière qui mérite une halte pour son port où l’on peut observer des toues traditionnelles, bateaux à fond plat typiques de la Loire, avant de rejoindre la jolie Petite Cité de Caractère de Savennières et de faire le détour vers la très charmante Béhuard, unique commune de la Loire située sur une île. 

Sur une portion de La Loire à Vélo magnifique, nous arrivons à la confluence entre la Maine et la Loire. C’est ici que l’on dévie vers Angers. Son impressionnant château fortifié, sa cathédrale, sa galerie d’art et ses ruelles pavées aux maisons à pans de bois vous invitent à la déambulation.

La Loire à Vélo d’Angers à Tours

Après une belle étape à Angers, nous nous dirigeons vers l’un des tronçons qui m’a le plus marquée lors de notre premier voyage à vélo : Saumur et ses environs. À la sortie d’Angers, nous longeons le fleuve le long des routes de levée typiques de la région. Quelques kilomètres plus loin, il est possible de prendre l’échappée de la boucle Loire-Layon-Aubance pour se rendre au château de Brissac, avec sa façade hybride entre style médiéval et renaissance. 

Tout juste avant d’arriver à Saumur, La Loire à Vélo est magique en passant devant toutes les caves prestigieuses de Saint-Hilaire-Saint-Florent. Saumur est une très belle ville avec son château du Moyen-Âge dominant la Loire . Sur place, musée, promenades et églises animent la visite. 

À la sortie de la ville, un beau passage au village troglodyte de Souzay-Champigny nous attend avant de nous rendre à Montsoreau, classé Petite Cité de Caractère et Plus Beau Village de France. Avec sa forteresse royale, Chinon est une dernière belle découverte avant d’évoluer au cœur des vignobles puis le long du Cher et d’entrer à Tours. 

De Tours à Orléans

Cette portion de La Loire à Vélo vous mène à travers un territoire inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. C’est ici qu’il est possible de partir à la rencontre des castors grâce aux excursions organisées par les bateliers le long du fleuve. Au départ de Tours, la véloroute nous mène vers Amboise avec son château royal et le Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci. À la sortie de la ville, nous avons pris la variante en direction du château de Chenonceau, véritable chef-d’œuvre enjambant majestueusement le Cher. 

Si vous ne prenez pas la direction de Chenonceaux, l’étape est paisible à travers vignes et le long du fleuve jusqu’à Chaumont-sur-Loire avec son légendaire Festival International des Jardins qui a lieu chaque année d’avril à novembre. Pour visiter le domaine de Chaumont, comptez tout de même une journée ! 

Nous savourons ensuite Blois avec la découverte de son château royal richement ornementé et son étonnant escalier Denis Papin. Non loin de la ville, ne manquez pas la variante vers le prodigieux château de Chambord dont la construction a été ordonnée par François 1er au 16ème siècle. L’itinéraire passe ensuite par la jolie petite ville de Beaugency où il est aisé d’admirer mouettes sternes et hérons avant de rejoindre Orléans. 

Avec son centre-ville récemment rénové et ses charmantes maisons à pans de bois, Orléans est une belle étape. Sa grande cathédrale et son passé lié à celui de Jeanne d’Arc nous offrent une visite fascinante. Nous vous conseillons d’en profiter pour faire une halte rafraîchissante avec une belle vue sur le fleuve à l’une des guinguettes du bord de Loire. 

La Loire à Vélo d’Orléans à Nevers

Nous n’avons pas encore eu l’occasion d’explorer La Loire à Vélo entre Orléans et Nevers. Toutefois, pour être bien renseignés sur l’itinéraire, nous avons décidé de vous parler des étapes majeures de ce tronçon. 

À la sortie d’Orléans, nous vous conseillons d’opter par la sortie nord de l’itinéraire qui vous mène vers Combleux à l’occasion d’une balade très agréable (que l’on a parcourue pour le coup). L’ancien port de Châteauneuf-sur-Loire est ensuite une belle halte avant de repartir en direction de l’abbaye de Fleury, fondée en 630 à Saint-Benoît-sur-Loire. 

Plus loin, Sully-sur-Loire est très connue pour son magnifique et impressionnant château bâti au confluent de la Sange et de la Loire. Gien, célèbre pour sa faïence, vous permet d’en savoir plus sur cette manufacture qui a donné à la ville une renommée internationale. 

Autre étape majeure de La Loire à Vélo, le pont canal de Briare est un véritable ouvrage d’art décoré de vieux lampadaires. La ville quant à elle mérite, semble-t-il, sa petite halte avec ses musées et ses canaux. 

Jusqu’à Nevers, deux échappées valent le détour : Sancerre pour ses beaux panoramas sur le vignoble et La Charité-sur-Loire, qui vient après la réserve naturelle du Val de Loire, avec son église prieurale de style roman. 

À Cuffy, le point 0 de La Loire à Vélo, le pont-canal du Guétin est un bel ouvrage avant d’aller visiter Nevers, son palais, sa cathédrale et son patrimoine. À Nevers, vous pouvez également rencontrer Swanee Ravonison, la seule femme artisan cadreuse de France !

Notre avis sur La Loire à Vélo

Comme vous avez pu le constater, notre avis sur La Loire à Vélo est très positif. Même encore aujourd’hui, avec toute l’expérience du voyage à vélo que nous avons. L’itinéraire est bien aménagé dans une région qui a la chance d’être constituée d’un riche patrimoine naturel et historique. 

Avec une vie aux allures paisibles et une dynamique riche, nous envions les habitants des bords de Loire. Que vous soyez débutant ou expérimenté en voyage à vélo, l’itinéraire vous plaira. Il ne nous reste plus qu’un mot pour conclure cet article : foncez !

Ces articles vous intéresseront aussi 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google translate »