La Meuse à Vélo de Langres à Verdun en 5 jours

par | Mis à jour le 07/08/2022 | Publié le 07/08/2022 | France | 0 commentaires

Partons sur les traces de Jeanne d’Arc, Diderot, des frères Goncourt et des terres de la Meuse à Vélo de Langres à Verdun. Autrefois frontière, meurtrie par les guerres, animée par les enjeux géo-politiques, la Meuse est aujourd’hui un fleuve circulant paisiblement au cœur d’un paysage vallonné et rural.

Si vous nous demandez ce qui nous a poussé à aller sur l’itinéraire de la Meuse à Vélo, nous ne saurions quoi vous répondre à part que cela fait des années désormais que nous voulions aller voir la Meuse. Ce qui nous a attirés, c’est sans doute le fait qu’il ne nous serait jamais venu à l’idée d’aller dans cette région de la France sans l’existence de la véloroute ! De ma Bretagne natale de l’un et de l’Italie natale de l’autre, nous sommes bien loin de la région Grand Est.

Nous avons lu pas mal d’infos réjouissantes avant d’y aller mais étions restés préservés des photos, ce qui nous a permis d’être d’autant plus agréablement surpris par les paysages. Les itinéraires en France sont toujours remplis de belles surprises. L’EuroVelo 19, le nom international de l’itinéraire, n’a pas manqué à la règle. 

En route - La Meuse à Vélo entre Langres et Verdun - 230km

L’itinéraire de la Meuse à Vélo de Langres à Verdun

Au départ de Langres, nous nous élançons vers les sources de la Meuse situées à une trentaine de kilomètres. Ce simple filet d’eau nous accompagne alors au fil de l’EuroVelo 19 et s’agrandit doucement. Sur un parcours vallonné, nous rencontrons alors la Petite Cité de Caractère de Bourmont, le site patrimonial remarquable de Neufchâteau, la ville de naissance de Jeanne d’Arc Domrémy-la-Pucelle, puis celle où elle est allée chercher une armée à Vaucouleurs. 

S’ensuit Commercy et ses célèbres madeleines, une petite ville où il fait bon faire une halte. Puis Saint-Mihiel, une Petite Cité de Caractère connue pour sa bibliothèque bénédictine avant de terminer à Verdun, capitale mondiale de la paix. En 1916, à proximité de la ville, s’est déroulée la bataille de Verdun, faisant 700 000 victimes. 

Infos pratiques sur l’EuroVelo 19

Nous avons déjà répertorié toutes les informations pratiques générales sur La Meuse à Vélo dans un article dédié : quand partir ? Quel équipement ? Quel vélo ? etc.

La Meuse à Vélo - itinéraire EuroVelo 19 en France

La Meuse à Vélo entre Langres et Verdun : un niveau intermédiaire

230 km

4 à 5 jours

Itinéraire principalement asphalté

VTC / VTT / Vélo de voyage / gravel recommandé

Itinéraire balisé 

Niveau intermédiaire

1530 m D+

1800 m D-

Pour ce qui est de la portion entre Langres et Verdun, il y a plusieurs choses à prendre en compte avant de foncer tête baissée sur cet itinéraire. 

Nous déconseillons cette portion à un débutant qui part pour une première expérience sans jamais avoir fait de vélo auparavant. L’EuroVelo 19, sur cette portion, demande un peu d’entraînement physique et d’avoir un peu l’habitude. En plus d’être vallonné, l’itinéraire emprunte tout de même de belles départementales. Elles sont peu fréquentées mais peuvent impressionner si vous n’avez pas l’habitude de pédaler. 

L’EuroVelo 19 de Langres à Verdun, itinéraire familial ?

Comme le laisse supposer le point précédent, cette portion est en voies partagées. L’itinéraire n’est donc pas spécialement adapté aux familles. Comme nous vous le disons toujours, à voir selon le niveau de vos enfants et leur adaptabilité.

Où dormir sur l’EuroVelo 19 ?

Dans cet article, nous allons vous donner toutes nos bonnes adresses. À vrai dire, il n’y a pas beaucoup de choix à certains endroits de l’itinéraire, il faudra donc anticiper un peu ses étapes ou adopter le bivouac. À noter, pour les petits budgets, nous avons notamment rencontré peu de campings (même s’il y en a) sur la route, principalement des chambres d’hôtes et des hôtels. Nous en indiquerons quelques uns tout de même !

Où manger sur La Meuse à Vélo ?

Tout comme l’hébergement, il faudra vraiment anticiper les pique-niques. Notamment parce qu’il y a vraiment de petites bourgades sur la route, sans commerces la plupart du temps. À chaque arrêt, là où vous trouvez des commerces, n’hésitez pas à prévoir votre repas du midi. 

Pour info, dans la région on considère déjà une commune de plus de 1500 habitants comme “la ville” car ces dernières rayonnent bien plus qu’à l’ordinaire. Dans ces villes vous trouverez donc tous les commerces, mais comptez parfois 30 km avant la suivante.

Que voir sur la Meuse à Vélo de Langres à Verdun ?

Riche en sites remarquables, La Meuse à Vélo a de nombreuses belles découvertes historiques et patrimoniales à offrir. Mais ce n’est pas tout car ses paysages sont vraiment sympas, avec ses vallées, les boucles de la Meuse, ses falaises et pelouses calcaires. Nous évoluons sur des étapes “montagnes russes” qui offrent bien souvent de beaux panoramas !

1. Langres, visite de la cité gallo-romaine

Nous sommes arrivés à Langres sous la pluie. Et ce n’est pas de chance car cette ville fortifiée domine les vallées alentour, offrant de magnifiques points de vue, et ceci d’autant plus par temps clair. 

Avec son magnifique cœur de ville historique protégé par ses remparts rénovés au 19ème siècle, le chemin de ronde, accessible à vélo, se savoure avec ses 12 tours défensives dont la plus symbolique est probablement la tour de Navarre. 

Malgré la pluie, Maud, de l’office de tourisme de Langres, nous emmène pour une visite guidée de la ville. D’abord sur les traces de Diderot, fils du pays qui a grandi et étudié au collège qui porte désormais son nom. Pour les curieux, la Maison des Lumières Denis Diderot retrace son œuvre et la vie de ce personnage qui a marqué l’Histoire. 

En tant que philosophe des lumières, les rapports sont conflictuels avec son frère chanoine qui vivait dans l’une des maisons qui entourent la cathédrale du 12ème siècle, à l’architecture romane et gothique primitif et dont le toit vernissé n’est pas d’époque. C’est un architecte inspiré de Viollet-le-duc (architecte partisan du “moyen-âge idéal”) qui l’ajoute au 19ème siècle. 

La visite se termine par la Maison Renaissance qu’il faut réussir à trouver dans les dédales des ruelles et les passages “secrets” par les cours des maisons qui mènent d’un bout à l’autre de la ville. Il est aisé de s’y perdre, mais c’est ce qui fait tout le charme de Langres !

Où dormir à Langres ?

  • Le camping de Navarre, situé en cœur de ville, est vraiment chouette avec une vue sur les paysages alentours et la tour de Navarre en perspective. 
  • L’hôtel de la Poste : situé en cœur de ville dans une belle bâtisse historique, l’hôtel de la Poste, ouvert depuis 1575, est le plus vieil hôtel de France ! Il dispose d’un garage à vélo et de chambres magnifiques, décorées avec goût tout en préservant l’histoire des lieux. Une petite piscine dans le jardin est la cerise sur le gâteau.
 
hotel de la poste - Langres hôtel de la poste - Langres

Où manger à Langres ?

Au bistrot de l’atelier, situé dans l’hôtel. Un bar restaurant gastronomique pour les amateurs de vin. On y mange bien, avec des tapas à la française à prix très raisonnable.

2. De Langres à Montigny-le-Roi, 50 km

Au départ de Langres, la descente est plaisante ! Perchée sur son éperon rocheux, accéder à la ville en sens inverse doit être une belle épreuve. Nous rejoignons rapidement le canal entre Champagne et Bourgogne avant de dévier vers le lac de la Liez (attention, sortie vers le lac non signalée EuroVelo 19).

Cette journée pluvieuse ne nous donne pas envie de nous y attarder mais nous sommes certains que, dans d’autres conditions, nous nous y serions arrêtés pour déjeuner et nous baigner. 

C’est sur une étape rurale, au cœur des champs et de paysages vallonnés alternant cultures et espaces boisés, que nous évoluons. Nous arrivons assez rapidement à la source de la Meuse, l’itinéraire est plutôt roulant ! D’autres cyclo-voyageurs nous accompagnent sur la route. Ils sont pour la plupart néerlandais.

La source a été aménagée pour en faire un petit lieu sympa où déjeuner, se poser et profiter du paysage. Une dame s’occupe d’ailleurs d’entretenir le lieu et nous explique qu’ils viennent d’installer une borne pour connaître la fréquentation. 500 personnes en 3 semaines nous annonce-t-elle fièrement ! Une belle source d’animation pour Le Châtelet-sur-Meuse, commune de 155 habitants. 

Après quelques kilomètres supplémentaires sur la Meuse à Vélo, nous dévions de l’itinéraire pour nous rendre à Montigny-le-Roi avec une belle grimpette. Si nous n’avions pas été aux heures de pointe, nous aurions peut-être pris la grande route qui contourne la ville ce qui nous aurait permis d’éviter une montée bien raide ! Le résultat est chouette ceci dit : nous avons une superbe vue pour le coucher de soleil.

Où dormir et manger à Montigny-le-Roi ?

À l’hôtel restaurant Arcombelle : l’hôtel Arcombelle affiche l’ambiance “hôtel moderne” et est sympa avec toute sa technologie et ses chambres confortables, bien que les prix soient un peu élevés ! Nous avons été très bien accueillis par le personnel et avec nos vélos. Certaines chambres sont également accessibles aux personnes à mobilité réduite. Le restaurant sert de très bons plats, nous nous sommes régalés !  Les patrons ont d’ailleurs été très généreux en nous préparant un excellent pique-nique pour le jour suivant.
hotel l'arcombelle chambre hotel l'arcombelle  - logis de France

3. De Montigny-le-Roi à Bourmont 

Au matin, Montigny-le-Roi est perché au-dessus de la brume. Nous avons comme l’impression d’être dans une mer de nuages, pourtant nous ne sommes pas si haut en altitude. La brume nous offre un joli jeu de lumières lorsque nous passons le premier pont qui enjambe la Meuse, encore minuscule.

Sur mes notes, il est indiqué que nous croisons deux énormes lièvres ce matin-là, ainsi que des moutons bavards. Je ris en me remémorant la scène. Les gens qui nous ont croisés ont dû nous prendre pour des fous ou des gamins de 8 ans. Si les moutons étaient bavards, c’est que l’on a entamé la conversation !

Nous évoluons au cœur des vallées et du paysage rural avant d’arriver à Bourmont, une Petite Cité de Caractère perchée qui fut une cité fortifiée. Aujourd’hui, elle abrite plusieurs jolies pépites. Notamment, le Jardin Remarquable du Parc de la Roche. Ces anciennes terrasses utilisées par les habitants pour la culture, transformées en carrière de pierre puis en parc, font une balade très sympa au cœur des roches.

Au-dessus du parc, la promenade du Cona est très plaisante et navigue à l’ombre des tilleuls. Sur la promenade, on trouve un calvaire impressionnant et des tables de pique-nique pour profiter d’une belle pause déjeuner. Cette promenade permet également de rejoindre l’église Notre-Dame qui offre un beau point de vue.

Au centre de l’ancienne place forte de Bourmont, de nombreuses constructions datant de la Renaissance ont remplacé les ruines d’une ville détruite aux 15ème puis 17ème siècle. 

Où dormir à Bourmont ?

  • Le Camping les Hirondelles : juste à côté de Bourmont, à Bourg-Sainte-Marie, découvrez le camping Les Hirondelles. Malgré ses trois étoiles, il propose des tarifs attrayants pour les pèlerins, cyclistes et randonneurs ainsi que des hébergements dédiés à la nuitée.

4. De Bourmont à Neufchâteau

L’approche des Vosges se ressent. Le territoire est de plus en plus vallonné et boisé. Après une partie sur chemins après Bourmont, nous rejoignons rapidement Circourt-sur-Mouzon et ses falaises de calcaire. À l’entrée du village, des veaux nous fixent se demandant qui sont ces énergumènes à vélo qui passent par là ! 

L’arrivée à Neufchâteau est roulante malgré les belles côtes. Nous pensions être très en retard à mais arrivons à temps pour visiter la ville avec Christelle. Les secrets de Neufchâteau sont bien cachés et il est préférable d’opter pour une visite accompagnée pour les découvrir. 

Nous commençons par l’église Saint-Nicolas. Sa construction est étonnante car elle a été construite par-dessus une première église romane du 12ème siècle, que l’on peut visiter. On y trouve également des sculptures en bois du 15ème siècle, de nombreuses chapelles et un orgue classé. Neufchâteau a également une seconde église, celle de Saint-Christophe abritant des sculptures uniques ainsi qu’une chapelle aux clefs de voûte étonnantes. 

Après un passage sur la place Renaissance et sa statue de Jeanne d’Arc, nous rejoignons l’ancien couvent transformé en tribunal après la Révolution et fermé suite à la réforme de la carte judiciaire. Ici, le tribunal est resté tel quel, suspendu dans le temps. La raison ? Le mobilier est celui de l’ancien couvent, classé aux Monuments Historiques. Non loin, le couvent abrite également un ancien théâtre richement décoré. 

Pour terminer, nous rentrons dans les locaux de la mairie, avec son escalier renaissance classé parmi les 100 plus beaux de France. Au grenier, la toiture en forme inversée de coque de bateau vaut le coup d’œil, tout comme la vue sur la ville.

Où dormir et manger à Neufchâteau ?

hôtel Eden– À l’hôtel Eden qui vient tout juste de changer de direction et dont les travaux vont débuter peu à peu. L’Eden est un hôtel Accueil Vélo situé en centre-ville. On peut également y dîner avec une cuisine moderne, des burgers noirs et des salades !

– Au camping Intercommunal de Neufchâteau avec ses tentes surélevées appelées “tentes tipi” à destination des cyclistes, le camping est un lieu idéal pour faire une halte à Neufchâteau. 

5. De Neufchâteau – Maxey-sur-Vaise

Au départ de Neufchâteau, nous embarquons vers Domrémy-la-Pucelle, ville de naissance de Jeanne d’Arc. Nous dévions de l’itinéraire officiel de l’EuroVelo 19 pour emprunter un chemin en terre plus proche de la Meuse et de ses méandres. Nous vous le conseillons pour aller jusqu’à Frebécourt et son vieux pont. Perché au-dessus de la petite commune, on aperçoit le château de Bourlemont, qui est visitable après un beau petit détour.

Nous empruntons ensuite les traces du futur tracé de la Meuse à Vélo. Les travaux commenceront en septembre 2022 pour la création d’une voie verte qui reliera Neufchâteau et Domrémy-la-Pucelle. 

À Domrémy-la-Pucelle, nous nous arrêtons à côté de l’impressionnante basilique du Bois-Chenu érigée en l’honneur de Jeanne d’Arc. Initiée en 1881, nous y trouvons des peintures qui retracent la vie de l’héroïne, des œuvres réalisées avec plus de 200 000 mosaïques, mais également une chapelle dédiée aux soldats morts pour leur patrie. Harmonieuse, la basilique qui domine la Meuse est une étape majeure de la journée. 

Non loin, nous arrivons rapidement à la maison de naissance de Jeanne d’Arc, au cœur du village de Domrémy-la-Pucelle. Lieu symbolique, elle se visite et est complétée par un centre d’interprétation qui retrace sa vie, de l’enfance aux grandes batailles, jusqu’à ses représentations dans la publicité ou dans les livres au fil des ans.  

Après la visite du musée, l’étape est plutôt cool. Nous montons sur le plateau de Beauregard, connu pour ses falaises et sa pelouse calcaire. La vue est jolie avec la Meuse en contrebas. Le lavoir de Sauvigny nous impressionne et nous offre un bon rafraîchissement avant d’arriver à Maxey-sur-Vaise.

Déjeuner à Domrémy-la-Pucelle ?

restaurant le bois chenu Au restaurant le Bois Chenu Au pied de la basilique, profitez d’une cuisine moderne, légère et recherchée avant de repartir. Avec ses menus qui varient selon les semaines et un vrai travail de chef dans nos assiettes, nous nous sommes régalés !   

Où dormir et manger à Maxey-sur-Vaise ?

Chez Madame Noisette, à la ferme de la Vaise : nous avons été accueillis par les voix d’enfants qui nous indiquaient “c’est ici” ! Un accueil chaleureux qui débute bien pour cette chambre d’hôtes. Avec un style ancien, ses lits en bois laqué et ses tapisseries en tissu, les lieux ont un charme fou et nous rappellent les maisons de nos grands-mères. 

Pour dîner, Danielle nous a préparé de bons petits plats chauds avec des produits de son jardin. On se régale. Un petit plus en été : la piscine !

chambre d'hôtes la ferme de la vaise - Accueil Velo La ferme de la Vaise - Maxey sur vaise

6. De Maxey-sur-Vaise à Saint-Mihiel

Quelques kilomètres nous séparent de Vaucouleurs. Seuls quelques vestiges restent aujourd’hui de cette ancienne place forte. Les lieux sont également marqués par la présence de Jeanne d’Arc qui a habité la ville en attendant que Robert de Baudricourt accepte de lui fournir une armée. 

Nous suivons ses pas en nous rendant dans la crypte de la chapelle Notre Dame des Voûtes où elle venait se recueillir devant la statue. La chapelle, de construction plus récente, accueille des vitraux prestigieux retraçant la vie de l’héroïne. L’endroit offre une belle vue sur les alentours et a gardé l’une des portes de l’ancienne ville, la porte de France. 

De drôles de vestiges font face à la chapelle. Il s’agit en fait du début de la construction d’une basilique titanesque qui a été abandonnée, faute de moyens ! La visite se complète par le Musée Jeanne d’Arc

La Meuse à Vélo nous mène ensuite à Commercy, fameuse pour ses madeleines créées par une servante prénommée Madeleine en 1755. Pour y goûter, un stop s’impose à la Cloche Lorraine, la célèbre et très belle boutique qui en vend. 

Non loin, l’impressionnant château de Stanislas nous fait penser au château de Compiègne dans l’Oise. La bâtisse est imposante au cœur de cette ville labellisée “Plus Beaux Détours de France”. Si vous avez le temps, profitez-en pour visiter le musée de la Céramique et des Ivoires.

Le temps presse pour nous, l’étape grimpe pas mal mais le ciel est très menaçant. Après une quinzaine de kilomètres, une dernière montée assez difficile signale notre arrivée prochaine à Saint-Mihiel.

Où dormir à Saint-Mihiel ?

  • Au camping des Dames de Meuse : un camping tout simple avec des emplacements à un prix très abordable à côté du site des Dames de Meuse. 
  •  À l’hôtel de la Gare, hôtel Accueil Vélo tout simple avec des chambres fraîchement rénovées.
hotel de la gare - Saint-Mihiel hôtel gare Saint-Mihiel-La Meuse  à vélo

Où manger à Saint-Mihiel ?

  • Au restaurant le Soleil d’Or : si on ne découvre pas les spécialités locales dans ce resto burgers et grillades, il faut savoir que le Soleil d’Or a vu quelques-uns de ses burgers primés ! Et on ne va pas se le cacher : les burgers sont déments !

7. De Saint-Mihiel à Verdun

Saint-Mihiel aurait mérité que nous nous y attardions davantage. La ville a une dynamique intéressante avec de nombreux chefs-d’œuvre un peu partout. Labellisée “Petite Cité de Caractère”, Saint-Mihiel a connu une histoire riche et mouvementée. Fondée par l’abbaye bénédictine au 9ème siècle, la ville s’étend et devient un lieu riche en arts et culture. On y retrouve de nombreuses sculptures et ont un petit espace dédié à l’Office de Tourisme de Saint-Mihiel.

Théâtre des guerres, la ville est prise par les allemands à l’occasion de la Grande Guerre, puis est à nouveau investi durant la seconde guerre mondiale. Avec des destructions conséquentes, notamment dans la bibliothèque bénédictine dont une belle partie des ouvrages a pu être conservée malgré les ravages de la guerre. 

Lieu unique, à l’occasion d’une visite guidée, il est possible de “feuilleter” virtuellement quelques ouvrages. Nous retiendrons notamment les petites blagues que se faisaient les moines dans Le Graduel. Ou encore l’ouvrage de Dom Loupvent parti en pèlerinage jusqu’à Jérusalem en 1531. Un carnet de voyage exceptionnel, documenté et dessiné, avec quelques bonnes adresses pour ceux qui voudraient suivre les pas de l’auteur !

Accolé à la bibliothèque, il est possible de faire un saut à l’exposition Saint-Mihiel, de l’occupation à la libération, pour en savoir davantage sur la ville en temps de guerre. Dernier point d’intérêt, les dames de Meuse est un site exceptionnel qui offre une belle vue sur la ville. 

Les 38 km qui nous séparent désormais de Verdun sont roulants et peu vallonnés. Sur une départementale un peu fréquentée, nous évoluons vite vers Verdun.

Où dormir à Verdun ?

À la maison Mirabeau : chambre et table d’hôte dans une belle bâtisse, la maison Mirabeau est chaleureuse et très très confortable. Nous avons apprécié nous y reposer (tellement que nous avons dormi 11h d’affilée).  Béatrice, qui a acheté cette maison pour ouvrir ce lieu en 2017, propose également une table d’hôte exceptionnelle. Nous avons été ravis de goûter ses produits très bien cuisinés, frais et sans que les plats soient trop chargés ! Une vraie pause fraîcheur et saine à deux coups de pédale du centre-ville de Verdun.
La maison Mirabeau - chambre d'hôtes - Verdun Maison Mirabeau - Verdun

8. Le Champ de Bataille de Verdun

Verdun est connue pour être le théâtre de la bataille la plus féroce de la Grande Guerre. Les lieux de combat sont toutefois hors de la ville. Comptez une grosse trentaine de kilomètres pour en faire le tour, et une journée pour avoir le temps de découvrir le mémorial, l’ossuaire et les deux forts. 

Le vélo se prête bien à la visite du champ de bataille, même si le dénivelé pour y accéder est assez conséquent. Entre les lieux importants, nous évoluons au cœur des tranchées et de la forêt plantée après la grande guerre pour former une sorte de linceul sur les corps des 80 000 soldats français et allemands que l’on estime être restés sur le champ de bataille. 

Cette offensive qui durera 300 jours causera 300 000 décès. Ce sont 50 millions d’obus qui ont déferlé sur ces terres, les rendant impropres à l’agriculture. Aujourd’hui, c’est étonnant de trouver la déambulation paisible en pensant à ce qui s’est joué ici.

Nous commençons par nous arrêter au Mémorial de Verdun. C’est un lieu très riche et interactif qui nous permet de mieux comprendre la guerre, les conditions de vie des soldats, tant allemands que français d’ailleurs. 

Nous passons ensuite devant l’ossuaire avant de nous rendre à l’impressionnant fort de Douaumont. Dans un état pitoyable, on a du mal à comprendre comment la bâtisse ne s’est pas effondrée, ni quelles ont été les conditions de vie en temps de guerre. Avec ses trous d’obus, ses infiltrations d’eau, les milliers de soldats qui habitaient ces lieux ne pouvaient pas être en bonne santé ! 


Nous arrivons trop tard au fort de Vaux pour le visiter. Toutefois l’état extérieur du lieu laisse présager une visite émouvante.

9. Verdun, son centre-ville

Après un retour sur le tracé de la Meuse à Vélo (qui ne passe pas par le champ de bataille), nous nous arrêtons à Verdun. Ville paisible et véritablement agréable, la journée de repos que nous nous otroyons après 5 jours à vélo passe à une vitesse folle. 

Située dans la ville haute, la cathédrale Notre-Dame de Verdun, d’architecture romane et gothique et construite entre le 10ème et 18ème siècle, est une première visite immanquable de la ville. Attelée à cette dernière, le Centre Mondial de la Paix se trouve dans l’ancien palais épiscopal, un ouvrage exceptionnel. Au cœur de ce centre, on retrouve des expositions sur les guerres, dont celle actuelle en Ukraine.

Non loin de la cathédrale, nous trouvons le musée de la Princerie situé dans une belle bâtisse. Puis les traces de l’ancienne citadelle avec ses remparts. À Verdun, il est possible d’ailleurs de visiter la citadelle souterraine dont le parcours, en réalité augmentée, vous permet de vous plonger dans la peau d’un soldat. 

De retour dans la ville basse, nous pouvons profiter des bars et restaurants sur les quais de la Meuse pour savourer un moment un peu plus léger, même si le monument de la Victoire, juste à côté, nous rappelle une dernière fois la Grande Guerre.

Notre avis sur La Meuse à Vélo de Langres à Verdun

Nous avons trouvé le parcours unique, bien changeant au fil des kilomètres et avec beaucoup d’Histoire, ce qui le rend d’autant plus riche. Nous avons eu la chance d’avoir été accompagnés par des représentants des Offices de Tourisme locaux dans la plupart des lieux, ce qui nous a bien aidé à comprendre cette région que nous ne connaissions pas du tout. 

Il y en aurait encore tant à dire sur la Meuse à Vélo, mais j’admets avoir beaucoup apprécié les surprises sur le chemin. Alors nous vous en laissons encore quelques-unes à savourer ! 

De même, du fait d’être des voyageurs expérimentés, nous avons apprécié le vallonnement, monter et descendre un peu sans jamais que ce soit trop fort. Cela nous a bien mis en jambe et nous a fait largement apprécier l’itinéraire. Nous avons hâte de voir ce qu’il deviendra les prochaines années une fois que seront effectués les travaux d’aménagements prévus.

Cet article a été rédigé suite à un partenariat avec l’Agence Régionale du Tourisme Grand Est, et les organismes de développement touristique départementaux et locaux. Nous relatons l’expérience telle que nous l’avons vécue et gardons notre indépendance quant à notre récit sur la Meuse à Vélo. Cela veut notamment dire que nous sommes restés totalement libres de vous recommander une adresse ou un lieu !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.