3 jours sur le parcours de la Vélocéan en Loire-Atlantique

par | Mis à jour le 15/04/2021 | Publié le 06/04/2021 | France | 8 commentaires

Nous avions déjà circulé à plusieurs reprises à vélo en Loire-Atlantique, entre la Vélodyssée que nous avons suivi en 2018 et la Loire à vélo, parcourue en 2017. Mais nous n’avions pas encore découvert la Vélocéan, avec ses marais salants de Guérande, sa côte sauvage, ses villages pittoresques et le parc naturel régional du marais de Brière. Une escapade qui promet de belles découvertes et une vraie variété de paysages.

Lorsque Gîtes de France Loire-Atlantique nous a proposés de venir découvrir cette région et ses hébergements, nous étions ravis. Nous connaissons bien le label car nous effectuons régulièrement des recherches de gîtes ou de chambres d’hôtes via Gites de France lorsque nous sommes en route. Nous avons d’ailleurs déjà présenté plusieurs logements labellisés dans d’autres régions sur ce blog. Contrairement aux idées reçues, il y a pas mal d’hébergements abordables sans pour autant perdre le gage de qualité. Aussi, nous favorisons l’hébergement chez des gens passionnés qui prennent plaisir à rencontrer. Il y a toujours une solution pour ranger nos vélos et il n’est pas rare de se retrouver à prendre l’apéro avec nos hôtes !

C’est enjouée que je suis partie seule car Denni avait d’autres obligations. Ce n’est pas grave car c’est toujours un plaisir de découvrir une région et de reprendre la route, même en solo.


L’itinéraire de la Vélocéan


La Vélocéan est un itinéraire de 148km développé entre Saint-Nazaire et Pénestin. Il offre une belle alternative à la Vélodyssée et au Canal de Nantes à Brest pour celles et ceux qui voudraient suivre la côte plutôt que d’évoluer au coeur des terres. Encore en développement, la Vélocéan fera partie intégrante de la V45 qui a pour objectif de suivre le GR34, la fameuse randonnée pédestre du sentier des douaniers qui fait le tour de la Bretagne. 

La V45 longera les côtes bretonnes de Saint-Nazaire à Roscoff. Elle est aussi connue sous le nom de la Littorale et permettra de rejoindre également la Vélomaritime. Une belle perspective de voyage pour les années à venir !


Le vélo en Loire-Atlantique


Nous savions que les itinéraires étaient bien développés dans la région. J’ai évolué autour de la Vélocéan tout en traçant mon propre itinéraire et en déviant au besoin. J’ai beaucoup apprécié trouver constamment un itinéraire cyclable, même en dehors de ceux les plus connus. C’est étonnant de se rendre compte qu’il existe de nombreux itinéraires bis. À chaque détour que j’ai voulu faire durant ces 3 jours de voyage, je suis tombée sur une véloroute avec des indications et un circuit super chouette. L’avantage lorsque les véloroutes sont développées ainsi, c’est que l’on peut vraiment faire selon ses envies et adapter constamment son itinéraire sans trop se poser de questions !


Infos pratiques sur la Vélocéan


Quel équipement pour la Vélocéan ?

Comme toujours, nous recommandons le VTC, le vélo de voyage ou un VTT aménagé. La boucle que j’ai réalisé rencontre parfois des petits chemins et des endroits un peu plus compliqués. Toutefois, avec les bons pneus, même mon vélo électrique de location a très bien réagi !

 

En savoir plus pour l’équipement : 

 

-> comment choisir son vélo de voyage

-> l’équipement pour un voyage à vélo

 

Comment rejoindre l’itinéraire ?

Dans notre article train + vélo, on peut voir que la gare de Nantes est facilement accessible à vélo ainsi que la gare de Saint-Nazaire. Aucun souci pour cet itinéraire qui se fait facilement en train ! En été, le train de la Loire à Vélo circule en complément et des navettes entre Saint-Brévin et Saint-Nazaire existent.

Où trouver des infos sur les itinéraires existants ?

Eh bien, pour l’instant, c’est assez difficile à trouver. Tout du moins, les infos sont un peu éparpillées et on sent que c’est en cours de construction. Il existe bien une carte dans le nord du département (au nord de Guérande jusqu’au Morbihan) qui répertorie tous les itinéraires cyclables. Vous pouvez l’acquérir dans les Offices de tourisme pour 4€. 

 

 

Où louer un vélo ?

J’ai loué mon vélo à Saint-Brévin-les-Pins à la boutique Cap en Liberté. Le personnel a été super sympa et mon vélo a été fiable jusqu’au bout. Je ne peux donc que le recommander !

 

Si comme moi, vous ne revenez pas à votre point de départ, il est possible de demander un service de rapatriement du vélo. Ce qui est très pratique et m’a bien sauvée avant d’aller prendre le train à Saint-Nazaire !

La météo sur la Vélocéan

Si vous vous lancez sur l’itinéraire, sachez que le vent peut être très fort le long de la côte. Parcourir la véloroute dans le sens inverse au mien peut être une bonne idée car je l’ai pris de plein fouet en allant jusqu’à Batz-sur-Mer !


Carnet de voyage : une boucle à vélo sur la Vélocéan


Cette micro-aventure à vélo a commencé par une mésaventure. J’ai attrapé la covid dans le train pour la France. Un coup de pas de chance parce que j’ai fait hyper attention et que ça faisait des mois que je ne sortais pas de chez moi. D’ailleurs, je me demande encore comment ça a pu arriver, mais comme tout le monde m’a dit : c’est le principe d’une pandémie ! Nous avons dû reporter mon arrivée en Loire-Atlantique de 10 jours et j’ai passé mon isolement à l’hôtel pendant ce temps-là. Si mes poumons ont légèrement été touchés (je ne l’ai pas pris très fort), j’ai préféré effectuer ce reportage en VAE afin de ne pas forcer. J’ai bien fait car aujourd’hui encore, 3 semaines plus tard, je peine sur mon vélo. Saleté de virus ! Ah, et ne soyez pas étonnés si je ne vous parle pas des odeurs sur l’itinéraire 😉 !

Jour 1 : de Saint-Brévin-les-Pins à Batz-sur-Mer

Étape 1 : Saint-Brévin-les-Pins

J’avais déjà adoré le passage à Saint-Brévin lors de notre épopée sur la Vélodyssée. Notamment ce contraste entre le port industriel, les chantiers navals de Saint-Nazaire et la côte sauvage et pittoresque avec ses carrelets du côté Saint-Brévin. La route est toujours aussi plaisante, avec ses belles lumières et ses couchers de soleil impressionnants !

À Saint-Brévin, il est très facile de circuler à vélo le long de la côte. On peut aller admirer le coucher de soleil au niveau du serpent de mer et admirer les dernières lueurs sur le pont de Saint-Nazaire.

Sur place, j’ai dormi au gîte « La Cigale » une petite pépite fraîchement rénovée où le confort se mêle au charme d’une décoration cosy et moderne. On y emménagerait tant l’endroit est paisible et proche de la mer. L’accueil de Laurence a été très chaleureux, ça fait vraiment plaisir de faire de belles rencontres. Dans le gîte, il y avait un petit mot me souhaitant la bienvenue ! Le gîte se trouve à quelques centaines de mètres de la Vélodyssée et de la plage, il est donc facilement accessible à vélo. J’ai aussi pu rentrer ma monture dans la véranda du gîte afin de le sécuriser.

Étape 2 : de Saint-Brévin-les-Pins à Saint-Nazaire

Traverser le pont de Saint-Nazaire n’est pas très sécurisant. Si vous souhaitez éviter le danger, il est très facile de prendre une navette à Saint-Brevin-les-Pins jusqu’à la gare de Saint-Nazaire. Il faudra simplement réserver la place vélo et l’installer à l’arrière du bus. Ce ne sera donc pas aussi évident avec un VAE, mais la sécurité avant tout !

