La Sarthe à vélo sur la Ronde des Vallées et Forêts en 3 jours

par | Mis à jour le 24/05/2024 | Les Pays de la Loire à vélo | 0 commentaires

Au départ de la ville du Mans, plongez à l’ombre des sous-bois de la Sarthe en suivant la boucle vélo de la Rondes des Vallées et Forêts. Cet itinéraire vous offre un bon bol d’air frais, de chouettes découvertes avec un panel de sites d’intérêts variés comprenant des musées étonnants et instructifs, châteaux et lieux liés à la nature. Entre chaque ville et villages, on évolue sur un parcours verdoyant nous offrant une belle cure de phytoncides !

Au programme de ce tour de Sarthe à vélo, attendez-vous à une alternance de petits chemins en terre et de routes partagées peu fréquentées. Les pentes sont bien présentes avec près de 1000 m de dénivelé positif cumulé sur ces 187 km, ce qui fait de la Ronde des Vallées et Forêts un itinéraire au niveau intermédiaire.

Le parcours se fait plutôt en 3 jours mais nous avons opté pour une boucle en 5 jours, soit des étapes entre 30 et 45 km par jour. La raison : nous y sommes allés avec bébé Léa, notre fille de 10 mois ! Hors saison, certains lieux étaient fermés le lundi et le mardi mais nous avons pu profiter de plusieurs visites, de la tranquillité et du calme du département.

INFORMATIONS DE TRANSPARENCE SUR CET ARTICLE

  • Article rédigé suite à un partenariat rémunéré : oui
  • Lien(s) d’affiliation* : non
  • Produit(s) cité(s) ayant fait l’objet d’une dotation : non

Cet article a été rédigé à la suite d’un reportage réalisé avec Sarthe Tourisme. Nous partageons notre expérience telle que nous l’avons vécue et restons libres de notre contenu.

L’itinéraire de la Ronde des Vallées et Forêts – le tour de Sarthe à Vélo

187 km

3 à 5 jours

Voies partagées peu fréquentées et voies vertes

VTC, vélo de voyage ou gravel

Balisé, GPS conseillé en support

930 m de D+

Niveau intermédiaire

Au départ de la magnifique cité Plantagenêt, on s’élance sur la Sarthe à vélo, un réseau de véloroutes jalonnées de plus de 1000 km qui sillonne tout le département. La sortie du Mans est prometteuse avec une échappée en pleine nature à travers les parcs, le long de l’Huisne. Vient ensuite le Grand-Lucé avant de pointer plus au sud à travers la forêt domaniale de Bercé. 

À Château-du-Loir (aujourd’hui Montval-sur-Loir), on rejoint la véloroute de la Vallée du Loir à Vélo. Mais avant de repartir, prenez le temps de découvrir cette ville qui ne manque pas de sites d’intérêts. Vient ensuite la petite commune paisible de Vaas. Au Lude, on rejoint une piste cyclable super roulante sur une ancienne voie de chemin de fer avant d’atteindre La Flèche.

La ville est entourée d’un écrin de nature avec sa rivière, ses parcs, ses moulins. En saison, de nombreux sites sont ouverts afin de découvrir davantage la ville. À La Flèche, on change également d’itinéraire pour rejoindre La Vélobuissonnière qui va nous permettre de rejoindre Le Mans en suivant la Sarthe avec une très belle étape à Malicorne-sur-Sarthe et une autre à La Suze-sur-Sarthe.

Un parcours connecté à d’autres véloroutes

La Ronde des Vallées et Forêts emprunte de fait trois itinéraires cyclables : 

  • Le réseau la Sarthe à Vélo avec ses plus de 1000 km balisés dans tout le département.
  • La Vallée du Loir à Vélo : itinéraire de 320 km assez confidentiel qui longe le Loir, il relie Chartres (sur La Véloscénie) à Angers où l’on retrouve La Loire à Vélo,  
  • La Vélobuissonnière qui relie Alençon à Saumur sur 240 km et a été classée comme l’une des 5 meilleures véloroutes de 2024 par la société Hilce.
icône-vélo-couple

Les étapes de la Ronde des Vallées et forêts

La Ronde des Vallées et Forêts peut se faire en 3, 4 ou 5 jours. En divisant ainsi, on peut compter de 2 à 4h de vélo par jour. Pour avoir le temps de visiter les sites majeurs, j’ai divisé les étapes en fonction de sorte à dormir dans les villes où les points d’intérêts sont nombreux.

Pour La Ronde des Vallées et Forêts en 3 jours, je vous recommande ces étapes  : 

      • Le Mans – Montval-sur-Loir : 67 km, 470m de D+
      • Montval-sur-Loir – La Flèche : 51 km, 150m de D+
      • La Flèche – Le Mans : 67 km, 310m de D+

Pour ce tour de Sarthe à vélo en 5 jours, voici nos étapes :

  • Le Mans – le Grand-Lucé :  38 km, 210 m de D+
  • Le Grand-Lucé – Vaas : 43 km, 300m de D+
  • Vaas – La Flèche : 39 km, 100m de D+
  • La Flèche – La Suze-sur-Sarthe : 36 km, 220 m de D+
  • La Suze-sur-Sarthe – Le Mans : 31 km, 110 m de D+
icône-vélo-couple

Carnet de voyage du tour de Sarthe à vélo en un week-end

Avec sa gare accessible directement depuis de nombreuses villes françaises, Le Mans est le point de départ naturel pour cette échappée sur la Ronde des Vallées et Forêts.

Jour 1 : Le Mans – Le Grand-Lucé, 38 km 

Arrivés au Mans (tout juste après notre voyage en Vendée), on s’embarque directement pour la Ronde des Vallées et Forêts à l’ombre des feuillus. À peine sortis du centre-ville, un vert tendre nous accompagne. La sortie de l’agglomération est parfaite. À peine quelques passages sur route depuis la cathédrale et nous voici en pleine nature. Première étape : l’abbaye de l’Épau qui se trouve juste à l’entrée de l’espace naturel de l’Arche de la Nature. Ouverte aux visites à partir de 11h, ce véritable havre de paix vaut le détour. Et, pourquoi pas s’offrir une pause déjeuner sur la magnifique terrasse du café des Moines. 

Nous nous enfonçons dans l’espace naturel de l’Arche de la nature qui s’étend sur 500 ha. Au choix, il est possible de se rendre à la maison de l’eau, de la forêt ou de la prairie. On s’y perdrait aisément pour la journée ! Le petit parc animalier de la maison de la prairie est accessible à vélo et on y traîne longuement avant de nous élancer pour les 30 km qui nous séparent de notre destination. Il faut dire que les animaux plaisent beaucoup à Léa qui est fascinée à chaque nouvel enclos ! 

La route ensuite n’est pas forcément adaptée aux familles néophytes, mais elle nous plaît. Chemins en terre un peu cabossés et belles montées s’enchaînent. C’est l’une des étapes les plus difficiles de notre tour de la Ronde des Vallées et Forêts mais nous prenons un grand plaisir à admirer les paysages. Qui pensait que la Sarthe était vallonnée et si boisée ? Ce début est prometteur ! Quelques petits villages animent le parcours même s’il manque un peu de lieux ouverts en ce dimanche. Heureusement, quelques tables de pique-nique nous permettent de prendre le goûter désormais devenu obligatoire ! 

Sous un ciel menaçant, nous traçons pour les derniers kilomètres. Au Grand-Lucé, nous sommes accueillis chaleureusement par Nicole et Jean-Marie dans leur bâtisse historique. Pile à temps avant la pluie, nous avons réussi à passer entre les gouttes !

Au Grand-Lucé, le château-hôtel très haut de gamme (comptez minimum 800€ la nuit) est ouvert au public de 11h à 19h pour la visite de ses extérieurs. Moyennant 30€, on évolue au cœur de beaux jardins à la française et des espaces boisés du grand domaine. Il est également possible d’y déjeuner ou dîner.  

Nos bonnes adresses :

  • Le Café des Moines : dans les bâtiments ou les jardins de l’Abbaye de l’Épau (il faut s’acquitter de l’entrée de l’abbaye pour y accéder)
  • L’estaminet : au coeur de l’arche de la nature, à la maison de la prairie, une buvette avec des boissons locales et quelques crêpes pour déjeuner.
  • La chambre d’hôtes la Haute-Folie, au Grand-Lucé où nous avons été accueillis chaleureusement dans la belle demeure de Nicole et Jean-Marie.

Jour 2 : Le Grand-Lucé – Vaas, 51 km

Nous nous levons indécis sous une belle brume. Fera-t-il beau aujourd’hui ? Un excellent petit-déjeuner avalé, à peine quelques tours de roue et l’on sent que la journée sera belle. La brume se lève peu à peu, nous laissant admirer les pâturages. Surpris par notre présence, un éleveur vient échanger avec nous. Moutons, vaches, chèvres et ânes peuplent ses prairies et il nous parle longuement de son métier et de ses difficultés. L’étape est bien vallonnée et s’enfonce dans la majestueuse forêt de Bercé dont certains arbres ont plus de 300 ans.

Pour en savoir davantage, on s’arrête à Jupilles et plus précisément à Carnuta, la maison de l’Homme et de la Forêt. Le musée est magnifique et rappelle la forêt. Expérience multi-sensorielle, l’exposition permanente nous permet de découvrir les animaux (tout en apprenant à relever leurs traces), comprendre le cycle de vie des arbres et en apprendre davantage sur l’exploitation de la forêt par l’Homme.

L’expérience plaît beaucoup à Léa qui ne cesse de gazouiller pendant toute la visite, visiblement intéressée par le toucher et les sons. Au rez-de-chaussée, une exposition temporaire aborde la thématique très enrichissante de “peindre et teindre avec la nature”.

La suite du parcours nous mène jusqu’à Montval-sur-Loir où nous rattrapons la Vallée du Loir à vélo. Sur place, la Rotonde ferroviaire (fermée lors de notre passage) est un lieu unique en France. Rare témoignage du passé ferroviaire des 19è et 20è siècles, des machines sont exposées dans ce bâtiment en arc de cercle impressionnant. 

D’autres visites sur place peuvent être intéressantes, notamment l’étonnant Musée Cafetières et compagnie, le cabinet de curiosités ou encore le Musée de l’audiovisuel et communication. Si vous avez l’énergie, vous pouvez même opter pour un petit détour jusqu’au moulin Pousset !

À la sortie de Montval-sur-Loir, nous enchaînons sur une route panoramique où un certain nombre de petites montées nous poussent à opter pour le petit braquet. Une longue ligne droite qui longe des étangs de pêche nous offre ensuite une pause goûter avant les derniers kilomètres bucoliques qui nous mènent à Vaas le long du Loir.

À Vaas, le Moulin de Rotrou est toujours en état de marche et fonctionne depuis le 17e siècle ! On peut même s’y ravitailler en farine à l’occasion. Il n’était pas ouvert lors de notre passage mais on peut le visiter en saison du jeudi au dimanche. 

De notre côté, on profite d’une Hello Cabane au camping du Liberge pour s’offrir une bonne nuit de repos. Vaas est un petit bourg très agréable lové dans un écrin de nature, un lieu idéal pour se ressourcer après une longue journée de vélo. 

Aux alentours de Montval-sur-Loir, vous pouvez opter pour un beau détour d’une vingtaine de kilomètres en suivant la Vallée du Loir à vélo vers La-Chartre-sur-le-Loir, petite cité au charme pittoresque et aux nombreuses boutiques d’antiquaires et d’artistes.

Nos bonnes adresses :

  • Restaurant Le Dinan : quelques kilomètres après Jupilles et Carnuta, ce restaurant nous a été chaleureusement recommandé. Malheureusement, le personnel était en congés lors de notre passage
  • Hébergement à Montval-sur-Loir : il faudra pousser jusqu’à Vaas pour trouver un camping. Toutefois, Montval-sur-Loir est bien fourni en hébergements.
  • Le Camping du Port Liberge à Vaas : un camping calme, simple, en plein centre de la paisible commune de Vaas. Il dispose de deux Hello Cabanes idéales pour les cyclistes et d’un espace commun pour se préparer un bon repas !

Jour 3 : Vaas – La Flèche, 40km

Au départ de Vaas, on prend la route de bonne heure car l’on souhaite prendre le temps de bien visiter le Château du Lude. Le rythme avec bébé commence à être naturel. Léa dort super bien la nuit et se lève pile à 6h50 tous les matins ce qui nous permet de partir à une heure convenable !

La Ronde des Vallées et Forêts évolue aujourd’hui à travers bocages et forêts. Sur la route, un tout petit panneau m’intrigue : un dolmen ici ? Vraiment ? Nous faisons le détour et découvrons une allée couverte de granit 300 mètres plus loin ! En faisant des recherches, je réalise qu’ils sont plutôt nombreux en Sarthe et qu’il n’est pas rare d’en croiser. 

La route nous mène finalement très vite au Lude. Nous arrivons même avec 1h d’avance ! Il faut dire que le parcours est plat. Le temps de faire de petites courses, une pause café au bar et nous voici au majestueux château du Lude qui fait partie des châteaux de la Loire. Toujours privé et habité, la partie ouverte au public témoigne d’un décor riche d’Histoire et d’une belle continuité dans la passation de cet héritage appartenant à la même famille depuis plus de 260 ans.

À nouveau, Léa ne cesse de gazouiller durant toute la visite devant les lustres ou les jeux anciens qui appartenaient au personnel. Le plus de la visite, les cuisines surprenantes (et toujours fonctionnelles) installées dans une salle magnifique avec des voûtes sur croisée d’ogives. 

La visite terminée, le Café d’Orée juste à côté nous fait de l’œil avec son petit vélo à l’extérieur. Quelle bonne idée de s’arrêter là pour déjeuner ! À peine le pas de la porte passé, on s’expatrie en Angleterre. Le couple de Los Angeles qui tient le lieu nous offre une pause dans un salon de thé avec quelques plats simples pour déjeuner et de succulentes pâtisseries. 

Au Lude, finies les voies partagées. On rejoint la piste cyclable créée sur une ancienne voie de chemin de fer. Lovée dans un écrin de verdure, elle évolue en pente légèrement descendante. Un petit détour par la jolie Petite Cité de Caractère Luché-Pringé et nous entrons déjà à La Flèche, que l’on connaît surtout pour son zoo. Juste avant d’entrer dans la ville, on tombe sur un lieu qui nous intéresse encore davantage : le moulin à glace de la Bruère et son environnement bucolique qui nous invite à la balade !

La Flèche est une jolie cité, bercée par le Loir. En saison, des lieux étonnants se visitent comme le théâtre de la Halle au Blé et le Prytanée Militaire.

Nos bonnes adresses :

  • Le Café d’Orée au Lude : avec ses quiches et repas simples à midi mais surtout ses pâtisseries et un accueil chaleureux.
  • Hébergement à La Flèche : il y a pas mal de choix en hébergements à La Flèche du fait de son zoo et de sa proximité avec Le Mans.
  • Camping La Route d’Or à La Flèche : avec ses hébergements insolites, ses emplacements dédiés aux cyclistes et sa proximité avec le centre-ville de La Flèche, c’est un lieu idéal pour la nuit.

Jour 4 : La Flèche – La Suze-sur-Sarthe, 36 km

Nous voici sur La Vélobuissonnière, le 3ème itinéraire que l’on suit depuis le début de la Ronde des Vallées et Forêts. Un peu vallonné après La Flèche, on rejoint rapidement Malicorne-sur-Sarthe, étape majeure de la journée.

Nous optons pour une visite du Musée de la Faïence et de la Céramique. On y trouve de belles œuvres exposées, une balade pédagogique retraçant l’Histoire de la faïence et de la céramique de Malicorne, le fonctionnement des ateliers, etc. Pour que la visite soit encore plus interactive, il y a même un espace pour créer ses propres œuvres, ce qui rend la visite fun et intéressante ! Léa embarque sa petite création et ne la lâchera qu’une fois dans les bras de Morphée. 

La pluie menace, pourtant il reste pas mal de lieux à voir à Malicorne, notamment le Moulin à couleurs, boutique des Métiers d’art de Malicorne qui accueille une trentaine d’artisans de Malicorne-sur-Sarthe et des alentours ou l’Atelier Vézanne où Célia crée des bijoux à partir de céramiques anciennes. 

La journée continue au cœur des forêts sur de petites routes peu fréquentées. La Sarthe (la rivière cette fois) est désormais notre fil conducteur. Nous la retrouvons à Noyen-sur-Sarthe puis à La Suze-sur-Sarthe, notre lieu d’arrivée pour aujourd’hui. Dans la petite commune, un ancien moulin du 19e siècle se hisse sur la rivière. Désormais transformée en logements, la bâtisse est un ouvrage plutôt peu ordinaire !

Nous dormons à l’Hôtel-restaurant Saint-Louis (Accueil Vélo) où nous rencontrons un accueil chaleureux et des chambres confortables joliment décorées. L’hôtel est calme en cette période, ce qui nous permet d’échanger avec le gérant qui a lui aussi déjà voyagé à vélo ! 

Nos bonnes adresses :

  • Le Mac’Licorne, à Malicorne-sur-Sarthe : un petit restaurant rapide de burgers franchement délicieux et pas chers !
  • Le bar Au rendez-vous des Pêcheurs, à Malicorne-sur-Sarthe : on y a eu un accueil super sympa le temps d’un café en terrasse (un café pas cher au passage)
  • L’hôtel-restaurant Saint-Louis, à la Suze-sur-Sarthe : on y mange bien, on y dort bien, les vélos sont bien à l’abri et protégés.

Jour 5 : La Suze-sur-Sarthe – Le Mans, 31 km 

Pour ce dernier jour sur la Ronde des Vallées et Forêts, le beau temps n’est pas au rendez-vous. Alors que la pluie était prévue dans l’après-midi, elle nous accompagne dès le réveil. Et elle est déjà intense. 

Sur un enchaînement de voies partagées et chemins de halage, nous entamons notre étape vers Le Mans avec l’objectif d’arriver pour 11h30. La seule pour qui la situation reste cool, c’est Léa qui s’est déjà endormie dans sa remorque.

Sur la route, l’île de Moulinsart est un bel espace que nous aurions pris plaisir à découvrir en temps (et surtout météo) normal. On y trouve de belles expositions de photos, d’œuvres contemporaines, une guinguette et un moulin, tout cela dans un petit écrin de verdure bien aménagé.

La suite de l’itinéraire nous mène sur les bords de Sarthe sur un parcours verdoyant, bucolique et sécurisé. Quelques racines nous ralentissent afin de ne pas secouer Léa, mais la majeure partie de la piste est bien roulante. J’adore ce genre d’entrées dans les grandes agglomérations même si je dois dire que pour cette fois, on n’en profite pas autant qu’à l’habitude !

L’entrée dans Le Mans se passe bien (vous excuserez le manque de photos), même si je vous recommande le GPS pour pouvoir suivre car il peut manquer quelques panneaux. Nous arrivons à temps au Clos d’Hauteville. Nos adorables hôtes nous ont exceptionnellement ouvert leurs portes avant l’heure ! De quoi nous sécher dans notre chambre super confortable. La remorque a pris l’eau par le dessous, un point que nous n’avions pas anticipé. Les petits petons de Léa sont froids. 

Nous profitons du reste de la journée pour visiter Le Mans entre les gouttes. La Cité Plantagenêt (que l’on appelle aussi « le vieux Mans ») est superbement conservée. Lieu de tournage de nombreux films historiques, ses ruelles pavées sont entourées de maisons historiques, certaines datant du XVè siècle. En contrebas, sur les quais de la Sarthe, on peut admirer les anciennes murailles gallo-romaines témoignant du riche passé de la ville.

Une grosse averse nous pousse à nous arrêter longuement pour visiter la cathédrale Saint-Julien, dont la construction a été initiée au 11è siècle. Édifice aux volumes imposants et long de 134 m, sa longue nef est un beau témoignage de style roman. Harmonieuse, la cathédrale est un véritable chef d’œuvre.

Mais le centre-ville regorge d’autres surprises, notamment avec son street-art parfois discret, parfois exceptionnel et la librairie Bulle qui est l’une des plus grandes librairies de France dédiées à la BD.

Nos bonnes adresses :

  • Le Clos d’Hauteville : un havre de paix à 10 min à pied du centre-ville du Mans. Un jardin super agréable et de grandes chambres confortables. Le petit plus : l’excellent petit-déjeuner avec des produits faits maison.
  • Le Bœuf tient le Pavé. L’adresse est sûrement bien cotée car le resto est plein. On y mange très bien et même végétarien malgré le nom.
icône-vélo-couple

Préparer son voyage à vélo en Sarthe

Pour préparer votre voyage sur la Ronde des Vallées et Forêts, sachez qu’il n’y a pas davantage de difficultés qu’à l’accoutumée. Au contraire, La Sarthe est bien développée pour le cyclotourisme avec son réseau local de plus de 1000 km d’itinéraires balisés.

Combien de temps pour parcourir la Ronde des Vallées et Forêts ?

C’est un itinéraire qui se parcourt aisément en 3 jours. 

À compter sur des étapes moyennes d’environ 60 km, pour un voyageur à vélo un peu entraîné ou une personne en bonne condition physique. Il y a des journées légèrement difficiles avec quelques belles montées entre Le Mans et Montval-sur-Loir. 

Avec bébé, nous avons opté pour un itinéraire en 5 jours. Attention, ce n’est pas forcément un parcours adapté aux familles néophytes (cf. un peu plus bas). 

Dans quel sens suivre la Ronde des Vallées et Forêts ?

Je pense que dans un sens ou dans l’autre, c’est tout à fait la même chose. Tout dépend si vous voulez commencer votre tour de Sarthe à vélo par le plus difficile ou finir par les étapes plus difficiles après s’être échauffés sur la Vélobuissonnière et la Vallée du Loir à Vélo ! 

Quelles difficultés sur ce tour de Sarthe à vélo ?

De manière générale, le parcours est facile, bien balisé, fluide et accessible à tous.

  • Majoritairement sur la partie Est de la Ronde des Vallées et Forêts, il y a peu de commerces, bars et restaurants sur l’itinéraire, particulièrement si vous circulez hors saison un dimanche ou un lundi ! Il faudra bien prévoir vos repas en amont ou vérifier les horaires d’ouverture des commerces.
  • La signalisation n’est pas une grande difficulté, mais il faut avoir en tête que l’on suit trois itinéraires différents. 
  • Il y a un peu de dénivelé mais nous avons trouvé l’itinéraire très abordable. À noter que nous aurions peut-être eu un ressenti différent si nous avions fait des étapes plus longues (mais on a tout de même tiré une remorque sur le parcours, ça ajoute son petit lot de difficulté) !

Comment accéder à La Ronde des Vallées et Forêts ?

Rien de plus simple : Le Mans est accessible directement depuis de nombreuses villes françaises comme Paris, Nantes et Rennes (TGV avec emplacements vélo à réserver en amont), en TER de Tours, Angers,  Laval, Chartres, etc. À noter qu’il existe des trains directs au départ de Lille et de Lyon, mais qu’ils ne disposent pas d’espaces vélos. Il faudra donc démonter votre vélo si vous souhaitez l’embarquer. 

Quel vélo pour La Ronde des Vallées et Forêts ?

Comme il y a de nombreux passages sur pistes et quelques single tracks, je recommanderais d’avoir un bon vélo de voyage, un gravel, un VTC ou éventuellement un VTT semi-rigide (même si c’est un vélo qui est moins pratique pour les portions sur routes). L’important, c’est que vous ayez avant tout des pneus suffisamment larges et adhérents pour ces portions. 

Je déconseille le vélo de route qui n’est pas adapté aux chemins.

Si le dénivelé vous inquiète, vous pouvez opter pour un VAE typé VTC ou voyage pour parcourir ce tour de Sarthe à vélo. Il y a un peu de dénivelé !

Si vous découvrez l’univers du voyage à vélo, notre dossier sur le vélo de voyage vous aidera à y voir plus clair !

J’ai roulé avec un vélo de voyage ADN Cycles Cattin. Je dois dire que c’était royal, la crème du vélo de voyage qui passe vraiment partout avec douceur. Denni a quant à lui utilisé son traditionnel RT900 !

Quels équipements spécifiques pour la Sarthe à Vélo ?

Il n’y a pas de besoin spécifique en équipement pour la Ronde des Vallées et Forêts autre que celui que nous citons habituellement sur notre liste de matériel pour voyager à vélo

Le parcours est bien équipé en campings si vous souhaitez dormir en tente !

La Ronde des Vallées et Forêts en famille ?

Ce n’est pas un itinéraire spécialement prévu pour les familles, mais nous l’avons trouvé plutôt sécurisé. Principalement sur voies partagées, le trafic est vraiment léger. Le nombre de passages un peu plus compliqués est rare. Nous avons noté une petite portion en ville avant la sortie du Mans, la sortie de Vaas et la traversée d’une départementale à l’entrée du Lude.

Avec une remorque, c’est nous qui contrôlons l’allure, mais avec des enfants en bas âge et autonomes sur leurs vélos, ce seraient quelques difficultés plus marquantes. 

Autre point à noter : le dénivelé qu’il ne faut pas négliger et la présence de nombreux chemins et singletracks. C’est un terrain qui va correspondre à des familles déjà bien entraînées et expérimentées. 

Enfin, l’infrastructure la plus sécurisée pour les familles entre Le Lude et La Flèche est dotée de barrières contre lesquelles tout parent avec remorque pestera un peu ! Cette portion ne cesse de traverser la route avec une barrière à chaque entrée et à chaque sortie de la voie verte…

Quand partir pour la Ronde des Vallées et Forêts ?

D’avril à octobre. Si vous souhaitez découvrir des destinations plus confidentielles et moins fréquentées, l’été est une excellente saison pour découvrir la Sarthe à Vélo. Au printemps, les arbres sont magnifiques avec les sous-bois jonchés de jacinthes. À l’automne, ça doit être magnifique aussi avec les arbres d’une couleur orangée !

Ressources complémentaires sur la Sarthe à vélo

Notre avis sur le tour de Sarthe à vélo via la Ronde des vallées et forêts

Si vous nous suivez depuis quelque temps, vous commencez à nous connaître ! Vous nous mettez un itinéraire avec quelques montées, du calme, des forêts, quelques points d’eau et nous sommes les plus heureux du monde ! Si en plus il y a quelques points d’intérêts intéressants à voir en chemin, c’est la cerise sur le gâteau.

La Ronde des Vallées et Forêts cumule tous ces bons points ! J’ai adoré être perdue dans ses forêts et faire le plein d’air frais. L’itinéraire est très verdoyant et si on pensait à la Sarthe comme un département plutôt agricole, force est de constater que c’est davantage une grande forêt !

Le Mans est désormais l’une de nos villes coup de cœur. Je n’aurais pas pensé à elle ainsi, mais la cité Plantagenêt a un charme vraiment fou et est l’un des centres historiques les mieux conservés de France. On a beaucoup apprécié notre expérience, je vous recommande cet itinéraire les yeux fermés.

Ces articles vous intéresseront aussi 

Mila - rédactrice Un Monde à Vélo

À propos de l’autrice

Mila

En 2017, à l’occasion de son premier tour d’Europe à vélo, Mila commence à partager ses expériences de baroudeuse. Passionnée de photographie et engagée, elle lance le média Un Monde à Vélo. Son objectif : rassurer dans un discours ambiant du dépassement de soi et rendre la thématique du cyclotourisme accessible à tous et surtout à toutes. 

[instagram-feed feed=2]
0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *