[Test] Le Megamo Jakar 30, un bon gravel pour l’aventure

par | Mis à jour le 19/02/2024 | TEST matériel | 8 commentaires

Voilà un an déjà que je suis l’heureuse propriétaire du vélo gravel Megamo Jakar 30. J’ai flashé sur ce modèle après avoir découvert la marque. Dans un contexte particulier (j’étais enceinte de 5 mois et nous étions en pleine pénurie de vélos), j’en ai fait l’acquisition rapidement après l’avoir essayé en boutique. 

INFORMATIONS DE TRANSPARENCE SUR CET ARTICLE

  • Article rédigé suite à un partenariat rémunéré : non
  • Lien(s) d’affiliation* : oui
  • Produit(s) cité(s) ayant fait l’objet d’une dotation : non

Pourquoi le choix du Megamo Jakar 30 ? 

Voilà des années que je souhaitais me mettre au gravel. Entre deux voyages à vélo, je n’avais pas à cœur de sortir mon Riverside Touring 520 qui pèse lourd et manque de mordant. C’est un vélo de voyage robuste et fiable mais pas un vélo d’entraînement au quotidien.

Avec un mode de pensée de voyageuse à vélo, j’en ai cherché un plus léger, dynamique, robuste et qui pourrait m’accompagner sur de beaux petits périples bikepacking sans ciller. 

Lorsque j’ai découvert le Megamo Jakar 30, j’ai regardé son design puis sa transmission avant tout ! Je vis au pied des Alpes. Chez moi, la moindre sortie comporte du dénivelé. À proximité immédiate de la Haute route du Sel, des traces du Torino – Nice Rallye ou encore du Grand Tour Alpi Marittime – Mercantour, mon terrain de jeux est beau, mais surtout… difficile ! Il me fallait donc un grimpeur avec l’optique d’ajouter du poids sur le vélo pour partir en autonomie sur des pistes montagneuses. 

La plupart des gravels en vente sur le marché ont généralement un petit braquet aux alentours de 0,95 / 1 (s’il te semble que je parle chinois, je t’invite à consulter notre article sur la transmission, c’est un point important). Ce sont des vélos qui sont faits pour aller vite, même sur des chemins non asphaltés. Seulement, je préfère aller moins vite et grimper un peu plus facilement. Sur le Megamo Jakar 30, le petit braquet est de 0,83.

Jusqu’à présent, je n’ai trouvé que deux gravels à ma taille (un point toujours difficile pour les 1m60 et moins) avec une transmission qui me convient : le Jakar 30 et le Cube Nuroad qui possède à peu près la même transmission. Pour info, j’avais d’abord commandé le Cube mais, après 6 longs mois d’attente, j’ai annulé ma commande. 

La marque Megamo 

Si les passionnés de VTT connaissent généralement bien la marque, Megamo reste assez méconnue en France. Le fabricant espagnol de vélos dispose pourtant de plus de 30 ans d’expérience dans le domaine du cycle, avec quelques belles victoires en compétition !
La marque annonce la couleur : des vélos de qualité avec un beau design à prix compétitif. 

Sur le papier, le Megamo jakar 30 colle parfaitement aux valeurs annoncées. Mais qu’en est-il une fois un peu éprouvé ?

Description du Megamo Jakar 30

Le Megamo Jakar 30 est le gravel d’entrée de gamme (mais déjà bien équipé) en aluminium de la marque. Il est doté d’une fourche carbone.

Pour des modèles plus haut de gamme, le West est le modèle tout carbone de milieu de gamme et le Silk, le gravel carbone haut de gamme de la marque. 

Je trouve personnellement le Megamo Jakar 30 excellent pour l’usage que j’en fais : une pratique pour le plaisir, sans pression ou compétition, avec l’optique de voyager plusieurs semaines sur des terrains reculés.  

  • Dispo en taille XS, S, M ou L, 1m50 – 2m10
  • 10,4 kg
  • 2×10 vitesses
  • Transmission Shimano GRX 400 (entrée de gamme transmission gravel Shimano)
  • Dérailleur FC 46-30t
  • Cassette : Shimano HG50 11-36t 10s
  • Freins à disques hydrauliques
  • Selle Italia Model X
  • Prix : 1599€ (mais on le trouve facilement à 1200€ en ligne)

Conditions du test 

Je calcule mon nombre de kilomètres parcourus en voyage mais je n’ai malheureusement pas encore installé de compteur sur le Megamo Jakar 30. Je n’ai donc qu’une vision approximative du nombre de kilomètres parcourus. À priori, au moins 2500 km. C’est assez peu en un an, mais il y a tout de même eu 5 mois de pause, à partir du 7ème mois de grossesse jusqu’aux 2 mois de bébé. 

J’ai testé le Megamo Jakar 30 à l’occasion de 3 voyages : la rade de Brest à vélo, le Vorarlberg et Sospel à vélo. Par ailleurs, je l’éprouve à grand minima 2 fois par semaine avec une longue sortie le dimanche matin !

Concernant les terrains testés, il y a un peu de tout : 

  • testé sous la pluie, avec de la neige au sol, sur la côte nord du Finistère dans un climat salé et iodé !
  • sur pistes gravel, sentiers, single tracks, route, petites routes de campagnes
  • lors de longues sessions ou à l’occasion de courts entraînements
  • avec beaucoup de dénivelé, des pentes à plus de 20%.

Premières impressions sur le Megamo Jakar 30

J’ai eu un coup de cœur pour le design du vélo et notamment sa couleur mint. Ce n’est pas du tout ce qui fait la qualité du Megamo Jakar 30, mais son allure me plaît beaucoup. Avec ses câbles intégrés, son design épuré, ses pneus à flanc beige et son look gravel, j’ai été conquise. 

Pour avoir vu les modèles black et brown, je trouve que le mint sort du lot même si les autres sont très sympas. Au niveau des finitions, je le trouve propre avec des soudures robustes. Ce vélo est fait pour partir à l’aventure, cela se sent. 

Les premiers tours de roues confirment ma sensation : j’adore ce gravel. C’est comme si d’un coup, je pouvais voler. Après de nombreuses années avec mon RT520 de près de 16 kg, je dois dire que je suis conquise. 

Le Megamo Jakar 30 sur le terrain

Il est rapide sur route, dynamique et bien roulant. Au niveau du confort, je trouve cependant qu’il se révèle vraiment sur les pistes et sentiers. C’est là que l’on sent bien que l’on est sur un vélo qui a de la poigne, de l’accroche et qui peut tout gravir. Il faut que la pente soit sèche et rude pour que le Megamo Jakar 30 patine. 

Sur des sentiers caillouteux type VTT, le vélo tape un peu fort si l’on va trop vite.  Deux fois j’ai eu l’impression de briser ma fourche, mais il n’y a eu aucune séquelle, juste une impression. Le Megamo Jakar 30 n’est pas vraiment fait pour ces terrains ceci-dit !

Lors de mes voyages avec le gravel, même équipée avec tout mon matos photo (un reflex, un drone et un trépied), je dois dire que la différence reste flagrante par rapport à mon ancien vélo. Je retrouve le plaisir de faire du vélo pour faire du vélo. Et ça, c’est sincèrement satisfaisant !

Le cadre

Le cadre du Megamo Jakar 30 est étonnamment assez souple pour un modèle aluminium. Pour l’instant, il me semble bien résistant. J’aime ce matériau qui a la réputation d’être plus lourd que le carbone mais plus robuste. Ça correspond à ma pratique sportive mais pour le plaisir et le voyage. D’ailleurs, je compte bien installer la remorque de bébé et quelques sacoches sur le vélo. Comme il va rouler souvent, il me le faut résistant. 

Autre point important, le cadre comporte suffisamment d’œillets pour installer portes-bagages avant et arrière, porte-bidons et tout le nécessaire pour partir à l’aventure. 

La transmission

La transmission Shimano GRX400 est fiable, bien qu’il s’agisse d’un modèle d’entrée de gamme. Malgré des journées boueuses ou pluvieuses, elle est toujours restée fidèle et fluide. 

Je ne regrette pas mon choix. Le poids du vélo combiné à cette transmission me permet d’avoir assez d’amplitude pour pouvoir continuer à pédaler en descente tout en ayant suffisamment de marge pour affronter les belles montées des montagnes qui m’entourent.

Je note toutefois que c’est assez spécifique à mon envie de voyages et de off-road proche de chez moi. Lors de nos mois passés en Bretagne, je n’avais pas spécialement besoin d’un tel développement. À vous de voir quelle est votre priorité. 

En revanche, le mono-plateau me manque. J’éprouve encore un peu de difficulté à passer d’un plateau à l’autre et à éviter les croisements de chaîne. Je m’étais habituée au confort et à la facilité du mono-plateau ces dernières années. Il faut tout réapprendre !

Les freins 

Les freins à disques hydrauliques sont très puissants, il faut apprendre à freiner doucement… Je les trouve même un peu trop puissants pour un vélo aussi léger. Je crains de glisser et de chuter par temps de pluie ou lorsque la chaussée est humide. 

Sur pistes, dans les descentes abruptes, je dois dire que j’ai soudain compris le choix du constructeur. Si les freins font un boucan pas possible quand on freine longuement (je me suis même fait gronder par un papy italien parce que mes freins faisaient trop de bruit), je dois dire qu’ils sont résistants. J’ai eu peur une ou deux fois qu’ils surchauffent vu la puissance et le temps que j’ai passé à freiner, mais ils ont tenu la route. Encore une fois, le Megamo Jakar 30 se révèle davantage en off-road !

Le guidon

Habituée aux guidons plats, de ville ou papillon, le cintre gravel et les cocottes sont pour moi une nouveauté. 

J’adore la sensation du guidon. Mais j’admets ne pas avoir testé avec de cintres gravel (celui que j’ai installé sur le RT520 ne compte pas) pour me prononcer là-dessus. Je suis à l’aise, je n’ai pas de fourmis dans les mains en roulant et j’en suis contente. 

La selle 

La selle est quelque chose de très personnel. La selle Italia Model X est pour moi le GROS point noir du Megamo Jakar 30. Malgré des avis globaux plutôt positifs, je ne la supporte pas ! Je m’en sors à peu près avec un bon cuissard AGU, mais si j’en mets un autre, ça ne passe pas. J’ai décidé de changer cette selle et je compte investir dans la Specialized Mimic que beaucoup de femmes cyclistes m’ont recommandée. 

Les pneus et roues

Les WTB Riddler 700 x 45c ont la réputation de ne pas être très résistants mais je n’ai pour le moment pas rencontré de problème de crevaison ! Je trouve que l’accroche est bonne pour des pneus de cette largeur. Je suis contente de la largeur choisie par Megamo. Denni a des pneus un peu plus fins sur son Fuji Jari, ça me plaît moins. 

Les roues ont l’air de bonne facture et sont solides. Je n’ai pas relevé de micro-fissures ou de défauts jusqu’à présent.

Mon avis sur le Megamo Jakar 30

Note : 4,5/5

 

Les plus

  • Un excellent rapport qualité / prix
  • De bons composants
  • Un vélo assez souple sur pistes et sentiers
  • Un bon grimpeur

Les moins

  • Manque de nervosité pour les non débutants
  • La selle

Je suis très contente de mon choix de vélo. Le gravel est une pratique qui me correspond tout à fait entre deux voyages et le Megamo Jakar 30 m’apporte beaucoup de plaisir. Je ne suis pas sereine sur les vélos de route qui ont les pneus trop fins et ne suis pas à l’aise sur les pistes VTT (surtout en descente). Ce gravel est un parfait compromis, avec du dynamisme, de la polyvalence, du off-road (en restant sobre). 

D’un point de vue très personnel, j’adore partir à l’aventure avec ce vélo car il correspond exactement à ce que je recherche. Je le trouve fiable et de bonne qualité même si je ne l’ai encore que très peu éprouvé ! Niveau rapport qualité / prix, je le trouve très bon vu l’équipement du vélo et la qualité de ses composants. 

Il conviendra spécialement à ceux qui ont envie de pratiquer le bikepacking et d’ajouter du poids au vélo, à ceux qui débutent le gravel (et ne sont pas de grands cyclistes pratiquants par ailleurs) ou à ceux qui vivent dans un environnement tel que le mien. 

Toutefois, si ta pratique est plus sportive que la mienne ou que tu vis dans un environnement un peu plus plat, je te conseille de regarder aussi le modèle Megamo Jakar 20, en mono-plateau, avec une transmission Sram Apex plus haut de gamme.

