L’EuroVelo 3 en Allemagne n’est pas signalé, mais il peut être suivi… Si on y comprend quelque chose. Pour ce faire, il faut suivre une dizaine d’itinéraires locaux, indiqués avec des logos différents ! Via la véloroute des Pèlerins, on croise de nombreuses villes vraiment charmantes. Elles nous donnent un autre visage de l’Allemagne avec leurs rues animées et leurs beautés architecturales.

Après avoir traversé un Danemark très rural, l’EuroVelo 3 nous amène, entre les villes, sur plus de 800km d’une Allemagne campagnarde. Que les choses soient dites dès le démarrage, il s’agit d’un passage fort ennuyeux. Heureusement, les villes animent un peu l’itinéraire entre ces centaines de kilomètres dévastées par l’agriculture intensive. 

L’EuroVelo 3 en Allemagne, ce qu’il faut savoir

L’itinéraire de l’EuroVelo 3 en Allemagne

L’itinéraire de l’EuroVelo 3 en Allemagne est connu pour son passage dans des villes magnifiques telles que Hambourg, Brême, Onasbrück, Cologne, Bonn ou encore Aix-la-Chapelle. L’architecture varie au fur et à mesure des kilomètres.

Comme indiqué en introduction, la signalisation n’a pas été réalisée. Il est toutefois possible de suivre l’EuroVelo 3 par l’intermédiaire de plusieurs itinéraires locaux. Malheureusement, ce n’est pas toujours très clair car on n’emprunte généralement qu’un morceau de la véloroute. C’est pour cette raison que nous tentons de vous donner un peu de détails ci-dessous, afin de tenter de vous donner toutes les indications !

De plus, le soucis des principaux sites internet concernant ces itinéraires, c’est qu’ils sont soit en allemand, soit en néerlandais. Malheureusement, l’anglais manque souvent à l’appel !

Dernier point, et pas des moindres, il est difficile à l’heure actuelle de trouver une bonne trace GPX de la véloroute des pèlerins en Allemagne.

Les 9 itinéraires à suivre

Itinéraire n°1 : l’ancienne route des boeufs ou Ochsenweg

Partie 1 : EuroVelo 3 en allemagne

Le premier itinéraire, signalé avec ce logo, nous amène quasiment jusqu’à Hambourg depuis la frontière danoise. Toutefois, il n’est pas signalisé à la frontière avec le Danemark, il faut donc le retrouver. 

Itinéraire n°2 : Nordseeküsten-Radweg ou la vélo route de la mer du Nord

Partie 2 - EuroVelo 3 en Allemagne

On ne fait qu’un petit passage sur cette piste cyclable qui permet de rejoindre Hambourg là où Ochsenweg se termine. Elle peut offrir également une bonne alternative à la première car elle suit la côte ouest au nord de la grande ville.

Itinéraire n°3 : Radfernweg Hamburg Bremen ou la piste cyclable Hambourg – Brême

Partie 3 - EuroVelo 3 en Allemagne

La piste cyclable de Hambourg à Brême a été l’une des plus faciles à suivre. Les indications sont assez bien faites, même si nous nous sommes perdus à quelques reprises. Elle passe par des points clefs à la sortie de ville et à l’intérieur de quelques forêts. En revanche, le site de description de l’itinéraire est assez compliqué, surtout si on ne parle pas allemand !

Itinéraire n°4 : Brückenradweg, itinéraire de Brême à Osnabrück

Partie 4 - EuroVelo 3 en Allemagne

Cette véloroute est la suite de l’EuroVelo 3 en Allemagne. Elle relie Brême à Osnabrück avec deux itinéraires parallèles si on souhaite suivre d’un côté ou de l’autre. Un 4ème logo à suivre.

Itinéraire n°5 : Friedensroute, de Osnabrück à Münster

Partie 5 : EuroVelo 3 en allemagne

Nous voici sur la 5ème route de l’épopée, qui part de Osnabrück jusqu’à Münster. Un nouveau logo à suivre également. À nouveau pas mal de champs sur cet itinéraire !

Itinéraire n°6 : 100 Schlösser route, la route des 100 chateaux

Partie 6 : EuroVelo 3 en allemagne

C’est à partir de ce moment que les informations deviennent vraiment assez compliquées concernant cette partie de l’EuroVelo 3. À la sortie de Münster, il faut donc suivre la route des châteaux un tout petit peu, avant de dévier vers l’itinéraire suivant à Lippetal. Mais on se trouve sur une partie d’un itinéraire bien plus long, il faut donc être attentif !

Itinéraire n°7 : Römer-Lippe Route

Partie 7 EuroVelo 3 en allemagne

À partir de Lippetal, on emprunte donc cette nouvelle véloroute, avec un nouveau logo jusqu’à atteindre le Rhin et l’EuroVelo 15. On va alors dévier de la Römer-Lippe Route à Wesel pour aller davantage vers le sud.

Itinéraire n°8 : Rheinradweg ou la véloroute du Rhin (EuroVelo 15)

Partie 8 EuroVelo 3 en allemagne

On rejoint la véloroute du Rhin à Wesel et on la suit le temps d’explorer les belles villes de Dusseldorf, Cologne et Bonn. On dévie aux alentours de Bad Honnef, tout juste avant d’atteindre la ville. À partir de Wesel, nous avons trouvé la véloroute bien plus intéressante. C’était agréable de suivre le Rhin et bien signalisé.

Itinéraire n°9 : Wasserburgen Route ou la route des châteaux d’eau

Partie 9 EuroVelo 3 en allemagne

Cette dernière véloroute vous amène vers Aix-la-Chapelle et la frontière belge par le biais du parc Eifel ! Selon nous, il s’agit de la plus belle partie de l’EuroVelo 3 en Allemagne avec l’arrivée dans le parc national Eifel et le retour des arbres et des collines.

Préparer son voyage à vélo sur l’EuroVelo 3 en Allemagne

On peut dire assez aisément que l’Allemagne est le pays idéal pour le cyclotourisme. Les pistes cyclables y sont très développées, il est facile d’évoluer au sein du pays sans se poser trop de questions. Les trains acceptent aussi très facilement les cyclistes à bord, si l’on souhaite sauter une étape et avancer plus vite par exemple !

Nous avions adoré l’EuroVelo 6 en Allemagne, avec le passage dans la forêt noire avant d’arriver à la source du Danube, puis à Munich. C’était au tout début de nos épopées à vélo, en 2017. Lors de cette nouvelle traversée de l’Allemagne, nous avons été heurtés par le contraste. En effet, l’itinéraire est moins bien développé, mais surtout peu boisé (malgré quelques courts passages en forêt). En plein mois de juillet sous des températures caniculaires, l’ombre nous a manqués. L’eau aussi !

Quand partir sur l'EuroVelo 3 en Allemagne ?

L’EuroVelo 3 peut se pratiquer assez aisément dès les beaux jours. Toutefois, du fait de notre expérience à la fin juillet, nous vous conseillons tout de même d’éviter la période mi-juillet mi-août, période durant laquelle les températures ont avoisiné les 40°C. 

Quel équipement pour cet itinéraire ?

Rien de plus que ce que l’on prend habituellement, finalement. Le sol est bien réalisé, c’est roulant, pas de gravel road non plus. Au niveau du vélo, il n’y a pas de problème. Niveau habillement : une tenue de pluie, une tenue coupe-vent seront bienvenus. Sans arbres, les éléments frappent plus forts.

Si vous hésitez encore sur votre vélo de voyage ou sur l’équipement, n’hésitez pas à consulter nos articles à ces sujets. 

La sécurité sur les routes allemandes

Les routes allemandes sont sécurisées, les pistes cyclables très présentes. Aucun problème sécurité sur cet aspect-là, tout est bon !

Où dormir sur l'itinéraire ?

En Allemagne, il existe de nombreux campings privés, ce qui peut être trompeur pour nous. Nous avons été refoulés de dizaines d’entre eux !

Heureusement, plus l’on va vers l’ouest, plus les campings sont nombreux.

Pour vous aider, vous pouvez consulter le site Bett+Bike avec de nombreuses offres dédiées aux cyclovoyageurs.

~|elegant-themes~|elegant-themes-icon~|
Envie de partir à vélo en Allemagne ? Grande Angle  vous propose de vous accompagner avec des séjours clefs en main d’une à deux semaines, notamment le long du Rhin !

Que voir sur l’EuroVelo 3 en Allemagne ?


Si vous nous suivez depuis quelques temps, vous savez que nous avons tendance à être émerveillés d’un rien lors de nos voyages à vélo. Mettez-nous sur une route avec quelques arbres et on est heureux. C’est pourquoi cet article a été difficile à écrire (nous l’écrivons presque deux ans plus tard). Nous avons eu tant de mal avec l’EuroVelo 3 en Allemagne.

Nous n’aimons pas décourager qui que ce soit à partir, bien au contraire. Pour en arriver à nous dire que définitivement, ce n’était pas dingue, il faut y aller. Peut-être que commencer par les paysages de la Norvège ou de la Suède a énormément joué. Ou serait-ce les centaines de kilomètres déjà parcourus au Danemark au milieu des champs qui ont commencé à nous peser au fil du temps ?

On ne sait pas. Mais en Allemagne, l’itinéraire est plat et l’agriculture intensive fait rage dans la partie est du pays. Entre la frontière et jusqu’au Rhin, c’était le vide sidéral d’un monde sans âme, arraché et déblayé par la main de l’Homme. Les températures caniculaires ont ajouté un coup de massue dans cette désolation. Mettrais-je l’EV3 de côté pour autant ? Pas tout à fait, grâce aux villes somptueuses qui parsèment l’itinéraire.

Hambourg, une ville majestueuse

Au passage de la frontière avec le Danemark, le temps s’est assombri. La météo prévoyant plusieurs jours de pluie au passage, nous avons filé en train à Hambourg. Nous nous étions de toutes façons totalement perdus sur la route des Boeufs, avec une certaine incompréhension de l’itinéraire. Nous sommes donc allés jusqu’à la mer avant de s’offrir quelques jours de pause à Hambourg.

Excellent choix car nous avons ainsi pu profiter de cette ville qui a un charme étonnant. Dans cette grande cité portuaire du nord allemand, on dénombre des centaines de canaux et de parcs. Son vieux centre du XIXème siècle rappelle l’époque industrielle tout en préservant un charme surprenant. L’ambiance est cool, avec ses bars et ses concerts en pleine rue. On s’y verrait bien quelques mois !

Que voir à Hambourg en quelques heures ?

  • Le quartier dit de « Speicherstadt » avec ses canaux
  • Le centre-ville avec ses rues commerçantes
  • Le jardin botanique de Hambourg, à l’entrée de la ville lorsque l’on arrive par l’EuroVelo 3
  • L’Eglise Saint-Michel (Der Michel), on peut monter dans le clocher et avoir un beau point de vue sur la ville

Brême, pépite allemande

À la sortie de Hambourg, le vieux pont de Harburg est une petite découverte sympa à faire avant de retrouver un itinéraire campagnard avec quelques petits passages en forêt. Un petit stop dans la ville de Harburg, avec son vieux quartier historique, vaut le détour. Puis, on prend la route pour Brême, véritable joyau avec sa place centrale magnifique et ses bâtiments typiques.

À Brême, l’ambiance de la ville est détendue et animée, avec de nombreux bars et restaurants. Elle mérite largement son temps de visite. Son hôtel de ville et sa cathédrale sont classés au patrimoine culturel UNESCO. Son ancienne place du marché est ornée de statues et entourées de bâtiments pittoresques et typiques. On se balade aisément dans le centre-ville historique avec ses ruelles étroites. Un petit bonheur !

Que voir à Brême en bref ?

  • Le quartier du Schnoor et ses maisons moyenâgeuses.
  • Son hôtel de ville majestueux sur la place du marché
  • La cathédrale Saint-Pierre
  • L’Universum, musée scientifique en forme de baleine
  • Le parc de Wallanlagen, avec son musée à vent (l’EV3 passe devant à la sortie de la ville)
  • Kladdinger Wiesen : réserve naturelle à la sortie de la ville

Onasbrück, encore une ville très sympa

Onasbrück a peut-être un tout petit moins de cachet que les villes précédentes. Notamment parce qu’elle a souffert de bombardements alliés durant la seconde guerre mondiale, entraînant sa destruction à 60%. Toutefois, son centre-ville garde beaucoup de charme et de traces du passé. Comme c’est le cas pour son hôtel de ville ou encore son impressionnante cathédrale de style roman.

Que voir à Onasbrück ?

  • La cathédrale Saint-Pierre d’Onasbrück
  • Le bâtiment de l’hôtel de ville
  • Les ruelles typiques avec quelques maisons à colombages du centre-ville
  • Le Museum Industriekultur Osnabrück, à Piesburg, à quelques km de l’EV3 avant d’entrer dans la ville.

Münster

Entre Onasbrück et Münster, la route est assez cool. Les paysages commencent un peu à évoluer, même si le manque d’arbres se ressent toujours autant sur l’itinéraire. Nous avons commencé à couper les détours de l’itinéraire pour arriver à Münster plus rapidement.

Münster semble être une place où il fait bon vivre (comme vraiment toutes les villes allemandes que nous avons croisées). Elle peut se targuer de ses 1200 ans d’Histoire et de son titre de « ville de la paix ». Son vieux centre a beaucoup du charme avec ses vieilles bâtisses.

Que voir à Münster ?

  • Son hôtel de ville installé dans une maison baroque du XIIIè siècle.
  • La cathédrale Saint-Paul
  • L’église Saint-Lambert avec son toit orange
  • Le château au coeur du jardin botanique
  • La promenade sur les anciens remparts de la ville (accessible à vélo).

De Münster à Düsseldorf

À partir de Münster, nous sommes tombés sur un canal qui permettait de rejoindre le Rhin (Rhein-Herne Kanal). Nous avons donc décidé de le suivre, canicule faisant, pour avancer un peu sur l’itinéraire. Nous avons trouvé ce choix assez pertinent car tout le monde s’y baignait. Ça nous a permis de piquer régulièrement une tête quand il le fallait. Les campings le long de ce canal sont privés pour la plupart, mais on en trouve toutefois quelques uns. Les arbres ont bien continué à manquer malheureusement.

Nous avons par la suite coupé à nouveau pour arriver plus rapidement à Düsseldorf, ville que l’on souhaitait visiter car l’un de nos amis allemands en est originaire. Arriver sur le Rhin a été un véritable soulagement car l’ambiance change à partir de ce moment là. La route est plus intéressante, plus à l’ombre et les infrastructures pour les cyclistes davantage présentes. À partir de là, nous avons recommencé à aimer notre périple en Allemagne.

Düsseldorf n’est pas une ville exceptionnelle, mais, comme toute ville allemande, elle respire la joie de vivre et la fête. C’est donc son atmosphère de ville paisible qui nous a touchés davantage que les attraits touristiques.

Que voir à Düsseldorf ?

  • La Burgplatz au bord du Rhin. Nous avons dormi à quelques pas, c’était un chouette quartier
  • La promenade le long du Rhin – que suivent l’EuroVelo 15 et l’EuroVelo 3 en même temps.
  • La Königsallee, pour son canal plus que ses magasins 😉

Cologne et sa cathédrale impressionnante

Le long du Rhin, l’EuroVelo 3 en Allemagne prend un tout autre aspect. Les paysages sont plus vallonnés, les arbres recommencent à être présents, les températures sont plus fraîches ! On évolue désormais sur un itinéraire facile à suivre et bien balisé. Il est possible de rejoindre Cologne en une journée. Pour éviter d’avoir à payer un logement (cher dans les villes), nous nous sommes arrêtés à quelques pas de la ville pour la découvrir le lendemain.

L’Histoire de Cologne commence il y a plus de 2000ans. Cette ville est connue pour son eau de toilette mais aussi sa majestueuse cathédrale (XIIIè siècle), classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. D’ailleurs, il s’agit du monument le plus visité d’Allemagne ! Mais la cathédrale ne fait pas le tout et le centre-ville regorge de jolis bâtiments et de lieux à visiter. La ville est d’ailleurs bien plus touristique que celles que nous avons croisées auparavant.

Que voir à Cologne ?

  • La cathédrale de Cologne : malgré la masse de touristes, cela vaut vraiment le coup d’attendre pour la visiter car elle est sublime !
  • Agnesviertel, le vieux centre-ville avec ses ruelles et ses maisons colorées.
  • Le musée du chocolat qui retrace 5000 ans d’histoire
  • Kranhäuser im Rheinauhafen : quartier réhabilité avec modernité (on y passe via l’EuroVelo 3)

Bonn

Passons rapidement sur Bonn tant l’excitation de rejoindre la nature nous a rendus impatients. Bonn est notamment connue pour la maison de Beethoven, mais la ville est un peu moins agréable à vélo que les autres villes allemandes. La route pour y parvenir l’est pourtant avec ses petites collines et ses châteaux que l’on aperçoit depuis la piste cyclable. Nous avons adoré cette partie qui nous a rappelé notre aventure sur l’EuroVelo 6, le long des fleuves (ça a quand même plus d’intérêt que les champs).

Que voir à Bonn ?

  • son centre-ville historique
  • La maison de Beethoven
  • Le château Drachenburg (qui se trouve en hauteur à la sortie de la ville, hors itinéraire)

Le parc national Eifel, poumon vert

Si nous étions si pressés de quitter Bonn, c’est que nous savions que nous allions rejoindre le parc national Eifel avec ses petites villes typiques et son océan de végétation. Véritable poumon vert, les Ardennes allemandes ont des merveilles naturelles et boisées à offrir. L’air rafraîchissant des arbres nous ont soulagés après ces 1000km désertiques (on avait presque fini par se demander si les allemands avaient une dent contre les arbres).

Avant de rejoindre le parc, nous avons fait une petite pause à Rheinbach. C’est une petite ville très animée et plutôt touristique avec une vieille ville magique. Les maisons à colombages et les anciens remparts se mêlent lors de la balade en centre-ville. Puis, en continuant sur l’EuroVelo 3 en Allemagne, nous avons eu un coup de coeur pour l’environnement du lac de Rurtarperre. Il se trouve à proximité de Heimbach, ville très charmante avec ses maisons à colombages et son château qui la domine.

Cette partie jusqu’en Belgique reste le meilleur souvenir de cette traversée 2019 dans le pays.

Que voir dans le parc national Eifel ?

  • Rheinbach
  • Heimbach
  • Randonnées dans le parc (il faut alors poser les vélos, mais ça a l’air de valoir le coup)

Aix-la-Chapelle et sa magnifique cathédrale

Après ce (trop bref) passage dans le parc national Eifel, il ne nous restait qu’une étape sur l’itinéraire : Aix-la-Chapelle. Ville magnifique et animée, cela vaut le coup de s’arrêter une journée pour la visiter. Sa cathédrale vieille de 1200 ans abrite la sépulture de Charlemagne. Mais c’est peut-être davantage son architecture sublime qui amène tant de gens à la visiter. Attention d’ailleurs : à l’entrée, on vous demandera de vous acquitter de quelques euros si par malheur, vous souhaitez la prendre en photo !

Évidemment, la cathédrale n’est pas son seul attrait et l’on peut visiter aisément la ville à pied, profiter de sa bonne ambiance (encore une fois) et se perdre dans les ruelles pittoresques du centre. Les alentours sont vite sauvages donc la sortie de ville se passera tout aussi bien. Le seul point où nous nous sommes perdus, c’est lorsqu’il a fallu arriver en Belgique. La connexion n’étant pas encore réalisée, on a fait du VTT chargés de nos 18 et 25 kg de bagages.

Que voir à Aix-la-Chapelle ?

  • La cathédrale d’Aix-la-Chapelle et son trésor
  • Le centre-ville
  • Les thermes Carolus pour une pause détente
  • Le quartier de Frankenberg avec son château

Bilan de notre aventure sur l’EuroVelo 3 en Allemagne

Comme vous avez pu le noter, l’épopée a été longue pour la partie est de l’itinéraire. Si c’était à refaire, nous partirions certainement le long de la côte avant de dévier vers le Rhin. La fin de l’itinéraire vaut vraiment le coup et nous plonge dans d’autres paysages, beaucoup plus sympas. Le fait de ne pas réussir à suivre simplement les itinéraires locaux nous a peut-être un peu perturbés.

Ceci dit, l’EV3 n’était pas été signalé en Norvège et en Suède non plus, sans que ça nous pose le moindre souci. À vous de juger finalement si vous souhaitez visiter les villes le long de l’itinéraire ou si vous recherchez à voir davantage de paysages différents. On vous conseille de passer toutefois au moins à Hambourg !

Aller plus loin