La ViaRhôna de Lyon à Avignon en 6 jours

par | Mis à jour le 23/10/2022 | Publié le 21/10/2022 | France | 0 commentaires

Rejoindre la Provence à travers vignobles, cités historiques et villages médiévaux en alliant le tout avec le plaisir de rouler, c’est ce que l’on vous propose aujourd’hui avec notre itinéraire sur la ViaRhôna de Lyon à Avignon. Une sortie d’une petite semaine pleine de belles surprises, de dégustations et de lieux emblématiques. 

Entre ses paysages où monts et montagnes apparaissent toujours en fond, la vallée du Rhône est paisible, accessible et facile à pratiquer à vélo, peu importe la bicyclette choisie. Pour sortir de Lyon, nous avons toutefois suivi les recommandations et pris un train pour Givors. Les départs sont nombreux à partir de Lyon et évitent de prendre la portion encore en cours de construction de la ViaRhôna dans la surnommée “vallée de la chimie”. 

Nous avons effectué ce voyage à la mi-septembre, au tout début de l’automne en savourant l’arrière-saison et la baisse de fréquentation de l’itinéraire chaque instant !

L’itinéraire de la ViaRhôna de Lyon à Avignon

Au fil du fleuve, la ViaRhôna de Lyon à Avignon s’étend sur environ 290 km. Entièrement développée (quelques portions de la véloroute sont encore en cours d’amélioration), c’est majoritairement un ensemble de voies vertes qui s’offrent à vous. Au passage, vous découvrirez Vienne, Tain-l’Hermitage, Andancette, Valence, Beauchastel, la Voulte-sur-Rhône, Cruas, Rochemaure, Montélimar, la forteresse de Mornas, Orange, Caderousse et Avignon. Autant de points d’intérêts superbes sur la route qui animeront vos journées. 

L’itinéraire de la ViaRhôna vous permet d’accéder à ces beaux endroits. Toutefois, prévoyez toujours quelques kilomètres supplémentaires dans la préparation de votre parcours pour avoir le temps de les explorer !

Infos pratiques sur la ViaRhôna de Lyon à Avignon

287 km

3 à 6 jours

Itinéraire en grande majorité asphalté

Tous vélos

Itinéraire balisé dans les deux sens

Parcours facile

Dénivelé :  

+ 650m

– 810 m

Rencontrer 650m de dénivelé positif sur une portion de 290 km, c’est plutôt bon signe. Cela veut dire que vous ne rencontrerez pas de montées ou si peu. Globalement la ViaRhôna est l’un des itinéraires les plus faciles que nous ayons testés. À noter toutefois que le Rhône se trouve bien souvent en contrebas des points d’intérêts. Certains lieux comme Beauchastel (de manière modérée), Cruas, Rochemaure ou la forteresse de Mornas demanderont quelques efforts pour y accéder (pour la plupart, mieux vaut même lâcher le vélo). 

À voir si vous souhaitez les explorer à pied, ce qui est souvent plus pratique, ou si vous préférez tenter d’aller sur les lieux à vélo lorsque cela est possible et autorisé. Notez aussi que de nombreux villages disposent de boxes à vélo où il est possible de laisser votre monture avec ses bagages pour continuer à pied.

Nous avons écrit un beau guide pratique sur la ViaRhôna en général avec de nombreuses informations sur l’équipement, le sens recommandé, les accès à l’itinéraire, etc. Nous vous recommandons d’y jeter un œil pour compléter cet article !

ViaRhôna- Arles
ViaRhôna, sortie Andancette

Cette portion de la ViaRhôna est-elle accessible aux familles ?

Oui tout à fait, la ViaRhôna de Lyon à Avignon est un itinéraire familial. Le dénivelé est abordable et la majorité de l’itinéraire est sécurisé. Actuellement en cours de travaux, une portion reste toutefois un peu plus compliquée avec des enfants : l’entrée d’Avignon. Avec plus de circulation et un itinéraire en voie partagée, ce n’est pas idéal mais cela ne dure pas longtemps. Une alternative plus sécurisée devrait voir le jour pour l’été 2023 grâce à une passerelle qui permettra d’évoluer plus paisiblement.

Comment accéder à l’itinéraire avec un vélo ?

Des TGV acceptent désormais les vélos sur la ligne Paris – Lyon avec un supplément. Attention, ce n’est pas le cas du nouveau concurrent Trenitalia. S’il ne reste pas d’options pour embarquer votre vélo, il est aussi possible d’opter pour le démontage un peu contraignant pour prendre le train ou d’opter pour un Flixbus. Une méthode un peu moins fiable car cela nous est arrivé à 3 reprises que le bus arrive sans son porte-vélos, même si nous l’avions réservé sur ce critère. Toutefois nous avons toujours réussi à monter à bord après négociations. 

Au départ de Lyon, de nombreux TER acceptent les vélos. Il est aisé de se rendre à Givors, Vienne ou Valence. 

Plus au sud, les TER se sont adaptés à la demande. En Provence, les trains régionaux sont plus anciens, la montée à bord est donc moins facile mais cela se fait bien et de nombreuses places pour les vélos sont disponibles.

Quel sens privilégier sur la ViaRhôna de Lyon à Avignon ?

Nous sommes peut-être trop influencés par notre propre expérience, mais nous conseillons de loin le sens nord-sud. Nous avons vécu une belle expérience de plusieurs jours avec un vent fort de dos. Même pas besoin d’appuyer sur les pédales pour avancer ! En revanche, d’après les retours que nous avons lus, le vent est généralement ouest. Nous avons peut-être vécu une exception !

Où trouver davantage d’informations ?

N’hésitez pas à vous rendrez dans les offices de tourisme le long de la ViaRhôna, où vous trouverez de nombreuses informations complémentaires sur l’itinéraire.

Vous trouverez également des informations sur ces différents sites :

    Voyager à vélo clés en main 

    Pour vous aider à vous lancer, plusieurs agences vous accompagnent en proposant des séjours sur les plus beaux itinéraires vélo de France et d’Europe. Une solution idéale pour commencer la pratique du voyage à vélo !

    Nous vous proposons ici 2 agences sérieuses et spécialisées dans l’itinérance douce :

    Que voir sur la ViaRhôna de Lyon à Avignon ?

    La ViaRhôna de Lyon à Avignon est pleine de petites pépites, de villages au charme fou, de châteaux perchés sur leurs promontoires rocheux. Il y a de quoi faire sur l’itinéraire. Nous avons parcouru cette portion en 7 jours, dont un jour de pause à Valence. Il faut savoir que nous avions commencé notre voyage sur la ViaRhôna à Seyssel, au nord de Lyon, nous avons simplement découpé nos articles en 3 parties pour éviter qu’ils soient trop longs. 

    Les 6 journées pédalées sur cette portion de la ViaRhôna étaient très larges car l’itinéraire est facile. Nous aurions pu faire des étapes plus longues si nous n’avions pas planifié tout le voyage et réservé tous les hébergements avant notre départ ! En revanche, nous avons beaucoup apprécié ce rythme aussi car nous avons eu le temps de visiter et avons tout de même dû laisser passer quelques belles étapes comme Montélimar ou le site archéologique de Soyons.

    Retrouvez nos autres articles sur la ViaRhôna

    Nous avons parcouru 700 km sur la ViaRhôna. Partis de Seyssel pour rejoindre la mer, les dossiers sur l’itinéraire ont été scindés en 4 articles afin de vous fournir toutes les informations pratiques et de visites pour préparer votre aventure !

    Les kilomètres indiqués à chacune de nos étapes ci-dessous correspondent au kilométrage affiché sur nos compteurs le soir. Lorsque vous préparez votre itinéraire sur la ViaRhôna, n’hésitez pas à prévoir un kilométrage complémentaire par rapport aux chiffres indiqués, surtout si vous souhaitez visiter les lieux sur votre chemin. Nous avons parcouru 319 km sur la ViaRhôna de Lyon à Avignon au lieu des 262 km estimés (on a retiré 25 km du total pour la partie en train entre Lyon et Givors), soit environ 20% de plus.

    1. De Lyon à Andancette : 67km

    Au départ de Lyon, il était prévu de prendre un train pour Vienne mais ce dernier a été annulé. Nous avons donc adapté nos plans pour nous rendre à Givors. C’est finalement une bonne option car nous récupérons très vite la ViaRhôna et sommes déjà sur un tracé largement développé. 
    Première étape de cette journée, la visite de Vienne, labellisée Ville d’Art et d’Histoire. Une belle cité avec des vestiges antiques bien préservés qui rendent la balade fort agréable. Avec ses ruelles, ses cafés, on y passerait facilement la journée. Pour compléter la visite, juste en face de Vienne, le musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal et son site archéologique permettent de mieux comprendre l’histoire de la ville.

    Autour de Vienne, les premiers vignobles apparaissent. Plus au sud, Ampuis est célèbre pour ses cépages présents depuis 2000 ans sur la Côte-Rôtie. Pour les plus motivés, une visite à vélo peut s’entreprendre, mais le dénivelé est fort. Par la suite, l’île du Beurre est une petite portion bien agréable au cœur d’une réserve naturelle. Sur place, on retrouve des centres d’observation pour oiseaux et castors qui sortent plutôt à la tombée de la nuit. Quant à nous, c’est un écureuil qui vient se mêler à notre déambulation en traversant la piste devant nous.

    Après être passés devant le superbe village de Saint-Pierre-de-Boeuf, nous arrivons à Andancette, petite commune charmante et paisible de la Drôme où le Rhône est splendide. Face à elle, Andance, en Ardèche, est jolie à observer.

     Situé à une vingtaine de kilomètres d’Andancette, vous trouverez le Palais Idéal du Facteur Cheval, un lieux fascinant créé par un seul homme, sans connaissance architecturale, durant son temps libre ! Il n’y a pas spécialement d’itinéraire cyclable pour y aller, mais pour les passionnés, le lieu a l’air de valoir le détour !

    Les points d’intérêts de l’étape en bref :

    • Musée Gallo-Romain, Saint-Romain-en-Gal
    • Vienne, son temple romain, ses vestiges
    • Ampuis, ses vignobles AOC Côte-Rotie
    • Centre d’observation de L’île du Beurre
    • Saint-Pierre-de-Boeuf

    Où dormir sur le parcours ?

    À Andancette, à la Villa Rhôna (Accueil Vélo) où Brigitte nous accueille chaleureusement dans sa belle demeure face au Rhône et au village d’Andance. On peut profiter d’une pause agréable autour de la piscine ou dans ses vastes chambres et espaces communs. À l’occasion, Brigitte propose également de faire table d’hôtes. Nous avons eu la chance d’en profiter en compagnie de Julia, une cycliste allemande venue découvrir la région !

     

    Villa Rhôna à Andancette Villa Rhôna à Andancette

    2. D’Andancette à Valence – 62 km

    Au départ d’Andancette, la route est vraiment agréable au bord du Rhône avec de beaux points de vue sur les vergers et sur les vignes perchées sur les coteaux. Nous évoluons plutôt rapidement pour aller visiter la cité du chocolat ValRhona à Tain-l’Hermitage. C’est ici que nous apprendrons la réelle différence entre chocolat blanc, au lait et noir. C’est un peu bête, mais nous ne nous étions jamais vraiment posé la question ! 

    Véritable festival de saveurs, nous dégustons avec plaisir les petits carrés à base de cacao et découvrons davantage sur cette chocolaterie qui a fait la réputation de la ville. Dans le musée, œuvres d’art en chocolat et explications de la fabrication nous fascinent. Mais après avoir pris tant de calories, il est temps pour nous d’aller les dépenser. Nous tardons à Tain pour monter la route des Belvédères. C’est un petit défi qui s’offre à nous tant la pente est rude. Nous sommes heureusement bien récompensés au sommet avec la belle vue offerte auprès de la Chapelle Saint-Christophe. S’il vous reste du temps, n’hésitez pas à en profiter pour visiter les différentes caves de la ville !

    Après cette charmante escapade dans les vignes, nous prenons la direction de Valence. L’entrée dans la ville est pour le moment un poil compliquée mais la ViaRhôna sera très prochainement déviée. Valence est une ville vivante, située dans un environnement très sympa !

    Visite de Valence

    Avec sa belle cathédrale romane du XIème siècle, plus ancien monument de la ville (en travaux lors de notre passage), ses ruelles anciennes, sa maison des têtes, célèbre pour sa façade sculptée et sa vie commerçante, le centre-ville a beaucoup de charme. On y trouve un large éventail de restaurants, de toutes cultures culinaires, pour réveiller nos papilles.
    Non loin du centre, le Champ de Mars, sur lequel a été édifié un beau kiosque à musique au XIXème siècle, offre une belle vue sur le Parc Jouvet et les environs. Le parc Jouvet est un petit poumon vert dans la ville, avec ses grandes pelouses, offrant une balade agréable. D’autres parcs accolés à ce dernier sont tout aussi chouettes. Le parc Itchevan, le parc de l’Épervière et le parc des Trinitaires où l’on trouve un bassin pour se rafraîchir et de belles œuvres de Street Art (et même les anciennes latrines des sœurs).

    Les points d’intérêts de l’étape en bref :

    • la cité du chocolat ValRhona – Tain l’Hermitage
    • la route des Belvédères 
    • Valence, son vieux centre, ses parcs, son port

    Où dormir à Valence ?

    Au Vélogîte Valence ! Tenu par Bruno et Marianne, le gîte est unique car il est dédié davantage aux cyclistes (mais pas que) avec un service adapté : de quoi réparer son vélo, une cuisine commune, une belle terrasse et plusieurs dortoirs de 2 à 5 personnes. À 20€ la nuitée par personne, c’est une étape où l’on est sûr de pouvoir rencontrer du monde et d’échanger sur nos expériences communes autour d’un dîner. Nous y sommes restés deux nuits, c’était vraiment chouette de faire enfin la connaissance de Bruno, de Marianne puis de Nathalie Courtet, présente dans le gîte en même temps que nous (on a déjà parlé de ses livres de voyage sur ce blog) !  
    Vélogîte Valence Vélogîte Valence

    3. De Valence à Baix – 43 km

    C’est une petite étape qui s’offre à nous pour cette journée de reprise après la pause bienvenue. Le départ de Valence est aisé avec un passage au port de l’Epervière puis sous un pont chargé de street-art. Il a plu dans la nuit, ce qui nous donne des lumières magiques. 
    Nous arrivons vite à Soyons où nous faisons une première pause café bien agréable à La Gare, réhabilitée en café, restaurant, bibliothèque et hébergements pour cyclistes et randonneurs. C’est un peu tôt pour la pause, mais les lieux la méritent bien. En faisant le détour dans la ville historique, il est aussi possible de visiter le site archéologique de Soyons, avec sa grotte de Néron qui a été habitée par l’homme de Néanderthal.

    Non loin, nous arrivons rapidement à Beauchastel, le village coup de cœur accroché sur son éperon rocheux. Ses ruelles sont magnifiques, couvertes par des arches créées entre les habitations et abritant le promeneur en cas de fortes chaleurs. Nous délaissons les vélos pour monter jusqu’aux vestiges du château dont il ne reste guère que la tour. Elle est située au sommet du village d’où nous apprécions la vue.

    La Voulte-sur-Rhône est également une belle cité située plus au sud de la ViaRhôna. Ouvert uniquement en saison et à l’occasion de visites guidées, son château conserve des vestiges bien préservés, même s’il a subi des dégâts durant la Seconde Guerre Mondiale. Il surplombe le bourg castral dans lequel il est possible de déambuler à pied (des casiers à vélo sont mis à dispo à proximité de la voie verte). La Voulte-sur-Rhône est aussi le point de départ de la Dolce Via, une véloroute qui nous a vivement été conseillée.

    Après avoir enjambé la Drôme à deux pas de la confluence entre le Rhône et la rivière, l’étape est paisible au cœur de la vallée avant de rejoindre Baix.

    Les points d’intérêts de l’étape en bref :

    • Le port de l’Epervière
    • Soyons et son site archéologique
    • Beauchastel, village de caractère
    • La Voulte-sur-Rhône et son château
    • La Dolce Via
    • La confluence de la Drôme et du Rhône

    Où dormir et manger à Baix ?

    Au bistrot de pays Le Préau de Baix, un gîte d’étape bien pensé pour les cyclistes avec un grand espace spécialement aménagé pour les vélos et des chambres confortables avec au choix dortoir, chambres doubles ou familiales. S’il est possible d’utiliser la cuisine commune et de profiter de la belle terrasse avec une vue sur le Rhône (Denni a cru y voir un castor à la tombée de la nuit, mais il n’en est pas sûr), sur place un restaurant propose une carte de saison selon les envies du chef. Ainsi Denni a pu goûter la caillette, une spécialité ardéchoise dont il parle encore. Le personnel est très sympa et aux petits soins, nous vous recommandons cette adresse !  
    Le Préau de Baix Restaurant-gîte

    4. De Baix à Bourg-Saint-Andéol : 60 km

    Au départ de Baix, les lumières sont douces et agréables pour cette nouvelle matinée sur la ViaRhôna. Il fait frais, il a plu la nuit précédente, mais nous sommes à nouveau passés entre les gouttes. Pour cette journée, il va nous falloir faire des choix sur nos visites : il y a tant de choses à voir sur la route ! 

    La voie verte est toute calme, c’est agréable. Nous arrivons après quelques kilomètres à Cruas, avec sa majestueuse abbatiale, joyau de l’art roman, érigée sur les ruines d’une ancienne villa romaine. Elle abrite une rare tribune monastique et une crypte du début du Xème siècle. Sa visite est payante (4€ par personne). Des belles ruelles du village médiéval, situées en hauteur par rapport à l’abbatiale, nous avons de bons points de vue sur la vallée.

    À Rochemaure, nous délaissons les vélos pour continuer à pied dans les dédales du village médiéval avec son château perché sur son promontoire rocheux formé par la lave d’un volcan. Il nous faudra une bonne demi-heure de marche pour l’atteindre, non sans quelques belles suées. Manque de chance, le château n’est ouvert à la visite qu’en été ! Heureusement les points de vue sont superbes. À la sortie de Rochemaure, la ViaRhôna emprunte une majestueuse passerelle himalayenne, nous menant à travers les piliers d’un ancien pont suspendu.

    L’heure avancée de la journée nous fait ensuite privilégier la visite de Viviers (accessible à vélo cette fois) à Montélimar. Avec sa belle cathédrale, ses maisons aux façades exceptionnelles et ses beaux points de vue, l’étape dans cette cité au patrimoine remarquable est à ne pas manquer. Nous stoppons ensuite à Bourg-Saint-Andéol, une ville charmante au bord du fleuve.

    Les points d’intérêts de l’étape en bref :

    • Cruas, son abbatiale et son bourg médiéval
    • Rochemaure, son château en été, sa passerelle
    • Montélimar, son château
    • Viviers, son patrimoine remarquable
    • Bourg-Saint-Andéol, ses hôtels particuliers

    Où dormir sur l'étape ?

    • À l’hôtel le clos des Oliviers : habitué à recevoir des cyclistes, l’hôtel est simple et agréable, situé en plein centre-ville et à proximité des divers lieux touristiques. Excellente situation pour profiter des lieux, il propose également un bon petit déjeuner ! 
    • Avant d’aller à cet hôtel, nous avions repéré une adresse sympa à quelques kilomètres de Bourg-Saint-Andéol, adhérant à la marque Accueil Vélo : Le Domaine de Cousignac. Chambres d’hôtes situées au cœur du domaine viticole avec piscine et SPA, cela promet une belle étape détente !
    Hôtel Restaurant Le Clos des Oliviers Hôtel Restaurant Le Clos des Oliviers à Bourg-Saint-Andeol

    Où dîner à Bourg-Saint-Andéol ?

    Au restaurant la Baraka : nous n’avions pas prévu de dîner à l’extérieur mais, en écoutant la recommandation donnée à l’hôtel, nous avons finalement changé d’avis. Avec sa terrasse en bord de Rhône, ses plats frais, de saison et inspirés des cuisines du monde, c’était un délice !

    5. De Bourg-Saint-Andéol à Caderousse : 53 km

    Après 9 jours passés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, il est temps de rejoindre la Provence. Mais les changements se ressentent déjà. Nous évoluons depuis hier dans la Drôme provençale, avec ses champs de lavande qui doivent être superbes à la période de floraison. 

    Sur la route, si nous n’ouvrons pas l’œil, nous ne réalisons pas que nous passons sous un pont historique, celui de Pont-Saint-Esprit, construit au XIIIème siècle et enjambe l’un des bras du Rhône. La petite ville située en Occitanie mérite également le détour, avec ses nombreux sites d’intérêts.

    Après cette petite échappée, retour en Provence où nous évoluons au cœur des vergers dont les pommes nous mettent l’eau à la bouche. Perchée en sommet de falaise, nous apercevons l’impressionnante forteresse de Mornas dont la construction a débuté il y a 1000 ans. La montée pour y accéder est rude, même à pied, et il faut la mériter. Cependant la vue est magnifique au sommet et la visite vraiment intéressante.

    Après cette belle pause, nous réalisons que le temps nous permet d’aller jusqu’à Orange où vit Justine que nous connaissons bien par l’intermédiaire des réseaux sociaux. Elle en profite pour nous rejoindre et nous faire visiter rapidement la ville, ses ruelles, son imposant théâtre antique bien conservé et son arche de triomphe romaine. Nous oublierons le selfie, mais nous la remerçions encore pour ses explications sur sa ville.

    Après ce petit détour passionnant, nous apercevons le légendaire Mont-Ventoux sur la route. Un jour, nous nous lancerons à son ascension ! En attendant, l’étape du soir est prévue à Caderousse, un village unique entouré par une digue construite au XIXème siècle pour protéger la bourgade des crues du Rhône.

    Les points d’intérêts de l’étape en bref :

    • Pont de Pont-Saint-Esprit, son musée d’Art
    • La forteresse de Mornas
    • Orange, son arc de Triomphe, son théâtre antique
    • Caderousse, la digue « Le Batardeu »

    Où dormir à Caderousse ?

    • À la bastide la Buissière, maison d’hôtes de charme située en plein bourg où seules deux chambres sont proposées par Pierre-François, toujours ravi d’accueillir des cyclistes de la ViaRhôna. C’est une pause assurément reposante dont les lieux ont été décorés avec soin pour rappeler son histoire. Nous avons dormi dans la chambre de la comtesse, mais même si son âme s’y reflète bien, elle n’a pas daigné faire son apparition !
    En complément, Pierre-François propose également une délicieuse table d’hôtes pour les voyageurs itinérants et un excellent petit déjeuner à base de produits frais. C’est une adresse que l’on vous recommande vivement !
    Chambre La Bastide de la Buissière La Bastide la Buissière

    6. De Caderousse à Avignon : 34 km

    Au petit matin, nous explorons le bourg paisible de Caderousse avant de prendre la route pour Avignon. Justine nous a chaudement recommandé de visiter Châteauneuf-du-Pape, la résidence d’été des Papes avec les vestiges de son château et ses vignes. Nous manquons toutefois l’intersection pour nous y rendre et nous en rendons compte bien trop tard pour rebrousser chemin. 

    L’entrée de la ViaRhôna dans Avignon est encore temporaire et se fait en traversant plusieurs communes. La route est partagée et un peu moins sécurisée qu’à l’habitude. Toutefois, la nouvelle portion est déjà en travaux. Il se peut que vous n’ayez pas à passer par là !

    Nous arrivons à l’heure de midi à Avignon et profitons de cette demi-journée pour visiter la ville : le Palais des Papes, monument phare de la ville, nous en apprend davantage sur la puissance de l’Eglise. Avec ses chapelles et ses salles aux peintures préservées, les explications sur les lieux fournies par l’histopad, la visite est superbe. Elle se complète par l’exposition photographique Amazonia de Sebastião Salgado, tout aussi fascinante que la visite du palais. 

    Forcément, que serait une visite d’Avignon sans aller voir son célèbre pont chanté dans nos contines de l’enfance ! Avec sa chapelle édifiée sur l’un des piliers, l’ouvrage, bien qu’en partie détruit, est superbe. La ville est également frémissante avec ses étudiants et ses nombreux théâtres. À l’occasion du festival d’Avignon sont joués plus de 1500 spectacles vivants dans la ville entre les représentations officielles et le off ! Pour terminer la journée, le pont Daladier offre une belle vue sur la ville et le Mont-Ventoux. En face du centre, la promenade des Berges est également superbe à faire pour avoir de beaux points de vue !

    Les points d’intérêts de l’étape en bref :

    • Châteauneuf-du-Pape, son château, sa vue sur le Rhône
    • Avignon, le Palais des Papes, le Pont Bénezet, ses théâtres

    Où dormir à Avignon avec son vélo ?

    • Au Boutique-Hôtel Le Magnan, situé en centre-ville et équipé d’un garage sécurisé avec un parking à vélos. Les chambres donnent en majorité sur cour et sont décorées avec goût, leur donnant un effet cocooning. Dans la cour, une belle terrasse toute calme permet de siroter un verre et de profiter du calme de l’enceinte. Une bonne adresse pour prendre le temps de visiter la ville et d’apprécier une bonne nuit de sommeil réparateur avant de reprendre la route !
    Boutique-Hôtel Le Magnan à Avignon Boutique-Hôtel Le Magnan à Avignon

    Notre avis sur la ViaRhôna de Lyon à Avignon

    Les nombreux lieux à visiter sur la ViaRhôna nous ont enchantés tant ils étaient variés. Nous ne savions plus où donner de la tête et nous aurions pu en avoir encore pour quelques jours pour explorer davantage les différentes étapes le long de l’itinéraire. La ViaRhôna de Lyon à Avignon nous a donné un bel aperçu d’une région que nous ne connaissons pas du tout, ou si peu. C’est un plaisir d’avoir cette première approche qui nous a donné l’envie de revenir pour explorer davantage dans les territoires (surtout à la fin du printemps, quand tout est fleuri).

    Avec son niveau très facile, la ViaRhôna est idéale pour débuter le voyage à vélo ou partir en famille. Pour les plus expérimentés, il ne faut pas hésiter à garder la véloroute comme fil conducteur tout en la lâchant de temps en temps pour s’engager un peu à l’extérieur, même s’il y a de belles montées. Les découvertes seront d’autant plus riches et sans cela, l’ennui risque de prendre le dessus, ce qui ne nous est pas arrivé sur cette portion avec toutes les visites que nous avons faites. Nous sommes revenus ravis et repartirions demain avec grand plaisir pour l’aventure !

    Retrouvez nos autres articles sur la ViaRhôna

    Nous avons parcouru 700 km sur la ViaRhôna. Partis de Seyssel pour rejoindre la mer, les dossiers sur l’itinéraire ont été scindés en 4 articles afin de vous fournir toutes les informations pratiques et de visites pour préparer votre aventure !

    Note : cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Auvergne Rhône-Alpes tourisme, la ViaRhôna et les offices de tourisme partenaires. Nous relatons cette expérience telle que nous l’avons vécue et restons libres du contenu de cet article.

    0 commentaires

    Soumettre un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Google translate »