Bosnie à vélo

En Bosnie, nous avons fait la découverte de lieux incroyables !

 

La Bosnie se traverse plutôt facilement à vélo. Ce fut là notre première surprise. À peine sortis de la zone de Dubrovnik, nous avons retrouvé quelque peu le calme sur la route. D’ailleurs, ce pays mérite largement le détour. Encore (un peu) préservé du tourisme de masse, nous y avons trouvé notre séjour agréable pendant notre voyage à vélo.

Entre Mostar, la jolie villeles chutes d’eau de Kravica et Blagaj, autant vous dire que l’on en a pris plein les mirettes. Une escapade de quelques jours dont on vous parle aujourd’hui !

Des frontières un peu étranges entre la Bosnie et la Croatie

côte croate ou bosniaque

Afin de permettre à la Bosnie d’avoir un accès à la mer, la Croatie a été divisée en deux. Ainsi, on retrouve la région de Dubrovnik au sud et la Croatie à nouveau au nord. Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais à Dubrovnik, nous avions pris une route parallèle à la route côtière pour s’échapper un peu du trafic. Cette route nous a amenés à une petite frontière, où nous n’avons même pas été arrêtés. Les cyclistes en général, on les laisse passer facilement !

Nous arrivons donc en Bosnie pour la première fois de la journée. Nous sommes alors toujours en hauteur et observons la ville de Neum d’en haut. C’est un joli panorama ! Nous continuons alors dans notre dynamique, sur la parallèle. La route devient alors toute petite et grimpe encore davantage dans les montagnes. Arrivés au sommet, nous prenons une belle descente et atteignons le nouveau poste frontière pour entrer en Croatie.

“Une frontière dédiée aux locaux”

Frontière Bosnie - Croatie

Les gardes nous regardent et nous annoncent : “cette frontière est dédiée aux locaux, vous ne pouvez pas passer”. Avec Denni, on s’échange un regard désemparé. Venir jusqu’ici a déjà été un peu éprouvant physiquement… On s’imagine déjà reprendre la montée que l’on vient de descendre, refaire tout le chemin inverse. Nos espoirs d’arriver en Bosnie le soir même s’évanouissent.

 

L’un des gardes prend, je crois, pitié de nous. Finalement, après une minute d’hésitation, il nous indique de passer quand même et fait comme s’il ne nous avait pas vu. Sur le coup, on se dit qu’il a voulu nous faire une mauvaise blague avec son histoire de locaux. En réalité, quand nous avons évoqué cette histoire à d’autres voyageurs, plusieurs se sont manifestés et nous ont indiqués avoir été recalés. Alors, un conseil, sur la frontière Croatie du nord / Bosnie, tentez de passer par la route principale.

Un joli paysage dans cette région de la Croatie

Croatie lac

Dans l’arrière pays croate, la région est magnifique. La route donne sur un petit lac et suit une rivière d’un bleu transparent. Nous arrivons dans un hameau et sur des routes non goudronnées. Les gens sont fascinés de nous voir là. Ils nous disent tous bonjour et se demandent comment nous avons pu tomber dans ce coin si reculé. Alors que nous prenons une pause bien méritée, une grand-mère ouvre sa fenêtre et nous offre tout ce qui se trouve dans son frigo (même si ce n’est pas forcément très propre). Cette scène fera partie de l’une de nos anecdotes rigolotes de voyage !

Après plusieurs kilomètres à vélo dans cette zone vraiment calme et différente de la Croatie que l’on avait vue auparavant, nous arrivons à la ville de Metkovic, qui a l’air très jolie par ailleurs. Nous continuons encore un peu plus vers le nord pour passer à nouveau la frontière avec la Bosnie. Et à nouveau, la route grimpe. Décidément, cette journée est éprouvante physiquement.

Croatie - chemins
Les chemins de terre sont monnaie courantes dans l'arrière pays croate

Notre idée ? Dormir au pied des chutes de Kravica

 

Notre GPS nous indique qu’il y a un camping au pied des chutes ! Pour nous y rendre, nous empruntons toujours les petites routes. Pour le moment, c’est un bonheur. Les paysages sont jolis et les voitures très rares. Nous n’avons pas le choix, c’est soit ça, soit la quatre voies de toutes façons.

Alors que l’on s’approche des chutes, je suis surprise. Il n’y a aucun panneau qui indique leur présence. Allons-nous donc dans un endroit encore bien préservé du tourisme ? Ça me paraît bizarre… On prend alors une descente incroyable et très difficile. On se dit alors, que vraiment, nous sommes au milieu de nulle part. Puis, on commence à entendre les chutes. C’est sûr, on est proche.

 

Chutes Kravica - Bosnie

Aux chutes, tout change. Il y a bien quatre bars et restaurants ! Le lieu est bel et bien touristique. Les gens sont simplement arrivés de l’autre côté. L’endroit est tout de même magnifique. Apparemment, il faut venir l’hiver. Les propriétaires remballent leurs restaurants car il y a davantage d’eau. La vue est alors splendide à ce qu’il paraît. Honnêtement, elle l’est déjà ! Nous payons 5€ pour pouvoir poser notre tente. Certes, les toilettes sont à 400 m, mais ce n’est pas grand chose pour le lieu.

Ce n’est que quelques semaines plus tard que nous nous sommes rendus compte que le site était payant. Nous avons pris l’entrée des artistes, sans même nous en rendre compte.

Une arrivée aux chutes qui se mérite, mais un départ des chutes tout aussi difficile !

 

Un conseil si jamais vous allez dans le coin : ne pas suivre Maps.me ! Le lendemain, après s’être mis en route, on s’est retrouvé sur une piste fermée depuis longtemps. On aurait dû se méfier dès les premiers pas. Nous sommes déjà sortis des chutes par un chemin extrêmement difficile. Forcément, on a bien souffert. Vous auriez vu la tête des locaux, nous voyant sortir de la route avec nos vélos, complètement en nage.

“Mais, vous êtes perdus ?” “Non non, on suit le GPS…” 

Heureusement, le petit détour difficile nous a offert de beaux points de vue sur les chutes et quelques chouettes clichés.

 

Kravica - Bosnie - vue d'en haut
route parallèle Bosnie

En route vers Mostar, la jolie cité médiévale

 

Après un stop pas franchement hyper convaincant à Medjugorje (le Lourdes bosniaque), nous prenons la route de Mostar. Cette dernière est assez jolie. Les automobilistes de Bosnie sont plus respectueux avec les cyclistes que dans la région de Dubrovnik. Nous en sommes soulagés.

 

Medjugorje

L’arrivée à Mostar est toutefois un peu plus difficile. Comme toujours dans les grandes villes vous me direz ! À notre grande surprise, il y a encore de nombreuses traces de la guerre ici. Les façades des immeubles sont de temps à autres criblées d’impacts de balles. D’ailleurs, des street-artistes s’en servent parfois pour créer leurs oeuvres. Il y a une drôle d’ambiance dans la ville, on trouve.

Street Art Mostar

Mostar, la jolie ville de Bosnie, mais avec les travers du tourisme de masse

 

Par deux fois nous sommes allés en ville, par deux fois, mon appareil photo a eu un souci. Tant pis pour les photos, ce sera pour une fois, réalisé avec l’iPhone. La ville de Mostar est jolie mais très fréquentée par les touristes. Je crois d’ailleurs avoir compris que c’était la seule ville vraiment visitée de Bosnie. Au pied des montagnes, sa vieille ville se perche au dessus des gorges d’une rivière. Inscrite au Patrimoine Mondial de l’Unesco, elle est notamment connue pour son magnifique pont ottoman qui se trouve en plein centre historique.

 

Mostar - Bosnie

La vieille ville de Mostar se visite très rapidement. On y observe de jolies rues pavées et d’anciennes baraques, vestiges de l’époque ottomane. En une demi-journée, on peut en faire le tour. En sortant un peu du centre-ville, on peut aussi faire une visite un peu plus glauque, celles des traces de la guerre. Les plus curieux pourront même prendre un tour organisé. Et pour les plus aventuriers, il est aussi possible de sauter du pont de Mostar !

Blagaj et à nouveau en route pour la Croatie

 

En Bosnie, nous voulions juste voir Mostar,c’est pour cette raison que nous avons dévié de notre chemin de la côte croate. Avant de repartir, nous hésitons à nous rendre jusqu’à Sarajevo. Cette visite sera finalement pour une autre fois. En effet, nous restons bloqués quelques jours à Mostar, pour cause de gros orages et de pluie(oui, nous n’avons pas toujours le courage d’affronter la pluie…). Nous reprenons alors la route vers la frontière.

 

Blagaj - Bosnie

Nous faisons un petit détour pour visiter Blagaj, un ancien village traditionnel qui donne sur une jolie rivière à la belle couleur bleue. L’endroit vaut le coup d’oeil, c’est très mignon ! De retour sur la route vers la Croatie, nous tombons sur une piste cyclable. Oui, oui, en Bosnie ! Nous sommes emplis de joie, malgré l’orage qui se remet à gronder. Nous suivons l’itinéraire un bon moment. Une jolie piste, très agréable et très peu fréquentée. Ça nous rappelle l’Eurovélo 6 et le calme que l’on ressentait à ces moments-là. Quelques forteresses font également leur apparition sur notre chemin, de quoi nourrir nos souvenirs de quelques beaux paysages.

Vous avez aimé l’article ? Épinglez-le !

You Might Also Like

Nothing Found.

Apologies, but no results were found for the requested archive.

Comments ( 2 )

  • Cindy Pellegrino

    Bonjour! Nous sommes deux voyageurs à velo et venons d’arriver à Dubrovnik. Nous hésitons beaucoup sur notre route vers le nord et nous sommes tombés sur votre parcours en Bosnie!
    Serait il possible d’avoir votre tracé notamment sur la première partie avec le passage de la fameuse frontière locale ?
    Merci beaucoup
    Cindy et Fabrice
    EUROPEAN OLYMPIC BIKE TOUR

    • Bonjour,

      Je viens de mettre l’article à jour avec tout notre itinéraire ! Deux warnings quand même : comme prévu, il passe par la frontière “fermée” donc, il vaut mieux faire un détour. Ensuite, il prend aussi la route qui ne permet pas vraiment de rentrer officiellement à Kravice. Ceci dit, je ne sais pas trop comment on pourrait y aller, à part par cette route. L’autre voie est une autoroute…

      Bon voyage et bon courage pour sortir de Dubrovnik !

      Mila

Enter Your Comments Here..