Wallonie à vélo - Durbuy
Oct 24, 2018
Posted by: Mila

6 jours à la découverte de la Wallonie à vélo !

Nous sommes partis à la découverte de la Wallonie à vélo à l’occasion de l’Échappée Belge du Beau Vélo de RAVeL !

Cette année, le Beau Vélo de Ravel fêtait ses 20 ans. L’occasion pour l’émission de faire découvrir un bout de la Wallonie à vélo à tous. C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés en pleine Échappée Belge à la fin du mois de septembre 2018 !

Après le Canton de Vaud et notre retour en Italie, nous voici en Belgique pour une petite semaine :-). D’ailleurs, avant notre départ, vous êtes nombreux à nous avoir fait une remarque qui nous fait beaucoup sourire aujourd’hui.

On vous cite : “Ah, ça ne va pas être difficile après les Alpes, la Belgique c’est tout plat”. On vous l’accorde, la Wallonie, ce n’est pas aussi difficile que le col du Grand Saint-Bernard. Mais, c’est loin d’être plat, qu’on soit clair !

Qu'est-ce-que le Beau Vélo de Ravel ?


C’est une émission qui a été lancée il y a 20 ans par Adrien Joveneau. L’idée ? Combiner deux de ses passions : la radio et le vélo.

Chaque samedi de l’été, l’émission a donc lieu sur le RAVeL (Réseau Autonome des Voies Lentes). Véritable événement cycliste, mais pas que, en Wallonie, nombreux sont les participants qui se joignent Adrien pour une petite balade à vélo !

Petits et grands, tout le monde est invité. Durant l’été, le rythme n’est pas soutenu, l’événement se veut ouvert et accessible à tous. Il n’y a pas forcément besoin de prendre part à l’événement : chaque soir, à l’arrivée, des concerts sont organisés.

La Wallonie à vélo en chiffres

  • Le RAVeL est développé depuis octobre 1995
  • Plus de 1 300 km d’anciennes voies ferrées et de chemins de halage aménagés
  • 45 circuits vélo pour découvrir la Wallonie
  • 2 eurovélos passent dans la région : l’eurovélo 3 et l’eurovélo 5

480,5 km

C’est le nombre de kilomètres que nous avons parcouru durant l’Échappée Belge. Soit une moyenne de 80km par jour. Un record pour nous, qui sommes habitués au voyage à vélo plutôt lent !

Le RAVel - Wallonie à vélo
RAVel -Echappée Belge

L'Échappée Belge

Pendant l’été, les auditeurs de l’émission peuvent tenter leur chance pour participer à l’Échappée Belge. Un voyage à vélo en groupe qui se déroule dans un autre pays. Parmi les destinations récentes, on compte le Portugal en 2017 ou le Lubéron en 2016.

Cette année est particulière. Afin de fêter les 20 ans de création de l’émission, l’Échappée Belge a eu lieu en Wallonie. D’ailleurs, tout le monde est invité à y participer, s’il le souhaite. Pour l’occasion, l’office du tourisme de Wallonie a invité des journalistes et blogueurs étrangers (dont nous) à venir découvrir la région.

On vient tout juste de le noter plus haut, mais on le précise à nouveau : cet article fait suite à une invitation de la part de l’office Wallonie Belgique Tourisme. Nous relatons notre expérience comme nous l’avons vécu !  😉

Jour 1 - 104km de Botrange à Chaudfontaine

Nous sommes surpris, lorsqu’au départ depuis le signal de Botrange, nous nous retrouvons dans un groupe d’une bonne centaine de personnes. Avant notre arrivée, nous imaginions bel et bien être avec du monde, mais ne connaissant pas l’émission, nous ne attendions pas à ce que l’on soit si nombreux !

Le départ a lieu depuis le signal de Botrange, le point culminant de la Belgique à 694m d’altitude (avouez que c’est quand même pas mal non ?) au coeur du massif ardennais.

Nous testons pour le moment son climat réputé difficile. Il fait 20°C de moins que chez nous alors que nous vivons à peu près à la même altitude !

