TEST – Sacoche de guidon Piha de MeroMero en bikepacking

par | Mis à jour le 19/12/2023 | TEST matériel | 7 commentaires

Depuis quelques mois, je teste la sacoche de guidon Piha de la marque MeroMero. Avant de l’acquérir, j’avais étudié la question et c’est l’une de celles qui m’a paru être parmi les meilleures sur le marché. Dessinée par une petite entreprise française basée à Annecy, elle est jolie, utile et idéale pour un photographe grâce à l’insert qui permet de protéger l’appareil photo à l’intérieur de la sacoche.

Je souhaitais une sacoche de guidon qui puisse contenir mon appareil photo avec un critère essentiel : ne pas à avoir à installer un système de fixation sur le cintre de mon vélo. J’ai eu l’occasion de tester la sacoche Piha à plusieurs reprises. Tout d’abord, sur mon gravel pour lequel elle est destinée, puis sur le VAE Nakamura E-Crossover V que j’ai testé à la fin de ma grossesse. Je l’ai réinstallée par la suite sur mon gravel pour un beau voyage en partie off-road en Autriche.

INFORMATIONS DE TRANSPARENCE SUR CET ARTICLE

  • Article rédigé suite à un partenariat rémunéré : non
  • Lien(s) d’affiliation* : oui
  • Produit(s) cité(s) ayant fait l’objet d’une dotation : oui, la sacoche m’a été envoyée par Lecyclo.com

MeroMero, une marque responsable

Avec ses produits éco-conçus, fabriqués au Viet-Nam après tout un processus de réflexion que MeroMero explique avec transparence sur son site, la petite entreprise localisée à Annecy a la volonté de bien faire les choses, avec les problématiques qui sont liées à la durabilité. À la fois une marque outdoor pour cyclistes, c’est aussi une marque pour parents baroudeurs. Parmi l’offre de la marque, un porte-bébé ultra léger, des matelas à langer de voyage, des sacs à dos pour petits et grands, etc.

Description technique de la sacoche PIha MeroMero

Composition

La sacoche Piha MeroMero est en partie composée de matières recyclées. Elle est imperméable.

Voici ce que le site indique :

– Matière principale : nylon 100% recyclé et certifié Bluesign (Canvas oxford N1000D)
– Imperméable : coating PU + traitement déperlant sans PFC (C0)
– Base renforcée : N500D nylon 6.6
– Doublure : nylon 100% recyclé
– Dos en Mesh 3D aéré
– Cuir “responsable” certifié GOLD (Leather Working Group)
– Fermetures YKK (zip extérieur étanche)
– Boucles en aluminium Trimmers
– Étiquettes coton

Description

La sacoche Piha MeroMero est une sacoche de guidon/banane évolutive qui peut être portée sur le vélo, sur les hanches ou en bandoulière. Polyvalente, elle est composée d’une pochette centrale où l’on trouve 4 petites poches, de deux petites poches sur les côtés qui permettent d’y mettre un téléphone par exemple. La petite pochette à l’arrière (contre le guidon) peut s’ouvrir de l’intérieur ou de l’extérieur de la sacoche.

Le système est réfléchi : les sangles qui permettent de transformer la sacoche en sac banane se rangent derrière la pochette arrière de la sacoche. Ainsi, il n’y a rien qui dépasse !

Tailles disponibles

Tous les modèles font la même taille. La sacoche peut contenir un volume de 3 à 6L et s’ajuste selon son contenu grâce au système roll-top complété d’un aimant qui aide au maintien de la fermeture. 

Poids

Poids annoncé : 340 g

Poids pesé par nous : 339 g

Insert photo : 53 g

Entretien

Lavable en machine à 30°C. 

Il est conseillé de la brosser et laver régulièrement à l’eau savonneuse lorsqu’il y a quelques taches. On peut la passer au karsher en maintenant une distance raisonnable. 

Prix

Sacoche Piha : 85€ 

Insert : 18€

Conditions du test

J’ai testé la sacoche Piha MeroMero :

  • Pendant plusieurs mois, lors de mes sorties d’entraînement à l’occasion desquelles il était prévu de faire quelques photos.
  • Lors mon voyage de 5 jours en Autriche, dans le Vorarlberg

À chaque fois, la sacoche contenait mon appareil photo hybride Sony A7iii équipé de son objectif 24-105mm pour un poids de 1360 g. Tout comme c’était le cas pour mes autres sacoches de guidon, difficile de mettre davantage d’éléments en complément, à part mon smartphone, mon portefeuille et mon passeport dans les poches extérieures et arrière de la sacoche. Je pourrais bien ajouter une petite veste compacte au-dessus de l’appareil photo, mais cela me gênerait car j’ai besoin de le sortir souvent !

J’ai affronté la pluie à plusieurs reprises, ce qui m’a permis de tester son étanchéité.

Pluie - Vorarlberg - Sacoche de guidon Piha MeroMero

Test de la sacoche de guidon Piha MeroMero

Pourquoi ce choix ?

J’ai tout récemment acquis un nouveau compagnon de route : un gravel de chez Megamo. J’avais besoin de l’équiper tout en ne touchant absolument pas au vélo pour pouvoir m’entraîner comme je l’entends. L’idée étant d’avoir un vélo léger, pas question de l’alourdir avec des accessoires !

Sur le papier, la sacoche Piha MeroMero correspondait en tous points à mon besoin :

  • C’est une sacoche de guidon qui ne nécessite pas de fixation
  • Mon Sony A7 iii équipé du 24-105mm (un bel appareil photo au poids de 1,5kg environ) y être entreposé
  • La sacoche peut être complétée avec un insert pour protéger son appareil photo
  • Le système d’ouverture a l’air plutôt pratique à première vue.

Premières impressions

La sacoche de guidon Piha a été livrée vite et bien emballée. Je dois admettre que j’ai eu une micro “déception” qui n’affecte en rien la qualité de la sacoche… Alors que je l’avais choisie grise, elle est arrivée de couleur rouge. Et même si je la trouve très belle ainsi, cela m’a ennuyé parce que ça n’allait pas avec le set-up que j’avais prévu… Mais, enceinte au moment de la réception, avec des milliers de choses à penser, je l’ai gardée.

Hormis ce détail, la sacoche Piha m’a semblé de très bonne facture avec des coutures irréprochables et un design vraiment très sympa. Elle est bien pensée, notamment avec le système qui permet de ranger les sangles derrière la pochette de la sacoche, les rangements internes et externes et les attaches qui permettent d’installer la sacoche sur le guidon. Seule inquiétude à première vue, l’imperméabilité… Un élément qui laisse toujours un doute. Surtout lorsque l’on peut avoir à affronter les saucées bretonnes !

La sacoche Piha MeroMero sur le terrain

Comme la sacoche arrive seule, j’ai commandé l’insert en complément (+18€) et enlevé ses 2 compartiments ainsi que la protection supérieure (ne me demandez pas les photos, je n’ai aucune idée de ce que j’en ai fait…) afin d’y faire rentrer mon hybride. Ainsi, il y passe tout juste et y est même un peu serré mais au moins, il est protégé !

J’ai aussi testé avec le Canon EOS 80D, plus imposant… Avec un objectif 24-105mm bien sûr ! Pour le coup l’insert est vraiment serré. Lorsque l’on essaie de sortir l’appareil de la sacoche, il y reste accroché. Cependant, la sacoche se ferme bien et il reste même de la place pour y mettre quelques affaires (vestes compactées / lunettes de soleil / etc.). Si vous avez un coup de coeur pour la sacoche, que vous avez un réflex, il est toujours possible de ne pas ajouter l’insert et de protéger l’appareil avec le système D de votre choix (vêtements, renforts, etc.) Je pense toutefois que le Sony A7iii est le volume d’appareil photo limite pour que ce soit confortable avec l’insert.

Le Sony A7iii dans son insert
Le Sony au fond de la sacoche
CANON EOS 80D
Au fond de la sacoche

La sacoche installée, je trouve que le système d’attache sur guidon est sécurisant avec ses 3 attaches (deux sur le guidon, une troisième sur la potence). Avec mon investissement de plus de 3000€ à bord, il vaut mieux se sentir en confiance !

Système d'attache sacoche Piha - cintre gravel - bikepacking

Seulement, sur le Nakamura e-crossover V, j’avais l’impression que les attaches se relâchaient car la sacoche pendait dans le vide. J’étais inquiète que l’appareil cogne contre le cadre à chaque soubresaut. Je pense que le problème est davantage lié à la compatibilité entre le vélo et la sacoche. Les guidons de ville ne sont pas adaptés pour la Piha (et au voyage à vélo en général, cf. notre article sur les guidons).

Avec mon cintre gravel sur mon vélo Megamo, je n’ai pas eu ce souci car la sacoche est bien calée contre le cintre. La preuve : pendant ma semaine de test, malgré les allers-retours, les pistes gravel, les sentiers proches des pistes VTT du Vorarlberg, je n’ai pas eu besoin de réajuster la sacoche, de resserrer les attaches et n’ai ressenti aucune inquiétude.

D’ailleurs, le problème se voit vraiment sur les photos suivantes :

La sacoche Piha moyennement calée sur le Nakamura
La sacoche bien calée sur le cintre gravel

En ce qui concerne l’imperméabilité, j’ai été stupéfaite de l’étanchéité. J’ai fait face à une pluie bretonne comme il se doit pendant au moins une heure puis une très grosse matinée de pluie en Autriche. Si ma tenue de pluie n’a pas fait face aux intempéries en Autriche, mon appareil photo a quant à lui été protégé comme il se doit.

Note : j’ajoute une information suite au retour d’Elayis – @unerouteasoie qui a rencontré un souci d’étanchéité après une très grosse journée de fortes pluies. Elle me disait être très heureuse de sa sacoche Piha et que c’était sans doute lié au fait qu’elle ait une deuxième sacoche de guidon car elle a l’impression que l’humidité entre par l’arrière, à l’endroit où la sacoche Piha est appuyée contre la seconde sacoche. Affaire à suivre 😉

En comparaison avec la sacoche de guidon Vaude, je craignais de perdre le confort de l’ouverture facile pour accéder à l’appareil photo. Il faut enrouler / dérouler l’ouverture de la sacoche à chaque fois mais une fois qu’on a le coup de main, ça ne pose pas de problème.

Dernier point, je trouve la banane super confortable et pratique. Elle tient super bien sur les hanches, c’est très pratique pour visiter une ville lorsque l’on délaisse le vélo pour la marche à pied. Encore une fois, j’ai senti mon appareil photo en sécurité. Installer et désinstaller la sacoche prend quelques secondes.

Mon avis sur la sacoche Vélo / Banane Piha

Pratique, efficace, bien pensée, une conception raisonnée et éco-responsable pour un prix compétitif : la sacoche Piha coche vraiment beaucoup de bons points. Le fait qu’elle soit conçue en France par une petite structure me plaît également beaucoup. D’un point de vue pratique, je suis très contente de cette sacoche ingénieuse. Pour qu’elle soit pile dans mon besoin, j’aurais aimé qu’elle soit quelques centimètres plus large, mais tout le monde ne trimballe pas un appareil comme le mien (heureusement pour vous héhé).

Pour info et vous dire à quel point elle me plaît : tout récemment, après ce test satisfaisant, j’ai commandé une nouvelle sacoche Piha ! Noire cette fois ! Mon métier étant en grande partie de faire de la photographie avec mon vélo, j’aime bien que mon set-up soit harmonieux et ça le sera bien plus ainsi.

4,5/5

 

  • Qualité 100% 100%
  • Ergonomie 95% 95%
  • Confort 90% 90%
  • Imperméabilité 85% 85%
  • Poids 100% 100%
  • Praticité 100% 100%
Mila - rédactrice Un Monde à Vélo

À propos de l’autrice

Mila

En 2017, à l’occasion de son premier tour d’Europe à vélo, Mila commence à partager ses expériences de baroudeuse. Passionnée de photographie et engagée, elle lance le média Un Monde à Vélo. Son objectif : rassurer dans un discours ambiant du dépassement de soi et rendre la thématique du cyclotourisme accessible à tous et surtout à toutes. 

7 Commentaires
  1. Marie

    Bonjour,
    J’aime beaucoup votre blog, merci pour les tests !

    Concernant celui-ci, je suis un peu étonnée de voir mis en avant le côté ‘petite entreprise française’.

    C’est vrai, les designeuses sont françaises et installées à Annecy. Mais la production est faite au Vietnam ! (
    https://www.meromero.fr/faqs-production-certifications/)

    Ca n’est pas interdit, mais je trouve que c’est jouer sur les mots, de dire “entreprise française” car les sacoches ne sont pas faites en France. A mes yeux, c’est tout le problème du Made In France aujourd’hui, qui devient un argument de vente, alors que la majorité des produits sont “conçus” (c’est à dire pensés) en France mais toujours fabriqués dans des pays où la main d’oeuvre est moins chère.

    On en pense ce qu’on veut, mais mettre en avant “entreprise française” pour revendre des produits fabriqués au Vietnam, ça me dérange pas mal.

    Au plaisir de vous lire sur le sujet.

    Réponse
    • Mila

      Hello,

      En effet, je n’ai précisé cet élément qu’au bout du 3ème paragraphe (premier paragraphe sous le premier sous-titre) et ma phrase au 2d paragraphe porte à confusion. Sinon, ça vient quand même très vite dans mon texte:

      “MEROMERO, UNE MARQUE RESPONSABLE
      Avec ses produits éco-conçus, fabriqués au Viet-Nam après tout un processus de réflexion que MeroMero explique avec transparence sur son site…”

      Je vais donc corriger le second paragraphe pour plus de transparence ! C’est une inattention de ma part.

      Bonne journée,

      Mila

      Réponse
      • Marie

        Merci Mila pour la correction.
        C’est chouette d’avoir autant de réactivité et de partager le constat !

        Réponse
  2. Émilie

    Super, merci pour ce retour ! Est ce que vous pourriez nous montrer une photo de l’intérieur avec votre appareil et le matériel que vous rangez dedans ? Merci !

    Réponse
    • Mila

      Bonjour Emilie,

      J’ai fait une petite mise à jour sur l’article avec des photos de l’intérieur de la sacoche. Comme je le disais, je ne mets que mon appareil photo pour le moment afin de pouvoir le sortir / rentrer rapidement. Le reste de mes affaires sont dans les poches latérales, les autres sacoches ou celle de l’arrière. Toutefois, il reste pas mal de place pour celles et ceux qui ont besoin de mettre plus de choses dedans !

      Réponse
  3. gobois64

    Bonjour Mila, je suis ravi de te lire en espérant que toute ta gentille famille se porte à merveille, surtout la pitchoune 🙂 J’ai lu avec intérêt ton article car ma sacoche de guidon commence à vieillir et je pensais la changer. Malheureusement ton modèle ne m’y ira pas car je possède un Canon EOS 70D. Les fêtes de fin d’année approchant j’en profite pour t’en souhaiter d’agréables et heureuses.

    Réponse
    • Mila

      Bonjour Gérard,

      Ravie d’avoir de tes nouvelles ! Ici, c’est sport mais notre puce est un petit ange. On la surnomme “Bébé Sourire”, c’est dire 😉 !
      En lisant ton commentaire, je me suis dit que je devais quand même vérifier mon propos. J’ai sorti mon Canon 80D du placard et l’ai mis dans l’insert. Ma théorie était bonne concernant l’insert, c’est trop serré, ça déborde bien plus encore en hauteur (j’ai mis l’article à jour avec des photos). En revanche, l’appareil passe bien dans la sacoche, sans aucun problème. Je ne sais pas si ça peut t’aider car la sacoche étant en tissu souple, je pense qu’il est essentiel d’avoir un système de protection !

      Je te souhaite également de très bonnes fêtes de fin d’années.
      PS : j’ai encore ton mail en attente, je rattrape mes mois de retard peu à peu, mais promis, je te réponds bientôt 😉

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *