équipement - cyclotourisme
Juil 12, 2019
Posted by: Mila

Review de l’essentiel de notre équipement de cyclotourisme après 13 000 km

Après 2 ans d’utilisation et 13 000 km, voici notre retour complet sur notre équipement de cyclotourisme

Il y a quelques mois, nous vous donnions quelques conseils sur le blog pour vous équiper pour un voyage à vélo. Mais, il est vrai, nous ne vous donnions que peu de détails sur les produits de notre équipement de cyclotourisme.

Nous allons changer cela avec cette review complète de l’essentiel de notre matériel, des plus, des moins et si nous le rachèterions aujourd’hui ! Après près de 13 000 km de voyage à vélo dans les jambes, nous commençons à bien comprendre tout ça.

Pour le moment, nous allons nous focaliser sur la base. C’est-à-dire, les sacoches et le bivouac. C’est à ce propos que vous nous posez le plus de questions. D’autres articles viendront plus tard sur notre matériel électronique, notre habillement ou notre trousse de toilette . En effet, nous avons déjà pas mal de choses à dire pour cette fois !

Le vélo

C’est l’équipement de cyclotourisme n°1 évidemment et le plus important. Nous avions déjà dédié un article pour vous aider à choisir votre vélo de voyage, dans lequel nous parlions de nos anciens vélos. Les conseils restent les mêmes, mais il y a évidemment encore beaucoup de choses à dire à ce sujet. Nous le mettrons donc bientôt à jour.

Aujourd’hui, nous voyageons avec les vélos de randonnée de chez Riverside, la marque dédiée au vélo de voyage de Décathlon. Ce sont des prototypes, mais ils sont plutôt prometteurs. Ils sortiront en 2020 !

Équipements ajoutés sur le vélo

Les compteurs

Bon, on va être honnête avec vous, c’est vraiment un sujet ultra houleux chez nous. Nos compteurs nous ont tous posé problème. TOUS !

Des chers, des moins chers, des milieux de gamme…

Nous n’avons pas retrouvé les modèles de nos 2 premiers compteurs. Il semblerait qu’ils ne soient plus en vente, mais ce n’est pas plus mal ! Le premier a lâché en Roumanie. Après 4 mois d’utilisation donc ! Le second n’a jamais passé la barre des 10 000 km et depuis il est resté bloqué. Il faut vérifier que le compteur passe bien cette barre !

Nous avons donc à nouveau investi. Le nouveau compteur de Mila, un specialized sport acquis en Bulgarie, a lâché avant l’Italie. Il déraillait complètement et s’éteignait de temps à autre. Impossible de connaître les distances parcourues ainsi.

Nous avons depuis fait l’acquisition de 3 nouveaux compteurs (oui oui 3…) :

Le SIGMA BC 16.16 STS – sans fil : il a l’air top en théorie, il fonctionne bien, mais il est très compliqué à comprendre. On a lu plusieurs fois la notice, mais rien à faire… Il use beaucoup l’énergie des piles (c’est aujourd’hui le seul qui s’est éteint pour cette raison) et craque complètement sur les températures qu’il affiche. On l’aurait pris quand même avec nous si on ne l’avait pas oublié en Italie ! Mais, on ne vous le recommande pas. 

VDO compteur sans fil – n’a juste jamais fonctionné ! Voilà voilà ! Espérons que l’on arrive à faire jouer la garantie quand on rentrera.

VDO compteur M2 – Eh bien, celui-ci est simple, affiche l’essentiel et au moins fonctionne ! Pour le moment, on n’a pas grand chose à dire.

Et si vous connaissez une marque de compteur fiable qui fonctionne dans la durabilité, on est preneur. Quelle déception tous ces compteurs… Et quel gâchis surtout.

Les selles

Dans l’équipement de cyclotourisme, la selle est un choix extrêmement important.

Denni a pu tester la SMP Gel et la selle Brooks B17 en voyage à vélo. Voici son retour :

Je ne trouve pas de grande différence au niveau du confort, elles sont toutes les deux très confortables et m’ont changé la vie. La SMP est bien plus facile à entretenir. La Brooks est plus compliquée car il ne faut pas qu’elle prenne l’eau au risque de l’abîmer et, de plus, s’adapte à notre morphologie, ce qui fait que l’on ne peut plus prêter le vélo à quelqu’un d’autre.

Autres accessoires

Les gourdes

Vous allez rire mais la moitié de nos gourdes, nous les avons trouvées sur le bord de la route.

Sinon, les autres sont des gourdes Decathlon de 950ml. Elles sont sans BPA et censées être biodégradables mais donnent un sacré goût de plastique à l’eau au bout de quelques heures.

Notre prochain investissement sera pour des gourdes sans plastique. Mais le budget sera différent.



Les sacoches

Pourquoi avoir choisi des sacoches plutôt qu’une remorque ? 

Eh bien, tout simplement parce qu’il nous a semblé bien plus agréable à priori d’avoir le poids sur le vélo plutôt que le poids qui traine derrière (surtout pour les montées, ça nous a semblé compliqué). Bien entendu, chacun se fait sa propre opinion à ce sujet et nous entendons très bien que peut-être vous préférez l’inverse 😉 !

Équipement Mila

Aujourd’hui, c’est plutôt l’équipement de cyclotourisme de Denni (il a toutes les sacoches Aqua sur son vélo), mais à la base, c’étaient mes choix de produit, c’est la raison pour laquelle je vous fais ce retour.

Les + :

Les sacoches Vaude de la série Aqua sont très fiables. Elles n’ont jamais pris l’eau ni eu de problèmes. Le système de fermeture est simple une fois qu’il est pris en main. Elles sont fournies avec des lanières pour pouvoir les transporter mais nous ne les utilisons que très peu.

Concernant la sacoche guidon Road que nous avons changée, je la déconseille. Elle n’a pas supporté les chemins cabossés ou le poids (même si le poids transporté était inférieur à celui qu’elle était censée supporter) et s’est très vite affaissée. Nous avons donc dû la changer. C’est pourquoi nous avons fait l’acquisition d’une seconde Aqua Box, plus fiable, plus résistante et enfin, waterproof.

Les – :

Le système de fixation des sacoches porte-bagages est bancal et sort régulièrement de “son rail”. Il faut donc le remettre régulièrement en place. Pour ceux qui aiment avoir une petite organisation, les sacoches Aqua Back Plus permettent peut-être d’avoir un peu plus de rangements.

Équipement Denni

Comme le disait Mila, mes sacoches sont actuellement sur son vélo. Ayant un budget plus restreint lors de notre départ en Tour d’Europe à vélo, mes sacoches sont de bonne qualité mais plus bon marché. Aujourd’hui, avec les sacoches de Mila, j’ai ajouté un top case !

Les + :

La sacoche triple est pratique car la partie qui va sur le porte-bagage se transforme facilement en sac à dos, ce qui permet d’avoir les mains libres pour transporter les autres sacoches.

Elle dispose aussi de nombreux rangements qui permettent de s’organiser lors du voyage, c’est top.

Les – : 

La sacoche triple n’est pas étanche. Il faut donc la couvrir à la moindre goutte d’eau ainsi que la nuit à cause de la condensation. Elle est moins durable que les modèles Aqua, il y a déjà de nombreux trous dans les sacoches latérales. Enfin, ses fermetures éclairs sont difficiles. Il peut arriver que l’on passe un moment à fermer les sacs !

Le top case

Sacoche top case

En ce qui concerne la sacoche Vaude transversale top case acquise chez Cyclable, c’est sa taille qui est impressionnante. Elle permet d’ajouter pas mal de choses sur le vélo ou de mettre la tente à l’abri. Son étanchéité est validée. Elle a aussi un système de fixation qui se raccorde avec les autres sacoches, c’est pratique, même si je mets toujours un tendeur. En tout cas, nous avons pu ajouter pas mal de poids sur le vélo grâce à ça.

Le bivouac

Pour le bivouac, la plupart de notre équipement de cyclotourisme date de notre premier voyage à vélo voire même d’avant !

Bivouac - Tente

La tente

Nous sommes surpris de la qualité de notre tente. Depuis que nous l’avons, elle ne nous a jamais fait défaut. Pourtant, niveau rapport qualité/prix, elle est plutôt bon marché puisqu’il s’agit de la Quickhicker de chez Décathlon. Nous l’avons achetée il y a 3 ans pour le GR20. Depuis, nous l’avons beaucoup utilisée. Pourtant, elle est toujours en bon état.

Ses + :
  • Résistance et durabilité, un bon rapport qualité-prix
  • Suffisamment d’espace pour 2, quelques rangements sur le côté
  • Rapidité et facilité de montage
  • Une tente plutôt compacte et légère
Les – :
  • Son poids de 2,7 kg. Mais le nouveau modèle est un peu plus léger.
  • Son habitabilité. Sur le long voyage, il nous manque un peu de place.

Note : malheureusement, notre tente ne se vend plus. Mais de nouvelles versions sont en vente.

Matelas

Mila

Depuis avril 2017, mon matelas a connu une petite épine et un petit trou, mais avec une rustine, nous l’avons réparé.
Il est confortable, léger, un peu plus encombrant que le matelas de Denni pour le même poids. Il est aussi plus résistant au froid et ajustable selon la température que l’on souhaite. Il est censé être autogonflant mais cela demande de la patience que je n’ai pas pour un travail à moitié fini. Autant le gonfler soi-même, ça prend 30 secondes, pas plus.

-> Sea to Summit – trekking ultra light

Denni

Depuis notre départ, je roule avec le matelas air trekking de chez Forclaz dans mes sacoches. Je l’ai pris à l’époque pour son petit prix et sa compacité. Le modèle que je possède n’est plus en vente, mais il existe une nouvelle version.

Il est assez haut sur le sol, ce qui permet de se protéger, durable car il n’a jamais crevé. En revanche, il demande pas mal d’air pour le gonfler. Enfin, après quelques utilisations, la valve de mon matelas à commencer à laisser sortir de l’air lorsque je le gonfle.

Nouvelle version -> Trek700 air L jaune

Sacs de couchage

Nous avions commencé avec des sacs 10°C de chez Décathlon qui étaient assez lourds (1,7 kg). Ils ne se vendent plus, mais étaient vraiment confortables car ils n’avaient pas la forme sarcophage.

Nous avons décidé de changer pour l’EuroVélo 3 pour une question de températures qui ne sont pas les mêmes. Pour ma part (Mila), j’ai opté pour le Wilsa Downlite 300 pour plusieurs raisons :

    • Sa température limite confort de 0°C – limite extrême de -11°C
    • Son poids : 675g
    • Sa fabrication en France

 

Mon avis ? 

C’est dingue comme il est compact, facile à remballer, facile à déballer. C’est un excellent produit pour son prix. Il est effectivement assez chaud, mais j’ai eu froid plusieurs fois. Aucune idée de la température qu’il y avait dans la tente, mais je ne crois pas que l’on ait atteint les 0°C.

Donc, le 0°C voire -11°C affiché ne correspond pas vraiment en ce qui me concerne. Je me rassure en me disant qu’il a juste suffi que je mette de grosses chaussettes, ma polaire pour avoir à nouveau chaud. Je suis déçue, évidemment, car il a coûté quand même 200€. C’est vrai que c’est un bon rapport qualité / poids / prix, mais peut-être un peu trop justement.

Denni :

Quant à moi, j’ai récupéré un vieux sac de couchage qui appartenait à mon père lorsqu’il avait mon âge. Autant dire qu’il a quelques années de bivouac derrière lui, mais qu’il est peut-être un peu lourd pour l’équipement de cyclotouriste. À côté de ça, nous avons également fait l’acquisition de 2 sacs de couchage 15°C, pour les nuits plus chaudes. Nous hésitons à les récupérer pour les mois d’été et à reprendre nos sacs chauds pour l’automne. Nous verrons bien.

Les repas

Bien manger c’est important, c’est pourquoi il faut prévoir son équipement de cyclotourisme en conséquence. C’est quelque chose que nous avons appris lors de notre premier voyage à vélo. Cette fois, nous avons donc préféré nous équiper un peu mieux.

réchaud déportéLe réchaud

Notre premier réchaud avait fait le job, le premier prix de chez Décathlon. Il était plutôt destiné à une utilisation occasionnelle et non quotidienne. Nous l’avons plus qu’usé, mais il a tenu le Tour d’Europe.

Cette année, nous nous sommes équipés d’un vrai réchaud de qualité déporté. Cela permet d’avoir bien plus de stabilité. Il est équipé d’un allume-feu. Nous sommes très contents de notre choix ! Il cuit très bien nos aliments.

Les couverts

Nous n’avons pas grand chose : un couvert multi-fonction bien pratique, deux bols, un opinel et un set de couverts complémentaire. L’Opinel est particulièrement pratique en voyage à vélo.

La gourde isotherme

Depuis que nous l’avons, nous l’utilisons également tout le temps. J’aime beaucoup la mienne de Kolly Kolla, sans BPA, efficace (presque trop car je me suis brulée une fois) et avec un filtre glaçon. Je suis contente de l’avoir le soir pour changer du goût de plastique que l’on a avec les gourdes ! En revanche, elle ne rentre pas dans mes portes-bidons.

La popote

Nous avions d’abord une première popote en 2 éléments avec poêle et casserole. Cette dernière fonctionnait bien mais était un peu petite pour cuisiner tous les jours.

Nous avons donc changé pour un modèle en plusieurs éléments dont deux casseroles et un couvercle poêle avec une poignée amovible, et en acier inoxydable de la marque Relags (acheté en Allemagne). Aucun souci pour le moment, à part avec la poêle qui est assez capricieuse, colle facilement. Nous n’avons jamais vraiment pu cuisiner dedans.

La bouilloire

On n’aurait jamais cru qu’un petit objet acheté sur un coup de tête deviendrait notre produit fétiche. La bouilloire a changé notre vie, nos pauses café sont  un pur bonheur. Nous la recommandons pour faire bouillir de l’eau plus vite également. La nôtre est d’une marque norvégienne que l’on ne trouve pas en France, mais celle-ci semble être dans la même gamme.

Épingles

Si l’article vous a plu, épinglez-le sur Pinterest ou partagez-le sur les réseaux sociaux !

Review de notre équipement de cyclotourisme
Review de notre équipement de cyclotourisme
Review équipement de cyclotourisme - 13 000 km plus tard

Note : cet article contient des liens affiliés. Si vous achetez un produit en passant par l’un de ces liens, nous percevons une commission. Cela ne vous coûtera pas plus cher de votre côté et nous permet de financer le blog ainsi que notre travail. Notre contenu et avis concernant nos produits restent libres, il n’y a pas de partenariat avec les marques évoquées dans l’article à part avec la marque Riverside qui nous fournit les vélos. 

You Might Also Like

Comments ( 4 )

  • Christophe

    Bonjour Mila et Denni,
    J’ai un compteur Sigma BC 12.12 depuis 2 ans et il ne m’a pour le moment pas lâché et donne des distances/températures/… raisonnables — mais il est vrai que je n’ai fait que 3500km avec lui. Pour la gourde, j’ai une CAMELBAK Podium¹ et le contenu n’a jamais eu le goût de plastique même après plusieurs heures. Merci pour les explications sur les autres équipements — très utile !
    Au plaisir de vous lire,
    C.

    ¹ https://www.amazon.fr/gp/product/B01LRW20ZW/ref=ppx_yo_dt_b_asin_title_o01_s01?ie=UTF8&th=1&psc=1

    • Mila

      Bonjour Christophe,
      Comme on le disait, le Sigma fonctionne toujours même si on le trouve compliqué et qu’il déraille un peu niveau températures (il nous affichait parfois 40°C alors qu’il en faisait 25…). On l’a juste oublié sur le Stevens au moment de partir pour l’EuroVelo 3, nous avions plein d’autres choses à penser ! Du coup, on en a racheté un autre, vu que celui de Denni n’a jamais fonctionné (la LOOSE)…

      Merci beaucoup pour la référence de la gourde. On reste quand même dans l’idée de ne plus acheter de plastique de préférence donc nos prochains investissements iront vers d’autres matières 😉

      Bonne route !

  • gobois64

    Bonjour Mila et Denni,
    merci pour tous ces renseignements de matériels testés par vous deux. Comme vous j’ai installé plusieurs compteurs sans ou avec fils et tous sont tombés en panne. Alors j’ai trouvé la solution : je n’en mets plus 🙂 le calcul kilométrique je le fais sur les cartes topos :-). Une question concernant les matelas, en existe t-il que l’on peut gonfler avec une pompe à vélo afin d’éviter les dégonflages intempestifs. Mila le matelas de Denni semble plus épais, lequel est le plus isolant du froid ? J’ai hâte la suite de votre article sur l’équipement et surtout de voir la sortie dans le commerce du Riverside 🙂
    Bonne continuation à vous deux !
    Gérard

    • Mila

      Bonjour Gérard,

      Avec plaisir, il y a encore beaucoup de choses à dire pour le coup ! Mais l’article devenait beaucoup beaucoup trop long 🙂
      C’est vrai que pour les compteurs, on pourrait aussi ne plus en mettre. Ce serait un peu plus difficile de tenir le blog alors. Les données nous aident beaucoup à nous souvenir des jours, de la difficulté du parcours, du temps que l’on a mis, etc. pour écrire nos articles !

      Pour les matelas, honnêtement il n’y a pas vraiment besoin de pompe à mon avis, le mien se gonfle en 30 secondes top chrono. Celui de Denni demande un peu plus de temps, mais c’est un coup d’une minute ou deux, rien de plus. Mon matelas est plus isolant du froid que celui de Denni. L’épaisseur ne veut pas tout dire 🙂

      Bonne route à toi !

Enter Your Comments Here..