À la découverte de la Vehnbahn

Au Signal de Botrange, nous nous trouvons très proches de la frontière allemande. En suivant la Vehnbahn, nous passons en Allemagne, tout en restant en Belgique. Étrange, non ? En fait, la Vehnbahn est une ancienne voie de chemin de fer qui appartient à la Belgique et a été réaménagée pour intégrer le réseau des voies vertes !

Nous nous lançons en direction de Chaudfontaine sous une pluie glaciale. Après un petit passage en forêt, nous rejoignons rapidement le RAVeL et son ancienne voie de chemin de fer. Nous la suivons pendant un bon moment au pied des collines.

La pause déjeuner a lieu au Musée de la Poterie qui se trouve dans le château de Raeren. Nous reprenons malheureusement assez vite la route, ce qui ne nous laisse pas le temps de visiter le Musée pour notre part. Nous avons accumulé beaucoup de retard durant la matinée.

Attention à la pluie !

La première journée de vélo en Wallonie est compliquée. Nous n’avons pas le temps de sécher qu’une nouvelle pluie s’abat sur nous. Nous nous en voulons : nous n’avons pas prévu les pantalons de pluie.

En effet, cette dernière n’était pas prévue au programme. On vous conseille de prévoir vos vêtements de pluie au cas où 🙂

Découverte du RAVeL sous la pluie
Signal de Botrange - Wallonie
Le RAVel - Wallonie à vélo
Entre 2 averses - Ravel
Echappée Belge Wallonie

Jour 2 - 83 km de Chaudfontaine à Marche-en-Famenne

L’Ourthe à vélo

La seconde journée de voyage nous emmène au coeur de magnifiques paysages naturels, auprès de la rivière de l’Ourthe. Le temps s’est dégagé, la pluie n’est plus au rendez-vous (et c’est une bonne nouvelle, n’est-ce-pas ?). Le RAVeL est franchement agréable, dans cette région des Ardennes Belges.

La Vallée de l'Ourthe fait partie du Geopark Famenne-Ardenne, labellisé par l'UNESCO.

On y trouve de nombreux trésors, comme des grottes, des sols riches en biodiversité, un espace naturel préservé. Mais aussi des villages pittoresques et des abbayes. Bref, il y a de quoi faire dans la région !

Le territoire de la Famenne à vélo

L’après-midi est bien plus sportive que la matinée. Mais, nous on s’en fiche un peu, les vélos électriques aident beaucoup dans les montées 😉 ! L’étape est probablement la plus difficile de l’Échappée Belge. Mais les paysages sont à couper le souffle. On retrouve d’ailleurs très vite une Ourthe vivante un peu plus loin, avec ses nombreux kayakistes.

La rivière nous amène à Durbuy, où nous faisons un stop pour visiter. On lui donne la particularité d’être “la plus petite ville du monde”. De notre côté, on n’a pas bien compris ce que ça voulait dire, mais pour sûr, c’est une jolie petite ville. Bien préservée, il fait bon de se perdre dans ses rues pavées !

Marche en Famenne, où nous arrivons, vaut elle aussi son petit coup d’oeil. Son vieux centre ville est très joli, avec ses maisons anciennes, ses petites boutiques et son imposante église.

Ourthe - Echappée Belge - Wallonie
Wallonie à vélo - Échappée Belge
Ourthe - Echappée Belge - Wallonie
Durbuy - RAVeL
Ourthe - Echappée Belge - Wallonie
Durbuy - RAVeL
Durbuy - RAVeL

Jour 3 - 70km de Marche-en-Famenne à Mariembourg

On passe à la télé ! 🙂

Chaque jour de l’Échappée Belge, RTBF choisissait une personne (ou deux) pour le fil conducteur du reportage. Pour ce troisième jour en Wallonie, c’est nous qu’ils ont choisi 😉

Si nous étions contents et fiers de cette proposition, le passage devant la caméra n’était pas si simple. Déjà que pour nos vlogs, on a du mal ! Pour les besoins de l’émission, on a joué le jeu, c’était drôle à faire. On précise que Mila est toujours végétarienne hein ? 😀

Au coeur du patrimoine naturel, direction le château de Freÿr

La journée continue au coeur de la nature de la Wallonie à vélo. Nous traversons de longues forêts ! Nous passons même très proche d’un domaine appartenant à la famille royale, à Ciergnon.

Plus loin et après avoir emprunté le train, nous arrivons sur une route magnifique. Cette dernière longe la Meuse. On peut admirer les rochers de Freÿr, une formation rocheuse impressionnante qui domine le fleuve. Ça paraît dingue, mais ça nous a rappelé notre voyage en Provence !

Le château de Freÿr est une demeure radieuse aux jardins “versaillais”. Patrimoine Majeur de Wallonie, elle donne sur les formations rocheuses. Il doit d’ailleurs y avoir une belle vue sur le château et ses jardins depuis les rochers !

Le Chemin de Fer à Vapeur des 3 Vallées

L’après-midi, nous longeons la Meuse pendant des kilomètres, avant de prendre la route direction Viroinval où nous attend un train à vapeur. Sur place, on se sent déjà comme dans un film, les cheminots sont en tenue d’époque, le train hurle et crache sa vapeur !

La balade dure 45 minutes durant lesquelles on peut continuer à admirer le paysage impressionnant de la région. Vraiment, nous ne nous attendions pas à ce genre de paysages en Belgique.

château des souverains - Wallonie
vallée de la Meuse
vallée de la Meuse
Echappée Belge - Wallonie
Echappée Belge - Wallonie
Echappée Belge - Wallonie
Echappée Belge - Wallonie
train a vapeur - Wallonie

Jour 4 - 77 km de Mariembourg à La Louvière

Direction le pays des Lacs !

Alors, que ça y est, Denni maîtrise parfaitement le vélo électrique sans les mains, et moi la prise de vue en selle (bon ok, il a beaucoup de post-traitement), nous prenons la direction des lacs.

Ce 4ème jour nous fait dire que nous sommes crevés. Nous décidons de ne faire que la demi-journée. Il faut dire que le programme est chargé. Chaque soir, nous restons devant un concert, le temps de manger et rentrons assez tard. Le matin, on repart tôt, ce qui nous laisse peu de temps pour nous.

La matinée est super, au bord de l’eau. On rencontre aussi Lucie et Maxime, du blog En Échappée et retrouvons Michel Du Monde au Tournant et de Voyage Vélo ainsi que Pauline, Madame Bougeotte, que l’on avait déjà croisé à l’occasion du WAT18 en Aveyron. Le fait de les retrouver nous redonne la pêche !

Jour 4 échappée belge
lacs Wallonie
Lacs Wallonie jour 4

Une petite pause au pied de l’ascenseur à bateaux n°3

Après le déjeuner à la Distillerie de Biercée, nous prenons la route en direction de l’étape finale, mais en voiture cette fois. Nous sommes déposés au pied de l’ascenseur à bateaux n°3 de La Louvière. Il en existe 8 en tout, construits à la fin du 19ème siècle. Les ouvrages sont impressionnants. Tellement, qu’ils ont été classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1981.

Nous profitons d’avoir un peu de temps pour faire une petite marche, le long de ces derniers. Les couleurs de l’automne commencent à pointer, la balade est vraiment agréable. On se demande bien par où va arriver la troupe plus tard.

ascenseur n°2 Wallonie
ascenseur n°3 Wallonie

Jour 5 - 78,5 km de La Louvière à Flobecq

Le long du Canal du Centre

Nous repartons au pied de l’ascenseur n°3 ce matin, en compagnie de Lucie et Maxime. Michel et Pauline sont déjà partis pour de nouvelles aventures de leur côté ! Nous longeons le Canal du Centre pendant plusieurs dizaines de kilomètres.

Au départ, la zone est plutôt industrielle. On peut d’ailleurs apercevoir de loin   l’ascenseur de Strepy-Thieu. Il s’agit d’un édifice imposant et plus récent que les autres qui permet le rachat de dénivelé de 72m.

La suite du RAVeL nous transporte quant à lui dans un milieu plus naturel. Le canal est alors bordé d’arbres.

Le château de Beloeil et l’hôpital Notre Dame à la Rose

Deux autres lieux marquent la journée. Le premier, le château de Beloeil, est implanté depuis le XIVème siècle. On y fait notre pause déjeuner et croisons Kamini sur place. Oui, oui, Marly-Gomont, tout ça.

La route se poursuit le long du canal en direction de l’hôpital Notre Dame à la Rose. Un lieu unique qui offre un témoignage du mode de fonctionnement des hôpitaux du Moyen-Age. On peut d’ailleurs visiter un superbe jardin de plantes médicinales !

Lors de notre pause sur place, Denni s’est fait interviewé et nous sommes passés sur Vivacité. Le temps de perdre le groupe et de faire un petit sprint pour pouvoir le rattraper !

canal du centre
canal du centre
canal du centre

Jour 6 - 68 km de Flobecq à Ronquières

À la rencontre des géants !

Vous saviez que les géants existaient réellement et qu’en plus, ils aimaient danser ? C’est ce que l’on découvre à notre arrivée en fanfare à Ath ! Ils sont 6 à nous attendre. Il est vraiment rare de les croiser, ils sont d’ailleurs sortis spécialement parce que l’Echappée Belge était de passage ici.

La ducasse Ath, une fête traditionnelle populaire autour des géants, a lieu fin août. Inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO, elle a traversé les siècles et reste un événement majeur de ville d’Ath. Si vous n’êtes pas là à cette occasion, il est toujours possible d’aller visiter la Maison des Géants pour en savoir davantage !

Sur les lieux de tournage de Marly-Gaumont

On vous avoue que ces dernières années, le cinéma et notamment la comédie française, sont passés à mille lieues de nos préoccupations. On ne savait pas qu’était sorti un film sur Marly-Gaumont. Eh bien, apparemment, les critiques sont bonnes. Ce dernier a été tourné dans les environs de Steenkerque (ah, mais attendez, c’est pour ça que Kamini était dans le coin ?)

Nous nous arrêtons le soir au pied du plan incliné de Ronquières. Il s’agit du plus long du monde. Ce dernier permet aux bateliers de gagner un temps non négligeable, au lieu de passer par les écluses.

Nous terminons cette belle expérience devant un concert de Florent Mothe et de ses fans apparemment très présentes. Le RAVel et la Wallonie nous reverront !

Notre ressenti sur cette semaine en Wallonie

Le RAVeL, un réseau bien ficelé !

Si nous pouvons retenir une chose essentielle sur cette semaine de vélo, c’est l’exemplarité du RAVel pour le cyclotourisme. Nous n’en avions pas connaissance, ce fut une belle surprise de le découvrir. Les voies vertes sont vraiment impressionnantes, connectées et souvent asphaltées. En clair, on peut amener nos vélos en Belgique, aucun souci !

La Wallonie, une belle découverte

Deuxième élément que l’on retiendra, c’est la beauté des paysages. En Wallonie, nous sommes bien loin des paysages plats de l’imaginaire collectif. Bien au contraire, la région est vallonnée, difficile parfois à vélo. Elle compte également de nombreuses vallées et sites naturels impressionnants. En clair, on est très loin du cliché. Même très très loin !

L’Échappée Belge, un programme chargé pour nous

On vous en parlait récemment, nous aimons particulièrement voyager lentement, au gré de nos envies. Nous vous expliquions d’ailleurs ne pas compter le nombre de kilomètres que nous faisions chaque jour.

Nous nous attendions à avoir un peu plus de temps que ça pour prendre des photos, admirer les paysages, prendre des notes, etc. Globalement, lorsque nous sommes en route, nous passons 2 à 3h minimum par jour sur ces aspects pour pouvoir vous les partager sur le blog par la suite.

Si le nombre de kilomètres parcourus par jour ne parait pas inaccessible, le fait que nous soyons une centaine de participants change la donne. Ici, il faut suivre le groupe, il faut attendre le groupe ! Le temps de prendre une photo et nous nous retrouvions en queue de peloton à devoir nous presser pour rattraper le groupe. C’est bien loin de notre mode de voyage habituel…

Une organisation de dingue pour cette Echappée Belge

Dans le groupe, nous étions suivis par des motards, qui nous encadraient et vérifiaient que personne n’était perdu. Les signaleurs, à vélo quant à eux, poussaient régulièrement sur les mollets pour aller bloquer la route plus loin aux automobilistes parfois impatients.

Chaque soir, chaque matin, nous étions accueillis sous un chapiteau, monté pour l’événement. Le soir, avaient lieu deux concerts. Franchement, un sacré rendez-vous chaque jour.

Si vous passez en Wallonie en été, un conseil : participez au Beau Vélo de Ravel

Il faut savoir que le programme est bien moins dense en été que sur l’Échappée Belge. Il y a également des concerts le soir et une belle ambiance. Alors, pour une journée, foncez ! Vous passerez un bon moment, c’est garanti 😉 .

La Wallonie à vélo : infos pratiques

Où dormir sur le parcours ?


Étant donné les besoins exceptionnels liés à l’Echappée Belge, nous ne dormions généralement pas à proximité de notre lieu d’arrivée. Il nous fallait donc prendre un bus pour rejoindre l’hôtel.

Néanmoins, on peut trouver aisément de nombreux campings ainsi que des hébergements labellisés “Bienvenue Vélo”. Semblable au label “Accueil Vélo” en France, ce dernier garantit un local pour les vélos, un kit de réparation ainsi qu’un équipement de nettoyage.

Les liens utiles pour préparer son voyage à vélo

Quel vélo pour le RAVeL ?


Si la plupart des voies sont asphaltées et bien aménagées, certaines parties peuvent nous amener en forêt sur des chemins en terre.

Afin de pouvoir y aller sans vous poser de questions, on vous conseille le VTC ou le VTT. Si vous souhaitez y aller en vélo de route, c’est tout à fait possible. Mais, il faudra simplement vérifier votre itinéraire à l’avance.

Vous avez aimé cet article ? Épinglez-le !

You Might Also Like

Nothing Found.

Apologies, but no results were found for the requested archive.

Comments ( 6 )

  • Travelando

    C’est vrai que passer devant une caméra n’est pas chose aisée mais c’est cool que vous l’ayez fait ! C’est cool de voir qu’en Belgique ils ont autant de km dédiés aux cyclistes. Vous qui passez beaucoup de temps sur vos selles, est-ce qu’en France il existe des projets comme ça ?

    • Mila

      Coucou, désolée pour le retard de réponse.

      Oui, nous avons été bluffé par ce qui a été fait en Wallonie ! En France, ça avance, mais surtout au niveau des voies européennes (eurovélo) qui sont prévues pour 2020. Je pense qu’il y aura du retard mais les voies, comme l’eurovélo 1, 3, 6 et 17 sont terminées ou presque. Ensuite, côté eurovélo 4 (par la Manche) et eurovélo 8, il y a pas mal de travaux à mener encore, mais ça avance bien. En fait, ça dépend davantage des régions et du travail qui a été mené. Dans les pays de la Loire, c’est super développé par exemple, avec plein de parcours de partout. Mais soyons honnête, en France, on est quand même bien loin encore de la Wallonie !

  • Jacques T

    Rendez vous l’an prochain.
    C’est sûr, j’y vais!

    • Mila

      Chouette ! On s’y croisera peut-être alors, vu que l’on y retourne 🙂

  • malicyel

    #Teamsansvoiture représente ! Je ne pouvais pas être de la partie car pas assez de congés, mais je crois que tout ça aurait été trop intense pour moi même si les paysages sont vraiment beaux 🙂

    • Mila

      C’est vrai que le programme était particulièrement intense ! C’est sans doute pour ça que l’on est tombé le jeudi, le mieux aurait peut-être été de venir un peu moins longtemps. Aussi, certain.e.s ne pédalaient que le matin et restaient bosser dans le bus l’après-midi, c’était une solution complémentaire au besoin 😉

Enter Your Comments Here..