L’Aisne à vélo : 110 km de Chauny à Hirson via La Scandibérique

par | Mis à jour le 07/02/2024 | La région Hauts-de-France à vélo | 4 commentaires

Connaissez-vous l’Aisne ? Ce département un peu méconnu a pourtant du charme à revendre ! À l’occasion d’un périple dans les territoires de cette destination verdoyante et riche en Histoire, on suit les traces de Stevenson au fil de l’Oise. À vélo, la traversée de l’Aisne par La Scandibérique® est un vrai régal pour les yeux et le corps. La balade est facilement accessible aux débutants, aux familles et aux voyageurs flâneurs comme nous le sommes chez Un Monde à Vélo.

Sur l’itinéraire vélo de La Scandibérique, nous partons à la découverte des églises fortifiées, d’anciens châteaux forts et du Familistère de Guise, un incontournable. Mais l’Aisne à vélo, ce n’est pas que ça. Laissez-vous surprendre par sa belle nature, ses collines, sa forêt, sa cascade, ses plats typiques au Maroilles et ses rencontres parfois étonnantes !

INFORMATIONS DE TRANSPARENCE SUR CET ARTICLE

  • Article rédigé suite à un partenariat rémunéré : non
  • Lien(s) d’affiliation* : oui
  • Produit(s) cité(s) ayant fait l’objet d’une dotation : non

La Scandibérique

La Scandibérique est la plus longue véloroute de France. Avec ses 1700 km, elle traverse pas moins de 20 départements ! Une aventure à minima d’un mois qui fait partie intégrante de l’EuroVelo 3, la véloroute des Pèlerins. L’aventure européenne complète relie deux hauts lieux de pèlerinages à travers 7 pays : Trondheim en Norvège et Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne. 

En 2019, nous avons parcouru l’EuroVelo 3 de la Norvège à l’Espagne. En France, nous avons tenté de rester fidèles au parcours théorique même si ce dernier n’était pas encore totalement développé. En 2022, nous sommes revenus sur nos pas entre Ver-sur-Launette (dans l’Oise) et Charleroi. Entre-temps, La Scandibérique s’est beaucoup développée avec une meilleure signalisation de l’itinéraire, un site internet officiel et des aménagements joliment asphaltés. 

L’Aisne à vélo à travers La Scandibérique

La Scandibérique traverse l’Aisne de Hirson à Chauny. Elle évolue dans la forêt domaniale d’Hirson avant de suivre le fil de l’Oise, quasiment uniquement sur voies vertes. Après Ribemont, on récupère le chemin de halage le long du Canal de la Sambre à l’Oise. 

Nous avons parcouru l’Aisne dans les deux sens : vers le sud lors de notre premier passage, vers le nord lors du second. Le dénivelé est très modéré et l’itinéraire est familial dans les deux cas. 

Infos pratiques pour parcourir l’Aisne à Vélo 

Comment rejoindre Chauny ?

Un train TER direct au départ de Paris rejoint directement la ville de Chauny en un peu plus d’1h. Tout comme c’est le cas dans l’Oise, l’Aisne offre l’opportunité d’un petit week-end de balade à vélo hors de Paris et facilement accessible.

Pour ceux qui ont un peu plus de temps, il est possible de partir de Paris directement à vélo. La Scandibérique longe le Canal de l’Ourcq puis traverse l’Oise par les forêts avant de longer la rivière du même nom !

Comment repartir de Hirson ?

Il y a quelques trains qui desservent la gare d’Hirson. Il faudra sans doute passer par Lille pour retourner à Paris (si Paris est votre destination bien sûr). 

Si vous devez prendre le train, je vous conseille de continuer après Hirson sur La Scandibérique afin de vous rendre à la gare de Fourmies où les connexions sont un peu meilleures. Vous rejoindrez Paris avec un changement en 2h30 à peu près. 

La meilleure période pour visiter l'Aisne à Vélo ?

Entre avril et octobre, l’Aisne est une belle destination. En mai, vous pourrez profiter d’un environnement feuillu et fleuri. En été, il ne fait pas trop chaud puis, à l’automne, les couleurs explosent. Nous l’avons parcourue en août et en avril pour notre part, l’itinéraire était très différent, mais très beau aussi dans les deux cas !

La Scandibérique dans l'Aisne en famille ?

Avec sa longue voie verte quasiment ininterrompue, l’Aisne est idéale à parcourir avec des enfants. L’itinéraire est sécurisé, le dénivelé peu présent. 

Dans quel sens parcourir La Scandibérique ?

Je n’ai pas noté de différence flagrante dans un sens ou dans l’autre. Je pense que l’itinéraire se parcourt très bien dans les deux sens. Faites selon vos envies !

Combien de temps prévoir pour cet itinéraire ?

Je le propose en 2 jours. Mais il peut être parcouru en une journée ou prolongé selon vos envies ! À noter qu’avec les détours, les journées sont bien remplies et le résultat au compteur est souvent bien supérieur à ce qui est prévu. 

Voyager à vélo clés en main

Pour vous permettre de vivre une belle expérience, de nombreuses agences vous accompagnent en vous proposant des séjours organisés et/ou sur-mesure sur les plus beaux itinéraires vélo de France et d’Europe. Pas besoin de gérer toute la logistique, il n’y a plus qu’à pédaler… Une solution idéale pour se lancer !

Nous vous proposons ici ces 2 agences sérieuses  :

Les étapes de La Scandibérique dans l’Aisne  

  • Étape 1 : de Chauny à Guise – 60km
  • Étape 2 : de Guise à Hirson – 48km

L’Aisne se traverse en deux étapes, mais il est possible d’en ajouter quelques unes en faisant un détour par Saint-Quentin par exemple. À Tergnier, La Scandibérique est connectée avec la véloroute de la Vallée de Somme (v30) qui est un super itinéraire à découvrir.

Étape 1 : que voir de Chauny à Guise ?

60,1 km

4h

Sur pistes cyclables

Tous vélos

Itinéraire balisé

+ 240m

Facile

L’étape commence pour nous au fil de l’Oise, sur les chemins de Stevenson. On quitte le département qui porte le nom de la rivière dans une ambiance bucolique. Noyon, dernière étape de La Scandibérique dans l’Oise, n’est qu’à une vingtaine de kilomètres.

 Chauny et Tergnier, villes Art déco

Chauny, petite cité Art déco, mérite le coup d’œil. Elle est la première ville à avoir fait l’objet d’un plan d’embellissement et d’agrandissement après les destructions de la première guerre mondiale. La façade de son marché couvert, son hôtel de ville et l’église Saint-Martin sont de beaux témoignages de ces reconstructions d’après-guerre. Si l’on veut savourer pleinement l’Art déco, il faut pousser les portes des bâtiments pour y découvrir les intérieurs, souvent plus impressionnants encore. Malheureusement, nous ne l’avons pas fait !

Non loin, Tergnier est un nouvel exemple de l’Art déco. De nombreuses façades de briques rouges gardent des décorations de l’époque des années folles. Pour compléter la visite, il est possible de se rendre au musée de la Résistance et de la Déportation de Picardie (fermé pour le moment pour travaux).

La Fère

Seulement sept petits kilomètres après Tergnier et il est déjà temps de faire une nouvelle étape sur La Scandibérique ! Si le nom de La Fère ne vous parle pas, la petite ville est pourtant célèbre pour avoir accueilli la première école d’artillerie dès 1720. Sa place d’armes est impressionnante. En son centre, l’imposante statue d’un artilleur rappelle le passé de la ville.

Non loin, un petit musée insolite mérite le détour. En demandant à la personne qui s’occupe des visites, on peut  laisser les vélos dans une petite cour. Le Musée Jeanne d’Aboville présente une collection exceptionnelle et rare de tableaux du siècle d’or hollandais ou de la Renaissance nordique.

Alaincourt – la maison Marie-Jeanne

Une quinzaine de kilomètres sur La Scandibérique mènent à Alaincourt, soit une petite heure de vélo. Cette partie au fil de l’eau est particulièrement aisée avec seulement 20 m de dénivelé positif entre les deux étapes ! 

Un petit détour de quelques centaines de mètres mènent à Alaincourt où vous pourrez vous immerger dans les années folles. La maison de Marie-Jeanne expose une grande collection de jouets, d’objets Art déco, d’instruments de musique tous plus étonnants les uns que les autres. En prime, on peut en découvrir davantage sur l’aventure de Stevenson sur l’Oise pour s’immerger davantage dans cette escapade à vélo !

Le Moulin de Lucy

26 km d’ambiance bucolique le long d’une Oise canalisée et de ses écluses nous attendent. Sur la route, nous nous arrêtons devant l’impressionnant moulin de Lucy, situé à Ribemont. Hubert de Bruyn, le propriétaire des lieux, nous ouvre gentiment ses portes. Fier d’avoir sauvé ce moulin et passionné par les vieilles pierres, ce personnage haut en couleur est toujours ravi d’avoir de la visite pour échanger. Il nous a fait découvrir la salle des machines de son moulin industriel, toujours en fonctionnement. Car oui, le moulin est toujours actif et produit de l’électricité ! Mais cela a un coût : à près de 80 ans, Hubert se lève la nuit pour vérifier ses machines.

Si le propriétaire n’est pas là, ce n’est pas grave : vous pouvez tout de même l’observer de l’extérieur et apprécier son cadre naturel !

Guise – Son château et son familistère

Guise est une belle étape. Si vous avez le temps, n’hésitez pas à y passer la journée. Il faut bien une demi-journée pour visiter son impressionnant familistère. Fondé en 1859 par Jean-Baptiste André Godin, il est l’œuvre d’une vie, une utopie de l’ère industrielle, une alternative au capitalisme sauvage. À la fois un lieu de travail et un lieu de vie pour les ouvriers et cadres de l’usine Godin, les classes sociales n’existent plus. Écoles, théâtre, piscine et appartements confortables et lumineux font de cet écosystème un lieu où l’on souhaite vivre et où les ouvriers ont accès à un confort social inespéré pour l’époque. Pari réussi : la liste d’attente est longue pour venir travailler chez Godin !


Non loin du familistère se trouve le château de Guise, une place forte, perché sur son éperon rocheux. De loin, on n’aperçoit que son donjon en ruine. Pourtant les vestiges sont bien plus imposants lorsque l’on s’y rend. Avec ses 1000 ans d’histoire, cette forteresse a été renforcée par Vauban sous le règne de Louis XVI. Bombardée pendant la seconde guerre mondiale, les travaux de réhabilitation sont encore en cours. On peut visiter ses souterrains pour se rendre compte de son passé. La visite se termine par un petit musée sur le château.

Étape 2 :  que voir de Guise à Hirson ?

43,4 km

3h

Sur pistes cyclables

Tous vélos

Itinéraire balisé

+ 270m

Facile

Cette étape évolue en site propre, sur une ancienne voie de chemin de fer ! Jusqu’au centre-ville de Hirson, l’itinéraire est très familial. Mais pour apprécier pleinement l’itinéraire, il faut sortir de la voie verte afin d’aller observer les merveilleuses églises fortifiées de Thiérache. 

Les églises fortifiées de Thiérache

Le Thiérache a une particularité unique en France : ses églises aux doubles objectifs, religieux et militaire. On a d’ailleurs du mal à concevoir les deux ensembles, toutefois, elles ont surtout été érigées entre le 16e et le 17e siècle dans un but défensif, afin de protéger les villages. Le Thiérache compte pas moins de 71 ouvrages dont quelques-uns se trouvent à proximité immédiate de La Scandibérique. 

À 5km de Guise, la première église fortifiée que l’on visite se trouve à Beaurain, à 400m de la voie verte. Magnifique édifice planté au cœur d’une ambiance champêtre, l’église Saint-Médard aux quatres tours défensives est probablement la plus spectaculaire de toutes. Si vous n’aviez le temps que pour un détour, je vous conseille celui-ci.  

Chaque village ou presque dispose de son église fortifiée. Notre prochaine étape nous mène à Englancourt par un petit détour de 3km a/r (et une belle petite montée). Son église fortifiée offre une belle vue sur le bocage. Non loin, l’église de Marly-Gomont (coucou Kamini) a également beaucoup de charme. Profitez-en pour faire un saut à l’incroyable estaminet La Halle, pour vous rafraîchir ou déjeuner. 

Dernier arrêt de la thématique sur la route, l’église de Wimy est impressionnante avec ses deux tours défensives. 

Le viaduc de Ohis

Avant d’arriver à Hirson, on passe sous le magnifique viaduc de Ohis, un impressionnant ouvrage ferroviaire qui enjambe l’Oise. C’est l’un des moments marquants de cette journée sur La Scandibérique dans l’Aisne !

La cascade de Blangy

Non loin de la petite ville de Hirson, l’espace naturel de la forêt de Hirson offre une pause rafraîchissante avec ses étangs et l’Oise qui fait un saut : la cascade de Blangy. On peut dormir à côté, au Domaine de Blangy, pour profiter pleinement du calme de la forêt et se ressourcer avant de terminer cette parenthèse dans l’Aisne. 

En option – l’abbaye Saint-Michel

Avec un détour de 10 km (5km aller au départ de Hirson), l’abbaye Saint-Michel, située dans la commune du même nom, est précieusement conservée. Miraculeusement préservée lors de la Révolution, son architecture variée est liée aux nombreux incendies qui l’ont terrassée au fil des siècles. 

Notre avis sur l’EuroVelo 3 dans l’Aisne 

Un cadre verdoyant, de nombreuses curiosités à découvrir en chemin et une bonne gastronomie offrent une belle recette pour un petit week-end réussi. Si l’on sort régulièrement de La Scandibérique pour aller visiter les alentours, on ne s’ennuie pas une seconde dans l’Aisne ! Les lieux d’intérêts ne manquent pas alors que le développement cyclable est bon et très roulant. L’Aisne est parfaite pour découvrir en famille, mais elle convient aussi aux curieux comme nous !

Autres véloroutes connectées à l’international : 

Mila - rédactrice Un Monde à Vélo

À propos de l’autrice

Mila

En 2017, à l’occasion de son premier tour d’Europe à vélo, Mila commence à partager ses expériences de baroudeuse. Passionnée de photographie et engagée, elle lance le média Un Monde à Vélo. Son objectif : rassurer dans un discours ambiant du dépassement de soi et rendre la thématique du cyclotourisme accessible à tous et surtout à toutes. 

[instagram-feed feed=2]
4 Commentaires
  1. Fred

    Un grand bravo et merci pour toutes ces explications… Du coup ça donne envie d’y aller !!!

    Réponse
    • Mila

      Oh merci beaucoup pour ce petit mot ! Ça fait plaisir ce genre de retours !

      Réponse
  2. gobois64

    Bonjour Mila, encore bravo et merci pour cet excellent reportage joliment illustré et commenté. Tes articles sont toujours aussi motivant à enfourcher nos vélos. Bonne continuation et sincères pensées amicales pour toi et ta famille.

    Réponse
    • Mila

      Bonjour Gérard,

      Oh merci beaucoup, ça me fait très plaisir de lire ton retour ! J’ai adoré retravaillé ces photos que je n’avais pas exploité depuis 2022. Ça valait donc le coup d’en faire un petit article 🙂
      Pensées pour toi et à bientôt peut-être !
      Mila

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *