Partir en voyage à vélo pour perdre du poids : oui, mais est-ce si simple ? Je lis parfois des commentaires au sujet du poids sur les forums de voyageurs. « Wow, on fait un voyage à vélo pour perdre du poids ? » Si à la fois ça m’étonne, je me dis que c’est une question que les gens se posent quand même ! D’ailleurs, avant de partir, tout le monde me disait que j’allais tellement maigrir, blablabla…

Il est vrai que pendant notre tour d’Europe à vélo, nous avons rencontré un allemand qui voyageait avec son vélo en partie pour perdre du poids. J’ai trouvé sa démarche à la fois très courageuse et très inspirante. Il faut dire que lorsque l’on a envie de maigrir, on ne pense pas forcément à partir pour un long voyage à vélo. Son souci résidait dans son vélo, dont la roue cédait constamment sous son poids.

Néanmoins, si vous faites cette démarche, il faudra prendre en compte pas mal d’éléments pour ne pas être surpris.e. Le voyage à vélo peut-être trompeur, car le corps s’adapte très vite !

Perdre du poids en voyage à vélo, ce n’est pas forcément obligatoire.

Eh oui. Le voyage à vélo vous fait dépenser de l’énergie. Mais si votre régime alimentaire n’est pas bon, vous n’allez pas perdre un gramme. Nous, au début, nous mangions plutôt bien et beaucoup. On se disait qu’avec tout ce que l’on avait dépensé dans la journée, on pouvait s’en moquer.

Que nenni, mon ami ! Lorsque nous nous sommes pesés tous les deux pour la première fois, ça a été la claque. Denni, qui ne prend jamais un gramme, avait pris 2 kg. Quant à moi, j’ai commencé à grossir sans réelle raison pendant le tour. Si, une partie de mon poids était due aux muscles, l’autre partie…

La raison : c’est que nous avons l’impression de dépenser beaucoup, alors on ne se prive pas. Mais en voyage à vélo, surtout si on suit une véloroute telle que l’EuroVelo 6, eh bien, on ne dépense pas autant que l’on croit. En revanche, on a tout le temps faim ! Enfin, ça, c’est en ce qui nous concerne. Il faut savoir que l’on est sportif à la base et que notre métabolisme est habitué. Peut-être que s’il l’était moins, on aurait fondu ! Il n’empêche que tant que l’on n’est pas dans des zones où il y a du dénivelé, ce n’est pas si simple, ni automatique !

Tour d'Europe à vélo - voyage à vélo
Déconnez pas, c’était notre premier vrai col de vraie montagne en vrai !

Le régime alimentaire doit quand même être surveillé

Certes, le régime alimentaire doit être beaucoup moins surveillé que si l’on cherche à perdre du poids en restant sédentaire. Mais toutefois, cela ne veut pas dire que l’on peut faire n’importe quoi. Sur l’EuroVelo 6, nous avons croisé deux (autres) allemands en plein tour à vélo, eux-aussi pour perdre du poids. Décidément, c’est la mode en Germany 🙂 ! Nous avons passé une heure avec eux. Ils ont bu deux coca et mangé une glace chacun pendant cette pause. Autant vous dire, eux ont dû être bien déçus en rentrant !

De plus, il est préférable de ne pas manger autant de sucres lorsque l’on fait du vélo. Ce ne sont pas de ces sucres dont le corps a besoin, mais bien des sucres lents que l’on trouve dans les céréales, les féculents, etc. Il vaut mieux être à l’écoute de son corps (même si parfois, je l’admets, il réclame un bon coca bien sucré) !

Il est impossible de suivre vos résultats, mais c’est une bonne nouvelle

C’est ce que je préfère dans l’idée de perdre du poids pendant son voyage à vélo. Vous n’allez pas pouvoir suivre, à moins d’avoir une balance dans vos sacoches. À la fois, c’est plus difficile, car vous ne saurez pas où vous en êtes. Mais, à la fois, ça vous empêche de penser tout le temps à ça. Et c’est tant mieux. Il y a aussi les paysages à observer, les oiseaux, tout ça ! Bref, le voyage à vélo, c’est aussi l’éclate 😀

En réalité, je crois qu’à force de se donner des objectifs chiffrés, on oublie surtout que le corps n’est pas une machine. Le voyage à vélo permet de ressentir son corps autrement et certainement de perdre du poids de manière plus saine, si c’est l’objectif.

Notre ami allemand a par exemple perdu 15 à 20 kg pendant son voyage. En fait, c’est un ensemble qui l’a aidé : le vélo, le fait de ne pas avoir à suivre des données chiffrées, décourageantes et sa bonne alimentation (il faisait vraiment attention). Quant à nous, on est rentré exactement au même poids qu’au départ !

route du rhône

Le voyage à vélo nous apprend à être davantage à l’écoute de notre corps

Et parfois, on a envie de manger super gras. C’est tout à fait normal, c’est ce que notre corps réclame. Je suis végétarienne et parfois j’ai des envies de viande qui m’étonnent toujours autant. C’est quelque chose qui ne m’était jamais arrivé avant de partir à vélo, la viande ayant plutôt tendance à me dégoûter. Alors, dans ces cas-là, j’ai un réflexe : manger des protéines et prendre du fer. À chaque fois, l’effet est là et je perds mon envie. Je sais ce que mon corps réclame. En gros, pendant votre voyage à vélo, votre corps vous dira très vite ce dont il a besoin. Mis à part quand il s’agit de sucreries, n’oubliez surtout pas de l’écouter !

Aller plus loin