Côté Saint-Nazaire, l’ambiance évolue. La ville paraît assez moderne, pourtant, on retrouve les carrelets le long de l’estuaire après l’impressionnant chantier naval. C’est à nouveau un drôle de contraste entre les gens qui pêchent à la main et les énormes paquebots en arrière-plan. 

Comme la Vélocéan ne passe pas au bord de la côte jusqu’à La Baule, il est possible d’emprunter la V14. À chaque envie, un itinéraire et des panneaux qui nous guident. C’est ce que je retiendrai de ce séjour : partout où l’on souhaite aller, il y a un itinéraire cyclable pour nous y emmener.

Étape 3 : de Saint-Nazaire à Batz-sur-Mer

La côte plutôt sauvage prend le relais avec ses belles plages de sable fin et ses carrelets. L’alternative de la V14 longe la côte jusqu’à Pornichet où l’on récupère la Vélocéan. C’est l’occasion de faire un petit détour vers la plage de Trébézy (attention, c’est facile d’y aller, mais ça grimpe bien au retour). Plus loin, on tombe sur la plage de Monsieur Hulot dont le nom est en hommage au personnage du film de Jacques Tati, Les Vacances de Monsieur Hulot, tourné à Saint-Marc-sur-Mer. Pour l’anecdote, le personnage principal du film est inspiré d’un vrai monsieur Hulot qui n’est autre que le grand-père de Nicolas Hulot !

La suite de l’itinéraire nous amène rapidement à Pornichet le long de la côte puis le long de l’immense plage de la Baule, ses villas et sa station balnéaire, puis se dirige vers le Pouliguen et sa côte sauvage. L’ambiance est très différente au niveau de la Baie de la Vierge (il faut alors longer la côte sur la route du Dervin plutôt que la Vélocéan, mais l’itinéraire bis est sécurisé par une piste cyclable).

Une nuit à Batz-sur-Mer

Le village pittoresque de Batz-sur-Mer est super agréable ! Hors-saison, il n’est pas très fréquenté et pourtant, les plus belles plages des environs sont proches. 

J’ai dormi au gîte Maupertuis qui se trouve directement sur la Vélocéan. Il peut également être un excellent point de chute, central, pour visiter la région à vélo à la journée. Notamment l’été, période à laquelle il est loué à la semaine. L’accueil de Sylvaine a été exceptionnel dans ce gîte décoré avec goût et très confortable ! J’y ai passé un très bon moment avec la proximité des commerces et des plages, accessibles en quelques minutes à pied ! Au fond du jardin, on peut déposer son vélo dans un petit abri et 2 vélos sont mis à disposition par les hôtes si besoin.

D’autres lieux à visiter dans les environs
  • Le village et le clocher de l’église de Batz-sur-Mer
  • La baie de Jumel
  • Menhir de la Pierre Longue
  • La côte sauvage au bout de la presqu’île du Croisic
  • Le village du Croisic.
~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|

Bon plan : si vous souhaitez effectuer des visites, découvrez le passeport-vacances avec Gites de France Loire-Atlantique. Il s’agit d’un marque-page disponible gratuitement dans le gîte ou la chambre d’hôtes que vous louez et vous permet de bénéficier réductions auprès des sites touristiques partenaires assurant des prestations de qualité et sélectionnés avec soin.

Jour 2 : de Batz-sur-mer à Saint-Lyphard

Étape 1 :  de Batz-sur-mer à Guérande

Au départ de Batz-sur-mer, il est recommandé de passer par la Vélocéan (surtout en saison et si vous êtes en famille) car la route des marais salants n’est pas large et les gens y roulent plutôt vite. D’autant plus que par la véloroute, on arrive directement à l’entrée de Terre de Sel où l’on peut laisser les vélos pour visiter les marais à pied.

La Vélocéan nous amène tout d’abord à Guérande par une piste cyclable toute paisible et agréable. La cité médiévale vaut le détour et mérite une petite visite au coeur de son enceinte fortifiée. On y découvre alors de vieilles bâtisses et de jolies rues pavées. 

Après la pause, on reprend la route vers les marais salants d’où vient le célèbre sel de Guérande. Il est possible d’y faire des visites guidées à thème selon ses envies et préférences. Ou même simplement d’y faire un stop pour découvrir des produits locaux. Je devais visiter les marais salants à la base, mais la pluie s’est malheureusement invitée à la partie. Ce sera l’occasion de revenir car les marais, vieux de 1000 ans, abritent une faune exceptionnelle et une histoire riche avec des connaissances ancestrales.

Etape 2 : de Guérande à Saint-Lyphard

La véloroute se suit facilement après Guérande. Je n’ai pas eu de problème de signalisation. Après une partie sur routes partagées et peu fréquentées, on rattrape peu à peu la magnifique côte sauvage au niveau de Piriac-sur-mer. 

Les plus motivés pourront pousser jusqu’à la pointe de Mercquel (franchement, un petit détour de 400m, ça se fait) qui offre un beau point de vue sur les alentours avec les falaises de Pen Bé au loin. Un sentier de randonnée permet de le faire à pied également avec de jolies points de vue. 

À Saint-Molf, j’ai quitté la Vélocéan pour prendre la direction du parc naturel régional de la Brière. Un endroit que je ne connaissais pas du tout, mais qui vaut largement le détour, même si vous continuez ensuite. Dès les premiers signes du village de Kerhinet, à l’approche du parc, les maisons arborent des toits de chaume (même si elles sont toutes neuves). Ces derniers sont fabriqués traditionnellement avec les roseaux du marais.

Une balade en barque dans le parc naturel de la Brière

Le meilleur moyen de visiter le PNR de la Brière, c’est en barque ou plutôt en chaland si l’on veut être précis ! J’ai eu la chance de le faire aux dernières lueurs de la journée, c’était magique. La faune et la flore y sont très riches et les lumières uniques. Je regrette que Denni n’y était pas, un plan drone là-dessus aurait été absolument magique. J’ai réalisé cette visite avec Sylvie de l’Arche Briéronne (partenaire passeport vacances). Passionnée par les marais, j’ai pu découvrir une partie de la richesse qu’il contenait, de l’histoire des hommes et des femmes qui les peuplaient et de leur mode de vie, passé et même actuel. Je recommande ce petit havre de paix paisible !

Une nuit dans une chaumière

À Saint-Lyphard, j’ai dormi au gîte « Les Nymphéas » qui propose également une chambre d’hôtes à la nuitée. Il se situe dans un petit coin de paradis et de tranquillité au coeur du parc naturel régional de Brière, à 2 km de Bréca (pour visiter les marais en chaland) et non loin d’un itinéraire cyclable qui va jusqu’à Saint-Nazaire. Un logement qui a été rénové récemment avec beaucoup de goût (décidément, j’ai été bien servie) et avec un accueil unique de la part de Stéphanie . Un point de chute idéal pour visiter les alentours avec un petit plus en chambre d’hôtes : le petit déjeuner avec d’excellents produits maison ! Le vélo a quant à lui passé sa nuit à l’abri dans le garage de mes hôtes.

Jour 3 : de Saint-Lyphard à Saint-Nazaire

Cette dernière étape a été une belle surprise. Alors que je m’attendais à devoir emprunter des routes départementales pas toujours confortables ou à avoir les yeux rivés sur Komoot, je suis tombée sur un itinéraire qui m’a mené tout droit jusqu’à Saint-Nazaire. C’est mon GPS qui m’y a amenée en premier lieu, mais suivre les panneaux m’a paru bien plus aisé pour la suite !

Petits chemins en terre, voies vertes et petites routes partagées, en 1h30 j’arrivais à Saint-Nazaire en évoluant le long de l’étang du Bois Joalland. Un petit plaisir dans la douceur de la matinée avant de retrouver le train et les joies de la grande ville.


Bilan de l’épopée sur la Vélocéan


Ces 3 jours sur une bonne partie de l’itinéraire ont été forts agréables. Réalisé à la fin du mois de mars 2021, j’ai rencontré plusieurs cyclovoyageurs en itinérance sur le parcours. Une partie de la véloroute est en construction, mais la majeure partie est indiquée sans problème. Finalement, et comme souvent, c’est la ville qui a été compliquée, notamment Saint-Nazaire où il m’a été difficile de me repérer. 

Je me sens chanceuse d’avoir découvert ce petit bout de route. J’ai certes souvent détourné de la Vélocéan pour découvrir d’autres paysages, mais il est resté central dans ce périple. Même si je ne conseille pas toujours le VAE pour les voyages à vélo, mon vélo a vraiment été fidèle et sans problème (même de fesse). C’était plus que confortable. Malgré tout ,en temps normal, je l’aurais très bien fait sans assistance car c’est plutôt plat. Ce petit brin d’air frais avec ces accueils chaleureux sur la route a été plus que bénéfique ! D’autant plus qu’ils ont eu lieu entre deux confinements 🙂

Je remercie Gites de France Loire-Atlantique de m’avoir permis de découvrir cette région et d’oeuvrer pour héberger davantage les voyageurs à vélo.

Et vous, vous connaissez la région ?

8 Commentaires

  1. Pablo

    Bonjour,
    Merci pour ce joli, bien documenté et agréable petit reportage. Au passage, vos photos sont, en effet, très belles.
    Nous pensons partir en vacances avec nos vélos entre angers et la Bretagne. Cet itinéraire en boucle nous fait envie.
    Nos vélos sont en cours d’équipement et sont assez basiques. Ce sont des vélos de route avec des pneus 25mm sans crampons. Pensez vous que nous pouvons emprunter des petites routes et pistes cyclables tout au long du parcours ? Les chemins et routes sablonneuses ne sont pas possible pour nous…
    À vous lire,
    Jeanne & Pablo

    Réponse
    • Mila

      Bonjour Jeanne et Pablo,

      J’ai emprunté quelques morceaux sur chemins, mais ils n’ont jamais été bien longs. Il s’agissait surtout du retour vers Saint-Nazaire d’ailleurs, donc ça devrait aller je pense. C’est toujours difficile à dire après coup parce que l’on oublie parfois quelques passages, mais il me semble que ça devrait le faire (d’autant que les chemins en terre coupaient généralement la route et qu’il est possible de faire autrement).

      Bon voyage à vous,

      Mila

      Réponse
  2. Lucie B.

    J’ai fait la Vélodyssée il y a deux ans, et je suis à la recherche de nouveaux itinéraires au bord des littoraux. Cette Vélocéan a l’air bien intéressante et tes photos sont magnifiques, ce qui donne vraiment envie d’y aller !
    Je garde cette idée sous le coude pour le moment où je planifierai mes prochaines vacances 🙂

    Réponse
    • Mila

      Oui, nous aussi avons parcouru la Vélodyssée en 2018! Un super voyage, tu avais apprécié ? Comme on avait adoré la côte et tout autant la côte bretonne, je me dis que ça peut permettre de continuer sur le même thème, c’est plutôt pas mal !
      Merci en tout cas pour ton petit message et ton compliment sur mes photos !
      Bonne planification alors 😉

      Réponse
  3. Nom François

    Merci pour ce voyage à 2 roues….
    L’envie de remonter en selle est là

    Réponse
    • Mila

      Avec plaisir, merci pour ce petit mot ! Oui, l’envie est là aussi pour nous 😉

      Réponse
  4. Marine

    Trop chouette cette balade, de beaux paysages comme je me les rappelle de mon enfance 🙂

    Réponse
    • Mila

      C’est grâce à tes conseils tout ça, alors merci à toi ! Les paysages de ton enfance sont splendides, je regrette de ne pas avoir eu le temps d’aller jusqu’à la pointe et au Croisic !

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »