La Hongrie sur l’EuroVelo 6, ça a été davantage l’aventure que dans les pays précédents. C’est chouette, car c’est aussi ce que l’on recherche en voyage à vélo. Jusqu’ici tout a été lisse et clair, il nous suffisait de suivre les panneaux. En bref, nous sommes dans une ambiance un peu moins bikefriendly avec des pistes cyclables pas toujours fiables et des passages sur des routes parfois très fréquentées. Étonnés par l’itinéraire, nous avons aussi noté que de nombreuses parties étaient en cours d’amélioration avec des travaux.

C’est dommage que notre aventure en Hongrie se soit terminée avec un léger goût amer. Au sud du pays, nous n’avons pas pu sortir de la Hongrie (à cause de ma carte d’identité qui était encore valable, mais paraissait périmée) et nous avons longé les barbelés pendant un moment. On a dédié un article à ce sujet, si ça vous intéresse. Le gouvernement hongrois est un peu spécial. Heureusement, il fait régulièrement scandale auprès des citoyens, sinon nous ne serions pas rassurés !


L’EuroVelo 6 en Hongrie : carnet de voyage


L’EuroVelo 6 en Hongrie s’étend sur environ 750 km. Il faudra une bonne semaine, voire une semaine et demi pour atteindre la frontière serbe ou croate. Le terrain est un peu différent, mais tout récemment, l’itinéraire a été validé par l’association EuroVelo (probablement un an après notre passage). Pour notre part, il y avait pas mal de travaux en cours, c’est pourquoi nos impressions sont sans doute différentes de l’itinéraire aujourd’hui.

Un petit choc culturel à l’arrivée en Hongrie

En Hongrie, les premiers villages semblaient en partie abandonnés et désolés. Heureusement, il ne s’agissait là que des premiers kilomètres ! Très vite, nous avons commencé à traverser des jolies petites villes. La première ville est Mosonmagyaróvar (oui, moi non plus, je n’ai pas réussi à prononcer le nom), avec son joli petit centre-ville !

Fait étonnant, Moson, pour les intimes, est connu pour les soins dentaires. Depuis des décennies, les autrichiens traversent la frontière pour venir s’y faire soigner. Alors, cette petite ville de 30 000 habitants ne compte pas moins de 350 dentistes. Nous l’avons trouvée très touristique et nous avons pensé que c’était dû au joli centre et à ses thermes. Mais, ce n’est pas le cas. C’est sa proximité avec la frontière autrichienne, et notamment Vienne qui fait son attraction !

Mosonmagyarovar, Hongrie

Une jolie découverte : la ville d’Esztergom

Après Moson, l’EuroVelo 6 nous mène à Györ où nous sommes restés quelques heures. La ville est très mignonne. Néanmoins, nous étions occupés à chercher un camping, désespérément (on en reparlera un peu plus bas dans l’article). Nous n’avons pas fait une seule photo du centre-ville !

L’étape hongroise suivante est Esztergom. Cette ville a été la capitale de la Hongrie du X au XIIIème siècle. Elle possède la basilique la plus démesurée par rapport à la taille de la ville que je n’ai jamais vu ! Ça n’empêche pas l’ensemble d’être très joli, mais, cette dimension m’a particulièrement marquée. Autour de la basilique se trouvent des remparts. Puis, en contrebas, se trouvent de jolis bâtiments et des rues pavées. Le tout donne sur le Danube, ce qui donne une très belle vue sur la vallée !

Avant la ville d’Esztergom, on roule plusieurs kilomètres sur une route plutôt fréquentée. Si vous empruntez l’itinéraire, faites attention car il y a beaucoup de camions. C’est une sacrée étape. D’ailleurs, c’est ici que nous avons dépassé les 3000km parcourus. À deux pas, se trouve la Slovaquie, reliée par un pont à Esztergom. Sachez-le, nous sommes allés prendre la photo de la basilique depuis la Slovaquie, juste parce que c’était chouette de passer à nouveau la frontière !

Avant Budapest, 2 variantes de l’EuroVelo 6 qui ne se valent pas !

eurovélo 6 avant Budapest

Depuis Esztergom, l’étape de l’EuroVelo 6 est vraiment très jolie. Les montagnes entourent le Danube, ce qui donne toujours un paysage sublime.  Néanmoins, restez côté rive droite à partir d’Esztergom (variante officielle EuroVelo) et ne traversez pas le Danube (attention, nous nous sommes faits avoir par les panneaux). De plus, comme il n’y a pas de pont, la traversée en bateau est assez cher !

Même si le chemin paraît mieux indiqué de l’autre côté et plus loin des voitures, vous manquerez deux étapes importantes sur votre route :

  • La commune de Visegrad, avec son château. L’ensemble donne sur une belle vue sur le « coude » du Danube.
  • Szentendre, une jolie ville réputée pour ses artistes et ses musées. Une belle visite alternative et loin du sur-tourisme de Budapest.

Malheureusement pour nous, nous avons pris le mauvais côté ! Eh oui, on ne gagne pas à tous les coups. Nous sommes donc arrivés à Budapest après s’être perdus à maintes reprises. Et puis, pour ainsi dire, nous sommes arrivés par les cités un peu défavorisées de la ville et les grosses zones commerciales ultra fréquentées.

En un sens, c’est toujours bien de passer dans des endroits comme ça. Ils nous ramènent à la réalité moins glorieuse des grandes villes, de notre confort, de notre aisance à parcourir le monde. Toutefois, ce n’est jamais un climat très rassurant.

Budapest, la merveille du Danube !

Je crois que je ne me lasserais pas de cette ville magnifique. Il y a quelque chose d’encore plus fort en y entrant à vélo, le long des rives de son imposant fleuve. Vraiment, c’est une pépite. Il faisait très chaud lorsque nous nous sommes arrêtés, ce qui nous a un peu ralenti pour les visites. Toutefois, nous avons pu profiter davantage des bars. ous avions déjà visité la ville de long en large lors d’une première visite. Nous avions déjà écrit un article l’année dernière sur Budapest

À vélo, Budapest se fait très bien côté Buda (la rive droite du Danube). Vous verrez plein de choses en plus, c’est vraiment à faire. En revanche, sortir de la ville vous demandera d’être extrêmement attentif. Les panneaux ne sont pas forcément très clairs. Si vous partez côté Buda, lorsque vous traverserez le pont au sud de la ville pour rejoindre la rive gauche, il vous faudra faire demi-tour et non tourner à gauche. Sinon, vous retournerez dans la ville !

Sortie de Budapest sur l’EuroVelo 6 : la banlieue chic !

Au sud de la ville de Budapest, l’EuroVelo 6 nous amène à circuler au milieu de pavillons au bord de l’eau. Une partie des baraques appartiennent aux budapestois qui viennent ici pour le week-end. La balade est jolie et agréable. Néanmoins, il vaut mieux toujours garder un oeil sur le GPS ou une carte à portée de main. Les panneaux ne sont toujours très clairs (ce sera ainsi jusqu’en Serbie). Les routes ne sont pas dans un état exceptionnel, mais il est possible de circuler (lentement) en sécurité ! Nous sommes sortis des pays aux infrastructures riches et bien investies, il faudra s’y habituer. Le paysage est très chouette, donc c’est plaisant.

Pavillons Hongrie
EuroVelo 6 - au sud de Budapest - Hongrie

Retrouvailles avec la digue le long du Danube

De Bratislava à Belgrade, une digue sert à protéger les champs et les habitations des crues du Danube. Au sud de Budapest, on la récupère et on circule directement sur la digue et ce sera ainsi quasiment jusqu’à bout !

Nous trouvons aussi de nombreuses plages au bord du Danube à partir de ce moment-là. On peut largement s’y baigner après une chaude journée, et ça, ça fait du bien. Le fleuve est aussi beaucoup plus sauvage. De plus, il est assez aisé de poser la tente à cet endroit, c’est vraiment chouette.

Mohacs, un petit détour à faire avant la frontière !

Nous n’avons pas pu sortir du pays par la frontière serbe, nous avons donc dû allonger notre séjour en Hongrie. Si vous choisissez de passer par la frontière croate, vous passerez forcément par Mohacs. C’est également une jolie ville qui vaut le détour. Même si c’est un peu touristique, elle est vraiment très jolie.

Mohacs, Hongrie, EuroVelo 6

L’EuroVelo 6 en Hongrie : infos pratiques


Si l’euroVelo 6 est très bien indiqué jusqu’à la frontière hongroise, une fois en Hongrie, ça se complique un peu. C’est tout à fait normal, le parcours n’est pas encore entièrement réalisé (udapte : il semble l’être à présent, en 2021). Nous pensons également que quelques panneaux ont été arrachés à certains endroits. Nous vous conseillons donc de vous équiper d’un plan de l’euroVelo 6 ou d’un GPS. Sinon, vous vous retrouverez vite sur des routes très fréquentées et forcément, très peu plaisantes.

Certains tronçons sont neufs ou en cours de développement. Parfois, on s’éclate. Mais globalement, les routes sont bien moins développées que ce nous avons connu jusque là. Les pistes cyclables sont parfois complètement défoncées, entre racines, trous. De temps à autre, on passe directement sur le trottoir. Bref, ce n’est pas tous les jours hyper simples.

Chemin - eurovélo 6 - Hongrie

Après Budapest, un parcours plus chaotique

Nous vous conseillons d’éviter certaines sections de l’EuroVelo 6, sauf si vous avez le bon vélo avec des pneus un peu larges. La section de Foktö à Fajsz est à éviter. La piste cyclable est sablonneuse, il est difficile de circuler avec les vélos et le poids des bagages.

Aussi, la section de Domsöd à Apostag est assez difficile. Le chemin se trouve sur la digue toujours, mais on roule sur l’herbe (au début, nous croyons nous être trompés, mais non, c’est bien l’itinéraire). Néanmoins, la route est plutôt fréquentée à cet endroit, alors pour rester en sécurité, ce n’est pas plus mal. Tout dépend de l’heure. Si vous faites cette étape le week-end, très tôt le matin, vous devriez pouvoir prendre la route. Dans le cas contraire, vous n’allez simplement pas apprécier l’étape, mais maintenant que vous êtes au courant, vous le vivrez peut-être un peu mieux !

En tout cas, notre collègue française au loin sur la photo a bien râlé pendant une heure, au point que nous avions hâte de lui fausser compagnie 😉 !

Eurovélo 6 - Hongrie

Dormir en Hongrie : quelque infos pratiques

Méfiez-vous des campings. C’est plutôt quitte ou double. Il nous est arrivé une fois de devoir payer un prix de touriste. Après ça, à chaque fois que nous avons été confrontés à des « arnaques » similaires, nous avons quitté le camping d’urgence. Le prix doit donc correspondre à ce qui est affiché à l’entrée. Point (et pas de « ce sont les tarifs de l’année dernière », non mais…). Vérifiez bien l’info 😉 !

Nous avons testé des campings géniaux avec piscine, bon accueil et excellente ambiance. Pour les plus pudiques d’entre nous, en Hongrie, sachez qu’il n’y a généralement pas de cabines individuelles dans les douches… Certes, hommes et femmes sont séparés, mais si vous n’êtes pas à l’aise avec votre corps, il faudra vous y faire !

Les campings que nous recommandons sur l'EuroVelo 6

  • Gran-Camping Bungalow à Esztergom : camping honnête, très grand. L’accueil nous a dirigé vers un endroit où nous serions au calme. En revanche, le weekend, c’est bruyant. Pas forcément dans le camping mais dans la ville !
  • Le camping Dömsöd Strand-Kemping : vraiment très chouette et propre. Nous avons même été invités à partager le dîner avec tout le camping. Une soupe de poissons au paprika ! Super ambiance.
  • Le Pihëno à côté de Gyor : on y est resté deux jours. Petite piscine, joli camping avec plein d’arbres, un bon accueil. Vraiment, rien à dire !

 

Les campings avec bémol

  • Party camping à Halaszi : le camping est sympa mais la dame nous a fait payer plus cher que prévu. Après, si vous le lui faites remarquer, peut-être que ça ira. Et puis, bon, ce sont les tarifs hongrois…
  • Thermal camp à Györ : comptez 25€ la nuit car il y a les thermes. Pour le service offert, c’est justifié. Mais attention, en tente, vous risquez de trouver le sol dur. Tout est pavé et prévu pour les caravanes.

Les campings à fuir sur l'EuroVelo 6

  • Tòpart Camping, Györ : 16€ la nuit et ce n’est pas forcément le prix affiché à l’entrée d’ailleurs… Pour être au milieu de nulle part, sans un arbre, avec une sale odeur (oui, les lacs aux alentours ne sont pas très sympas). On a préféré fuir !
  • City camping à Györ : le tarif était très élevé (15€ la nuit) et l’aspect du camping nous faisait peur. Il n’y avait pas vraiment d’endroit pour mettre la tente, il semblait abandonné. Nous avons levé le camp. Pourtant, il a de bons avis…
  • Sátorhelyek camping à Ujmohácsi Strand : le lieu est beau et se trouve en bas de la digue. Mais la propreté est une notion oubliée ici. Pire que sale, c’est complètement abandonné (en apparence…) Un camping honteux ! Fuyez…

Camping Hongrie Pire camping ever - Hongrie

Aller plus loin