La ViaRhôna de Seyssel à Lyon en 4 jours

par | Mis à jour le 08/11/2022 | Publié le 16/10/2022 | France | 1 commentaire

Pour une échappée en quelques jours ou le début d’une aventure, parcourir la ViaRhôna de Seyssel à Lyon est la promesse d’une belle escapade. Lovée au cœur des montagnes sur un parcours accessible, les paysages montagneux et les espaces naturels bucoliques s’étendent le long du Rhône. Avec ses villages médiévaux, ses grottes, sa cascade accessible facilement depuis la ViaRhôna, l’étape a tout pour charmer. 

Commencer à Seyssel était facile pour nous. Accessible en TER depuis Lyon (où nous sommes arrivés en bus depuis Turin), la petite ville est un petit coin paradisiaque au bord du fleuve où une ambiance paisible et la joie de vivre règnent. 

La ViaRhôna de Seyssel à Lyon - Massignieu-de-Rives

L’itinéraire de la ViaRhôna de Seyssel à Lyon

Au départ de Seyssel, nous nous élançons le long du Rhône sur une promenade douce et revigorante. Après quelques petites montées, l’itinéraire a peu de dénivelé et évolue en grande majorité sur voie verte. Les indications ne manquent pas. Au programme, un passage au village de Chanaz, un détour possible jusqu’au lac du Bourget et jusqu’aux cascades de Glandieu, une étape magnifique à Morestel puis au coeur des Balcons du Dauphiné, avant de découvrir les grottes de La Balme, le village de Crémieu et Lyon. De quoi bien s’occuper sur ces 180 km ! 

Lové au cœur de la vallée du Rhône, les massifs nous entourent et les points de vue sont à couper le souffle. Par temps dégagé, il est même possible d’aperçevoir le Mont-Blanc au loin.

Infos pratiques sur la ViaRhôna de Seyssel à Lyon

180 km

2 à 4 jours

Itinéraire en grande majorité asphalté

Tous vélos

Itinéraire balisé dans les deux sens

Niveau débutant

Dénivelé :

+ 760m

– 850 m 

La portion de ViaRhôna de Seyssel à Lyon est facile. Vous rencontrerez quelques petites montées au tout début, aux alentours des balcons du Dauphiné puis sur les routes partagées avant Lyon. Toutefois le niveau reste très abordable avec une très grande majorité de pistes cyclables. 

De plus, certaines portions empruntées étaient aujourd’hui en travaux pour proposer une alternative aux cyclistes le long du chemin de halage du Rhône. La ViaRhôna est donc encore en cours d’amélioration. 

Nous avons écrit un beau guide pratique sur la ViaRhôna en général avec de nombreuses informations sur l’équipement, le sens recommandé, les accès à l’itinéraire, etc. Nous vous recommandons d’y jeter un œil pour compléter cet article !

ViaRhôna- Arles
ViaRhôna, sortie Andancette

Portion accessible aux familles ?

Oui tout à fait, la ViaRhôna de Seyssel à Lyon est un itinéraire familial. Comme précisé plus haut, le dénivelé est abordable et la majorité de l’itinéraire est sécurisé. Nous avons d’ailleurs rencontré beaucoup de familles et d’enfants sur les pistes.

Comment accéder à Seyssel ?

C’est tout simple : en TER depuis Lyon ou Genève. Les TER sont récents et accessibles facilement avec un vélo. En revanche, il est préférable d’éviter les heures de pointe pour ne pas se retrouver dans un wagon surchargé !

Quel sens privilégier pour la ViaRhôna de Seyssel à Lyon ?

D’une manière générale, la ViaRhôna est plus simple dans le sens nord-sud. Mais pour cette portion, le vent était souvent présent dans les vallées et a quasiment toujours été de face lors de notre passage. Bien entendu cela peut tourner selon les jours et, à priori, il souffle plutôt du nord en temps normal. Je pense donc qu’un sens ou l’autre peut faire l’affaire car cela va être totalement lié au hasard de la météo. Vérifiez peut-être les prévisions avant le départ si vous partez pour un week-end.

 

Où trouver davantage d’informations ?

N’hésitez pas à récupérer gratuitement la carte complète et détaillée de l’itinéraire entre Genève et Lyon, disponible dans tous les offices de tourisme le long de la ViaRhôna et dans quelques hébergements.

Vous trouverez également des informations complémentaires sur ces différents sites :

Que voir sur la ViaRhôna entre Seyssel et Lyon ? 

Portion très visuelle de l’itinéraire, la ViaRhôna de Seyssel à Lyon est à elle-seule un vrai délice. Le long du fleuve, au cœur de la vallée, les montagnes offrent de magnifiques panoramas. C’est donc une étape en pleine nature qui peut se compléter avec des échappées au cœur des massifs, à pied ou à vélo. Sur la route, des villages pittoresques offrent de belles visites aux passionnés d’Histoire et de patrimoine. Lyon constitue bien évidemment une étape phare de la véloroute et mérite également de prendre le temps de s’échapper dans la ville (à vélo bien entendu).

Retrouvez nos autres articles sur la ViaRhôna

Nous avons parcouru 700 km sur la ViaRhôna. Partis de Seyssel pour rejoindre la mer, les dossiers sur l’itinéraire ont été scindés en 4 articles afin de vous fournir toutes les informations pratiques et de visites pour préparer votre aventure !

Les kilomètres indiqués à chacune de nos étapes ci-dessous correspondent au kilométrage affiché sur nos compteurs le soir. Lorsque vous préparez votre itinéraire sur la ViaRhôna, n’hésitez pas à prévoir un kilométrage complémentaire par rapport aux chiffres indiqués, surtout si vous souhaitez visiter les lieux sur votre chemin. Pour preuve, nous avons parcouru 228 km sur la ViaRhôna de Seyssel à Lyon au lieu des 181 km estimés, soit environ 25% de plus.

1. De Seyssel à Massignieu-de-Rives – 45km

Après une journée de transport depuis l’Italie, nous arrivons à Seyssel avec bonheur. Scindée en deux communes du même nom par le Rhône, Seyssel nous fait déjà une bonne impression. D’un côté cité médiévale anciennement entourée de remparts et de l’autre cité commerçante aux maisons renaissances, ces anciennes villes, frontière entre la Savoie et la France, étaient connues pour le commerce. Ici les bateaux s’acheminaient sans remonter plus loin sur le fleuve. À deux pas, une zone classée Natura 2000 accueille une grande variété d’oiseaux qu’il fait bon admirer à l’occasion d’une belle balade en bateau.

Pour celles et ceux qui souhaitent combiner le voyage à vélo et la randonnée, une bonne option peut être de se rendre à pied jusqu’en haut du massif du Grand Colombier où la vue est splendide. En continuant un peu plus au sud sur la ViaRhôna, les paysages spectaculaires s’enchaînent. Il est tout à fait possible de profiter de l’espace Sport Nature du Fier à Motz avant de se rendre à Vions où la guinguette est absolument géniale.

Nous sommes passés à Vions à l’occasion du Code Source où des artistes très créatifs se sont penchés sur la thématique des crues du Rhône. Avec jacuzzi dans une voiture, expérience 3D et œuvres d’art, la pause était vraiment chouette.

Plus loin, c’est le village de Chanaz qui nous offre une autre belle étape sur la ViaRhôna. Bordant le canal de Savières, cette Petite Cité de Caractère est magique avec ses ruelles pittoresques. Ses bâtisses au bord de l’eau lui valent le surnom de “Petite Venise Savoyarde”. Porte d’entrée du splendide lac du Bourget connecté par le canal, elle permet de s’y rendre soit en bateau, soit à vélo (+12 km aller-retour jusqu’à Conjux). Quelques kilomètres nous séparent encore de notre étape du soir à Massignieu-de-Rives, au bord du lac du Lit du Roi. 

Les points d’intérêts de l’étape en bref :

  • Seyssel, son vieux-centre, ses balades en bateau
  • Motz et son Espace Sport Nature du Fier
  • Vions, sa guinguette au bord de l’étang bleu
  • Chanaz, villages aux ruelles pittoresques
  • Le Lac du Bourget

Où dormir sur cette étape ?

À Seyssel (côté Haute-Savoie), l’hôtel-restaurant Au Fil de l’Eau propose des chambres confortables et simples disposant de terrasses exceptionnelles avec vue sur le fleuve et Seyssel (côté Ain). Avec un espace sécurisé pour les vélos et un excellent restaurant, la pause est très agréable.
À Chanaz : avec ses hébergements insolites et à deux pas du village de Chanaz, le camping Le Domaine des Îles nous a fait de l’œil. Quelques hébergements sont proposés pour les cyclistes.
À Massignieu-de-Rives, le camping du Lit du Roi propose des emplacements mais aussi tipis ou tentes bivouac sur pilotis dédiés aux cyclistes et randonneurs. Adhérant à la marque Accueil Vélo, le personnel est super sympa et l’ambiance festive. Ceci dit, on vous recommande de prendre, si possible, un emplacement un peu plus loin de l’accueil et du restaurant du camping car il y a régulièrement des soirées organisées !

Où manger sur cette étape ?

  • À Seyssel, l’hôtel-restaurant Au Fil de l’Eau, où nous avons dégusté de très bonnes quenelles de Féra et une délicieuse faisselle ! Des plats typiques de la région en somme !
  • À Vions, à la guinguette de l’Etang Bleu. Les tarifs sont un peu plus élevés que dans la moyenne, mais on y mange super bien avec de bons produits frais et locaux. Tout cela, sans compter la vue splendide depuis la terrasse. 
  • À Massignieu-de-Rives, le camping du Lit du Roi a un restaurant avec une carte super étendue. On y mange bien, avec des assiettes très copieuses. On recommande à ceux qui ont fait une très longue étape dans la journée !

 

Restaurant le Bella Vista - Venanson Restaurant le Bella Vista - Venanson

2. De Massignieu-de-Rives à Morestel – 58 km

Au départ du camping, la ViaRhôna est superbe en bordure du lac. Si vous avez le temps de faire le détour, Belley, capitale du Bugey, est une belle cité historique à découvrir. Nous passons également par l’agréable port de Virignin avant d’atteindre la magnifique passerelle qui relie Virignin et La Balme. À Brégnier-Cordon, situé dans un cadre naturel exceptionnel, nous faisons une déviation pour aller admirer la cascade de Glandieu. Même en période de sécheresse, le site est magnifique ! J’imagine l’ambiance au printemps, lorsque l’eau est abondante.

Avant la cascade, un détour que nous avons manqué nous a été très recommandé : la Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés. L’histoire est saisissante. Accueillis dans ce “havre de paix” durant la seconde guerre mondiale alors que la région est sous occupation italienne, les enfants ont été déportés et exterminés en 1944, après la capitulation de l’Italie, passant alors la région sous occupation allemande. 

À Brangues, nous passons devant le château dont la construction a débuté au XIVème siècle. Domaine privé qui se visite uniquement à l’occasion des journées du Patrimoine, il a été la propriété de l’écrivain Paul Claudel. Depuis la ViaRhôna nous avons une belle vue sur l’édifice. Village des écrivains, Stendhal s’est également inspiré de “l’affaire Berthet” qui s’est déroulée à Brangues, pour son oeuvre “Le Rouge et le Noir”. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à visiter l’espace d’exposition sur place. 

Après l’écriture, place à la peinture. Surnommée la “cité des peintres”, Morestel est un ancien village médiéval au charme fou. Très photogénique, cette cité pittoresque se visite à pied pour profiter de ses galeries d’Art ou de la Maison Ravier, ancienne résidence de l’artiste pré-impressionniste. Avec les vestiges de son ancienne tour médiévale, d’où le point de vue est superbe, son église Saint-Symphorien et son hôtel de ville en forme de coque de bateau renversée, Morestel est définitivement une jolie étape à ne pas manquer !

Les points d’intérêts de l’étape en bref :

  • Belley, la capitale du Bugey
  • La cascade de Glandieu
  • La Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés
  • L’espace d’exposition Claudel-Stendhal à Brangues
  • Morestel, cité des peintres

Où dormir sur cette étape ?

À Morestel : dans une belle propriété, le studio d’hôtes est un petit havre de paix avec son jardin et son studio entièrement rénové avec goût. Une petite cuisine bien équipée permet de se cuisiner un bon petit plat le soir.

3. De Morestel à Saint-Romain-de-Jalionas – 67 km

Au petit matin, nous avons comme une envie de dévier vers la belle cité médiévale de Crémieu. Toutefois la ViaRhôna longe une boucle du Rhône qui mérite le détour, avec l’un des plus beaux sites du Bugey. Nous envisageons donc d’aller à Crémieu plutôt le soir lorsque nous serons de l’autre côté du méandre. Un peu éloignés du fleuve à la sortie de Morestel, nous évoluons près des étangs de la Serre, un espace naturel sensible magnifique niché au cœur des Balcons du Dauphiné. 

Nous retrouvons le Rhône après une quinzaine de kilomètres légèrement vallonnés et rencontrons un vent de face plutôt difficile. Sur la route, le village Saint-Sorlin-en-Bugey a l’air d’une belle étape, notamment pour sa fresque médiévale classée et réalisée sur la façade de la maison Saint-Christophe. De notre côté, nous avons continué notre chemin pour aller visiter les grottes de la Balme, un immanquable sur l’itinéraire de la ViaRhôna. 

La visite des grottes de la Balme

Avec ses deux chapelles situées dans l’entrée des grottes, l’ambiance des lieux est déjà très surprenante. Nous sommes accueillis par Eddie qui nous guide à travers les labyrinthes formés par l’eau il y a de ça des millions d’années. À l’intérieur de la falaise, nous montons au cœur des galeries immenses pour nous approcher du lac souterrain et de la rivière qui forme aujourd’hui des petits bassins à l’eau transparente. 

Non loin, des formations géologiques ont créé des statues naturelles fascinantes où les chauves-souris passent de temps à autre. Car oui, la grotte accueille 4 espèces de chauve-souris, dont certaines rares, avec près de 1100 individus. Pour les moins claustrophobes, la visite se termine par une balade à travers des galeries très étroites et palpitantes ! Nous y avons passé 2h30 sans sentir le temps passer.

Grottes de la Balme - ViaRhôna
Grottes de la Balme
Grottes de la Balme - ViaRhôna
Grottes de la Balme
Grottes de la Balme - ViaRhôna

Après cette belle visite, nous avons pris la route en direction de Saint-Romain-de-Jalionas où nous avons dormi dans un logement insolite absolument unique. Nous avions envie de visiter Crémieu, toutefois mon vélo a eu un gros souci suite, je suppose, à ma crevaison en Corrèze suite à un grand choc. Nous sommes donc arrivés trop tard pour faire le détour de 10 km depuis le camping, un peu déçus mais des étoiles plein les yeux tout de même.

Les points d’intérêts de l’étape en bref :

  • Les étangs de la Serre
  • Saint-Sorlin-en-Bugey, sa fresque
  • Les grottes de la Balme
  • Crémieu, cité médiévale

Où dormir sur cette étape ?

À Saint-Romain-de-Jalionas, le camping de la Ferme des Épinettes est une superbe étape à quelques kilomètres seulement de Crémieu. Avec ses hébergements insolites, dont certains dédiés aux cyclistes et randonneurs, l’expérience est top. Sur place, il est même possible de réserver le spa gratuitement pour un moment détente. Nous avons dormi dans le Kota Dream, une cabane en bois montée sur pilotis avec fenêtres donnant sur les étoiles. Un peu à l’écart des emplacements, on se sent seul dans la nature. Bien aménagé et super mignon, le Kota Dream est vraiment chouette. Un gros coup de cœur pour cette expérience ! Deux autres points nous donnent l’envie de vous recommander encore davantage cette adresse : les douches et WC sont vraiment propres et confortables et le camping est à taille humaine, plutôt familial. Une étape excellente pour les cyclistes.
Kota Dream - Saint-Romain-de-Jalionas Kota Dream - Saint-Romain-de-Jalionas - ViaRhôna

4. De Saint-Romain-de-Jalionas à Lyon – 58 km

Au départ du camping, je suis un peu stressée par cette histoire de roue cassée sur mon RT520. Nous ne sommes pas en mesure de la réparer nous-même, le problème se situant dans les roulements. Le premier réparateur est à Lyon, nous croisons donc les doigts pour que ça tienne jusque là. L’étape se déroule en partie sur voies partagées, sur environ 15 km. À l’approche de Lyon et notamment de l’aéroport Saint-Exupéry qui ne se situe pas très loin, les lieux sont plus urbanisés, les communes plus étendues. Nous faisons le détour vers la confluence de l’Ain et du Rhône qui forme un bel espace naturel avant de rejoindre les bords du canal de Jonage et le lac des Eaux Bleues où l’on aperçoit, au loin, le Mont-Blanc que l’on prend d’abord pour un nuage. 

Cela m’étonne toujours, lorsqu’à l’approche d’une grande métropole nous évoluons au fil de l’eau sur un itinéraire paisible. L’entrée dans Lyon par la ViaRhôna fait partie de ces belles étapes où l’on ne ressent la proximité de la grande ville que par une fréquentation croissante d’autres cyclistes et piétons. À l’entrée, nous dévions par le vaste parc de la Tête d’Or sur le conseil de Patrice (qui nous a accompagnés sur cette étape) où l’on trouve roseraies, jardins botanique et zoologique et arbres centenaires. 

Si la roue de mon vélo tient encore, il est important de la changer d’urgence. Seulement, avec mon axe traversant et mes freins à disque, la recherche d’une pièce de rechange s’annonce plus compliquée que prévue. Après avoir appelé une grande partie des vélocistes situés à proximité du vieux Lyon (soit une bonne vingtaine), nous trouvons la perle rare chez Lepape qui nous prend en charge tout de suite. Merci à eux !

Lyon, une ville cyclable

Nous étions déjà passés à Lyon à vélo à l’occasion d’un transit et nous avions été surpris de pouvoir rouler assez facilement. Malgré la vitesse des autres cyclistes pressés par le quotidien citadin, les axes sont vraiment roulants et de nombreuses pistes cyclables permettent de sillonner la ville. Seul l’accès à la colline de la Croix-Rousse semble bien raide à vélo ! Avec ses parcs, ses tunnels dédiés aux cyclistes, ses bords de Saône et de Rhône, la ville a su se doter d’une belle infrastructure.

Nous avons toutefois lâché nos vélos pour aller visiter le Vieux-Lyon à pied. En 2h, nous n’avons pas eu le temps de voir grand chose, seulement quelques traboules (passages secrets) au coeur des belles ruelles de la ville, la magnifique basilique de Notre-Dame de Fourvière avec son superbe point de vue (nous avons encore vu le Mont-Blanc) et les théâtres antiques. Un avant-goût de Lyon qui nous a donné l’envie de revenir sans faute. Si vous ne connaissez pas Lyon, je vous conseille de prévoir au moins 2 jours sur place. La ville est splendide !

Les points d’intérêts de l’étape en bref :

  • La confluence du Rhône et de l’Ain
  • Le lac des Eaux Bleues au sein du Grand Parc de Miribel-Jonage
  • Le parc de la Tête d’Or à Lyon
  • Lyon, ses collines, sa basilique, son vieux-centre

Où dormir à Lyon avec un vélo ?

Au Collège Hôtel, adhérant à la marque Accueil Vélo, vous vivrez une belle expérience. À fond dans sa thématique avec un look rétro, l’hôtel reprend tous les codes des vieilles écoles : tables, sièges, bibliothèques, salles de classe (pour les conférences / séminaires d’entreprise) et même les chambres sont décorées avec de nombreux clins d’œil. Notre chambre offrait également une sacrée belle vue sur la ville ! Avec une démarche zéro déchet et durable, le petit déjeuner est excellent. Aussi, l’accès au parking sécurisé vélo / voiture se fait par un énorme ascenseur ! C’est la première fois que nous voyons ça ! 

College Hotel - Lyon - Accueil Vélo College Hotel - Lyon

Notre avis sur la ViaRhôna de Seyssel à Lyon

Nombreux sont ceux qui nous ont dit que la partie de la ViaRhôna de Seyssel à Lyon était la plus belle. C’est vrai qu’elle est très scénique. Avec le Rhône à la couleur turquoise (c’est rare qu’un fleuve soit si beau) et ses montagnes, l’étape a tout pour séduire. Les nombreux points d’intérêts au bord de la véloroute ajoutent un véritable plus à l’expérience. 

Pour notre part, nous avons trouvé cette portion vraiment magnifique, facile aussi. Elle est abordable pour toute la famille et offre de superbes points de vue. Vous l’avez sans doute ressenti dans cet article, nous avons été complètement charmés par l’expérience. C’est donc un itinéraire que nous vous recommandons sans hésiter !

Retrouvez nos autres articles sur la ViaRhôna

Pour mieux préparer votre voyage sur la ViaRhôna, nous avons réalisé plusieurs dossiers pour vous aider. Retrouvez notre guide pratique et les autres étapes au sud de Lyon ci-dessous. Bonne route !

Note : cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Auvergne Rhône-Alpes tourisme, la ViaRhôna et les offices de tourisme partenaires. Nous relatons cette expérience telle que nous l’avons vécue et restons libres du contenu de cet article.

Ces articles vous intéresseront aussi 

1 Commentaire

  1. Briot

    Un bel article qui reflete exactement la réalité du parcours. Moi qui connaît cet itinéraire, je peux vs dire que ceux qui n’ont pas cette chance,seront impeccablement renseignés.
    Ce fut un honneur et surtout un immense plaisir de vs accompagner pour cette arrivé dans la capitale des Gaules. Passez un bon hiver dans le Piémont et reposez vs bien en compagnie du grand Loulou aux grandes oreilles.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google translate »