La Véloire version pimentée : col et étapes emblématiques

par | Mis à jour le 29/05/2022 | Publié le 24/05/2022 | France | 0 commentaires

Le dernier fleuve sauvage est un véritable bonheur à parcourir à vélo. Tout le long de la Véloire, les amoureux de la nature se connectent avec ces milieux naturels. Si l’on connaît la Loire plus généralement pour ses châteaux, en réalité, ce fleuve d’un millier de kilomètres est bien plus qu’un lieu de villégiature pour les anciens rois de France. 

Plus en amont du fleuve, davantage au sud, la Loire est sauvage, encaissée en fond de vallée, majestueuse. Dans le département qui porte le même nom que le cours d’eau, nous évoluons à la rencontre de lieux plus intimistes et de ceux qui les font vivre. Villages typiques, anciens prieurés, châteaux aux allures de conte de fée animent l’évolution du cycliste.

La Véloire est notre fil conducteur. Cet itinéraire tout récent est relié à l’EuroVelo 6 au niveau de Paray-le-Monial, en Saône-et-Loire. Par extension, il fait suite à la Loire à Vélo et plaira à tous les voyageurs à vélo en quête d’un lieu où le plaisir de rouler s’allie à la volonté d’évoluer dans un cadre ressourçant. 

L’itinéraire de la Véloire

Au départ de Paray-le-Monial, l’itinéraire va jusqu’à la jolie station thermale de Montrond-les-Bains. En grande majorité située dans le département de la Loire, cette véloroute de 140 km passe notamment par les villes de Charlieu et Roanne. 

La Véloire suit notamment le canal de Digoin à Roanne via des chemins de halage avant de rejoindre la Loire, que l’on suit de plus ou moins loin via des sections en voies partagées.

Notre itinéraire :

De notre côté, nous avons suivi la Véloire de Charlieu à Montrond-les-Bains avec quelques variantes pour pimenter un petit peu le parcours. D’ailleurs, vous le verrez dans la suite de cet article, il ne faut pas hésiter à laisser de temps en temps la véloroute pour explorer davantage le territoire. 

Nous avons notamment laissé l’itinéraire après le port de plaisance de Briennon pour le col de la Croix du Sud, étape mythique de la région. 

Infos pratiques sur la Véloire entre Charlieu et Montrond-les-Bains

100 km

180 km avec variantes

3 à 4 jours

Sur asphalte

Tous vélos

Itinéraire balisé (variantes non balisées)

Niveau intermédiaire- entraînement recommandé

Avec une forte population de cyclistes et de nombreuses petites routes de campagne, la Loire se parcourt avec sécurité. Toutefois, selon votre profil, l’âge des participants et votre niveau d’expérience, il sera important de bien prendre en compte les étapes, car certaines sont assez difficiles. 

Quel vélo pour la Véloire ?

L’itinéraire est entièrement asphalté et convient donc à tous types de vélos. Nous n’avons pas relevé de problèmes liés aux racines d’arbres que l’on peut parfois rencontrer au bord des cours d’eau, le parcours convient donc également aux vélos de route. 

Bien entendu, si vous partez au long cours, nous vous recommandons de jeter un œil à notre article sur le vélo de voyage et à notre comparatif de 25 modèles de vélos de voyage.

Matériel spécifique pour la Véloire ?

Le maillot de bain ! Même si nous ne sommes pas en bord de mer, il y aura quelques opportunités de vous jeter à l’eau grâce aux campings, souvent équipés de piscines et aux bains de Montrond. 

Pour les mauvais jours, pensez également à prendre une bonne tenue de pluie, un poncho ou quelque chose qui vous protège en cas d’averses. 

Si vous souhaitez en savoir davantage, retrouvez notre dossier sur l’équipement pour voyager à vélo 

Comment rejoindre l'itinéraire ?

À partir de Saint-Etienne, vous pouvez accéder à Roanne et Montrond-les-bains grâce à un TER. Pour rejoindre l’itinéraire par le nord, il faudra arriver par Paray-le-Monial avec la ligne TER Moulins – Mâcon. 

Certains bus locaux disposent de portes-vélos.

Pour préparer votre voyage, n’hésitez pas à consulter notre article pour prendre le train avec un vélo

 

Quand partir sur la Véloire ?

La région étant bien vallonnée et plutôt en altitude à certains endroits, nous vous conseillons d’envisager d’y pédaler entre la fin avril et la fin octobre. 

Du fait de la géographie, les températures sont généralement assez douces l’été. Comptez entre 25 et 30°C en moyenne.

La Véloire en famille ?

Sur les étapes Charlieu – Villerest puis de Balbigny à Montrond-les-bains, la véloroute est abordable et pour tous publics. Toutefois, il faut noter quelques belles montées au tout début du second tronçon, aux alentours de Balbigny. En ce qui concerne la partie Villerest – Balbigny, le dénivelé est important et l’étape plutôt difficile.

Il est aussi à noter que la majeure partie de la Véloire se déroule sur voies partagées pour la portion que nous avons empruntée. La partie en site propre concerne le premier tronçon. En famille, l’itinéraire convient donc aux plus jeunes enfants entre Charlieu et Roanne (la Véloire évolue d’ailleurs en grande majorité sur des voies cyclables de Paray-le-Monial à Roanne). Ensuite, cela dépendra de votre expérience de l’itinérance et de l’envie des plus jeunes.

Où trouver des infos utiles sur l'itinéraire ?

Vous pouvez trouver toutes les informations sur l’itinéraire sur le site Loire Story ainsi que sur France Vélo Tourisme

L’itinéraire étant encore tout récent, aujourd’hui, il  n’existe pas encore de guide sur la Véloire.

Carnet de voyage : la Véloire version pimentée 

Itinéraire parcouru en 3 jours, nous nous sommes évadés sur le parcours de la Véloire avec plaisir. Ce qui nous a beaucoup plu lors de cette micro-aventure, c’est la nature préservée des lieux. Ceux qui nous suivent depuis un bout de temps le savent : un paysage verdoyant, un peu d’eau, des oiseaux qui chantent et on est aux anges. La Loire est donc une destination qui colle totalement à notre état d’esprit et que nous avions en tête depuis 2019 !

Jour 1 : Charlieu – Villerest, 80 km

Ne soyez pas surpris par les 80km ! Avec un détour par le col de la Croix du Sud, le nombre de kilomètres parcourus en cette première journée de voyage à vélo a été plus important que si nous avions suivi strictement la Véloire pour une vingtaine de kilomètres faciles entre Charlieu et Roanne. 

De Charlieu à Briennon

La jolie commune de Charlieu, village de caractère, mérite que l’on s’y attarde avec ses belles ruelles, ses maisons à colombages moyenâgeuses et son abbaye bénédictine, un site clunisien exceptionnel situé au centre-ville. De plus, Charlieu est directement reliée à la Véloire. 

Si vous vous trouvez déjà sur l’itinéraire de la Véloire, nous vous recommandons de faire le détour et de profiter des lieux. Pour compléter, le Couvent des Cordeliers à Saint-Nizier-sous-Charlieu est un site majeur du pays de Sornin !

De notre côté, faute de temps pour cette première journée, nous continuons vers le sud. Sur la route, nous rencontrons plusieurs villages pittoresques avant d’arriver au port de plaisance de Briennon, qui invite à la halte. L’itinéraire évolue alors le long du canal de Roanne à Digoin, dans un environnement verdoyant. 

Charlieu - Véloire

Le col de la Croix du Sud

Sur le Canal de Roanne à Digoin, nous laissons temporairement la Véloire pour partir vers le col de la Croix du Sud. Col emblématique de la région, il faut suivre son GPS pendant un moment. À partir de Renaison, des panneaux l’indiquent. La départementale que nous empruntons pour y accéder est super calme. Sur la route, les communes de Mably et Saint-Romain-la-Motte sont chouettes avec leurs belles églises. 

Le col de la Croix du Sud est accessible par une petite route peu fréquentée. La montée alterne entre points de vue sur les barrages, paysages alentour et zones densément boisées. Avec une pente douce qui oscille entre 2 et 3%, le dénivelé est très abordable et la montée se fait à bon rythme ! Nous avons rarement appréhendé un col aussi facilement. Petit plus de l’aventure : les cyclistes locaux s’arrêtent régulièrement pour échanger avec nous et nous encourager.

Au sommet du col de la Croix du sud
Barage - col de la croix du sud
Ascension col de la Croix du Sud - Renaison
Au sommet du col de la Croix du sud

Dans la descente (par une autre route), nous tombons à Saint-Haon-le-Châtel, une belle étape des chemins de Saint-Jacques. Village de caractère fortifié, ses remparts, ses belles maisons à pans de bois et son église romane méritent une belle halte avant de repartir vers Roanne. 

Au coeur du village de Saint-Haon-le-Châtel -
Saint-Haon-le-Châtel - Croix du Sud

De Roanne à Villerest 

Arrivés très tard à Roanne avec pas mal de kilomètres dans les jambes et un rendez-vous à Villerest pour la nuit, nous n’avons pas eu le temps d’apprécier les qualités de la ville. En réalité, nos quelques minutes sur place ont été dédiées à la recherche d’un dîner pour le soir. Hors saison, il est difficile de trouver un restaurant ouvert le lundi soir !

À Roanne, il nous avait été chaudement recommandé de visiter le port de plaisance. C’est vrai qu’en regardant les photos, il a l’air fabuleux. Sans doute à cause de la fatigue, nous nous sommes un peu perdus en ville et l’avons manqué. C’est aussi à Roanne que nous rattrapons la Véloire !

La prochaine étape est à Villerest, un village vraiment sympa, également étape des chemins de Saint-Jacques. Perché en haut d’une colline, ses ruelles légèrement pentues conservent son ancienne porte de Bise, des demeures à pans de bois ainsi qu’un musée. En contrebas, le barrage de Villerest a permis l’ouverture d’une base de loisirs avec tout plein d’activités nautiques. Si vous gardez bien l’œil ouvert, vous pourrez admirer des œuvres d’art directement sur le barrage !

Villerest - maisons à pans de bois- Véloire
Villerest - Véloire
Barrage de Villerest - Véloire

Que voir sur cette étape en bref ?

  • Charlieu, village médiéval de caractère
  • Briennon, son port de plaisance
  • Le col de la Croix du Sud
  • Le village médiéval de Saint-Haon-le-châtel
  • Roanne et son port de plaisance
  • Villerest, son vieux bourg, son barrage

Où dormir sur l’itinéraire ?

Au Camping l’Orée du Lac

Ce camping familial Accueil Vélo nous a réservé un super accueil dans un lieu verdoyant. Avec ses emplacements (forfait avantageux pour les voyageurs), le camping propose aussi des lodges et une tente montée sur une terrasse en bois, spécialement dédiée aux pèlerins. Si vous voyagez en solo, vous ne pourrez pas choisir votre colocataire (ce qui permettra peut-être de discuter avec un autre voyageur), mais n’aurez pas à monter votre tente s’il pleut !

Camping l'Orée du lac - Véloire

Étape 2 : Villerest – Pommiers-en-Forez, 50km

L’étape du jour n’est pas des plus aisées. En regardant le profil, on se rend compte qu’elle cumule le même dénivelé positif que l’étape précédente, avec 30 km en moins. Pour faire simple : les cuisses vont chauffer un peu. 

Mais ce n’est pas grave car c’est probablement ce qui en fait l’une des plus belles étapes de la Véloire. Entre villages caractéristiques, joyaux historiques et paysages naturels, nous sommes gâtés ! De plus, les côtes ne sont jamais trop difficiles et ne durent pas bien longtemps.

De Villerest à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire

On part sur les chapeaux de roue avec cette étape. Nous avons rendez-vous à 9h30 et avons réalisé la veille que les 10 km qui nous séparent du village ne seront pas aussi faciles que nous l’imaginions ! Nous quittons à contre-coeur le camping de l’Orée du Lac assez tôt pour être dans les temps. 

Le village de Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire est la première étape de la journée. Pour commencer, nous faisons un passage à la Cure, un bâtiment transformé en pôle touristique et culturel qui accueille aujourd’hui des ateliers d’artisans qui travaillent toutes sortes de matériaux. Dans les lieux, on trouve également une boutique et des expositions temporaires des artistes qui sont présents ou déjà  passés à La Cure. Cette dynamique a d’ailleurs incité plusieurs artisans à s’installer dans le village !

En laissant les vélos à la Cure, on peut partir à pied pour une visite de ce village étape des chemins de Saint-Jacques. Le donjon de l’ancienne forteresse est très bien conservé. En haut de sa tour, on admire une superbe vue sur la Loire et les paysages – très vallonnés – environnants. Dans le village, différentes églises et bâtisses méritent le coup d’œil !

De Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire au Château de la Roche

Les collines ne sont pas bien hautes en altitude, mais les montées se font sentir. Par chance, la route est bordée par les arbres, ce qui nous permet d’évoluer à l’ombre. Avec cette chaleur, c’est agréable. 

Sur la route, nous nous arrêtons déjeuner au restaurant Un Air de Campagne chez Camille, à Port-de-Bully. Avec sa grande terrasse pleine de pèlerins, on apprécie la vue. Le port, sur la Loire, est quant à lui en contrebas. En passant sur le pont, les paysages sont époustouflants. 

La suite de la Véloire continue dans la même veine. Ce sont les montagnes russes, mais les points de vue sur la Loire s’enchaînent et font oublier l’effort. Nous sommes au niveau des anciennes gorges de la Loire. Aujourd’hui, le niveau de l’eau est plus élevé à cause du barrage, ce qui donne l’impression d’évoluer au bord d’un lac ou, tout du moins, d’une étendue d’eau paisible. 

Étape phare de ce parcours, le château de la Roche finit par apparaître en contrebas !

Les gorges de la Loire - véloroute Véloire

Le château de la Roche

Monument mythique de la Véloire, le château de la Roche est somptueux. S’il a cette allure de château tout droit sorti d’un conte de fée, c’est grâce à son ancien propriétaire, M. Paul Roustan. Inspiré par les travaux de Viollet-le-duc, l’architecte, entre autres, du château de Pierrefonds, dans l’Oise, il a donné à cette ancienne maison forte son style gothique. 

Pour visiter le château, il faut réserver. Rien d’étonnant d’ailleurs, la visite théâtralisée remporte un franc succès. Originale et ludique, nous voyageons à travers le temps avec Marie-Caroline, l’ancienne maîtresse de maison. Mais elle n’est pas la seule à nous accompagner. Il n’est pas rare qu’il y ait des apparitions soudaines de fantômes qui hantent encore les lieux. Âmes sensibles, ne pas s’abstenir : les spectres sont plutôt sympas. 

L’histoire du château est ainsi contée : depuis sa construction au 13è siècle, il a connu de nombreuses mésaventures d’une construction risquée, trop proche du fleuve sauvage et de ses crues qui ont causé de grandes destructions au fil des siècles. 

Château de la Roche - Véloire
Château de la Roche - Véloire
Château de la Roche - Véloire

Du château de la Roche à Pommiers-en-Forez

Après cette étape fort stimulante, nous continuons notre avancée vers Pommiers-en-Forez. Ce village n’est pas sur le parcours, il faut quitter la Véloire après le château de la Roche pour s’y rendre. La montée vers Vézelin-sur-Loire est assez douce même si elle a l’air difficile au premier abord. 

Vézelin-sur-Loire a un petit bourg sympa qui est surtout doté d’un des plus beaux campings que nous ayons visités ces 5 dernières années. Il faut un peu de courage pour en repartir car la route est bien pentue, mais c’est un vrai petit coin de paradis. 

Si vous ne vous rendez pas au camping, arrivé à Vézelin-sur-Loire, les montées sont terminées. Pommiers est facile d’accès et sans difficultés. Et si nous faisons et vous conseillons de faire le détour, c’est pour visiter le Prieuré de Pommiers-en-Forez. Riche de 1000 ans d’histoire, il est incroyablement bien préservé. 

Construit au 10ème siècle, le monastère se dote de ses tours défensives au 15ème siècle, dans un contexte de guerre, de famine et d’épidémie de peste. Les moines bénédictins y restent jusqu’à la Révolution Française, avant d’être chassés. Contrairement à de nombreux sites, le prieuré ne sera pas détruit et ses bâtiments resteront intacts jusqu’à aujourd’hui. 

La visite du prieuré débute par les constructions les plus anciennes avec ses celliers et réfectoires, jusqu’aux constructions plus récentes, comme le logis du prieur. La visite se complète avec l’église romane accolée au prieuré. 

Prieuré Pommiers - échappée Véloire
Escaliers prieuré Pommiers
Prieuré Pommiers - tours défensives
Prieuré Pommiers

Les points d’intérêts de l’étape 2 en bref

  • Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire, ses artisans et son village médiéval
  • Port-de-Bully, sa vue sur les vallées, son port
  • Le château de la Roche et sa visite théâtralisée
  • Le prieuré de Pommiers-en-Forez, son église romane

Où dormir sur cette étape ?

Si vous partez pour ce camping, allez-y pour vous reposer et vous ressourcer. Petit paradis en bord de Loire, le camping est perdu en pleine nature et absolument magnifique. Avec sa piscine (chauffée), ses kayaks, son petit restaurant, ses lodges et ses emplacements, c’est un camping calme et paisible. Un conseil : pour profiter pleinement des lieux, faîtes vos emplettes avant d’y descendre. La montée vers Vézelin-sur-Loire au moment du départ sera difficile, mais le camping en vaut la peine.

Camping d'Arpheuilles

 

kayak camping d'Arpheuilles

 

 

Dans le village étape des chemins de Saint-Jacques de Pommiers-en-Forez, on retrouve un peu d’animation liée aux pèlerins de passage. Adapté à ce public itinérant, le camping de l’Aix est l’un des rares campings où il est possible de louer des hébergements à la nuitée. En plus des emplacements, on y trouve des tentes familiales, caravanes vintages ou des petites tentes K’banes. En plus de la piscine, des espaces communs pour pèlerins et cyclistes y sont installés !

Camping de l'Aix

Où manger sur cette étape ?

Une bonne petite adresse avec un menu du jour bon marché réalisé avec de bons produits faits maison, une terrasse magnifique et un parking vélo !

Un Air de Campagne chez Camille

  • Au snack du camping de l’Aix

Encore une fois, le camping de l’Aix a visé juste en s’adaptant à sa clientèle. Avec son snack tout fait maison, il est tout à fait possible de manger léger et équilibré pour pouvoir repartir sur les routes le lendemain (ce n’est jamais bon de pédaler après avoir mangé des frites la veille) ! Des options végétariennes sont également proposées.

Étape 3 : Pommiers-en-Forez – Montrond-les-Bains, 58 km

À l’occasion de cette dernière étape, les jambes sont lourdes à cause des efforts des jours précédents ! C’est la reprise de la saison pour nous et l’entraînement a, comme chaque année, été bien trop délaissé. Mais nous sommes hyper motivés par l’objectif de la journée : Montrond-les-Bains où nous savons que nous profiterons d’un vrai moment de détente !

Pommiers-en-Forez – Saint-Cyr-les-vignes

De Pommiers-en-Forez, nous prenons une départementale à côté de laquelle nous trouvons une petite voie verte toute paisible. Ça tombe bien, car nous roulons en pleine heure de pointe !

Nous rattrapons vite la Véloire et évoluons sur l’itinéraire jusqu’à Pouilly-les-Feurs. Avec son prieuré du 10ème siècle, son ancienne porte et son église aux fresques bien préservées, les lieux valent le coup d’œil.

La suite de la Véloire nous fait évoluer sur des petites routes de campagne jusqu’à Saint-Cyr-les-Vignes. Un bref passage à Feurs nous mène devant le château du Rozier, aujourd’hui salle de spectacles, et vers son église de style gothique. 

À Saint-Cyr les vignes, nous nous arrêtons à la ferme des délices foréziens, un lieu qui mérite au moins une pause pique-nique sur le parcours !

église prieuré - Véloire
Prieuré
Véloire - Un Monde à Vélo

La Ferme des délices foréziens 

Élevage conscient et raisonné, la ferme des délices foréziens est une ferme productrice de lait où il fait bon être une vache ! Libres et choyés, c’est fascinant de réaliser que la technologie peut permettre d’améliorer nettement les conditions de vie de ces animaux. 

Ce sont les vaches qui décident elles-mêmes d’aller se faire traire, quand elles en ressentent le besoin. Étonnant spectacle que de les voir attendre à la queuleuleu devant la machine ! Elles sont également libres de sortir quand elles veulent et disposent même de machines de massage.

Qui dit bon traitement, dit lait de qualité. Avec ce bon lait, la ferme produit, au sein même de l’exploitation, de la glace savoureuse que l’on peut déguster sur place. Avec ses tables de pique-nique, son labyrinthe l’été et plein de futurs projets, ce lieu, situé à quelques centaines de mètres de la Véloire, vaut bien un petit détour !

Ferme des délices foréziens
Glace - délices foréziens

Saint-Cyr-les-vignes – Montrond-les-Bains

Les derniers kilomètres de cette échappée se passent à merveille. Il ne nous reste plus qu’à aller nous détendre désormais, à Montrond-les-bains. Au cœur de cette station thermale très sympa, il y a un château fort plutôt bien conservé. Toutefois, il n’est pas possible de le visiter actuellement, il est en travaux. 

Pour nous, c’est l’heure d’aller relaxer un peu nos muscles. Après l’effort, nous profitons d’un beau moment de réconfort aux Iléades. Avec ses bassins thermaux, ses jets massants, ses bains bouillonnants, son SPA et son espace extérieur, on y passe du bon temps ! Les entrées sont généralement de 2h et nous avons trouvé cela suffisant pour en profiter largement et conclure ce voyage sur une nouvelle belle note !

Iléades - Montrond-les-Bains - Véloire
Iléades - Montrond-les-Bains - Véloire

Les points d’intérêts de l’étape 3 en bref 

  • Pouilly-lès-Feurs et son prieuré
  • La ferme des délices foréziens
  • Les Iléades à Montrond-les-Bains

Où dormir sur cette étape ?

Un peu excentré de la Véloire, O’lodge est un véritable petit paradis qui convient parfaitement aux cyclistes. Situé dans un lieu calme, cet établissement haut de gamme est délicieux avec sa petite piscine, son SPA, le côté cocon de ses chambres et la grande terrasse commune fleurie. Tout cela, à un prix raisonnable pour la qualité des services !

 

Chambre O'lodge

Si vous n’avez rien prévu à dîner, vous pouvez vous préparer un petit plat ou demander à l’établissement de commander auprès d’un traiteur ! Livrés dans un panier, les petits-déjeuner sont absolument divins et servis avec des produits locaux.

Petit déjeuner O'lodge

O'lodge Cleppé - Hôtel

Conclusion sur notre découverte de la Loire et la Véloire

Le parcours de la Véloire est unique. C’est toujours un plaisir pour nous de trouver quelques défis sur la route, même si, dans la Loire, le dénivelé n’a jamais été trop difficile ou les montées trop raides. 

Vous avez dû le ressentir dans notre récit, nous avons beaucoup apprécié notre échappée et ses paysages surtout, sauvages, vallonnés, avec des points de vue époustouflants. L’accueil chaleureux des locaux a été un vrai petit plus dans notre expérience. 

En bref, c’est un itinéraire que l’on vous recommande vivement et qui, nous le savons d’ores et déjà, plaira à tous les amoureux des choses simples, des grands espaces et de bonnes bouffées d’air frais !

Note : cet article a été rédigé suite à notre collaboration avec Loire Tourisme. Nous relatons cette expérience telle que nous l’avons vécue. 

Ces articles vous intéresseront aussi 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.