Mila - rédactrice Un Monde à Vélo

À propos de l’autrice

Mila

En 2017, à l’occasion de son premier tour d’Europe à vélo, Mila commence à partager ses expériences de baroudeuse. Passionnée de photographie et engagée, elle lance le média Un Monde à Vélo. Son objectif : rassurer dans un discours ambiant du dépassement de soi et rendre la thématique du cyclotourisme accessible à tous et surtout à toutes. 

[instagram-feed feed=2]
8 Commentaires
  1. Prat

    Bonjlur sumer article. Merci. Quelle taille avez-vous pour le coup vous ne le dite pas. On imagine un xs mais rien de sur. Et selon votre taille comment vous sentez vous sur le velo ?

    Réponse
    • Mila

      Bonjour, c’est un taille S car je fais 1m61 et que je me trouvais bien dessus. Je pense qu’en XS, ça aurait été un peu petit. Et donc je suis très bien dessus, c’est juste hyper compliqué de trouver des sacoches de bikepacking compatibles !

      Réponse
  2. Yoann

    Bonjour, est ce que le boîtier de pédalier est un modèle a visser hollowtech ?

    Réponse
    • Mila

      Bonjour, je suis désolée, je ne sais pas du tout. Je vais me renseigner !

      Réponse
  3. Meurot Thomas

    Moi qui est envie de reprendre un gravel en plus du RT520, cela donne envie, et le prix est top 🙂

    As tu garder ton RT520 pour les gros voyages ? D’ailleurs, penses que le Megamo puisse accueillir autant de poid ?

    Réponse
    • Mila

      Hello Thomas,
      Oui, dire que je l’ai payé plein pot alors qu’on le trouve vraiment moins cher (bon attention quand même, uniquement sur des sites fiables, il y a des arnaques vraiment bien montées dernièrement) !

      J’ai bien gardé mon RT520 pour pouvoir partir sur de plus longues périodes et surtout avec bébé ! Je ne me vois pas mettre autant de poids sur le Megamo. Tout d’abord, ça nécessiterait un porte-bagages et je n’en ai pas envie… Puis, j’ai plutôt envie de l’utiliser pour des trip bikepacking en formule assez light. Un pantalon, un pull, une tenue de pluie et la montagne 😀 !
      Je pense que ce n’est pas un vélo fait pour être chargé comme une mule comme peut l’être sans problème le RT520 😀

      Réponse
  4. gobois64

    Salut Mila !
    en effet les espagnols fabriquent de beaux et bons vélos. Un moment donné j’avais ciblé un Orbéa mais je dois reconnaitre que ton vélo est très joli, tu as bon goût d’avoir choisi cette couleur pas très courante mais qui reste assez discrète comparé à certains modèles plus criards. Toi qui as essayé déjà plusieurs systèmes de transmission peux-tu me dire si avec ce mono plateau c’est aussi facile de monter une bonne côte qu’avec un 3X7 ? Bonne continuation à toi, cordialement !

    Réponse
    • Mila

      Salut Gérard,

      En effet, les Orbea sont canons aussi ! Et merci pour ton retour sur mon choix de couleur. J’ai vraiment flashé dessus en effet. Surtout quand j’ai vu que le Cube Nuroad de 2023 était blanc et rose brillant. Comme je n’avais pas reçu le modèle commandé en 2022, j’ai eu peur de me retrouver avec les couleurs de la nouvelle année… Je n’aime pas le côté “girly” du cyclisme au féminin !

      Pour le coup, pas de regret donc ! Pour la transmission, mon premier vélo (le Stevens) est en 3×8. Mais son petit braquet est à 0,93. Je souffre en montée avec tellement il est dur. Le tour d’Europe n’a pas été une mince affaire ! D’ailleurs, il va falloir que je le vende, il prend la poussière… Le RT520 est en 1×11, je crois que son petit braquet est à 0,78. Il passe à peu près partout et bien mieux que le Stevens. Le Megamo est en 2×10 mais le petit braquet est à 0,8 et quelques. Avec le poids plume, il passe vraiment partout. J’ai monté une côte à plus de 20% enceinte de 5 mois avec ! En bref, le nombre de plateaux et vitesses n’a pas vraiment beaucoup de sens 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *